« Travailler avec des stars » : du mythe à la réalité


Backstage pass concert de MadonnaAujourd’hui, j’ai décidé de vous parler de l’univers où j’ai commencé ma carrière : le « show-business ». Si je mets des guillemets, c’est parce que je n’aime pas ce mot :) Il évoque plein de choses superficielles : le champagne, les tapis rouges, le glamour, les superstars excentriques. Un chasseur de têtes l’a bien résumé, un jour, en me disant « Vous avez un profil très paillettes/people ». Si ce milieu m’a attirée en réalité, ce n’était pas pour les paillettes ni même pour l’amour de la musique mais pour ce qui se passait dans les coulisses.

Comment un être humain en arrive à provoquer des réactions démesurées, avec des gens qui hurlent et qui s’évanouissent ? C’est fou, quand on y pense… alors comment ne pas être curieux de savoir ce qui se passe de l’autre côté de la barrière ? Les fans, la vie privée, le rapport aux médias, l’écart entre ce que les gens imaginent et la réalité… Où est la fiction ? Où est la vérité ?

« Travailler avec une star », comme je l’entends parfois, reste un sujet qui fascine. Certaines questions reviennent assez souvent, certains préjugés aussi… alors j’ai décidé de commencer par là. Et si vous voulez en savoir encore plus sur mes études et autres questions, n’hésitez pas à consulter cet article !

Travailler avec une star, ça ne veut rien dire

Les médias adorent nous parler du « coiffeur des stars » ou de « l’ami des stars »… En vrai, ça ne veut pas dire grand-chose. Être « collaborateur de star » n’est pas un métier. Être star n’est pas un métier non plus.

A la base, une star est une personne comme vous et moi qui est connue pour ce qu’elle fait (musique, cinéma, etc). Étant connue, elle va montrer au public une certaine facette d’elle-même, pour faire rêver les gens et leur procurer du plaisir. Ce côté « star » est juste une toute petite partie de la réalité, souvent très « travaillée » pour les besoins de la communication.

Par exemple, dans la vraie vie, Michael Jackson était un grand lecteur et un passionné d’histoire. Mais vous imaginez Michael Jackson partant dans un grand débat historique tel un Stéphane Bern au sommet de sa gloire, au beau milieu d’une interview ? Non. L’image et la réalité sont deux choses différentes, parfois TRÈS éloignées.

Du coup, quand on travaille avec un artiste, ce n’est pas avec la star que l’on travaille mais avec un professionnel qui s’entoure de gens pour l’aider dans ce qui est une entreprise (adieu, glamour et paillettes !). Pour en faire partie, il faut donc avoir un « vrai métier », pas juste une envie de « travailler avec une star ». Le « coiffeur des stars », par exemple, est d’abord un très bon coiffeur. Comme il est très bon, son nom circule, on se le conseille à droite à gauche et ça finit par arriver aux oreilles d’une personne connue à qui l’on dit « Va voir untel, c’est un super coiffeur ». Quand on pense « métiers du show-business », on pense souvent aux métiers de maquilleur, ingénieur du son, réalisateur, etc. Mais dans la réalité, vous pouvez tout à fait être comptable et vous retrouver à gérer le patrimoine d’une personne connue. Et pourtant, il y a un peu plus paillettes-people comme métier que d’être comptable !

Évidemment, aucun professionnel sérieux ne se présentera comme « le (nom du métier) des stars ». La discrétion, dans ce milieu, est un fonds de commerce. On ne va certainement pas crier sur les toits les petits secrets de ses clients.

Les clichés… et la réalité

=> On doit passer sa vie à voyager…

J’aimerais bien ;) Mais c’est faux. Oui, on accompagne parfois l’artiste en tournée mais emmener des gens en tournée, ça coûte cher (billets d’avion, hôtel, restaurants, etc). Autour de l’artiste, il y a une vraie entreprise, avec de l’argent qui rentre et des dépenses. Et le but du jeu, comme dans toute entreprise, c’est qu’il y ait plus de rentrées que de sorties :) Bien sûr, si vous êtes danseur ou musicien, vous voyagerez avec l’artiste. Mais sinon, on ne part en tournée que quand c’est vraiment nécessaire. Par exemple, pour un très gros événement, parce qu’il y aura des choses spécifiques à gérer sur place (accueillir un invité important, caler un rendez-vous avec quelqu’un qui travaille dans la ville du concert, etc)… ou parfois pour une raison beaucoup plus humaine : parce que l’artiste n’aime pas être tout seul quand il part très loin de chez lui.

Par ailleurs, quand on part en tournée, ce n’est pas vraiment du voyage. Les artistes ont des plannings surchargés à un point que les gens n’imaginent même pas. Entre l’artistique pur, le côté business, les sollicitations diverses et variées (marques, médias, caritatif), la promo, les journées sont souvent très remplies. Du coup, quand il y a un concert, on part au dernier moment et on rentre le plus tôt possible ensuite.

Bien sûr, on a toujours des moments agréables (un resto avant/après un show, une chambre d’hôtel sympa, le plaisir de changer d’air) mais ce n’est pas vraiment du voyage, on n’a pas le temps d’aller profiter de la piscine de l’hôtel (accessoirement, on n’est pas là pour ça, on est censés travailler, hein ?).

=> Ça doit être vraiment génial de travailler dans ce milieu…

Au quotidien, c’est comme n’importe quel métier. Il y a des missions géniales et d’autres qui nous font un peu grincer des dents, il y a des collègues sympa et des gens insupportables. Alors oui, au début, tout est absolument génial. Je me souviens de la première fois où mon boss donnait un concert à Paris et m’a dit « Tu veux venir ce soir ? ». J’étais en mode « hiiii gniiii yeah yeah ». Et puis, au bout de quelques mois, ce qui était extraordinaire devient ordinaire et on devient un peu blasé. J’ai déjà décliné une invitation en me disant « Pfff, passer la soirée avec mon boss APRÈS ma journée de boulot avec mon boss ». Malgré les paillettes, ça reste un vrai travail et on a parfois besoin aussi de déconnecter, même si au début ça paraît invraisemblable.

Backstage au Stade de France

=> Et ce n’est pas trop dur, entre les caprices de star et les artistes qui te traitent comme un chien ?

C’est un peu la réaction inverse de la précédente :) Certaines personnes ont tendance à croire que tous les employés des artistes sont maltraités. En réalité, comme dans une vraie entreprise, le patron a intérêt à avoir des bonnes relations avec ses employés. Il y a de bons patrons et de mauvais patrons. Pour ma part, j’ai plutôt eu de la chance.

Il y a aussi une réalité à laquelle tout le monde n’est pas préparé : il faut être TRÈS polyvalent quand on travaille au plus près d’un artiste. Au-delà de son cœur de métier, on peut être amené à donner un coup de main sur des choses totalement incongrues. Il y a certaines personnes qui considèrent que lorsqu’elles côtoient une personnalité, elles ne peuvent pas « se rabaisser » à faire ce genre de tâche. Elles auront l’impression d’être traitées comme des chiens là où c’est simplement le fonctionnement « habituel » de ce milieu. A votre avis, la personne qui va acheter le dentifrice de Madonna a-t-elle été embauchée comme « acheteuse de dentifrice pour Queen of Pop » ? Non, bien sûr.

=> Tu dois avoir des centaines d’autographes !

Non. Quand on travaille avec un artiste, on ne lui demande pas de signer des autographes ou de faire des photos avec nous. Le cadre ne s’y prête pas. Idem quand on croise d’autres célébrités dans le cadre du boulot, on ne va pas jouer les groupies en quémandant un autographe.

Quand on travaille dans ce milieu, on croise ou on rencontre des tonnes de gens connus. Dans mon cas, c’est allé de Jenifer à Michael Jackson en passant par Beyoncé, Rihanna, Mika, Stromae, Jennifer Lopez, Skrillex, Patrick Bruel, Madonna et j’en passe. On n’a pas besoin de prouver quoi que ce soit à qui que ce soit en étalant une collection d’autographes. Ce qui compte, ce sont les souvenirs. Si un artiste vous signe spontanément un petit quelque chose pour vous dire merci, vous le gardez précieusement et ça fait chaud au cœur… mais sinon, on ne va pas réclamer. Après, je pense que ça dépend aussi de votre personnalité ;)

Pour ma part, je n’ai demandé qu’une seule fois une photo et vous allez rire : ce n’était ni à Michael Jackson ni à Mika… mais à Jean-Pierre Foucault. Ma grand-mère l’adore et pour cette génération sans Internet, la télé a gardé son côté complètement « sacré » (oui, Mamie ne conçoit même pas qu’on puisse voir Jean-Pierre EN VRAI), je me suis dit que ça lui ferait plaisir. Il a très gentiment accepté et ça a fait mouche auprès de Mamie ^^

Le best of des réactions des gens

Backstage pass

La stagiaire et ses questions existentielles : « Mes copains à l’école, ils en reviennent pas que je fasse mon stage chez Y… Tu sais combien il pèse ? » (cette info était sûrement indispensable à son rapport de stage, je ne vois pas d’autre explication !).

Le mec tactile : « Ma secrétaire m’a dit que vous alliez voir B en vrai demain. Mais… vous allez le toucher ? » (oui, le tripotage de célébrités, c’est ma grande passion).

La source sûre : « Non mais n’essaie pas de me faire croire que Z est hétéro. Partout, dans Voici, dans Public, ils ont écrit qu’il était gay ».

Madame Je-Sais-Tout : « Dans le show-biz, tout le monde se drogue ». Euh… non. « Si, si, je vous assure, je SAIS qu’on ne peut pas faire ces métiers sans se droguer ». Ah.

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à consulter ce deuxième article où je réponds aux questions les plus fréquentes reçues à propos de ce métier.

Et vous, c’est plutôt un milieu qui vous fait rêver, qui ne vous attire pas du tout ou qui vous laisse totalement indifférents ?


Poster un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lorsque vous postez un commentaire sur le blog, le nom indiqué dans la case "Prénom" ainsi que votre message apparaîtront publiquement. Votre adresse e-mail restera confidentielle.

161 commentaires sur “« Travailler avec des stars » : du mythe à la réalité

  • Lana

    Bonjour,
    Je m’appelle Lana et je suis fasciné par cette article je suis en 3ème et j’ai envie de trouver un métier dans cette voix sans avoir besoin de voyager tout le temps pour rester près de mes parents mes amis et ma future famille qu’elle métier dois-je faire s’il vous plaît sans avoir besoin de maquiller ,coiffée ou habillé les célébrités et également les études à suivre s’il vous plaît merci beaucoup.

    Répondre à Lana
    • Marlène

      Bonjour Lana, je te conseille de lire cet article, comme je l’explique on peut exercer beaucoup de métiers différents qui amènent à être en contact avec des personnalités (ex : avocat spécialisé dans le droit du spectacle) sans forcément que ce soient des métiers du show-biz au sens premier du mot. C’est un petit milieu donc il faut mieux choisir un métier qui te plaît, devenir excellente dans ce que tu fais pour peut-être avoir des clients célèbres… plutôt que de choisir un métier pour travailler avec des stars et d’être déçue par ton job si au final tu dois l’exercer dans un autre contexte.

      Répondre à Marlène
  • Valérian

    Bonjour bonjour ! Je m’appelle Valérian j’ai 18 ans et j’aurais (je l’espère) mon bac à la fin de l’année. L’univers de la musique et plus particulièrement du chant me fascine depuis mes 4 ans et j’aimerais profondément faire carrière dans ce domaine. Toutefois, j’ai des doutes sur mon propre talent et je sais pas vraiment comment percer. J’ai découvert le métier d’agent artistique et je pense que cela me conviendrait assez, en étant proche des artistes, en travaillant avec eux et surtout en m’épanouissant dans l’univers musical. L’année prochaine je souhaite m’inscrire en fac de Droit et j’ai l’impression qu’être agent artistique pourrait être un bon compromis. Cependant je reste jeune et je n’ai pas le recul nécessaire. C’est pour cela que je quémande vos conseils. La musique c’est une vraie part de ma vie, mais je n’est pas pris de cours particuliers et je ne joue pas d’aucun instrument. S’il vous plaît, pouvez-vous m’aider ?

    Répondre à Valérian
    • Marlène

      Bonjour Valérian, sur quoi exactement auriez-vous besoin d’aide ? Je pense que via une formation en droit, avec peut-être une spécialisation dans la musique (il y a des avocats spécialisés, qui peuvent conseiller les artistes), ça peut être une bonne clé d’entrée pour se faire un réseau. Après, le rôle de l’agent artistique est un peu différent car il va aussi gérer les relations avec les professionnels « artistiques » qui entourent l’artiste (maison de disques, collaborateurs, etc)… mais ce n’est pas vraiment un métier qui s’apprend « à l’école », à mon sens le fait d’avoir un réseau et des compétences associées (droit, sens commercial, sensibilité artistique) ouvre plus de portes que n’importe quelle formation.

      Répondre à Marlène
    • Valérian

      Bonsoir. Merci beaucoup pour votre réponse. C’est derniers jours j’ai développé mon projet et je compte partir sur une double licence Droit LEA pour acquérir des compétences supplémentaires qui pourront être utiles pour la suite et possiblement travailler dans le domaine musical à l’étranger.

      Répondre à Valérian
  • Déborah

    Bonjour, votre article m’a beaucoup intéressé merci.
    J’ai 26 ans et je suis adjointe administratif nouvellement titulaire, mais ce n’est pas vraiment ce que j’avais imaginé faire comme métier. En vrai je n’ai jamais vraiment su se que je voulais faire comme métier mais je voulais en faire un en relation avec ce que j’aime/mes passions (les chevaux, les animaux, les bébé, la musique) mais soit je n’avais pas les « capacités » (par exemple pour travailler dans le monde du cheval j’aurais du passer des galots or mes parents n’ont jamais eu les moyens de m’inscrire dans un centre) ou certaines choses du métier ou du cursus scolaire m’empêchais d’y aller (comme le fait de voir l’animal souffrir ou devoir arrêter leur vie si j’avais choisi vétérinaire) ou (devoir faire un stage en maison de retraite pour le BEP msa). Du coup j’ai choisi une filière générale que j’ai foiré puis choisi un bac pro secrétariat en ayant comme pensé que « touts les corp de métiers/youts les entreprises ont besoin d’une secrétaire » et que du coup je pourrais travailler dans les domaines qui me plaisent, mais non. J’ai aussi voulu faire des études de journalisme mais je n’avais pas le niveau (juste un bac pro), afin justement de m’approcher de ses « stars », je suis quelqu’un de curieuse et bon en grandissent ont se doute bien que tout n’est pas rose pour eux mais ils disent presque toujours que tout vas bien même quand ils ont des « idées noires » et moi tout ce que je voulais et encore actuellement c’est qu’ils puissent se livrer librement sans honte afin qu’ils puissent se sentir bien, plus de masques sourire, de cette façon peut-être éviter les états qui conduise à la drogue voir au suicides qui sont très fréquent finalement surtout dans certains pays où ils ont une pression de fou dès l’enfance.
    Je ne suis pas spy mais juste à l’écoute et sans juger car sa aussi c’est quelque chose qui me touche, j’aimerais qu’avec ses artistes ont puissent montrer à tout le monde que ils sont humains comme nous et que ils ne faut pas toujours faire confiance aux magazines qui inventent des histoires d’amour à tout vas et finissent par détruire des amitiés alors que c’est déjà compliqué pour eux de s’en faire dans le show-business, enfin c’est qui ressort en tout cas.
    Aujourd’hui je déteste ma vie car je regrette de ne pas pouvoir faire ce que j’aimerai, je voulais un métier palpitant et ce n’est pas le cas, mais surtout j’ai toujours ce sentiment que ce projet est juste irréalisable. Je voulais aussi réunir plein d’artistes français et à l’internationale pour faire un album sur un sujet qui me touche énormément afin d’aider les jeunes, mais ça aussi c’est impossible, je ne connais personnes du métier et surtout j’aurai l’impression d’être une opportuniste (je ne juge pas ceux qui le font c’est juste que j’ai toujours l’impression de déranger). As tu des conseils à me donner ? Que penses-tu de mes projets ? Cela aurait pu ou peut encore ce réaliser ?

    Répondre à Déborah
    • Marlène

      Hello Déborah, merci pour ton message et ton expérience. Je sens chez toi de la « bienveillance », avec cette envie d’écouter les autres… mais je pense qu’en étant réaliste, l’être humain ne va pas se confier « aussi facilement » : pour aider une personne, il faut qu’elle ait conscience d’avoir un problème, et envie de recevoir une aide extérieure pour le résoudre. Parfois, on préfère se tourner vers un proche que vers un « tiers »… et c’est vrai pour tout le monde, pas juste pour les célébrités. En soi, ça me paraît utopiste de croire qu’une star « malheureuse » va aller facilement se livrer à quelqu’un…

      Ça correspondrait au métier de psychologue (ou psychiatre dans le cas d’une formation médicale, avec la capacité à prescrire des médicaments) mais personne n’a un poste de « psychologue pour célébrités ». On devient d’abord un excellent professionnel puis, si son nom circule dans le milieu, on aura peut-être l’opportunité d’avoir des patients connus. Mais ce n’est pas une fin en soi et à mon sens, il ne faut pas que ce soit une fin en soi :)

      En revanche, si tu ressens l’envie de travailler avec des bébés, il y a des tas de métiers qui permettent de le faire : auxiliaire de puériculture, ATSEM avec les tout-petits en maternelle, etc. Il ne faut pas te bloquer s’il y a un stage à faire en maison de retraite, c’est sûr que ce n’est pas le même public mais ça t’apprend plein de choses aussi… et ce n’est qu’un stage ! Ça représente quoi, quelques mois dans une vie pour faire ensuite ce qu’on aime pendant des années ?

      Répondre à Marlène
  • Frédéric

    Tout à fait d’accord avec cet article très bien écrit. Mettre le nez dans cette organisation paraît être magique, génial, cool. Mais avant c’est un métier qui demande avant tout de la discrétion, de la rigueur et une très très grande polyvalence

    Répondre à Frédéric
    • Marlène

      Absolument. Ce qui n’empêche pas de savoir apprécier les bons moments qu’il nous est donné de vivre !

      Répondre à Marlène
  • Tabrizi

    Hello Marlène,
    Pour commencer, super article ! J’ai adoré le lire :)
    Ensuite, je me demandais s’il était possible que l’on communique en privé (par e-mail ?)

    Car en octobre 2018, j’ai découvert dans un bar en Suisse un chanteur qui m’a mis « une claque » dès le moment où il a commencé à chanter (d’ailleurs un ami proche m’avait demandé de l’accompagner pour l’écouter). Et nous avons échangé puis maintenant (mars 2019) il m’a demandé d’être sa « manager » pour les booking et la communication. Et je ne suis pas du métier (je suis comptable /RH & maketing & communication). Mais je crois vraiment en son talent donc me suis dit « let’s go ! New challenge ».

    Et si tu as quelques tuyaux pour bien démarrer (même si j’ai déjà mes idées), cela serait chouette de pouvoir échanger :)

    Merci d’avance :)

    Répondre à Tabrizi
    • Marlène

      Hello, j’ai quitté ce milieu depuis quelques années et je n’ai pas de réel conseil à donner sur le sujet car j’ai tendance à penser que chaque expérience est différente, d’un artiste à l’autre ça peut être tellement le jour et la nuit !

      Répondre à Marlène
  • Ben

    Bonjour je me demandais si tu pouvais me parler de ton parcours d’étude, de tes stages de tout ça quoi. Merci de ta réponse

    Répondre à Ben
    • Marlène

      Hello, mon parcours d’études n’a rien à voir avec le métier que j’ai exercé : je suis passée par médecine et une fac de psycho, avant de créer mon projet pro de site web sur un artiste… Et je n’ai jamais fait de stage :)

      Répondre à Marlène
  • Lili

    Bonjour, je voulais savoir pour plus tard je veux faire styliste le métier pour le quelle je veux m’investir c’est comme un rêve après je sais bien que le métier n’est pas seulement un rêve mais le Miens je vais faire en sorte que ce soit une réalité. Je me demande comment les styliste travaille pour les stars ?

    Répondre à Lili
    • Marlène

      J’ai eu l’occasion de travailler avec une styliste sur des tournages de clips et une tournée : elle proposait des tenues, réalisait des « mood boards » pour montrer ses inspirations… et une fois que le concept était validé, elle s’occupait du shopping (acheter certains vêtements, s’en faire prêter d’autres par des bureaux de presse parfois)… et elle était présente ensuite pour superviser l’habillage et le look final. Elle s’occupait aussi d’une partie de l’entretien des tenues.

      Répondre à Marlène
    • Lili

      OK merci sais tu ci dès stylistes peuvent aller dans un autre pays imaginon Berlin ? Pour des stars ? Et sinon dans le millieu de la mode ya t’il un métiers qui nous fais changer d’air ?

      Répondre à Lili
    • Lili

      Et aussi g oublier en tant que styliste ce qu’elle achète vient de elle même ou de l’entreprise et c mieux d’être créatrice ou styliste de cinéma ou autres ou styliste design

      Répondre à Lili
    • Marlène

      Oui, un styliste peut voyager si l’activité l’exige (ex : suivre l’artiste en tournée) mais ce n’est pas systématique, j’imagine que ça dépend de la mission, de l’artiste, du budget. Dans les cas que j’ai vus, le styliste avait un budget alloué et devait gérer ce budget pour proposer des tenues et les acheter.

      Je ne peux pas vraiment répondre aux autres questions, je ne connais pas le milieu de la mode et je ne pense pas qu’un métier soit « mieux » qu’un autre, ça dépend des forces que l’on a, des opportunités que l’on a…

      Répondre à Marlène
  • Mélanie

    Bonjour Marlène,
    je trouve votre article très intéressant sur ce milieu qui me fascine tant.
    Je suis diplômée en tant que maquilleuse artistique professionnelle, et je suis à la recherche d’un emploi en tant qu’assistante maquilleuse professionnelle ( je précise « assistante » car je n’ai pas de réelle expérience dans ce milieu mis à part quelques collaborations et je pense qu’il faut commencer en bas de l’échelle), cela fait plusieurs mois que je postule sans cesse pour des groupes de télévisions, et des sociétés de productions de films, mais sans succès, je sais que ce milieu est assez « fermé ». Sachant que je n’ai malheureusement aucun contact pour m’aider dans ma recherche, je souhaiterais juste avoir une réponse à cette question qui me revient toujours en tête,
    Comment arriver à percer dans ce cercle fermé en ayant aucun contact, sachant que si personne ne me laisse une chance de prouver ce que je sais faire, cela me semble impossible.
    Merci.

    Mélanie

    Répondre à Mélanie
    • Marlène

      Bonjour Mélanie, je n’ai malheureusement pas de solution miracle… et je ne connais pas les « cercles » du maquillage donc c’est encore plus difficile d’apporter une réponse. Je ne sais pas s’il existe des moyens de développer son réseau (fédération professionnelle, communautés ou groupes, etc).

      Répondre à Marlène
    • Mélanie

      Merci beaucoup d’avoir pris le temps de lire mon commentaire et d’y avoir répondu, je vais continuer mes recherches afin de pouvoir me créer un réseau et je pense qu’avec de la persévérance cela finira par payer.
      Merci beaucoup.

      Répondre à Mélanie
  • Hisoka

    Bonjour ,
    Voilà donc tout d’abord j’aimerais savoir si vous avez déjà travaillez avec des humoristes car être humoriste serais pour moi un rêve que j’aimerai réalise surtout c’est dernier temps j’ai 24 ans et une situation un peu compliqué pour pouvoir m’inscrire au théâtre mais je ne désespère pas j’y arriverai de toute façon j’ai rien à perdre que de me lancez ma question est simple qu’elle conseil pourriez vous me donnez pour atteindre mon objectif ?
    Cordialement

    Répondre à Hisoka
    • Marlène

      Bonjour, je n’ai pas eu l’occasion de travailler avec des humoristes, désolée. En revanche je pense que pour un humoriste, les réseaux sociaux et notamment YouTube sont un bon moyen de se faire connaître sans dépenser une fortune.

      Répondre à Marlène
  • Soumaya

    Bonjour,
    Je suis une passionnée de mode depuis toute petite et j’aimerais devenir personnal shopper (une sorte de styliste privé) et travailler avec des célébrités, le problème c’est que je ne connais personne dans ce milieu.
    Je travaille actuellement dans le commerce, je passe un BTS manager dans le prêt à porter pour justement avoir une crédibilité lorsque je me lancerais en tant que personnal shopper.
    Ma question est: comment percer dans ce milieu qui a l’air si fermé ?
    Merci

    Répondre à Soumaya
    • Marlène

      Bonjour, si quelqu’un avait une recette miracle ça se saurait ;) A mes yeux la meilleure façon de percer est le talent, devenir une référence dans son milieu professionnel pour que son nom circule et qu’il arrive dans les oreilles des gens avec qui on aimerait travailler.

      Répondre à Marlène
  • Sabrina

    c’était quoi votre métier finalement ?

    Répondre à Sabrina
  • Charline

    Bonjour, votre article m’a passionnée du début à la fin. Etant jeune (j’ai 20 ans) je me demande encore ce que je voudrai faire dans ma vie. Travailler avec des artistes doit être vraiment fantastique ! Ayant une belle voix, j’hésite encore à participer à des concours de chant. Je pense que ma voix est bien mais ne suis pas du tout sur que les juges la trouverait belle. J’aime tout ce qui touche l’art et je dessine beaucoup. Mais les écoles d’arts sont cher… Du coup c’est un peut la roue infernale en ce moment. La musique et le chant sont mes passions les plus marquantes dans ma vie. Je vais bien : Je chante ! je vais mal : je chante ! J’ai fais 5 ans de danse orientale et réfléchis sérieusement si je vais pas en refaire… ça me manque ! Au plaisir d’avoir p poster ce commentaire, le métier comme le votre, certaine personne devrai vous envier !

    Répondre à Charline
    • Marlène

      Bonjour Charline, merci pour le message ! On peut tout à fait garder l’art comme passion ou comme activité complémentaire, il y a des tas de gens qui le font : par exemple, qui ont un job classique en semaine et sont DJ le week-end ou qui chantent dans des bars… Ou des gens qui proposent des illustrations en freelance tout en ayant un emploi salarié à côté.

      Répondre à Marlène
    • Charline

      Bonsoir Marlène, merci pour votre réponse ça m’a touchée :) Pourriez-vous m’en dire plus sur vos débuts dans ce métier s.v.p ? Ayant en ma possession qu’un Certificat de Capacité comme employée en économie familiale, je cherche des idées pour la suite… J’ai testé garderie, économie familiale et j’ai même été ouvrière dans une usine. Mon parcours scolaire est complet. Je sais pas si vous auriez des idées? Cela me permettrai de réfléchir à mon avenir professionnel… Après concernant mes hobies , je suis sur que je peux faire moitier moitier ! Le contact avec les gens ça me fait pas peur :)
      Salutations
      Charline :)

      Répondre à Charline
    • Marlène

      Hello Charline, j’ai répondu à pas mal de questions dans cet article. Pour ma part j’ai mis les pieds dans ce milieu en montant un énorme site web sur Michael Jackson, grâce auquel j’ai pu le rencontrer, me créer un réseau, apprendre énormément de choses sur ce milieu, sur le marketing digital en général…

      Répondre à Marlène
    • Charline

      C’est génial :) qu’est-ce que tu me conseillerai de faire? Je suis pas du tout manuel… Bricoler et tout c’est pas mon truc… EN attendant merci pour tes réponses :) Bonne continuation en tout cas !

      Répondre à Charline
    • Marlène

      Je ne peux malheureusement pas savoir à ta place ce qui te correspond, il n’y a que toi qui le sais ;)

      Répondre à Marlène
  • Delphine

    Bonjour,
    Je suis tombée par hasard sur ton article en faisant des recherches de métiers. Je le trouve vraiment super et je voulais te poser certaines questions à propos de ton métier…
    J’ai un Bac Pro SPVL (Service de Proximité et Vie Locale), je voulais savoir si avec ma formation je pouvais faire le même métier ou un métier similaire avec mon Bac?
    Actuellement je suis en fin de première année de BTS Audiovisuel option montage et post-production, mais je me suis rendu compte que j’aimais beaucoup écrire (malgré mes petites fautes), j’aime vraiment écrire et travailler en équipe mais malheureusement pour l’instant je n’ai pas beaucoup de contacts. Depuis toute petite je m’intéresse beaucoup aux artistes, comédiens, comédiens de doublage etc… Et j’ai aussi fais des ateliers de dans, chorale et théâtre/cinéma où j’étais comédienne dans le burlesque et l’improvisation (j’en ai fais pendant 2 ans). Je suis asser senssible pour les doublages de voix et le son en générale, je parle souvant de tous celà à ma mère et autres personnes de mon entourage, mais je suis encore asser timide quand je dois parler en public…
    Est ce que tu pourrais m’aider à me renseigner si tu as le temps et l’envie?
    Je te remercie, bonne continuation.
    Cordialement

    Répondre à Delphine
    • Marlène

      Hello Delphine, si le BTS te plaît, termine-le et poursuit éventuellement par une formation complémentaire en communication si c’est vers ça que tu souhaites te diriger… et choisis tes stages/ton alternance en fonction du milieu où tu souhaites évoluer par la suite.

      Répondre à Marlène
  • Léa

    Bonjour, je suis en 1ere S et l’année prochaine je devrais choisir quelle études faire et j’aimerais bien savoir quelles écoles serais conseillée pour travailler dans le show business svp ? Merci d’avance !

    Répondre à Léa
    • Marlène

      Hello Léa, il faut lire l’article ;) « Être « collaborateur de star » n’est pas un métier » Donc commence par choisir un métier AVANT d’essayer de l’exercer dans le show-business. Il n’y a pas d’école du show-biz, il y a des écoles pour apprendre un job… et les meilleurs dans ce job auront plus facilement le choix de l’endroit où ils l’exerceront.

      Répondre à Marlène
  • Charlie

    Marlène c’est officiel j’adoooooore ton sens de l’humour
    Ce qui me fait penser que je manque plein de choses intéressantes à ne pas suivre tes autres blogs (je t’assure que c’est involontaire ahah), je vais réparer cette grosse bourde de ce pas.
    Bon weekend
    XoXo

    Répondre à Charlie
    • Marlène

      Je pense que j’ai peu de lecteurs qui suivent les 3 ;) C’est d’ailleurs pour ça que j’ai divisé No Tuxedo en 3 blogs séparés.

      Répondre à Marlène
  • Emma

    Bonjour, j’ai eu la chance de trouver votre article qui est incroyable. J’ai lu tout les commentaires et j’ai reconnue des choses que sans le vouloir j’aime faire. J’ai 18 ans et je suis en terminale STL et je pense à me ré-orienter car je ne pense pas être faite pour rester dans un labo toute ma vie alors que je suis très sociable, facile à vivre et ouverte d’esprit. Egalement quelqu’un qui analyse beaucoup le comportement des gens pour savoir à quoi m’attendre d’eux et adapter mon comportement en fonction des circonstances avec ces personnes. De plus j’ai été reconnu médicalement comme hyperactive, ce qui expliquais le fait que je sois tout le temps en perpétuel mouvement et toujours aussi énergique.
    Voilà je voulais vous ai expliqué tout cela pour savoir selon vous, si je pourrai ou pas supporter ce métier qui m’intéresse fortement par ses responsabilités. Je ne pense pas non plus avoir actuellement toutes les compétences pour directement, mais si ma façon d’être est déjà adaptée pour ?
    De quelles compétences ne peut-on pas se passer ?

    Excusez moi j’ai encore une dernière question:

    Tout le travail que vous avez accompli pour lancé un site sur MJ, qui a permis le commencement de votre carrière à ses débuts, je trouve à été un projet qui a pu vous démarquer. Mais aujourd’hui en 2017 quelles idées comme celle-ci permettrai de se démarquer de cette manière ?

    En tout cas merci d’avoir prie le temps de me lire excusez moi pour tout ce paragraphe.
    Et je vous remercie également d’avance pour votre éventuelle réponse.
    Avec toute mon admiration
    Emma

    Ps: c’est très gentil à vous de continuez à prendre le temps de répondre aux personnes cherchant leur voie et de les renseigner depuis tout ce temps.

    Répondre à Emma
    • Marlène

      Bonjour Emma, merci de ton message ! Je ne sais pas exactement de quel métier tu parles car comme je le dis dans l’article, il n’y a pas un métier mais des dizaines de métiers qui permettent d’évoluer dans ce milieu… En termes de compétences, c’est donc très variable d’un métier à l’autre. On n’attend pas les mêmes compétences d’un avocat spécialiste du droit musical et d’un assistant studio ;)

      Je dirais que la compétence indispensable est très souvent la maîtrise de l’anglais, dès qu’on veut faire évoluer un artiste ça me paraît incontournable. Même si l’artiste a une renommée purement française, ça me semble important de pouvoir lire la presse spécialisée, s’informer rapidement de tout ce qui se passe dans le milieu, nouer des relations dans les événements internationaux et pour ça, il faut parler anglais.

      Je ne peux pas non plus trouver à ta place une idée révolutionnaire car si j’avais ce genre d’idée motivante et originale, je monterais sûrement le projet en question au lieu de me contenter d’y penser ;) Mais avoir un projet web qui prouve sa détermination (gros blog par exemple), trouver une association en lien avec la musique (ou la créer), monter son label de musique, s’occuper du développement de la carrière d’un jeune artiste local… il y a plein de choses qu’on peut faire à mon sens pour montrer qu’on a du talent et envie d’y arriver. Tout dépend encore une fois du métier que tu veux faire derrière.

      Répondre à Marlène
    • Emma

      Excusez moi je parlais d’être responsable de communication

      Répondre à Emma
    • Marlène

      Alors je dirais que l’anglais est important, une excellente connaissance de la musique et des médias (connaître les publications importantes sur le style musical dont tu t’occupes, les journalistes incontournables, les influenceurs, blogs importants, événements importants), être très débrouillard/astucieux, savoir faire preuve de fermeté, avoir des connaissances pointues sur le digital marketing (que ce soit le référencement, les applications, les tendances du web, le community management, l’analyse des performances), avoir une belle plume, savoir coordonner des équipes voire manager des équipes…

      Répondre à Marlène
  • Yasmine

    Bonjour Marlène,
    Je viens de découvrir ton blog qui est très sympa! Je viens juste d’en lancer un (en Anglais). Pour résumé, je suis une créative multi-facettes (graphisme, photo et consultance en communication) et, ayant jusqu’à maintenant, principalement exercée dans des environnements corporate, j’ai décidé de changer de secteur et de proposer mes services à l’industrie de la musique. Je souhaite aider les artistes à développer leur image de marque et identité créative. Je voudrais donc te demander si tu aurais des conseils à me donner? En sachant que malgré plusieurs années d’expériences, je n’en ai pas encore dans ce secteur (ni de contacts donc). Je suis également curieuse d’en savoir un peu plus sur ton parcours. Je te remercie d’avance pour ta réponse. Bien à toi

    Répondre à Yasmine
    • Marlène

      Bonjour Yasmine, je n’ai pas vraiment de conseils à donner car je n’ai pas de recette miracle pour se faire un carnet d’adresses dans le secteur :-/ Concernant mon parcours, tu peux jeter un œil aux réponses que j’ai données au fil des commentaires ou à cet article dans lequel j’ai répondu à pas mal de questions aussi.

      Répondre à Marlène
  • DULAS

    bonjours , j ai lu votre article et cela fait un petit moment que je fais des recherches pour savoir comment faire pour travailler auprés d un artiste car j aimerais vraiment vivre cette experience voir comment ce la fonctionne

    Répondre à DULAS
    • Marlène

      Bonjour, je ne pense pas qu’il y ait de recette pour accéder à ce milieu donc comme je le dis souvent, un stage en maison de disques peut être une bonne porte d’entrée pour voir si cet univers plaît (ou pas).

      Répondre à Marlène
  • Buffet

    Bonjour, j’ai été passioner par ce site et j’ai appris beaucoup de chose mais moi j’ai déja un projet pour mon avenir mais seulement j’aimerai rencontrer Jean Paul Gaultier car j’adore sa façon de voir les choses et son imagination qu’il arrive a nous faire passer a travers ses magnifiques creations…. Honnêtement j’ai beaucoup d’ambition et je veux beaucoup de chose dans ma vie mais je m’en crois capable et je n’ai jamais baissé les bras. Depuis l’âge de 6 ans j’ai envie d’etre styliste et ça serait merveilleux que j’y arrive!!!! Je cherche des sites sur lesquels on peut parler avec de grands couturier mais ce sont des essais en vain car je n’arrive pas a en trouver… si vous avez des suggestions merci de me les indiquer je vous en serais tres reconnaissante. Ps: Rêver c’est bien mais evoquer la realité je trouve ça fantastique!!!

    Répondre à Buffet
    • Marlène

      Bonjour, je ne pense pas que les grands couturiers aient le temps de répondre à des questions sur des sites. À mon avis, le plus intéressant pour quelqu’un qui cherche à faire ce métier serait de passer à l’action en commençant par une formation !

      J’ai pu visiter le studio d’Yves Saint-Laurent à Paris (tu peux lire le compte-rendu de ma visite sur ce blog !) et j’ai appris à cette occasion qu’il avait étudié à l’Ecole de la chambre syndicale de la couture parisienne.

      Je vois justement sur leur site que l’école organise des portes-ouvertes au mois de janvier, ce serait l’occasion d’en savoir plus sur les études pour travailler dans ce milieu, de se confronter à la réalité de la formation et d’échanger avec des étudiants.

      Répondre à Marlène
    • Buffet

      J’ai pris en conte vos conseil et vos suggestions je vous remercie et je vais essayer de pouvoir assister a ces portes ouvertes. Cela doit etre une bonne experience!!! Merci encore sans aucuns doute je reviendrai sur ce site.

      Répondre à Buffet
  • Susan

    Bonjour, d’abord bravo pour votre article je le trouve réellement génial ! Depuis toute petite je suis attirée par le monde des people et ayant 18ans je dois faire certains choix pour mon orientation, est ce qu’il serait possible de discuter un peu si vous avez un peu de temps s’il vous plait ? :)
    Merci beaucoup d’avoir pris le temps de me lire, cordialement

    Susan

    Répondre à Susan
    • Marlène

      Bonjour Susan, toutes les infos pour me contacter sont sur le blog.

      Répondre à Marlène
    • LELEU

      Bonjour à vous,
      Bien votre article, mais je suis insensible à tout ce vedettariat, qui est parfois capricieux ? je suis au crépuscule de ma carrière, et dans mon domaine, des célébrités genre homme politique, chef d’Etat, jusqu’à l’émir. La puissance des uns et l’exigence des autres, m’ont amené sur les plus hauts postes de cuisine une façon de voir l’envers des décors, par les petites manies, les contraintes, les régimes, et déjoué les religions. Oui oui cela existe en cuisine .un émir qui demande un boeuf bourguignon. Des histoires en cuisine vous ne pouvez même pas imaginer, mais certaines sont sans pareil comme ce client, d’un grand hôtel, qui le lundi avait pris l’habitude de prendre une omelette aux herbes, seulement voilà le chef ne commandaient pas d’herbes le lundi, mais dans la cour il y avait une haie en fusain en fleur, et au bout de quelques mois il y avait un trou dans la haie. Le client lui jurait que c’était la meilleure omelette aux herbes !!! Oui oui je vous dis de quoi écrire un livre .nous approchons le vedettariat par la table une façon discrète d’être omniprésent avec ce monde de célébrités.
      Eidge 54 Acossoldahors, via chef de club

      Répondre à LELEU
  • Marie

    Bonsoir,

    Quel bel article ! Est-ce que vous pourriez m’envoyer un mail de manière à ce qu’on discute un peu plus, j’ai quelques questions à vous poser :)
    Merci, à bientôt !

    Répondre à Marie
  • CJ

    As-tu des informations sur le métier de chanteuse ? Aurais-tu des noms d’écoles/des formations à me proposer pour faire du chant en professionnel ? Je prends déjà des cours en loisir et aimerait perfectionner mon art. Merci ;-)

    Répondre à CJ
    • Marlène

      Je ne suis pas du tout conseillère d’orientation donc je ne peux pas t’aiguiller. J’ai écrit cet article pour parler de mon expérience mais je n’ai absolument pas la prétention de tout connaître sur ce milieu… et encore moins les formations, hormis celles qui concernent mon propre métier ! Je pense qu’il faut surtout profiter des opportunités offertes par les réseaux sociaux (Soundcloud, YouTube) pour gagner en visibilité, avoir des critiques et avancer.

      Il y a une jeune chanteuse que j’aime bien, elle a commencé en jouant dans le festival de son village (perdu dans le fin fond de l’Angleterre), en tournant des clips dans son ancien lycée grâce à l’aide de son entourage pour filmer, etc. Ça lui permet d’avoir déjà de quoi exposer son travail, vendre ses singles sur iTunes et trouver quelques dates pour se produire sur scène.

      Répondre à Marlène
  • CJ

    Je suis tombée sur cet article par hasard. J’en suis bien contente et j’ai appris des choses. Je ne sais pas exactement ce que je veux faire, ceci dit, je suis passionnée. Je voudrais que ce soit dans le milieu de la musique. Dis-moi si je me trompe, j’ai l’impression que dans le milieu musical et les métiers qui s’y rattachent sont davantage axés sur l’organisation ?
    Les recruteurs dans ce milieu sont ouverts aux personnes avec des troubles de l’apprentissage? en situation de handicap? ou au contraire sont-ils réticents ?

    Diplômée d’un baccalauréat professionnel dans l’accueil, je me demandais si justement je pouvais pas être hôtesse d’accueil dans les concerts et festivals ou sinon pour quelque chose de plus stable, être agent d’accueil/standardiste dans les associations à but non lucratifs, sociétés musicales ?

    Enfin, pourrais-tu me parler des tâches diverses du métier de l’accueil des artistes ? le métier de programmateur ?

    Répondre à CJ
    • Marlène

      Bonjour, non il n’y a pas que des métiers d’organisation dans la musique, loin de là. Il y a tous les métiers artistiques, production, direction artistique, montage vidéo/caméraman pour la partie clips, ingénieur du son, mixeur, musicien, tous les métiers autour de la scène comme le décorateur, le machiniste, les métiers autour de la distribution et de la diffusion de la musique, que ce soit en maison de disques (marketing, gestion des droits musicaux et des synchronisations, etc) ou en radio (programmateur, etc).

      Bref, il y a des tonnes de métiers. Concernant les « recruteurs », je n’ai jamais croisé de « recruteur » pour ma part. J’ai été embauchée directement par les artistes, qui passent souvent par un cabinet externe pour le côté comptabilité/charges sociales, comme pas mal de petites entreprises d’ailleurs. Je pense que les maisons de disques ont un service ressources humaines mais je n’ai jamais travaillé en maison de disques donc je ne sais pas comment ça se passe.

      Pour le handicap, je pense que c’est comme dans tout métier : tout dépend si le handicap est compatible avec le métier souhaité ou pas. Par exemple, pour prendre l’exemple « classique » d’une personne en fauteuil roulant, ce sera compliqué de faire un métier d’accompagnement de l’artiste « sur le terrain » car dans les festivals par exemple, les backstage sont souvent des chemins boueux, pas vraiment accessibles, avec des escaliers pour accéder à la scène et aux coulisses, sans compter qu’il faut parfois être très rapide pour se faufiler parmi une foule, etc. A l’inverse, quelqu’un qui travaille en maison de disques pour négocier des contrats peut tout à fait être en fauteuil sans problème.

      Je pense que ça dépend de la nature du handicap et de son lien avec le métier souhaité.

      Répondre à Marlène
    • Nadège

      Vous exercez quel métier aujourd hui?
      Merci par avance..
      Vos articles et vos réponses sont passionnantes..
      Michaëlement..
      Nadège

      Répondre à Nadège
    • Marlène

      Je travaille dans le référencement naturel.

      Répondre à Marlène
  • Elise

    Bonjour,

    je suis actuellement en classe de 1ere ES et je me posais des questions sur le métier d’attaché de presse. je me demandais comment me spécialiser dans un domaine particulier en tant qu’attachée de presse. J’aimerais plutôt travailler avec des particuliers (dans le milieu artistique) qu’avec des entreprises.
    J’aimerais bien savoir s’il existe d’autres profession, qu’attaché de presse, se rapportant plus à ce que je souhaite faire.
    Pour l’instant, j’aimerais passer le concours pour entrer à l’EFAP, et je me demandais qu’elles autres écoles pourrais me diriger également dans la voie professionnelle que je souhaite prendre.

    Vous qui êtes déjà passé par les études, sauriez-vous également s’il existe des bourses pour entrer à l’EFAP (ou autres écoles de communication) destinées aux élèves boursiers?

    Je vous remercie pour votre temps consacré aux questions de jeunes personnes intéressées par le monde de la communication.

    Répondre à Elise
    • Marlène

      Bonjour Elise, je pense que toute école de communication sérieuse peut former de bons attachés de presse. C’est un métier où il faut à mon sens un excellent relationnel et beaucoup de culture (bien connaître les groupes de presse, la ligne éditoriale de chaque média, les journalistes clés, etc). Une école de com’ est justement censée donner un bon panorama du monde des médias et inciter les étudiants à être curieux.

      Pour ma part, j’ai fait le CELSA… qui, en plus d’être réputé, a le gros avantage d’être au même prix que l’université (avec tout le système classique de bourses). Il y avait d’ailleurs dans ma promo quelqu’un qui venait de l’EFAP. J’ai aussi entendu parler du master Communication & Marketing à l’université Paris Dauphine en apprentissage (dans le prolongement d’une licence de communication).

      J’avoue que les tarifs de l’EFAP me semblent prohibitifs. Dépenser plus de 7500€ l’année pour entrer sur un marché où les salaires ne sont pas fous, ça me semble vraiment excessif… mais c’est un avis personnel et subjectif !

      Répondre à Marlène
  • ttfun13

    Salut !
    Cet article m’a vraiment plu car d’un autre côté, j’aimerai vraiment bosser dans ce milieu. Disons que c’est compliqué à expliquer, mais en vrai, c’est pas du tout pour le côté « oula je traîne avec une star ». Y’a moyen qu’on parle en privé lou ? J’aurai besoin de tes conseils si possible (enfin tu verras, c’est compliqué) !
    Bisous !
    tt

    Répondre à ttfun13
    • Marlène

      Bonjour, tu peux me contacter par mail via le formulaire de contact du blog. N’hésite pas à m’envoyer des questions précises !

      Répondre à Marlène
    • Nadège

      Lucky girl!!quelle chance d’avoir travaillé pour MJ..je suis une immense fan..vous devez avoir des souvenirs extraordinaires??
      Merci ..

      Répondre à Nadège
    • Marlène

      Hello Nadège, je n’ai pas travaillé « pour Michael Jackson »… mais en montant un projet sur Michael Jackson, ce qui n’est pas la même chose ;) Mais oui, ça m’a permis de vivre des moments très forts !

      Répondre à Marlène
  • Laisha

    Comment elle a fait pour pas demander un autaugraphe a michael jackson ?

    Répondre à Laisha
  • Lutz Ruff

    Bonjour. Merci pour cet article . Moi, je cherche accompagner des artistes en tant que thérapeute pour la réflexologie plantaire pour élargir mes expériences. Ou trouver de telles infos? Je suis bilingue franco-allemand. Cordialement Lutz

    Répondre à Lutz
    • Marlène

      De ce que j’ai vu, les artistes s’appuient beaucoup sur le bouche-à-oreille. Ils vont chez tel ou tel professionnel parce que quelqu’un le leur a recommandé. C’est un peu comme Monsieur-Tout-Le-Monde, au final :)

      Répondre à Marlène
  • Léa

    Bonsoir,

    Je viens de lire votre article et vraiment je l’adore!
    Contrairement à certaines personnes j’aime le fait que vous disiez clairement que travailler avec des artistes n’est pas souvent fait de paillettes. C’est vraiment pour ça que je voudrais travailler dans ce milieu.
    À chaque fois que je vois des cérémonies, des galas, je me dis « Qu’est ce qu’il y a derriere tout ça? ».

    J’aimerais beaucoup parler avec vous par mail pour mieux comprendre votre parcours, si cela ne vous dérange pas évidement !!

    merci

    Répondre à Léa
    • Marlène

      Bonjour Léa, je t’invite d’abord à lire les commentaires de l’article car je pense avoir répondu à la plupart des questions sur mon parcours. Si vraiment la réponse ne figure pas déjà dans les commentaires, tu peux m’envoyer un mail.

      Répondre à Marlène
  • Camalibap

    Bonjour merci pour cet article ce milieu me fait plutôt rêver y-a-t-il un nom spécial pour ce métier genre secrétaire…?

    Répondre à Camalibap
  • Célia

    Vraiment, merci pour cet article,
    Donc voilà je m’explique, j’ai seulement 14 ans, mais déjà tellement d’idées, cela fait plusieurs semaines voire plusieurs mois, que je cherche à mettre un nom sur ce que je voulais faire et je viens de découvrir votre blog, miracle !
    Je trouve ce métier juste fantastique, j’ai bien sûr conscience qu’il y a des hauts et des bas mais quand un métier vous plaît n’est-il pas mieux de ne pas penser à cela ?
    Je voulais savoir si des stages (hors scolaires) sont possibles dans cette profession qui est selon moi non semblable à un autre métier et donc moins accessible à des jeunes de mon âge ?
    Merci de votre réponse.
    (ps : genialissime comme article ;) )

    Répondre à Célia
    • Marlène

      Merci Célia ! Je ne sais pas du tout répondre à ta question, j’imagine que ça dépend des endroits… Je pense qu’un stage d’observation est difficile à obtenir sans avoir un contact dans l’entreprise.

      Répondre à Marlène
  • Lea123

    Salut j’adore cette arcticle je n’est que 14 ans et j’ai bien reflechit a tout ca j’aimerais faire ca comme metier plus tard etre au « service »des célébrités je suis d’accord avec tout ce que tu as dit merci de m’avoir permis de lire ceci mais j’ai quelque questions comme :comment s’appelle ce metier que tu fais(desoler si je te vous voye)?quelle etude a tu fais pour en arriver la …?merci de me repondre

    Répondre à Lea123
    • Marlène

      Bonjour, je t’invite à lire la réponse que j’ai donnée au commentaire de Chloé (15 décembre 2014), tu y trouveras les informations que tu demandes ;)

      Répondre à Marlène
    • Lea123

      Merci mais tu n’aurais pas un nom de metier ou plusieurs a me dire car je ne c pas trop les noms …!j’aimerais faire un metier d’organiser les rendez-vous leur horaires les conseiller les rassurer…. Merci de m’avoir repondu j’espere que tu me repondra encor une fois

      Répondre à Lea123
    • Marlène

      Il y a plein de métiers qui impliquent du conseil… Responsable de communication, responsable des relations publiques, manager, booking manager, directeur artistique…

      Répondre à Marlène
    • Lea123

      Merci de nouveau je choisirais ce qui viendra ! Bisous continue tu dechs

      Répondre à Lea123
  • Mélodie

    Bonjour,
    C’est avec intérêt que j ai lu votre rédactionnel , votre parcours est très intéressant et vous félicite pour votre réussite.
    Sachant que ce milieu fonctionne beaucoup et base sur le relationnel, j ai un projet concernant l audiovisuel et je galère depuis un moment pour décrocher un RDV et être écoutée. Pouvez-vous me donner des orientations pour trouver les intéressés potentiels. Est ce possible d avoir un mail ?
    Remerciements
    Karine

    Répondre à Mélodie
    • Marlène

      Bonjour, je vous ai répondu par mail… même si, en l’occurence, je ne peux pas vous aider. Le milieu de l’audiovisuel est encore différent de celui que j’évoque dans cet article.

      Répondre à Marlène
  • Aure89

    Bonjour;
    Je viens de lire votre article qui est très intéressant. Depuis pas mal d’années j’ai toujours voulu travail auprès d’une célébrité. Mais le plus dur et de savoir quoi viser que faire .
    Vous seriez me dire quel métier faut-il faire pour travailler au côté d’une célébrité? Et s’il faut automatiquement des diplômes spécifiques ou si tout s’apprend par soi-même?

    Répondre à Aure89
    • Marlène

      Bonjour, comme je le dis dans l’article, un métier « pour travailler avec des célébrités », ça n’existe pas ;) On peut travailler avec des célébrités dans presque tous les métiers si on est bon, si on travaille dur, etc. Il peut aussi y avoir une part de chance (une rencontre, le fait de travailler dans une entreprise qui se retrouve tout à coup sollicitée par une personne connue, etc).

      Répondre à Marlène
    • Aure89

      D’accord je vous remercie d’avance pour votre réponse. Serait-il possible d’avoir un peu plus de renseignements et vous posez d’autres questions par mail? Si bien-sûr cela ne vous embête pas de me répondre.
      Merci

      Répondre à Aure89
    • Marlène

      N’hésitez pas à m’envoyer les questions via le formulaire de contact du blog.

      Répondre à Marlène
  • Leilaa

    Super témoignage! On remet les pieds sur terre quand on lit tout ça. Ca fait réfléchir lol.
    Bonne continuation pour la suite :)

    Répondre à Leilaa
    • Marlène

      Merci Leilaa ! Ça me paraît important de ne pas être uniquement dans le rêve. Ce sont des métiers où il y a beaucoup d’occasions de rêver mais ils ont, comme tous les métiers, leurs contraintes.

      Répondre à Marlène
  • Laura

    Bonjour,

    J’ai littéralement dévoré votre article. Depuis deux ans deja, je souhaiterais travailler dans le monde des concerts. J’ai eu plusieurs fois l’occasion de voir l’entreprise « adventureinwonderland » travailler devant moi et je meurs d’envie de faire ce genre de chose.
    Malheureusement je ne connais pas les noms exacte de leur poste et malgré mes recherches à répétition je reste encore dans le vague…

    La personne accueillait les fan/client (?) en leur expliquant comment la journée aller se passer, en demandant qui avait des packs VIP et ce qu’elles allaient devoir faire. Elle etait tres souvent mise en contacte avec l’artiste pour s’assurer d’avoir toute les informations et vérifiait que les camions de tournée étaient bien arrivés et déchargé.

    Je ne sais pas vraiment comment expliquer tout ce qu’elle faisait mais son métier est tout ce que je recherche. C’est polyvalent et en contacte direct avec les gens.

    Quel etait exactement votre poste ..? Et est ce que vous pourriez me conseiller pour aller dans cette voie. Je ne sais même pas si j’ai des études particulières à faire ou une voix précise à prendre pour cela..?

    En vous remerciant d’avance. Bonne journée.

    Répondre à Laura
    • Marlène

      Hello Laura, j’étais responsable de communication (« Head PR » en anglais) et je m’occupais notamment des fans, d’organiser les rencontres entre eux et l’artiste par exemple. En revanche, l’aspect plus « logistique » d’une tournée est plutôt géré par le tour manager : c’est lui qui va par exemple vérifier les équipements présents sur le lieu d’un concert, discuter avec l’équipe technique pour voir si tout le matériel est là, etc.

      J’ai pour ma part obtenu un Master 2 en communication au CELSA.

      Répondre à Marlène
  • Magalie

    Bonjour, je voudrais savoir quel étude tu as suivi pour justement entrer dans le show business ?
    Merci :)

    Répondre à Magalie
    • Marlène

      Je suis entrée dans ce milieu avant tout grâce à un projet personnel (création d’un très gros site sur Michael Jackson) car à l’époque mes études n’avaient rien à voir (j’ai fait 4 ans de psychologie dont une année axée Ressources Humaines).

      Plus tard, j’ai obtenu un diplôme en communication au CELSA à Paris mais j’avais déjà les pieds dans ce milieu quand j’ai intégré l’école :)

      Répondre à Marlène
    • Magalie

      Merci de ta réponse :)

      Répondre à Magalie
  • Alice

    Hello,
    Je sais que je suis en retard mais je viens tout juste de découvrir ton article qui est est très interessant tout comme ton métier. D’ailleurs, tu dois savoir que en 3ème on doit effectuer un stage d’observation c’est mon cas car j’ai 14 ans (:. Ce milieu m’intéresse vraiment as-tu une idée d’où je pourrais faire mon stage sachant que je vis dans la banlieue parisienne même si c’est loin de ma ville. J’aimerai bien que ce soit dans une maison de disque ou quelque chose du genre.
    Merci et j’espère que je ne te dérange pas avec ma requête ;)

    Répondre à Alice
    • Marlène

      Bonjour Alice, tu peux effectivement demander aux maisons de disques (pas seulement les classiques comme Sony, Warner, Wagram & co mais aussi les maisons de disques 100% digitales comme Believe). Tu peux aussi chercher des agences de communication axées musique (Agence Rise Up par exemple). Je ne peux pas vraiment te conseiller davantage car pour ma part je travaillais directement pour l’artiste et pour les grosses campagnes de com’, nous avions une agence à l’étranger.

      Répondre à Marlène
  • Tatiana

    Bonjooour ! c’est un peu tard mais je viens de tomber sur votre article, j’ai des idées de ce que j’aimerai faire plus tard mais j’aimerai bien parlez avec vous ahah ! vous auriez facebook ou par mail n’importe pour qu’on puisse parler ? ce serait gentil :)

    Répondre à Tatiana
    • Marlène

      Bonjour, tu peux me contacter via le formulaire de contact du blog. N’hésite pas à m’envoyer des questions précises pour que je réponde plus facilement car je reçois beaucoup de mails :) Bonne soirée !

      Répondre à Marlène
  • Julie

    J’adore ton article, je m’y retrouve pas mal dedans, je bossais avec des sportifs de haut niveau. La journée à faire les magasins pour leur remplir les apparts (pas du côté fun du shopping), où les gens se cachent dans les rayons pour te fixer… j’avoue la 1ere fois j’ai réagit en gueulant « vous voulez nous jetter des cacahuetes aussi?? » lol ca m’est vite passé, mais j’ai eu droit à de nombreuses questions débiles aussi!

    Répondre à Julie
    • Marlène

      C’est vrai qu’on ne pense jamais aux sportifs mais il y a aussi de sacrés fans ce milieu là !

      Répondre à Marlène
  • Sweet Judas

    C’est un milieu qui m’intéresse mais… En tant que spectatrice. Ça m’a l’air un peu trop rapide, un peu trop virevoltant, un peu trop plein de gens à rencontrer, un peu trop de trucs à organiser pour d’autres que soi-même, un peu trop de comptes à rendre (même si l’expression est laide et que je me doute quand on aime ce genre de rythme, mon avis n’est que mon avis, bien entendu).
    Au final, plus je grandis, plus je me rends compte que j’aime la tranquillité. Pas de l’isolement ou une quelconque haine des gens, juste… Avoir du temps, et surtout, en avoir à perdre. Enfin, je me permets de dire ça uniquement parce que ton article (très intéressant, au demeurant) me renvoie une sensation d’hyperactivité (et que j’aime pas trop trop ça, l’hyperactivité) :-)

    P.S. : Ceci étant dit, je rajouterai « AAARGH BEYONCE ».

    Répondre à Sweet
    • Marlène

      Ah moi c’est l’inverse, j’ai besoin de me lancer dans mille projets, de vivre chaque jour des choses nouvelles et excitantes… il suffit de voir avec quel investissement de psychopathe je gère ce blog ha ha.

      Je n’ai jamais eu l’impression d’avoir des comptes à rendre mais je pense en revanche qu’il faut vraiment être en phase avec la « vision » de l’artiste quand on gère sa communication. C’est un milieu où l’on est très lié à la personne, le courant doit passer et on ne doit pas seulement la cerner artistiquement, on doit aussi la cerner psychologiquement. Comprendre comment elle vit sa notoriété, dans quel type de situation elle se sent mal à l’aise, comme elle a envie de se présenter au public… C’est cet aspect que j’ai toujours apprécié.

      Répondre à Marlène
  • Julie Marcus

    Bonjour, merci beaucoup pour ce témoignage. J’ai juste quelques petites questions: quelle est ta formation? Tu as fais des études de communication? J’adorerais que tu racontes un peu ton parcours en tant qu’étudiante. Et puis, comment as-tu fais pour arriver dans ce milieu? C’est arrivé tout de suite ou il a fallu faire des choses moins drôles auparavant?
    Je compte faire une licence en sciences pro lettres, édition et communication, penses-tu que cette formation est suffisante? Le métier de chargée de relation publiques m’intéresse vraiment, mais comment intégré dans le milieu des vedettes?
    Merci beaucoup pour ta réponse!

    Répondre à Julie
    • Marlène

      Bonjour Julie, je t’invite à lire les réponses que j’ai déjà données en commentaire (notamment à Chloé en décembre 2014 et Iris en février 2015), j’ai parlé de mon parcours et de la façon dont je suis entrée dans ce milieu, en créant un très gros site web sur un artiste. J’ai mis les pieds dans cet univers très tôt et en dehors de mes jobs d’été je n’avais pas d’expérience particulière avant :) J’ai fait des études de communication mais seulement après avoir lancé ce gros projet personnel.

      Après mon bac, je me suis dirigée vers médecine puis vers une fac de psycho, ce qui n’a pas grand-chose à voir avec le show-business ;)

      Entrer dans ce milieu n’est pas vraiment une question de formation et comme je le dis à chacun, il faut avant tout choisir un métier qui plaît quel que soit le secteur où on va l’exercer. Si tu veux travailler dans les relations publiques, tu peux effectivement faire des études de communication et essayer de décrocher tes stages dans des agences axées cinéma ou musique (selon ton domaine d’expertise)… Il faut garder à l’esprit que ce type d’agence est très sollicité pour des stages donc tout ce qui pourra faire la différence sera utile : avoir monté un projet personnel qui prouve ton intérêt pour la thématique, étudier dans une école réputée (CELSA, Sciences Po, IEP de région sont souvent appréciés), etc.

      Répondre à Marlène
  • Rachel

    Merci pour cette réponse et tes conseils !
    J’ai bien réfléchi à tête refroidie, et je pense que je vais continuer à me renseigner sur ces métiers pour savoir si cela me plairait vraiment dans un autre univers pro, comme tu le soulignes… heureusement, j’ai encore un peu de temps :)
    Rien n’est sûr pour la profession chargé de communication, mais je suis quasiment certaine que le métier de graphiste ou de directrice artistique me plairait énormément, stars ou non. Et si j’ai la chance de côtoyer des célébrités au cours de ma carrière, ce sera une bonne expérience, même si maintenant je m’attends à travailler dur et à pouvoir subir des désillusions… Quant au bac littéraire, tu me rassures énormément ! C’est vrai que les profs nous mettent un peu la pression avec le choix de la filière, mais je ne m’en fais plus ^^
    Voilà, merci encore pour cette réponse qui m’a bien aidée et pour m’avoir consacré un peu de temps ! Bonne continuation :)

    Répondre à Rachel
    • Marlène

      L’avantage du graphisme c’est que tu n’es pas obligée d’attendre la fin de tes études pour mettre en valeur ton travail voire le monétiser. Rien ne t’empêche de commencer à proposer tes services en freelance, comme auto-entrepreneur, tout en faisant tes études. Comme ça, tu mets toutes les chances de ton côté de décrocher de belles opportunités et de te créer un portfolio !

      Répondre à Marlène
  • Rachel

    Bonjour ! :)

    Je découvre seulement ce super blog que j’ai eu la chance de découvrir par hasard, en ayant la judicieuse idée de me renseigner sur les métiers du showbiz… Je pense que tu as gagné une fidèle lectrice ! :D

    La célébrité m’a toujours attirée, et comme je suis à un stade de ma vie où il devient imminent de choisir une voie, je me suis dit qu’il était grand temps de partir en quête de ma vocation. Dans ce contexte, ton article m’est apparu comme une révélation, sans exagération ! Il décrit tout ce que j’attends de ma future vie professionnelle, il est très bien écrit et surtout, beaucoup plus instructif que tout ce que j’ai pu trouver jusqu’à présent ! J’ai lu tous les commentaires, et tes réponses ont achevé de me convaincre :)
    Je voulais donc tout simplement te remercier de l’avoir écrit, et te féliciter pour l’avoir si bien fait ! Alors que j’étais pleine de doute, je sais maintenant quel avenir j’envisage, et pour ça, encore merci :)

    Bon, j’avoue néanmoins que quelques petites questions me turlupinent malgré tout… Voilà : je me suis engagée pour une 1ère littéraire que j’entamerai dès la rentrée au lycée… Est-ce, comme je le crains, une filière incompatible avec des métiers tels que chargé de la communication, booking manager, attaché de presse ou agent artistique ? J’ai bien compris qu’il n’existait pas de parcours type pour accéder à ce milieu, et je suis très motivée, alors peut-être ai-je tout de même mes chances… Sinon, je suis prête à changer de filière et opter pour une 1ère économique et sociale, si la possibilité m’en est donnée…

    Par ailleurs, j’ai la chance d’avoir un atout non négligeable : j’ai un grand sens artistique, je dessine très bien et je peux utiliser des logiciels professionnels de dessin, de retouche et de montage (je progresse beaucoup et j’ai réussi à boucler mon premier court-métrage il y a peu ! ^-^) Sais-tu si ces capacités peuvent me donner accès à certaines professions spécifiques qui me feraient travailler pour/avec des célébrités ? Par exemple, dans la réalisation d’un clip musical, dans la conception d’affiches, de pochettes d’albums… ?
    J’admets que j’hésite encore entre l’aspect artistique, créatif, visuel, et l’aspect communication !
    Je ne connais personne qui puisse me renseigner à ce sujet (pour le moment mes recherches Internet se révèlent assez infructueuses), et tes réponses sont je trouve très enrichissantes, mais j’ai conscience de beaucoup t’en demander, je suis désolée =/

    Quoi qu’il en soit, mille mercis d’avance pour tes potentielles réponses et encore bravo pour ton article ! :)

    Répondre à Rachel
    • Marlène

      Hello Rachel, je vais te dire ce que je dis à toutes les personnes qui me parlent de ça : ne choisis pas un métier « par envie d’approcher des célébrités »… Il y a beaucoup de gens qui rêvent et peu de gens qui accèdent réellement à un poste dans ce milieu donc il faut t’imaginer aussi faire ce métier dans un contexte n’ayant rien à voir avec le show-biz. Par ailleurs, c’est quand même un milieu spécial, dont on peut se lasser pour tout un tas de raisons : c’est un rythme de vie intense, on est tributaire d’un artiste qui peut ne plus avoir de succès ou décider d’arrêter sa carrière, comme dans tout job on peut avoir envie de voir autre chose, de faire autre chose…

      Bref, t’imagines-tu être chargée de com’ dans un autre univers pro ? Ou graphiste sur d’autres sujets ?

      Concernant le choix d’un bac, je te rassure : contrairement à ce que disent les profs, le bac choisi n’a pas vraiment d’importance par la suite, sauf si tu choisis une filière type médecine/biologie où un bac L est un vrai handicap parce qu’il te manquera des bases que les autres auront. J’ai été admise en prépa littéraire alors que j’étais en Terminale scientifique ;) Je n’y suis pas allée au final mais rien n’est figé. Par ailleurs, si tu t’orientes vers la communication, sache que dans l’école que j’ai faite (le CELSA), les 3/4 des étudiants sortaient d’un parcours prépa littéraire (hypokhâgne/khâgne).

      On peut travailler avec des célébrités en étant graphiste tout comme en travaillant dans la communication… c’est une question de travail, de talent et de rencontres (= avoir assez d’énergie et de capacité de travail pour « provoquer des opportunités »).

      Répondre à Marlène
  • Gaby

    Bonjour, tout d’abord je tiens à te dire que ton article est super! Il permet d’ouvrir les yeux sur certaines choses!
    Les métiers dans ce monde là m’ont toujours intéressée et je m’y intéresse de plus en plus. Je suis très curieuse de savoir comment ça se passe derrière les coulisses. Je me demandais si l’on pouvait acceder au métier d’agent artistique en suivant une formation basique de manager et ensuite se spécialiser. Est ce que tu aurais des noms d’écoles qui proposent ces formations? Le problème c’est que je vais passer en terminale S et j’ai peur de ne pas pouvoir intégrer ce type de formation.
    Merci beaucoup :)

    Répondre à Gaby
    • Marlène

      Merci de ton commentaire Gaby, j’ai moi-même fait un bac S et le choix de tel ou tel bac n’a jamais été un obstacle. Je t’avoue que je ne crois pas trop aux formations de manager… je pense que le management s’apprend sur le terrain et pas dans une salle de classe car il s’agit de gérer une ou des personnes, d’apprendre à organiser les tâches à effectuer, définir la stratégie qu’on suit pour se développer, résoudre les problèmes qui se posent, etc. Il y a une dimension tellement « variable » que je pense qu’il est plus productif d’apprendre un métier et d’acquérir par la suite des compétences managériales sur le terrain que d’avoir une « formation de manager » mais de manquer d’outils et de connaissances pour faire son métier.

      Concernant les agents, c’est un métier qui me semble très spécialisé par secteur d’activité : cinéma, musique, etc. Selon le secteur, ils n’ont pas tout à fait les mêmes missions… et il peut même y avoir une séparation des rôles entre agent et manager. Par exemple, dans la musique, un artiste peut avoir un « agent de booking » qui s’occupe de lui trouver des dates de concert, un business manager qui gère sa carrière d’un point de vue « économique et financier » (négociation des contrats, etc), un manager plus tourné vers l’artistique (qui va le conseiller sur les collaborations qui seraient intéressantes, un univers visuel, les tendances, etc). Parfois, une même personne fait tout.

      Compte tenu de la polyvalence de ces jobs, il n’y a pas vraiment une filière pour y accéder. Je ne sais pas quel secteur t’attire mais tu devrais essayer de chercher des noms d’agents ou de managers connus dans le domaine et de te renseigner sur leur parcours, tu verras à quel point c’est varié. En revanche, une excellente culture du secteur est indispensable.

      Répondre à Marlène
    • Gaby

      Merci pour ta réponse.
      Ce qui me correspond le plus, je pense que c’est du point de vue « gérer le planning de l’artiste ». J’aime vraiment organiser les choses. En général au lycée, pour les travaux de groupe, c’est moi qui planifie tout! Et je pense que les gens sont convaincus et ont confiance en ce que je dis car ils m’écoutent toujours! :3 ahah Organiser et gérer, c’est vraiment mon truc!
      Toi quel est ton métier si ce n’est pas indiscret? Et comment y es-tu parvenu? Tu as fais des stages? Est ce que tu as des conseils à me donner pour m’orienter après le lycée?
      Je suis désolée avec toutes mes questions mais en faite jusqu’à maintenant, je voulais faire vétérinaire mais je devais absolument chercher « une voix de secours » si je n’y arrivais pas mais je crois que maintenant, ce domaine me plaît plus que vétérinaire. Je suis en pleine réflexion. Je me pose tellement de questions!
      Merci d’avoir tout lu! :)

      Répondre à Gaby
    • Marlène

      Là j’ai changé de secteur depuis juin, j’avais envie de voir autre chose mais juste avant, je m’occupais de la communication du DJ Martin Solveig (sur le web et en dehors). Je te conseille de lire les réponses aux autres commentaires postés sur l’article, j’ai donné plus d’informations sur mon parcours et sur le métier de booking manager justement.

      Ce dont il faut avoir conscience, c’est que c’est un milieu où beaucoup de gens rêvent de travailler mais où il y a peu de « places à prendre ». C’est très important de choisir un métier qui plaît avant de choisir un secteur qui plaît… car on peut être amené à changer de secteur au fil de sa carrière alors que se former à un nouveau métier demande plus d’efforts :)

      Répondre à Marlène
    • Gaby

      Merci encore pour ta réponse! Je vais essayer de me renseigner un maximum sur tout ça!
      Bon courage pour la suite! :)

      Répondre à Gaby
  • Agothtale

    Merci pour cet article rafraîchissant !
    J’y ai retrouvé tellement de ces petites remarques que j’ai eu quand je travaillais comme maquilleuse dans le spectacle vivant (et passais donc une grosse partie de ma vie dans les loges et autour).
    Difficile de faire comprendre à ceux qui ne connaissent pas ce milieu que c’est un boulot, qui demande discrétion, polyvalence, patience, compétence et surtout éviter d’être un gros boulet frisant l’hyperventilation dès qu’une tête d’affiche passe à côté de toi. Il y a de beaux moments, il y en a des moches aussi, comme partout.

    Répondre à Agothtale
    • Marlène

      Entièrement d’accord avec toi et dans le cas de la communication en tout cas, le côté « paillettes » qui fait rêver les gens n’est pas celui que l’on vit au quotidien. J’ai croisé de nombreuses personnes qui s’imaginaient par exemple qu’en travaillant pour un DJ, je passais mes nuits dans des clubs. Dur de leur faire comprendre que non, ce ne serait ni productif ni agréable de travailler de nuit avec 100 dB dans les oreilles…

      Répondre à Marlène
  • Elina

    Bonjour,
    Merci beaucoup de nous partager votre expérience. Votre article m’a vraiment passionné et votre parcours me fait vraiment rêver! Je suis une « fan » qui aimerait trouver un métier pour pouvoir côtoyer son « idole » au quotidien (et sans hystérie évidemment) mais ce n’est justement pas le côté paillettes qui m’attire, c’est le côté humain, sans les projecteurs, en coulisses. Bien sûr, cet univers et ses secrets me rendent tellement curieuse. Je suis au début de mes recherches mais votre article me laisse espérer que tout est possible et réalisable. :) Même si je suis impressionnée par toutes les responsabilités que vous vous êtes vu confier! :o Je me dis alors qu’il faut avoir de sérieuses compétences pour ce genre de métiers qui semblent être « fermés »… Quels sont les métiers les plus « accessibles » dans l’entourage professionnelle d’une personnalité? Vous avez parlé de « droit musical », vous connaissez des professionnels dans ce genre de spécialité?
    Cordialement.

    Répondre à Elina
    • Marlène

      Bonjour, je crois déjà que tout dépend de la notoriété de la personnalité. Plus elle est célèbre et plus sa célébrité est internationale, plus les enjeux ont tendance à être complexes et à exiger de nombreuses compétences. Par exemple, dans le cas d’un artiste mondialement connu il y a des publics différents avec des spécificités culturelles différentes, il y a une logistique plus complexe (décalages horaires et plannings plus compliqués, plus de sollicitations, etc), etc.

      Concernant le droit, je dirais qu’il y a deux volets :
      1/ D’un côté, la gestion des droits musicaux comme elle est effectuée par un éditeur musical (comme Sony ATV). Ca consiste d’une part à récupérer tous les droits d’auteur que l’artiste doit toucher (quand sa musique est diffusée dans une soirée, à la radio, etc). D’autre part, ça consiste à négocier pour « placer » les chansons de l’artiste dans des pubs, des films, etc… et gérer les contrats, la rémunération, etc.
      2/ De l’autre côté, il y a le droit au sens purement juridique du mot. Si tu tapes « avocat droit de la musique » sur Google, tu trouveras un certain nombre de cabinets qui travaillent dans ce milieu là. Aux USA, c’est la branche des « entertainment lawyers ». C’est du droit (= formation en droit, concours du barreau pour devenir avocat) avec ensuite une spécialisation dans le droit de la musique et du spectacle.

      Répondre à Marlène
  • Larry_Stylinson

    Ahaha je te rassures, j’ai une adresse pro, j’utilise celle ci comme  » un pseudo  » sinon j’utilise toujours mon adresse pro pour ce genre de choses ! :p

    Oui, One Direction son toujours managé par Modest! Management.
    Merci beaucoup pour toutes ces informations et pour l’article que tu m’a conseillé, ça va beaucoup m’aider ! :)

    Répondre à Larry_Stylinson
  • Larry_Stylinson

    Merci pour ta reponse elle va beacoup m’aider dans ce projet !
    Concernant le fait de garder  » la tête froide  » face à l’artiste, je pense que j’en suis largement capable malgré ma grande admiration pour ce groupe.
    Sans vouloir être indiscrète, comment as-tu procédée pour entrer en contact avec le manager de Michael Jackson ?

    Répondre à Larry_Stylinson
    • Marlène

      Je te disais ça parce que ton adresse e-mail crie « Je suis FAN, je suis FAN » ;) Si tu te lances dans un projet comme ça, il te faudra une adresse plus pro.

      Je ne me souviens plus comme j’avais contacté le manager de MJ la première fois, ça fait déjà plus de 8 ans que j’ai initié les premiers contacts. One Direction est toujours managé par Modest ? Si c’est le cas, c’est très facile de deviner la structure des adresses e-mail chez Modest et donc de trouver celle de la bonne personne. Tous les sites pro utilisent en général des adresses du type « prenom.nom@nomdusite.com » ou une variante (exemple : initiale du prénom, nom de famille). Chez Modest ils semblent avoir des adresses du type « initiale du prénom, nom de famille » suivi de « @modestmanagement.com ».

      Cet article peut peut-être t’intéresser aussi pour la suite de ton projet : Comment préparer une interview pour son blog ou son site ?

      Répondre à Marlène
  • Larry_Stylinson

    Bonjour !

    Tout d’abord, je veux que vous sachiez que j’ai adorée votre article !
    Cette année je rentre en FAC de langues étrangères et votre métier est vraiment un métier qui m’attire !
    Je serais prête à tout pour pouvoir l’exercer.
    Vous avez parler de la création d’un site sur Michael Jackson, est-il possible d’avoir le lien de ce site afin d’apprécier votre travail ?
    Je suis une grande fan des One Direction et j’aimerais bien monter un site les concernant, tout comme vous avez fait pour Michael Jackson.
    J’aimerais vraiment créer un site sur les One Direction mais je ne sais pas par où commencer et comment m’y prendre…Pouvez vous me dire comment vous avez procéder pour créer ce site ?

    Bien cordialement.

    Répondre à Larry_Stylinson
    • Marlène

      Bonjour, merci pour le commentaire ! Le site est toujours en ligne mais en « simple consultation », c’est à dire qu’il n’est plus mis à jour et que j’y ai supprimé tout l’aspect « social » (commentaires, forum, etc) ainsi que tout l’aspect « business » (il n’y a plus de boutique en ligne, etc) : http://www.elusiveshadow.com. A l’époque, il y avait un forum de 1700 membres / 132 000 messages. Le design était aussi différent. Il y avait aussi un mini-site à but caritatif (les fans pouvaient déposer un hommage à Michael Jackson et faire un don en même temps, les dons ayant été reversés par la suite à la fondation Make A Wish qui réalise les rêves des enfants malades). Il y a environ 2300 articles au total sur le site.

      Je ne sais pas ce que tu veux savoir exactement sur sa création, il y aurait beaucoup de choses à dire :) J’avais des connaissances web « basiques », j’ai donc cherché à les perfectionner pour apprendre à faire un site esthétique et fonctionnel. Pendant ce temps, j’ai étudié ce qui existait déjà sur Michael Jackson pour voir ce que je pouvais apporter de « mieux » et de « différent ». A l’époque, tout le monde abandonnait le côté « site web » pour privilégier les forums, j’ai donc décidé de miser sur un site bourré d’informations aussi fiables que possibles, avec une grande réactivité sur l’actualité et en essayant de donner aux fans de la qualité.

      J’ai beaucoup travaillé pour écrire quelques centaines d’articles avant le lancement (environ 400 articles de mémoire) en me servant de toute la documentation que je possédais sur Michael Jackson pour « vérifier mes sources ». Une fois le site ouvert au public, ça a été un travail permanent pour relayer l’actualité, développer les contenus « permanents » (biographie, interviews, etc), recueillir des témoignages, interviewer des gens ayant travaillé avec Michael Jackson. Parallèlement, j’ai établi des contacts réguliers avec sa maison de disques aux États-Unis et avec son manager de l’époque. Et puis ça a grossi, grossi, grossi :)

      Être une « grande fan » comme tu dis peut être un atout comme ça peut être un frein. Pour ma part, j’ai été fan de Michael Jackson à l’adolescence mais quand j’ai lancé le site, j’avais pris une certaine distance affective avec tout ça. Bien sûr, je garde une grande « tendresse » pour l’homme parce qu’il a marqué ma vie et que j’ai un très bon souvenir des fois où je l’ai vu, c’était quelqu’un de sympathique et humain. Mais quand j’ai créé le site, j’avais perdu le côté « fan » (= ce rapport d’admiration, le fait d’être impressionnée par lui ou par son œuvre, etc). J’avais une approche beaucoup plus normale et c’est ce qui m’a permis de comprendre à la fois les attentes des fans mais aussi celles des journalistes par exemple. Toutes les personnes avec qui j’ai échangé, que ce soit au niveau de la maison de disques ou de son équipe ont vu clairement que j’étais quelqu’un qui avait « la tête froide ». Idem face à lui, j’étais à un stade où j’étais capable de lui parler comme j’aurais parlé à n’importe qui.

      Je crois qu’une certaine distance est indispensable pour qu’un tel projet ait une valeur professionnelle… et quand je vois les sites sur Michael Jackson qui ont tiré leur épingle du jeu à l’étranger, tous avaient ce côté « pro » (même quand ils sont gérés par de grands fans). Savoir contacter des gens en gardant la tête froide, ne jamais tomber dans le côté « Haaan il est trop beau » ou dans un discours complètement lisse, tout en ayant un vrai respect pour l’artiste.

      Je pense qu’il faut non seulement une excellente connaissance de la carrière de la personne (ou du groupe dans ton cas), si possible avec des informations inédites ou la capacité à dénicher des infos avant tout le monde/quand elles viennent de sortir. Parler anglais, impérativement… et avec un excellent niveau : les infos importantes sortent presque toujours en anglais en premier, non seulement parce que ce sont des artistes internationaux mais aussi parce que la presse anglo-saxonne a beaucoup plus de budget que la presse française pour mener de vraies enquêtes et dénicher de l’inédit. Aller prendre l’info en anglais à la source et savoir la retransmettre sans contresens me paraît donc primordial. Et puis, être actif, chercher à faire des interviews, recueillir des témoignages sur les concerts, les fans qui ont rencontré les artistes, etc. Se déplacer soi-même sur le terrain pour avoir des photos et infos inédites. Se créer un vrai réseau (l’équipe de l’artiste, les fans « bien informés », etc). Et chercher sans arrêt à se perfectionner :)

      Répondre à Marlène
  • Margot

    Bonjour !
    Je vais tout de suite vous dire, votre article m’a terriblement motivée. je suis en année de seconde et je suis fortement intéressé par les métiers derrière la scène. J’ai, il y a peu découvert un nouveau groupe de musique (en l’occurrence de la kpop) et je me suis dis « ce serai génial de travailler dans ce monde là ».
    Alors j’ai cherché, étend donné que je ne suis pas spécialement bonne a l’école, on m’a vite découragé (pas que je n’ai pas les compétence, mais je suis du genre a avoir du mal a me concentrer si cela ne m’intéresse pas, et n’aillant toujours pas de projet professionnel et choisi une filière, ça n’aide pas non plus). Enfaite, heureusement que je suis tombé sur votre article !!
    Je dois effectuer un stage d’observation, et je me demande si dans ce genre métier il est possible d’en trouver. Ensuite on m’a beaucoup dit que pour travailler là dedans, il fallait un « carnet d’adresse » bien remplit, donc avoir des connaissances (grâce à la famille..) est-ce vrai ?
    J’aimerai beaucoup vous poser plein d’autre questions, pourrais-je vous contacter par mail ?

    Respectueusement,
    Margot.

    Répondre à Margot
    • Marlène

      Bonjour Margot, merci pour le message ! Pour les stages d’observation, il faut peut-être essayer de demander aux maisons de disques ou à des agences d’artistes mais je ne suis pas sûre qu’ils prennent de si jeunes stagiaires. Il faudrait déjà que tu saches quel métier exact t’intéresse parce que « les métiers derrière la scène », il y en a des dizaines, depuis la technique (régisseur, etc) jusqu’à l’artistique (maquillage, etc) en passant par la communication, le juridique (droit de la musique), etc.

      Concernant le carnet d’adresses, c’est à la fois vrai et faux : pour entrer dans le monde de la musique lui-même, non, le carnet d’adresses n’est pas nécessaire. Ça peut passer par un stage dans une maison de disques, par une expérience personnelle en lien avec ce milieu (avoir un groupe, aider des amis à promouvoir leur musique en leur créant un site Internet ou autre, monter soi-même un blog musical, etc). En revanche, pour travailler avec des artistes vraiment connus, oui, le réseau joue un rôle : tout simplement parce qu’il y a peu de « places » à prendre (un artiste garde souvent la même équipe pendant plusieurs années et c’est encore plus vrai pour les artistes très connus)… donc quand un poste se libère, l’artiste a tendance à miser sur des gens qui ont déjà une certaine réputation, des réussites « prouvées ».

      N’hésite pas à m’envoyer un mail via le formulaire de contact du blog.

      Répondre à Marlène
  • le goaster

    me le problème c que ludivine ma fille na pas fait de conservatoire,merci pour ce renseignement ,bonne journée

    Répondre à le
  • le goaster

    je suis désolée j aurais du vous en dire d’avantage, elle voudrait faire du théâtre elle en a fait pendant 2 ans ,j aimerais l’inscrire , dans une école de théâtre , sur Paris, mais je sais pas lequel, surtout que nous on habite en Indre et Loire, mais c’est ancré au plus profond d’elle depuis très jeune. J’aimerais lui donner cet chance!!
    merci beaucoup pour votre message

    Répondre à le
    • Marlène

      Côté théâtre, la référence sur Paris reste le CNSAD. Il a formé beaucoup d’acteurs connus (Jean-Paul Belmondo, Juliette Binoche, Sabine Azéma, Francis Huster, Samuel Le Bihan, Jean Rochefort, Nathalie Baye, etc), il y a un bon réseau d’anciens élèves aussi. Le concours est très sélectif mais c’est une école de référence, avec des frais d’inscription abordables (pas plus chers que dans une fac). J’ai eu la chance de le visiter avec mon prof de théâtre quand j’étais au lycée (il était ancien élève du Conservatoire), c’est un lieu magnifique. Il faut avoir déjà fait du théâtre avant, dans une école reconnue par le Conservatoire (ex : un Conservatoire de région, etc) pour pouvoir passer le concours. Le mieux est de les appeler pour se renseigner.

      Répondre à Marlène
  • le goaster

    bonjour ,j ai trouver votre article très intérrésant, ma fille voudrai évoluer dans ce métier,mais quand elle en parle les gens ce moque d elle,et la décourage,elle baisse pas les bras pour ça, car elle est très motivée,elle va avoir 18 ans en juillet, et elle en a marre de ce qu elle fait (serveuse) et ce fait harcelé à l’école par a port a ce qu elle veut faire, elle est dispo et ce met façilement au travaille, merçi beaucoup et en attendent de vous lire,je vous souhaite une bonne continuation

    Répondre à le
    • Marlène

      Bonjour, je ne sais pas trop quels conseils vous attendez de moi… Je pense qu’elle doit surtout choisir un métier qui lui plaise, faire en sorte de devenir excellente dans ce métier et peut-être qu’une opportunité se présentera un jour. Il n’y a pas qu’une voie qui mène à ce milieu mais plein de métiers différents, à elle de choisir le sien selon ses talents !

      Répondre à Marlène
  • Meriem

    Bonjour,
    Je suis tombée sur votre article en faisant des recherches sur les métiers en rapport avec les célébrités et il m’a beaucoup plu. Je suis une jeune fille de 18 ans, je passe mon BAC cette année. L’année prochaine, j’aimerais intégrer une Fac de langue pour obtenir une Licence LEA (Langues Étrangères Appliquées) et me diriger vers la communication. J’aimerais me diriger vers votre métier et pour cela, j’ai quelques questions à vous poser. Tout d’abord j’aimerais savoir si il est possible de communiquer par mail avec vous ? :)

    Cordialement.
    Meriem

    Répondre à Meriem
  • lajous ilona

    bonjour,
    j’ai lu votre témoignage, et c’étais très intéressant. je suis en 3eme actuellement et cherche encore mon futur métier. j’ai quelques idees, comme attachée de presse dans le cinéma ou dans la mode. j’aimerais avoir plus d’informations dans votre métier, comment avez-vous démarré votre carrière?
    j’aimerais découvrir votre métier, organisez-vous des stages?
    cordialement
    ilona.

    Répondre à lajous
    • Marlène

      Hello Ilona, je t’invite à lire la réponse que j’ai donnée à Chloé plus haut dans les commentaires, j’explique un peu plus comment j’en suis arrivée à faire ce métier. Pour ma part, je suis toujours occupée directement des artistes donc les missions sont plus globales que les relations presse puisqu’il y a tout le reste de la communication à gérer (avec la maison de disques, les agents, les graphistes, les équipes de production vidéo, les fans, sur le web, etc). La plupart des attachés de presse travaillent en agence (il y a des agences d’artistes comme Adequat qui gèrent énormément d’acteurs, Albane Cléret est aussi LA référence en matière de ciné). Je ne connais pas du tout l’univers de la mode à ce niveau donc je ne peux pas te conseiller.

      En gros, pour que tu comprennes bien la différence : quand tu es attachée de presse, tu démarches les journalistes pour qu’ils parlent de tes clients, tu essaies d’obtenir la meilleure exposition pour eux dans les médias, tu peux aussi parfois coacher tes clients pour qu’ils soient meilleurs en interview, etc. L’attaché de presse a plusieurs clients donc il peut jouer là-dessus pour obtenir de belles opportunités (par exemple en disant au journaliste « Si tu me fais un papier sur mon client Bidule, je peux t’avoir une interview avec Machin chose). Quand tu travailles directement avec un artiste, tu n’as pas forcément ce rôle de « démarchage » auprès des journalistes : la plupart du temps, ce sont eux qui te contactent… et il faut trier les opportunités, choisir les plus intéressantes, essayer d’obtenir encore plus ^^

      Répondre à Marlène
    • ilona

      merci beaucoup, j’aurais bien sur d’autre question a te poser, peut-on parler par mail? bisous ^^

      Répondre à ilona
    • Marlène

      N’hésite pas à m’envoyer tes questions en passant par le formulaire de contact du blog !

      Répondre à Marlène
    • ilona

      d’accord merci beaucoup ^^

      Répondre à ilona
  • Alison

    Bonjour, je suis une lycée et je me renseigne sur des métiers qui m’intéresse. Et je voulais savoir qu’elle études tu as fais pour en arriver où tu es. Merci d’avance. :)

    Répondre à Alison
    • Marlène

      Hello Alison, tu peux lire la réponse que j’ai donnée à Chloé le 16 décembre dans les commentaires, je parle de mon parcours. Je ne sais pas quel métier t’intéresse précisément…

      Répondre à Marlène
  • Iris

    Tu vas dire que je t’harcèles mais c’est pour te remercier :) Tu m’as beaucoup éclairer alors un grand mercii :D

    Répondre à Iris
  • Alicia

    Bonjour bonjour!!
    Je trouve ca tres intéressant ton article! Je veux ca depuis longtemps et étrangement ca me donne encore plus envie ton article! C’est vraiment vraiment génial que tu es fais sa et que tu reponde aux questions! Merci infiniment!
    Moi ce que je voudrais c’est le métier où on habille les stars,les mannequins ect ect Est ce que tu connais le nom s’il te plaît? Et est ce que pour ca aussi il faut se faire reperer? Merci pour tout!!

    Répondre à Alicia
    • Marlène

      Merci Alicia ! Je pense que ce dont tu parles est tout simplement le métier d’habilleur. Ils gèrent toutes les tenues, leur entretien, leur préservation, etc. J’ai déjà travaillé avec une habilleuse : elle avait par exemple pour mission de faire des propositions vestimentaires pour des tournages, de prendre les mensurations des artistes/danseurs/etc, d’aller faire le shopping (trouver les bonnes couleurs, les bonnes tailles, les bonnes marques, emprunter des vêtements si nécessaire auprès des services presse des marques, etc) et, au moment du tournage, d’aider chacun à s’habiller. Elle pouvait aussi s’occuper ensuite du pressing et de gérer l’entretien des tenues.

      Je ne vais pas te mentir : je ne sais pas du tout quelle formation il faut pour faire ce métier, il y a des informations ici : devenir habilleuse. Le site ne parle que du côté « habillage » de la star et du côté « entretien des vêtements » mais d’après ce que j’ai vu sur le terrain, les missions peuvent être plus variées que ça en réalité.

      Répondre à Marlène
  • Iris

    Merci pour ta réponse très rapide alors que tu dois être occupés! Tu as (je trouve) beaucoup de chance! Et c’est sûr,tous les métiers sont basés sur la chance,se faire repérer ou non :/
    J’y avais déjà penser à journaliste mais après des recherches plus approfondie j’ai compris que ce n’etais pas pour moi
    Moi j’aimerais beaucoup « manager » (je sais pas si c’est le bon terme) mais le problème c’est que je sais pas si c’est facile à obtenir un métier même minime
    En tous cas,ton métier à l’air trop bien! Je sais qu’une personne n’est pas l’autre mais étrangement ça me rassure que tu dises que tu n’es jamais regretter :)
    Encore un grand merci!

    Répondre à Iris
    • Marlène

      Je parlais de « chance » mais non, ce n’est pas basé sur la chance. C’est basé avant tout sur le travail. Si je n’avais pas travaillé, beaucoup, je n’aurais jamais évolué comme je l’ai fait. Donc c’est d’abord et avant tout du travail et ensuite seulement, oui, tu peux avoir de la chance :) Dans mon cas, j’ai passé 2 ans à préparer la création d’un très gros site Internet sur Michael Jackson, à chercher à entrer en contact avec son équipe, à développer un réseau. J’ai passé des mois à écrire, apprendre à créer un site de qualité, apprendre le graphisme en travaillant non stop en plus de mes études, en dormant très peu. Et ça a payé, le site a eu un énorme succès très rapidement… et c’est parce que ce projet a eu du succès que j’ai attiré l’attention d’un autre artiste ensuite. C’est une « chance » parce que j’aurais pu ne jamais croiser sa route mais ce n’est pas une chance basée sur du vent. On se fait repérer parce qu’on a bossé, parce qu’on a donné le meilleur de soi-même, fait des sacrifices.

      Manager un artiste, c’est quelque chose qu’on peut commencer à faire à côté de ses études, en donnant un coup de main à un groupe ou un artiste local et en touchant un peu à tout (la promotion, la négociation des contrats, etc). Pour accéder au management de grands artistes, c’est long, il y a peu d’élus, il faut être très très doué et il y a une grande part de vraie chance et de flair (faire les bonnes rencontres, tomber sur un artiste qui « marche » durablement, etc).

      Répondre à Marlène
  • Iris

    Bonjour! Je ne sais pas vraiment le métier que je veux faire plus tard,alors je me suis dit : Tiens? Et si je cherchais un métier en rapport avec les célébrités? Ca doit être génial!
    Et je n’avais pas pensée que c’est vrai qu’il faut savoir regarder derrière le rideau :/
    Je me demandais si ca t’arrivait d’en avoir marre de ton métier? Ou de regretter?
    Apres dernière question (Je suis désolé!) Ma passion la plus grande c’est enqueter/chercher , tu penses que en rapport avec les célébrités il y aurait un métier? :)
    Merci en tous cas pour ce superbe article constructive!

    Répondre à Iris
    • Marlène

      Merci Iris ! Regretter mes choix, non, un choix nous apprend toujours plein de choses et j’ai vécu de belles expériences : des tournages de clips, des shows, des rencontres qui m’ont marquée, j’ai même créé la pochette d’un single. J’ai eu l’occasion de voir comment ça se passait de l’autre côté de la barrière, de participer à des cérémonies de remise de prix, de voir un peu toutes les facettes de ce milieu (le spectacle, la musique, l’aspect financier, l’aspect visuel, l’aspect créatif, la logistique, la communication, etc).

      Après, je ne sais pas si c’est une chance ou une malchance mais j’ai commencé ma carrière en travaillant très vite sur de « gros artistes ». La majorité des gens commencent par travailler sur de petits artistes et, bien plus tard dans leur carrière, croisent la route des « grands ». J’ai notamment travaillé avec Martin Solveig pendant 4 ans comme responsable de communication, pile au moment où Madonna lui a proposé une collaboration… donc forcément, quand tu te retrouves à 25-26 ans à travailler sur ce genre de projet, tu te dis « Qu’est-ce que je vais faire après ? » Là, je collabore avec un jeune acteur dont le premier casting après ses études lui a permis de décrocher un rôle dans un film de Ron Howard avec Chris Hemsworth donc pareil, je n’ai pas connu tout le côté « développement de notoriété ». Je crois que dans une carrière, il faut se laisser porter par les opportunités qu’on peut avoir et dans mon cas, je ne ferme aucune porte, que ce soit dans ce milieu ou dans un autre.

      Pour répondre à ta passion pour l’enquête/la recherche, je pense tout de suite au journalisme mais c’est un secteur difficile, peu d’emploi, souvent mal payé… Après, rien ne t’empêche de lancer ton propre projet (blog, site web sur les célébrités), c’est un très bon moyen de se construire un réseau, d’améliorer ton écriture et, si tu es très pro, de décrocher peut-être tes premières interviews avec des artistes.

      Répondre à Marlène
  • Emilie

    Tom métier m’intéresse vraiment beaucoup, donc je voulais te demander si sa te dérangerait pas trop de m’en parler plus en détaille en mail voici mon adresse e-mail: * adresse supprimée pour éviter le spam *
    Je te remercie :)

    Répondre à Emilie
  • Emilie

    Bonjour, j’ai lus les questions/réponses sur cette article et tu as répondu à une question et parler du métier de booking manager.Après plusieurs recherche ce métier m’intéresse beaucoup. Connait tu des personnes travaillant dans ce milieu qui pourrait en parler ou toi même connait tu un peu ce métier ?
    Merci de ta réponse :)

    Répondre à Emilie
    • Marlène

      Bonjour Emilie, j’ai travaillé pendant 4 ans avec quelqu’un qui s’occupait notamment de booking management, j’ai aussi fait quelques riders quand ma collègue était en vacances. Je ne sais pas quelles sont tes questions donc je vais répondre à ton mail. J’ai supprimé l’adresse e-mail que tu avais postée publiquement dans ton commentaire pour éviter que tu sois spammée.

      Répondre à Marlène
  • Chloé

    Bonjour, bravo pour votre article je le trouve vraiment bien écrit ! Je m’intéresse beaucoup à ce milieu et je voulais savoir si ce n’est pas trop indiscret quel métier vous faites ou avez pour en arriver là et quelles ont été vos études ? Ou sinon, quels métiers permettent de travailler avec des artistes je veux dire du côté production, organisation et tout ça.
    Merci d’avance et encore bravo

    Répondre à Chloé
    • Marlène

      Bonjour Chloé, merci pour le message ! Je travaille dans la communication : communication interne (entre l’artiste, sa maison de disques, ses agents), externe (avec la presse, les marques, les associations caritatives, etc), web (community management, gestion des relations avec les fans). Il peut aussi y avoir des problématiques liées à la vie privée (sécurisation des comptes personnels de l’artiste sur les réseaux sociaux, contrôle des usurpations d’identité, etc). Selon les projets, j’ai aussi été amenée à rédiger des dossiers de subvention, aider un artiste à répondre à des interviews, créer un site web, caster des figurants pour un clip, travailler sur des collaborations avec des marques… C’est vraiment varié.

      En matière de musique j’ai aussi une compétence dans la gestion des synchronisations (utilisation de chansons dans la pub/à la télé/au cinéma) : négocier le montant des droits que va payer un réalisateur pour utiliser une chanson, faire le contrat, facturer, s’assurer que l’on collecte bien les royalties ensuite, etc.

      Les métiers de la production et de l’organisation sont nombreux donc difficile de t’orienter sans connaître tes attentes et ce qui t’attire dans ce milieu. Pour citer un métier « d’organisation » dans la musique, il y a par exemple le métier de booking manager : c’est lui qui se charge de remplir l’agenda de l’artiste :) Il négocie donc avec les organisateurs d’événements les tarifs et conditions d’une prestation, le tout en ayant une vraie vision stratégique et logistique (on évite d’enchaîner des concerts dans 2 pays opposés !). Une fois les événements négociés, il faut organiser la logistique, préparer le rider de l’artiste (document qui comporte toutes les infos dont il a besoin pour son voyage : numéros et horaires des vols, infos sur les chauffeurs, numéros de téléphone utiles, interviews prévues, infos sur le concert lui-même : qui fait la première partie, à quelle heure l’artiste monte sur scène ; le nom de l’hôtel, etc etc). Il y a aussi la rédaction d’un rider technique (matériel exigé par l’artiste pour sa prestation + demandes particulières concernant les loges).

      J’ai eu un parcours atypique : j’ai monté un très gros site Internet sur Michael Jackson qui m’a ouvert beaucoup de portes, m’a permis de le rencontrer, de développer un réseau. Ensuite, j’ai eu 2 cas de figure très différents :
      – un artiste avec qui j’avais envie de travailler et que je suis « allée chercher ». En gros, j’ai fait une analyse poussée de ses besoins en communication et j’ai contacté son agent avec un projet très précis et des références du travail que j’avais pu faire avant. Le projet a plu, j’ai en plus été recommandée par quelqu’un « du milieu »… et ça a débouché sur une collaboration.
      – j’ai fait une partie de mes études au CELSA (école de communication) et ils font régulièrement intervenir des professionnels pour faire cours. Quelques années plus tôt, ils avaient justement fait venir le label manager d’un artiste. Du coup, quand l’artiste a eu besoin de recruter quelqu’un, il a posté une petite annonce sur le site de l’école (annonce anonyme bien sûr, elle proposait juste un job « dans le secteur culturel » sans préciser qu’il s’agissait de travailler avec un artiste). J’ai envoyé mon CV et l’artiste a été intéressé par le travail que j’avais fait sur Michael Jackson, il m’a donc embauchée.

      Voilà pour cette réponse-pavé !

      Répondre à Marlène
    • Chloé

      Merci beaucoup pour la réponse, merci d’avoir pris le temps de m’expliquer tout ça. Je ne voudrais pas abusé, mais serait-il possible d’avoir votre adresse mail pour vous posez ( encore ) quelques questions ? C’est uniquement si vous avez le temps et si vous êtes d’accord bien sur, je comprendrais que vous refusiez.
      Cordialement

      Répondre à Chloé
    • Marlène

      Bonjour Chloé, je vais envoyer un mail à l’adresse Gmail indiquée dans le commentaire ;)

      Répondre à Marlène
  • Sabrina

    Bonjour,

    J’ai vraiment beaucoup aimé lire votre article qui semble définir ce milieu de manière beaucoup plus réaliste que ce que j’ai pu lire jusqu’à présent et également avec beaucoup d’humour !
    Il est vrai que c’est un milieu qui m’a toujours intrigué, pas vraiment fait rêver mais qui éveille simplement ma curiosité, j’adore découvrir de nouvelles choses, j’ai seulement 22 ans et pourtant je suis passé par pas mal de boulots différents jusqu’à présent.
    Maintenant j’aimerais exploiter mon métier de base qui est l’informatique et je me suis dis que dans ce milieu ça pouvait être un bon filon ! Merci en tout cas pour votre article qui m’a appris pas mal de choses !

    Répondre à Sabrina
    • Marlène

      Merci Sabrina ! Je pense que beaucoup de gens s’imaginent qu’il y a une voie dédiée pour travailler dans ce milieu (exemple : faire telle école, tel métier, avoir un proche « bien placé », etc). En réalité, je crois que c’est surtout du travail, une recherche d’excellence… et parfois un peu de chance aussi dans les rencontres que l’on peut faire.

      Répondre à Marlène
  • Lolita

    C’est marrant mais je me suis jetée sur l’article, j’ai bien aimé mais le côté terre à terre que tu racontes, on n’a pas envie d’y penser (ne le prend pas mal), je préfère rêver même en sachant que ce n’est pas la réalité

    Répondre à Lolita
    • Marlène

      Je ne me vexe pas parce que j’ai longtemps hésité à publier cet article pour cette raison… en me disant « Ma pauv’ fille » (oui, je me gronde parfois), « tu vas casser l’ambiance » ^^

      C’est un peu le paradoxe de ce milieu : le « rêve » exige forcément de gommer une part de la réalité. On ne rêve pas devant quelque chose ou quelqu’un de terriblement ordinaire, il faut une pointe d’exceptionnel, de magie voire d’admiration… Mais ce rêve a aussi un prix, que je trouve assez affreux : on oublie que derrière, il y a des êtres humains. Comme tu dis, « on n’a pas envie d’y penser ». Et une part de moi-même se rebelle de toutes ses forces contre ça.

      Le pire, c’est que c’est pareil « de l’intérieur » : je discutais il y a quelques mois avec un acteur d’un autre acteur. Tous deux devaient jouer ensemble dans un même film et on discutait du mec en disant « J’ai vu une interview de lui, il a l’air super arrogant ». Et tout à coup, on s’est regardés et on s’est dit « On est horribles, on le critique alors qu’on ne le connaît même pas, on a juste vu 5 minutes d’interview ».

      Les aspects « terre-à-terre » dont tu parles, personne ne veut vraiment les mettre en avant. Alors je me fais un peu l’avocate du diable parce que je pense qu’il faut les garder dans un coin de sa tête. Savoir qu’on n’ira pas à Poudlard n’empêche pas d’adorer Harry Potter ;) Savoir qu’une star est humaine et que les coulisses sont moins pailletées que le tapis rouge n’empêche pas d’admirer quelqu’un pour son talent et son « personnage ».

      Répondre à Marlène
  • Bulle

    Merci pour ce témoignage. J’avoue être de celles qui sont super curieuses de savoir ce qui se passe derrière le rideau. Quand j’étais plus jeune, je voulais absolument être chargée de comm d’une célébrité…quelque part, ça me fait encore fantasmer: comment arrive-t-on à manipuler une information pour qu’une frasque devienne quelque chose de positive, comment gérer les crises etc…ça doit être un excellent exercice….après, je me doute bien, comme tu le dis que c’est avant tout un travail au-delà d’une star. On travail pour une personne qui devient une marque. Merci aussi pour le clin d’oeil pour MJ qui est juste MA star ;)

    Répondre à Bulle
    • Marlène

      D’après ce que j’ai vécu, on ne manipule pas vraiment l’information dans le sens où un journaliste écrit ce qu’il veut, on a rarement un droit de regard sur le contenu d’un article (et heureusement). C’est plutôt une sorte d’accord tacite : les artistes sont sur-sollicités donc quand on dit oui à un média, le média sait sans qu’on lui dise que c’est « une chance », que s’il tire à boulets rouges sur l’artiste, il perdra pour longtemps la possibilité de l’interviewer/d’avoir une exclusivité. De la même manière que sur un blog mode, si une blogueuse incendie une marque, elle risque fort de ne plus avoir de cadeaux/exclus de la part de cette marque. C’est le jeu de forces actuel entre presse et communication.

      En tant que chargée de com’, tu passes donc une grande partie de ton temps à filtrer les demandes (et à refuser de très « beaux » médias par manque de temps, snif !) et à choisir le média qui te paraît le plus « sûr » et le plus intéressant pour ton artiste. Sûr ne veut pas dire « aseptisé », c’est parfois intéressant d’avoir un journaliste qui met le doigt sur des aspects qui font grincer des dents… « Sûr », c’est un média qui ne va pas trahir les propos de l’artiste en les réinterprétant à sa sauce et qui connaît son sujet (même dans les grands médias, ce n’est pas toujours le cas et il n’y a rien de pire qu’un journaliste qui fait de gros raccourcis hasardeux par manque de culture).

      Répondre à Marlène


Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.