Vaincre sa peur de l’échec : luttez contre ces pensées qui vous paralysent !


Beaucoup de gens ont des projets : créer une entreprise, commencer un blog par exemple ! Et beaucoup se retrouvent paralysés par leur peur de l’échec. Comment vaincre la peur d’entreprendre ? Comment lutter contre les craintes qui vous empêchent de concrétiser un projet qui vous tient pourtant à cœur ?

Il y a quelques années, j’ai voulu lancer un blog. J’ai tenu 2 mois. Pourquoi ? Parce que je me trouvais des excuses qui freinaient le développement de ce projet : « je n’ai pas assez de visiteurs » ; « j’arrive trop tard dans le milieu des blogs, c’est déjà saturé ».

En réalité, beaucoup de ces excuses sont totalement injustifiées et au final, nous reportons ou délaissons beaucoup de projets parce que nous nous mettons nous-mêmes des bâtons dans les roues. Dans cet article, je vais vous donner des clés pour lutter contre ces pensées qui vous empêchent d’avancer.

Vaincre sa peur de l'échec, un défi pour beaucoup de gens !
Vaincre sa peur de l’échec, un défi pour beaucoup de gens !

« Il y a déjà plein de gens qui font la même chose que moi »

Vous voulez créer un blog ? Créer votre entreprise ? Vous lancer en freelance ? Il y a peut-être un moment où vous allez vous dire « Je perds mon temps, ça existe déjà ». C’est FAUX. Souvent, vous vous découragez parce que vous pensez que les premières personnes à avoir lancé un projet sont forcément avantagées par rapport aux autres et qu’on ne peut rien y faire.

Bien sûr, en optant pour un créneau révolutionnaire, vous ferez sans doute plus facilement votre nid. Oui, ces personnes ont l’avantage d’avoir innové avec une bonne idée mais VOUS avez la formidable opportunité d’améliorer cette bonne idée ou de toucher un public qu’elle laisse de côté.

Par ailleurs, ce n’est pas parce qu’une idée est révolutionnaire qu’elle a forcément du succès. Si je décide de lancer une fabrique de cure-dents pour ornithorynques, c’est révolutionnaire… mais je ne suis pas sûre que le marché soit très porteur ;) L’innovation n’est jamais un gage de réussite à elle seule.

Regardez les blogs mode : au départ, l’histoire de quelques filles qui photographiaient leurs tenues et les partageaient sur le web. Certaines sont devenues de vraies stars, courtisées par les marques et couvertes de cadeaux. Mais à l’origine, quel était l’intérêt du blog mode ? Il nous montrait des filles « comme tout le monde », portant des vêtements accessibles au plus grand nombre…
 
Résultat : une partie des lectrices ne se reconnaissait plus dans ces blogueuses influentes dont les tenues valaient des centaines voire des milliers d’euros… et certaines ont donc lancé des blogs sur la thématique « mode à petit budget », qui ont trouvé leur public. A l’époque, elles auraient très bien pu se décourager en se disant « Pfff, il y a déjà des tas de blogs mode au top ».

« Pourquoi ce que j’ai à dire intéresserait quelqu’un si tout le monde en a déjà parlé ? »

Parfois, la peur de l’échec est liée de très près à la peur de ne pas être légitime parmi tous les gens qui parlent du même sujet. Vous avez l’impression qu’en prenant la parole, vous susciterez moins d’intérêt que les autres. Dans ce genre de situation, vous devez changer votre mode de raisonnement !

Par exemple, au lieu de dire « il y a déjà plein de blogs sur ce thème, personne ne lira le mien », dites-vous « s’il y a plein de blogs sur ce thème, c’est parce qu’il intéresse les gens ». Vous avez donc autant de chances que les autres de réussir, à condition d’y investir du temps et du travail.

Regardez dans la vie : vous allez parfois parler d’un même sujet avec plusieurs personnes… il y en a certaines que vous trouverez plus intéressantes, plus drôles, plus intelligentes, plus sensées. Bref, vous les préférerez.

Sur un blog ou pour une entreprise, c’est pareil : parfois, un blogueur vous dira la même chose qu’un autre ou une entreprise vous proposera le même service qu’une autre… mais l’un vous semblera plus clair, plus convaincant, vous aimerez mieux le design de son site, l’accueil téléphonique si c’est une société, etc. Et si ce blogueur ou cette société, c’était vous ?

« Je n’ai pas le temps, j’ai des baisses de régime »

Bloguer, se lancer en freelance, créer son entreprise demande du temps et de l’investissement (personnel et parfois financier). Alors il est facile de se décourager : je suis débordé, déprimé, fatigué en ce moment, etc. On peut toujours trouver une raison de reporter un projet au lendemain donc le lendemain, il y aura forcément encore une raison de reporter au surlendemain.

Pensez à un ballet : sur certains tableaux, les danseurs vont tout donner à grand renfort de sauts spectaculaires ; sur d’autres, ils feront de petits pas. L’ensemble apporte une harmonie et un ballet réussi. Sur votre projet, c’est pareil : il y a des moments où l’on est en forme et motivé, alors profitez-en pour tout donner et pour vous consacrer aux tâches les plus « énergivores » ; quand vous avez besoin de souffler, optez pour des tâches plus courtes ou moins difficiles.

« Non, mais moi je n’ai VRAIMENT pas le temps »

Je crois sincèrement que nous sommes capables de dépasser beaucoup de nos faiblesses si la motivation est là. A votre avis, des gens comme Steve Jobs n’étaient-ils pas débordés ? Fatigués ? Croulant sous les responsabilités ? Je pense que si, comme tout le monde. Mais leur projet les motivait au point de dépasser cette fatigue.

La solution ? Avoir une idée qui vous donne VRAIMENT envie de vous battre pour elle, parce que vous y croyez !

Faites en sorte que votre projet vous fasse rêver. Vous devez le trouver génial, extraordinaire, il doit vous inspirer. Quand vous y pensez, vous voyez déjà comment vous pourriez le développer, vous l’imaginez dans 5 ans. Si cette motivation et cette conviction sont là, vous trouverez naturellement le temps de travailler dessus : à la pause déj, dans les transports, le matin en vous levant un peu plus tôt, le soir avant de vous coucher…

Cette motivation ne gomme pas totalement la peur de l’échec mais elle a tendance à l’étouffer : votre envie de développer votre idée est tellement forte que ne pas le faire serait pire qu’un échec.

Femme heureuse sur une plage au bord de l'eau

« Et si je fais tout ça pour rien ? »

J’y passe du temps… et si au final ça ne menait à rien, que c’était un échec complet ? On se pose tous cette question parfois, parce que nous sommes rationnels : on ne veut pas prendre de risques si les bénéfices ne sont pas suffisamment grands. C’est normal.

Là encore, pour vaincre sa peur de l’échec, il faut modifier son raisonnement : on ne sait JAMAIS à l’avance quels bénéfices exacts on retirera d’un projet. Même avec des business plans, des calculs savants, il y a toujours des paramètres qu’on ne maîtrise pas.

Qu’est-ce qui fait la différence ? C’est le fait de se lancer en se disant qu’on va faire de son mieux.

Dès lors que vous donnerez le meilleur de vous-même, votre projet vous apprendra forcément quelque chose. Peut-être que vous ne deviendrez pas millionnaire ou que votre blog ne dépassera pas 100 visiteurs par jour mais vous aurez osé. Le fameux proverbe « Qui ne tente rien, n’a rien » n’est jamais aussi vrai que dans ce cas.

Si vous n’essayez pas, vous ne réussirez pas mais vous garderez aussi le regret de ne pas avoir tenté. Si vous essayez, au moins vous vous donnez une chance de réussir. Après, peut-être que ça ne marchera pas… mais vous aurez tenté et vos éventuelles erreurs vous serviront par la suite.

« Il y a des gens qui critiquent ce que je fais »

La mauvaise nouvelle, c’est que c’est inévitable. La bonne, c’est que vous faites réagir les gens. Quoi qu’il arrive, il y aura toujours des gens qui trouveront quelque chose à redire à ce que vous faites ou écrivez. On ne peut JAMAIS être aimé de tout le monde.

D’ailleurs, limiter son public est parfois une excellente démarche pour trouver ce qui vous rend unique : par exemple, au lieu de donner des cours de yoga, vous allez donner des cours de yoga ciblant spécifiquement les jeunes mamans qui veulent reprendre une activité physique après leur accouchement.

Dites-vous d’abord que si les gens prennent le temps et la peine de réagir à votre projet, c’est que vous leur avez donné envie de prendre la parole. Avec le temps, vous apprendrez à faire le tri dans ses critiques, à voir en quoi certaines vous aident à avancer.

Une critique n’est jamais quelque chose que l’on rejette en bloc : elle peut venir souligner un aspect que vous n’aviez pas envisagé ou révélé les limites de votre projet. Ce n’est jamais agréable mais ça peut aussi vous faire gagner beaucoup de temps car ces failles seraient peut-être ressorties au grand jour à un moment donné.

« Je n’ai pas de résultats immédiats »

Vous aurez toujours autour de vous quelques exemples de « super success stories » où des gens ont connu un succès presque instantané. Et si ce n’est pas votre cas, vous aurez tendance à vous décourager. Le succès n’a pas qu’une seule définition, regardez chez les artistes : certains connaissent un succès rapide et bref, d’autres mettent longtemps à y arriver mais se maintiennent pendant des années au sommet.

Sur le web en particulier, la patience est une règle d’or. Vous aurez peut-être 10 visiteurs par jour au début mais ce qu’il faut regarder, c’est l’évolution globale, semaine après semaine, mois après mois. Si rien ne bouge, OUI, il faut vous poser des questions et demander à des regards extérieurs de critiquer votre projet pour voir ce qui peut freiner votre croissance. Mais si au fil des semaines votre lectorat augmente, même si c’est peu, c’est bon signe.

« De bonnes choses vous attendent sur le chemin. N’arrêtez pas de marcher » (Robert Warren Painter Jr)

En résumé, notre esprit est très créatif pour imaginer des dizaines d’excuses pour mieux procrastiner et nous dévaloriser. Mais il suffit parfois de raisonner un peu différemment pour se mettre dans une dynamique très positive et vaincre sa peur de l’échec. Alors, arrêtez de vous trouver des excuses… et avancez !

Thèmes : Devenir blogueur 

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lorsque vous postez un commentaire sur le blog, le nom indiqué dans la case "Prénom" ainsi que votre message apparaîtront publiquement. Votre adresse e-mail restera confidentielle.

12 commentaires sur “Vaincre sa peur de l’échec : luttez contre ces pensées qui vous paralysent !

  • Frederique

    Bonjour Marlène, je tenais à te remercier pour tous tes articles et conseils précieux et approfondis!
    Je désire créer un blog mode, depuis quelques semaines je fais mes recherches et m’organise dans mes articles, mes photos etc.
    Ton site m’aide énormément dans les moments de doutes comme dans les moments d’inspirations et d’aspirations. Il est clair, net, précis, avec des touches d’humour et surtout de bons exemples de comparaison.
    Merci beaucoup

    Répondre à Frederique
    • Marlène

      Merci Frederique, il ne faut pas hésiter à se lancer… Il y a beaucoup de choses que l’on apprend sur le tas, que l’on perfectionne au fil du temps, par la pratique et à travers les échanges qu’on a avec les lecteurs :)

      Répondre à Marlène
  • LOMPO

    J’aimerais être blogeur ,celui qui a des informations sur ce point ,il n’a qu’à me les donner.

    Répondre à LOMPO
    • Marlène

      Hello… eh bien, en fait, c’est le sujet de tout le site ;) Si tu as déjà en tête le thème de ton futur blog, il faut ensuite choisir une plateforme gratuite (type Blogger, WordPress.com) ou payante (en installant WordPress.org chez un hébergeur par exemple)… et la personnaliser en fonction de tes objectifs !

      Répondre à Marlène
  • Odile Sacoche

    Je suis tombée sur ton blog via Hellocoton (le dossier du blogging) et quel pépite ton blog.
    Cela fait plus de 30 minutes que je vogue d’articles en articles et je les dévore.
    Cet article ci m’a particulièrement interpellé car je suis en pleine remise en question face à mon blog et tes pistes m’éclairent / m’aident.

    Je vais continuer ma lecture ^^
    Merci pour ces supers articles bien écrit et très clair …. ET MOTIVANT !!!

    Répondre à Odile
    • Marlène

      Oh merci Odile, ça me fait plaisir de te voir laisser un commentaire ici, j’adore ton blog et j’ai justement lu ton article « remise en question » il y a peu :)

      Répondre à Marlène
  • Audrey

    Superbe article qui m’a redonné la motivation et des clefs pour me dire pense autrement et fonce. Un grand merci bises

    Répondre à Audrey
    • Marlène

      Merci de ton commentaire Audrey, contente si cet article a pu t’aider !

      Répondre à Marlène
  • Bulle

    Super article, vraiment. J’avoue que je suis en pleine « baisse de régime » pour mon blog, je suis donc à la recherche de motivation pour continuer à écrire….ce n’est certes pas un blog professionnel mais c’est tout comme dans la mesure où je m’y suis quand même investie les premiers jours..bref, tout ça pour dire…super article :)

    Répondre à Bulle
    • Marlène

      Merci :) Parfois, c’est par la lecture qu’on débloque son inspiration et sa motivation ! Par exemple, pour ton blog, tu passes en revue ta journée et tu regardes quels « thèmes » tu as rencontrés (ex : le patron insupportable, les sujets de conversation à la pause déj, le type de relation avec les collègues : faut-il la jouer « amis » ou pas, la baisse de régime ^^). Ensuite, tu vas lire quelques articles sur le sujet. Souvent, en lisant d’autres personnes, ça « active » des émotions chez nous et je trouve qu’on a plus facilement des idées.

      Répondre à Marlène
  • Kewee

    Ah merci pour cet excellent article !!!
    Je lis votre blog régulièrement et je vous remercie pour vos idées et conseils toujours bons (que j’essaie d’appliquer peu à peu).
    J’ai un blog depuis plus d’un an, je ne m’y consacrais pas vraiment jusqu’à ces derniers mois, et c’est une aventure vraiment enrichissante.
    Et cet article me touche d’autant plus que j’ai décidé de créer mon entreprise dans quelques mois …
    Je vous souhaite une belle journée et à bientôt.

    Répondre à Kewee
    • Marlène

      Merci Kewee ! Le blog est une bonne préparation à la création d’entreprise, non ? Ça permet de se confronter tout en douceur à certaines problématiques communes (la concurrence, les critiques, la recherche de ce qui nous rend différent des autres, etc).

      Répondre à Marlène
Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.