Travailler pour une star : les réponses à vos questions


Travailler pour une star, beaucoup en rêvent à l’heure de choisir leur orientation au lycée. J’ai commencé ma carrière dans le milieu de la musique, travaillant durant 4 ans et demi aux côtés du DJ Martin Solveig en tant que responsable de communication. J’ai également collaboré avec l’acteur Frank Dillane (Fear The Walking Dead) pendant plusieurs années. J’avais parlé sur le blog de quelques idées reçues que j’entendais souvent sur le « show-business »… et suite à cet article, j’ai reçu énormément de questions !

J’ai décidé de rassembler ces questions fréquentes (et les réponses qui vont avec !) dans cet article.

Tournage au Stade de France
Tournage au Stade de France

Quelles études faire pour travailler dans le show-business ?

Si l’on vous dit « J’ai envie de faire un métier en contact avec les enfants », vous me répondez quoi ? Éducatrice ? Pédopsychiatre ? Orthophoniste ? Professeur des écoles ? Eh oui, il y a plein de métiers possibles… et les études ne sont pas du tout les mêmes de l’un à l’autre. Dans le milieu artistique, c’est la même chose. On peut travailler pour une star comme maquilleur, comme avocat, comme coiffeur… et vous imaginez bien qu’on ne fait pas les mêmes études pour être avocat et pour être coiffeur.

Votre orientation dépend du métier que vous voulez exercer. Je vous donne un conseil : choisissez un métier qui vous attire quel que soit le secteur où vous l’exercerez. En étant réaliste, le show-biz est un milieu qui fait rêver beaucoup de gens mais peu y percent réellement. Choisir un métier qui vous plaît, c’est d’abord avoir plus de motivation, de passion pour travailler dur et mettre toutes les chances de votre côté pour accéder à votre rêve. Mais c’est aussi avoir quoi qu’il arrive un métier qui vous plaît, même si vous ne parvenez pas à l’exercer dans ce milieu.

En quoi consiste le métier de responsable de communication ?

Dans mon cas, je gérais :

  • Les relations presse – Recevoir les demandes des journalistes (interviews, etc), choisir les plus intéressantes, négocier les conditions (mise en avant donnée à l’artiste, lieu et durée de l’interview, etc).
  • La communication web – Définir la stratégie de l’artiste sur les réseaux sociaux, mettre en place des initiatives pour développer les relations avec les fans (meet&greet, concours, etc), développer sa présence en ligne (gestion du site web, rédaction de contenus pour différents supports, etc).
  • De la rédaction – Rédiger des biographies, communiqués de presse, dossiers pour présenter un projet de clip ou d’événement, etc.
  • Du marketing – Proposer (et faire aboutir) des idées de merchandising (sac aux couleurs de l’artiste par exemple), etc.

Et puis, je pouvais être amenée à gérer bien d’autres projets : par exemple, conseiller l’artiste sur la protection de sa vie privée en ligne, gérer les usurpations d’identité sur les réseaux sociaux, les collaborations avec les marques, j’ai même casté des figurants pour un clip… C’est un métier où la polyvalence est de mise et où chaque projet est une nouvelle occasion d’exprimer sa créativité et d’apprendre des choses.

Une soirée avec les producteurs Skrillex et Zedd
Une soirée avec les producteurs Skrillex et Zedd

Quelles études as-tu faites ?

J’ai passé deux ans en fac de médecine, puis 4 ans en fac de psychologie (dont une année axée Ressources Humaines). Je suis donc entrée dans le milieu de la musique avec une formation sans aucun rapport :) Quelques années plus tard, j’ai repris mes études dans une grande école de communication, le CELSA, où j’ai suivi un Master 2 Communication & Management des médias.

En quoi consiste le métier de « booking manager » ?

Quand j’avais évoqué ce métier dans mon article, plusieurs lecteurs avaient voulu en savoir plus. Le booking manager est celui (ou celle) qui gère l’agenda de tournée de l’artiste. Autrement dit, il établit une stratégie pour que l’artiste se développe au mieux sur scène : il faut à la fois qu’il se produise dans les pays où il a beaucoup de fans, pour entretenir le lien avec le public… mais qu’il joue aussi dans des territoires « stratégiques » pour son développement afin de se faire connaître.

Le booking manager a donc d’abord ce rôle « business » et stratégique qui consiste à négocier avec des salles, des clubs, des festivals pour trouver des occasions pour l’artiste de se produire sur scène. Il négocie les conditions (rémunération ; prise en charge des frais : hôtels, vols, etc. ; durée du show et horaires, etc).

Ensuite, il a un rôle logistique qui consiste à organiser le planning de l’artiste autour d’un événement. Par exemple, lui créer un rider, une sorte de « document de voyage » qui récapitule toutes les informations utiles et le planning du concert : par exemple, le rider indique à quelle heure l’artiste doit partir pour l’aéroport, qui assure le trajet, quel est le numéro et l’horaire du vol, qui le récupère à l’arrivée, etc. Oui, c’est presque un job d’agent de voyage ! D’ailleurs, le booking manager peut être amené à comparer les tarifs et horaires des vols, réserver un jet privé, etc.

Sa mission est aussi de faire en sorte de respecter l’équilibre de l’artiste en faisant attention à sa fatigue (lui ménager des jours de repos, penser au décalage horaire, etc).

Faut-il être pistonné pour travailler avec un artiste ?

C’est comme dans n’importe quel milieu professionnel. Certaines personnes sont là parce qu’elles ont travaillé dur, d’autres sont là parce qu’elles ont « des relations ». Je pense qu’il ne faut pas cracher sur les personnes qui ont des contacts car après tout, tant mieux pour elles ! Mais ne sous-estimez jamais la valeur du travail. Les gens qui ont des postes solides sont en général des gens qui travaillent très dur et ne comptent pas leurs heures.

Comment décrocher un emploi ou un stage dans ce milieu ?

Je pense déjà qu’il est important d’avoir un projet personnel qui fasse la différence. Quand une maison de disques poste une offre de stage, elle va recevoir des dizaines de candidatures et tous les candidats diront qu’ils « adorent la musique », qu’ils vont tout le temps voir des concerts… Distinguez-vous des autres !

Créez un blog ou un site musical, impliquez-vous dans une association en lien avec le milieu qui vous intéresse, impliquez-vous auprès d’un petit groupe local pour lui donner un coup de main dans sa promotion… Vous allez peut-être me dire « Mais je suis seulement au lycée ! » ou « Mais je suis encore à la fac ». Je connais pas mal de gens qui se sont fait une place dans le milieu de la musique en commençant justement dès le lycée ou la fac.

  • Je connais une personne qui a monté son propre label bien avant d’avoir 20 ans.
  • Un autre est devenu, à 23 ans, directeur général d’une énorme agence d’artistes avant d’être embauché comme senior marketing manager chez Sony Music.
  • J’ai moi-même mis les pieds dans ce milieu en créant un énorme site web sur Michael Jackson quand j’avais 20 ans.

La passion n’est rien si vous n’en faites rien. Si vous adorez la musique, prouvez-le. Si c’est le cinéma, même chose. Une camarade de promo dans mon école, le CELSA, a monté sa propre société de production à l’âge de 20 ans. Quelle meilleure preuve de sa passion que d’avoir cette motivation à créer et partager ?

Pour ce qui est de la musique, vous pouvez décrocher vos premiers stages via la plateforme Irmawork. C’est une excellente référence pour mettre un pied dans ce milieu. Vous pourrez ainsi commencer à créer votre réseau professionnel.

Will.i.am backstage
Will.i.am travaille dans sa loge avant un show.

La chance joue-t-elle un rôle ?

Je pense en toute franchise que c’est le cas. Le travail reste la valeur n°1… mais quand vous commencez à travailler avec un artiste, vous ne pouvez pas savoir à l’avance s’il aura encore du succès dans le temps. Par exemple, quand j’ai commencé à collaborer avec Martin Solveig, qui aurait pu deviner qu’il allait produire un tiers de l’album de Madonna, qu’il allait recevoir plus d’une dizaine de disques de platine dans le monde pour son single « Hello » ? Personne ! Il y a donc une part de chance car parfois, vous embarquez à bord d’un projet qui décolle… tandis que mille autres projets parallèles passeront inaperçus.

Peut-on se lasser de ce milieu ?

Si vous lisez cet article en étant lycéen ou étudiant, vous avez sans doute entendu vos professeurs insister sur le choix d’une orientation… comme si choisir un métier déterminait votre vie entière. Oui, choisir un métier est une étape importante mais aujourd’hui, le marché de l’emploi est différent de l’époque de nos grands-parents : en général, on ne fait plus toute sa carrière dans la même entreprise.

On peut se former, se réorienter au beau milieu de sa carrière… et on peut évoluer en saisissant les opportunités qui se présentent au fil du temps. On peut avoir des envies quand on a 20 ans qui ne sont plus les mêmes que les envies que l’on a à 30 ou 40 ans. Par exemple, quand j’étais plus jeune, ça m’était égal de ne pas avoir d’équilibre entre ma vie privée et mon travail. Aujourd’hui, je trouve ça très important d’avoir du temps pour des loisirs et projets personnels (la photo, le blog, etc). Vouloir changer (ou pas) de secteur est vraiment propre à chacun et c’est une évolution de carrière que l’on ne peut pas vraiment prédire.

Voilà, j’espère que cet article répondra au mieux aux questions que vous vous posez peut-être sur cet univers !


Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lorsque vous postez un commentaire sur le blog, le nom indiqué dans la case "Prénom" ainsi que votre message apparaîtront publiquement. Votre adresse e-mail restera confidentielle.

24 commentaires sur “Travailler pour une star : les réponses à vos questions

  • Charlie

    Tu m’as bien l’air d’être une travailleuse acharnée et tes expériences/ton parcours donnent un coup de motivation

    P.s : ne sois pas choquée de me voir partout sur tes articles ahah (je rattrape juste mon retard)

    Répondre à Charlie
    • Marlène

      Oui je bosse :) Avant tout, parce que je trouve ça stimulant intellectuellement et ensuite, parce que je pense que c’est rare de « réussir » en se tournant les pouces.

      Répondre à Marlène
  • Nicolas

    Bonjour Marlène,

    Je suis actuellement une formation licence en marketing international, mon but est de continuer en master communication pour arriver au métier de responsable de communication. Dans ton article, les missions que tu détailles de ton métier de responsable de communication sont hyper intéressantes, et c’est en quelques sortes ce que je découvre dans ma formation actuelle.

    J’ai découvert il y a un an de ça, un duo de jeunes chanteurs, qui vient de Norvège, ce sont des jumeaux qui ont aujourd’hui 14 ans et qui commencent à se faire connaître dans les pays scandinaves (Suède, Finlande, Danemark)… C’est eux qui m’ont donné envie de faire le métier de responsable de communication dans le domaine musical. Mon but est d’arriver jusqu’à eux pour pouvoir travailler avec eux et booster leur carrière au niveau international. Je voulais juste avoir ton avis, savoir si tu penses que c’est possible.

    Merci de la réponse que tu pourras me donner !

    Répondre à Nicolas
    • Marlène

      Bonjour Nicolas, je ne suis malheureusement pas devin ;) Je ne connais ni les artistes, ni leur entourage existant, ni leur accessibilité, ni tes compétences… difficile, donc, de savoir si le projet est réaliste ou pas.

      Je pense que lorsque l’on a une grosse capacité de travail, une vraie vision stratégique pour un artiste, on peut faire beaucoup de choses. J’ai contacté de ma propre initiative l’agent d’un artiste avec qui j’avais envie de travailler. J’avais une stratégie, des compétences web que l’agent en question n’avait pas… et ça a marché : elle m’a mise en contact avec l’artiste.

      Après, il faut à mon sens garder en tête plusieurs points :
      1/ Connaître les limites de l’investissement gratuit : les artistes ont autour d’eux beaucoup de gens prêts à travailler gratuitement, je pense par exemple aux fans qui sont des vecteurs formidables de communication gratuite. On peut appeler ça de la passion, il n’empêche que beaucoup sont capables de passer 15h par semaine à tenir un blog, un site, un forum, des comptes sur les réseaux sociaux, sans aucune contrepartie financière. Ça peut être un bon tremplin pour acquérir des compétences mais dans la durée, si on ambitionne d’en faire un métier, ça ne peut pas suffire. L’artiste lui-même peut exploiter ces gens prêts à travailler gratuitement mais ça peut aussi venir de l’entourage… ou de soi-même.
      2/ Ne pas trop attendre : plus un artiste se développe, plus il y a du monde qui gravite autour, qui a de l’ambition, qui a du talent.. et plus ça devient difficile d’apparaître comme légitime quand on n’a pas d’expérience préalable (car dans ce cas, pourquoi serait-on meilleur qu’une personne qui travaille depuis des années pour booster la notoriété d’un panel d’artistes ?).
      3/ Tenir compte de la personnalité de l’artiste : on a beau arriver avec une vision, l’artiste a souvent la sienne et tout n’est pas faisable. Par exemple, il y a pour moi une différence entre quelqu’un qui veut une notoriété « d’artiste » (musicien, chanteur) et quelqu’un qui veut une notoriété de « star »… On ne peut pas pousser un artiste qui ne veut pas trop s’exposer à le faire et on doit toujours composer avec la personnalité qu’on a face à soi.

      Répondre à Marlène
  • Anna3

    Bonjour Marlène, et merci pour cet article détaillé. Je suis prof d’anglais et je voudrais savoir si c’est possible de travailler comme prof d’anglais pour une star (chanteurs ou acteurs qui voudraient avoir une carrière internationale). Qu’en penses-tu? Bref, je voudrais juste un ptit conseil pour savoir où commencer. Merci d’avance.

    Répondre à Anna3
    • Marlène

      Bonjour, je pense que c’est possible. J’ai croisé dans le cadre de mon travail une personne qui a lancé un duo à succès en France (premier album vendu à 300 000 exemplaires) et elle leur a justement fait prendre des cours d’anglais avant qu’ils ne soient vraiment médiatisés, au moins pour qu’ils puissent se débrouiller en interview. Je n’ai en revanche aucune idée de la façon dont le prof a été choisi.

      Répondre à Marlène
    • Anna3

      Merci pour la réponse rapide. Je vais faire des recherches sur de mon côté :-)

      Répondre à Anna3
  • Aze

    Bonjour Marlène, ma question est qq peu étrange mais les animaux ont ils une place importante dans la vie des stars et de leurs enfants? J aimerai beaucoup attendre mes compétences homme/animal à ce milieu…qu en pensez-vous?

    Répondre à Aze
    • Marlène

      Bonjour, je ne sais pas quoi vous répondre… hormis que les artistes sont VRAIMENT des gens comme vous et moi :) Par conséquent, certains aiment les animaux, d’autres non… et parmi ceux qui aiment les animaux, certains renoncent à en avoir un parce que c’est compliqué de s’occuper d’un animal quand on passe son temps dans les avions !

      Répondre à Marlène
  • Leilaelk

    Ah oui daccord donc tu penses que je ferais mieux de me diriger vers un prepa? J’avais sinon penser à un BTS communication mais je pense que la prepa est un bonne idee

    Répondre à Leilaelk
    • Marlène

      Je pense que tu dois avant tout te diriger vers une formation qui t’intéresse. Il faut garder à l’esprit que le CELSA est une école très sélective, il y a quelques milliers de candidats pour seulement 25 places par filière en général. Je te souhaite bien sûr de réussir :) Mais il faut quand même garder en tête la possibilité d’un échec et si tu n’as pas le concours, il faut que ta formation de départ te plaise et te permette de poursuivre tes études ailleurs qu’au CELSA !

      Répondre à Marlène
    • Leilaelk

      Oui bien sur, y aurait-il une autre ecole moins selective dans ce cas qui me permettrais de faire les memes etudes qu’au celsa?

      Répondre à Leilaelk
    • Marlène

      Il faut que tu te renseignes en fonction de tes projets professionnels car de mon côté, je peux difficilement te recommander des écoles que je ne connais pas du tout :)

      Répondre à Marlène
  • leilaelk

    Salut!

    J’ai une question, j’aimerais devenir responsable de communication comme tu l’a fais, en revanche je viens de voir sur le site du CELSA qu’avant d’intégrer l’école en licence 3, il faut avoir un bac+2. Que dois-je faire donc comme étude après ma terminal l’an prochain pour être à bac+2 et intégrer l’école?
    Merci de ta réponse.

    Répondre à leilaelk
    • Marlène

      Hello, il y a des profils assez variés au CELSA : concrètement, la plupart des étudiants (70% environ) font une prépa (souvent une prépa littéraire) mais il y a d’autres profils. J’ai pour ma part fait de la psycho, j’avais des camarades de promo qui avaient fait du droit, de la philo… Certains venaient d’IEP de Province aussi, d’autres avaient fait des écoles privées (je crois me souvenir de quelqu’un qui avait fait l’EFAP avant d’intégrer le CELSA). J’ai l’impression qu’au-delà de la formation, le jury apprécie les profils de gens « passionnés », avec une vraie curiosité.

      Dans ma promo, il y avait des tas de gens passionnés, par des sujets très variés (politique, télé-réalité, musique, mode, sport, etc). Ça m’a vraiment frappée donc je pense que ça fait partie des choses qu’ils essaient de détecter chez les futurs élèves : une soif d’apprendre, d’explorer de nouveaux horizons…

      Répondre à Marlène
  • lauraLa

    je sais qu’il n’y a pas grand choses en bretagne apres je veux vraiment travailler a universal , mais tu as fait quoi pour arriver a travailler avec un artiste et toi tu travaille ou exactement

    Répondre à lauraLa
    • Marlène

      Je ne travaille plus dans ce milieu. J’ai travaillé principalement avec Martin Solveig (pendant 4 ans et demi) et avec l’acteur Frank Dillane (pendant plus de 2 ans).

      Répondre à Marlène
    • lauraLa

      Mais il faut te faire connaître dans le milieu pour en arriver a s’occuper de star

      Répondre à lauraLa
    • lauraLa

      comment on se fait connaître ? tu as commencer a travailler dans quoi pour en arriver la ???

      Répondre à lauraLa
    • Marlène

      Bonjour, je t’invite à relire cet article ainsi que celui intitulé « Travailler avec une star : du mythe à la réalité », j’ai déjà répondu plusieurs fois à cette question (regarde notamment les commentaires). Il n’y a pas de mode d’emploi pour entrer dans ce milieu.

      Répondre à Marlène
  • lauraLa

    bonjour moi je suis en 3 e peut on faire des stage a mn age je voudrai travailler en temps que manager pour une star , a universal music ou mercury , je sais pas du tout ce qu’on doit faire , ni comment réussir … aider moi merci

    Répondre à lauraLa
    • Marlène

      Bonjour Laura, je ne sais pas si les maisons de disques prennent des stagiaires pour des stages d’observation, il faut simplement les contacter pour poser la question (en général, le numéro du standard se trouve sur le site web, comme ici pour Universal).

      Répondre à Marlène
    • lauraLa

      merci mais moi j’habite en bretagne ;) vous voyer , mais je voulais savoir vous avez mis combien de temps avant de travailler pour une star ?

      Répondre à lauraLa
    • Marlène

      Les grosses maisons de disques sont à Paris, je ne sais pas du tout ce qui existe en Bretagne… Pour faire un stage dans la maison de disques que tu mentionnes dans le premier message, mieux vaudrait venir à Paris ;) Pour répondre à ta question, j’ai monté un projet sur un artiste à l’âge de 20 ans mais j’ai commencé à travailler en direct pour un artiste à 24 ans.

      Répondre à Marlène
Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.