Faut-il se forcer à écrire quand on manque de motivation ?


En tant que blogueur, on traverse parfois des périodes où l’on manque de motivation ! Fatigue, planning de travail bien chargé, on a du mal à trouver l’énergie d’écrire sur son blog… Ca peut arriver à tout le monde et ça m’arrive même à moi, qui ai pourtant une routine blogging plutôt intensive et bien rodée !

Que faire face à ce manque de motivation ? Faut-il se forcer à écrire sur son blog ou au contraire lâcher du lest et faire un break pour retrouver un nouveau souffle ? Voici quelques éléments de réflexion !

Sieste dans un hamac

Se forcer à écrire ou procrastiner ?

Faut-il s’imposer de bloguer quand on est fatigué, au nom de la sacro-sainte « discipline d’écriture », ou remettre l’exercice au lendemain, au risque de procrastiner pendant des jours voire des semaines ?

De manière générale, je pense qu’il faut être à l’écoute de soi-même. Quand on manque de motivation, que l’on a besoin de faire une pause, ça peut être salutaire de s’accorder un moment pour souffler.

C’est aussi une formidable opportunité de prendre du recul pour retrouver un rapport sain à son blog, ne pas le prendre trop à cœur. C’est précisément pour cette raison que je m’accorde toujours des périodes de vacances où je décroche du blog, histoire de me rappeler que « ce n’est qu’un blog » !

Néanmoins, lutter contre son manque de motivation peut aussi impliquer de se forcer à écrire. Mais pourquoi écrire quand on n’en ressent pas l’envie ?

C’est bien de mal écrire

Certaines personnes écrivent avec la même qualité tout le temps, qu’elles s’imposent un créneau horaire pour écrire ou qu’elles s’y mettent spontanément. A l’inverse, d’autres vont être totalement paralysées à l’idée de « devoir écrire quelque chose » quand la motivation n’est pas là.

Alors forcément, la tentation est grande de n’écrire que lorsque l’envie est au rendez-vous. Parce que c’est là que l’on va transmettre nos idées, notre passion et notre énergie avec conviction. C’est là que l’on va éviter l’écueil du post creux, plat, intéressant, celui qui « remplit le planning » mais n’a aucun intérêt.

Pourtant, si vous écoutez les conseils des grands auteurs, ceux des spécialistes de l’écriture créative, ils vous disent souvent la même chose : imposez-vous d’écrire. Et acceptez l’idée de ne pas toujours écrire correctement.

Comme le résumait la romancière américaine Jodi Picoult, « Vous n’écrirez peut-être pas bien tous les jours mais on peut toujours modifier une page mal écrite. On ne peut pas modifier une page blanche ». Henry Miller disait quant à lui : « Quand vous ne pouvez pas créer, vous pouvez toujours travailler ».

Se forcer à écrire, c’est parfois poser dans un brouillon les bases d’un excellent post que vous pourrez modifier par la suite pour le rendre plus fluide et plus captivant.

Le moment idéal n’existe pas

En étant réaliste, il y a rarement un moment parfait pour écrire dans nos plannings surchargés… et c’est encore plus vrai quand on est en couple, que l’on a des enfants, une vie professionnelle bien remplie. Quand ce n’est pas la fatigue qui nous bloque, c’est l’envie de ne rien faire, les sollicitations de l’entourage, le bruit ambiant, la perspective d’une soirée-larve-dans-le-canapé…

Si on attend les conditions idéales, on risque de les attendre longtemps. Il paraît que c’est même une citation biblique (rien ne m’arrête quand je fais des citations !) : « Les fermiers qui attendent la météo idéale ne plantent jamais. S’ils observent chaque nuage, ils ne récoltent jamais ». Amen, ai-je envie de dire !

Nous avons des vies riches et stimulantes. Il se passe toujours quelque chose – de bien ou de moins bien – et ce serait utopique de croire que ça changera demain.

Faut-il être un surhomme pour écrire malgré un manque de motivation ?

La meilleure discipline est celle qui garde une part de souplesse ! En étant réaliste, il est très difficile de bloguer quand on est épuisé ou démotivé. La fatigue, notamment, a de nombreux effets sur nos facultés mentales : elle augmente les temps de réaction, il devient plus difficile de traiter des informations ou de résoudre un problème. Bref, on « percute » moins vite, on a plus de mal à formuler ses idées et la qualité de l’écriture s’en ressent.

Parfois, mieux vaut se coucher tôt et être plus efficace le lendemain que s’imposer une soirée entière devant son écran pour produire 300 mots médiocres. Cette solution marche d’ailleurs très bien quand la fatigue est ponctuelle. Mais pour éviter de procrastiner indéfiniment, j’ai quelques astuces en stock !

Bloguer en mode « saut à ski »

Quand vos idées sont fraîches, le matin par exemple, trouvez un sujet de post, listez toutes les idées que vous voulez aborder dans l’article, en vrac, voire rédigez l’introduction si vous avez le temps.

Cette méthode est très efficace car elle vous permet de lancer la réflexion sur une piste, un peu comme si vous vous engagiez sur un tremplin de saut à ski : une fois que vous êtes en descente, vous n’avez plus le choix, le saut est inéluctable ! Avec le blogging, c’est pareil.

En ébauchant le contenu de votre article le matin, vous pourrez reprendre la rédaction le midi ou le soir, quand la fatigue se sera réinstallée : ce sera beaucoup plus facile car vous aurez déjà accompli le gros de l’effort de réflexion. Il vous suffira de détailler des idées que vous aurez déjà listées avant.

Rampe de saut à ski
© AST, rampe de saut à ski

La loi du moindre effort

Certains sujets nous demandent un effort intellectuel plus important que d’autres. Quand vous manquez de motivation ou que vous êtes fatigué, optez pour les sujets les moins exigeants ! Par exemple :

  • Écrivez un post en vous inspirant d’une discussion que vous avez eue : si vous avez déjà eu un débat « de vive voix » avec un proche sur un sujet donné, le gros du travail de réflexion est déjà fait !
  • Partagez une compilation d’articles. Ils peuvent être issus de votre propre blog (« Les 5 posts les plus commentés du blog ») ou d’autres sites. Par exemple, « Les tutos qui m’ont le plus aidée pour réussir telle chose », « Les articles qui me remotivent quand je manque d’énergie ».
  • Présentez un outil qui vous aide au quotidien.

De mon côté, c’est souvent dans ces moments que j’en profite pour trier et redimensionner mes photos pour mon blog voyage… ou que je me lance dans de petites actions pour améliorer mon blog.

Enfin, il ne faut pas hésiter à mettre les notifications en mode manuel sur votre téléphone au lieu de les recevoir en temps réel. Ça vous incitera par exemple à répondre à vos mails et commentaires en une seule fois au lieu de le faire au fil du temps, un gage d’efficacité. Pensez aussi à vous relire plus attentivement : la fatigue accroît le risque de faire des fautes d’inattention !

Quand on se connaît bien, on peut ainsi établir un « plan d’action » à activer quand on est fatigué ou démotivé, pour ne pas laisser tomber son blog pendant ces périodes.

Comment gérez-vous les périodes où vous êtes moins motivé ou plus fatigué ?

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lorsque vous postez un commentaire sur le blog, le nom indiqué dans la case "Prénom" ainsi que votre message apparaîtront publiquement. Votre adresse e-mail restera confidentielle.

27 commentaires sur “Faut-il se forcer à écrire quand on manque de motivation ?

  • Emy@FeminiteZen

    bonjour. j’ai tenté de me forcer à écrire sans motivation, en général du à la fatigue et à un planning surbooké comme beaucoup. Et, j’y gagne… un brouillon de plus truffé de fautes d’orthographes. J’aime beaucoup ta « loi du moindre effort » ! une futur source d’inspiration !?! bizzz

    Répondre à Emy@FeminiteZen
    • Marlène

      Ce n’est pas si mal d’avoir un brouillon de plus, même très imparfait. Ça peut être « l’étincelle » qui donne naissance à un très bon article quand la motivation revient :)

      Répondre à Marlène
  • Ludo

    Je ne me force jamais quand je n’ai pas envie ou que je suis fatiguer, ça ne sert à rien, je reste comme une limace devant l’écran ou alors je passe mon temps sur Facebook ^^
    En général, j’ai un moment de motivation « extrême » et je me mets à écrire 5-6 articles en un coup… Ou alors je fais morceaux par morceaux :)

    Répondre à Ludo
    • Marlène

      Ah oui tu ne fais pas les choses à moitié dis donc, 5-6 articles ! Je crois que mon record est d’en avoir écrit 7 en un week-end, j’étais surmotivée (et n’avais que ça à faire) mais ça a dû se produire une fois :)

      Répondre à Marlène
    • Ludo

      Bah, faut dire que mes articles sont moins technique que les tiens :)
      Et puis j’ai tendance à les avoir dans ma tête à l’avance… Je crois qu’inconsciemment, j’y pense longtemps et après je n’ai plus qu’à « jeter » ce que j’ai emmagasiné

      Répondre à Ludo
  • Morvan Stéphane

    Bonjour,
    Merci pour cet article fort intéressant, tout ce qui aide à persévérer est d’une aide précieuse. L’essentiel est dit. La discipline et la méthode sont les moteurs qui maintiennent la créativité en mouvement. Ce sont les petits pas qui nous conduisent loin sur le chemin…

    Répondre à Morvan
    • Marlène

      On oppose souvent discipline et créativité en pensant que la rigidité apparente de l’une freine l’expression libre de l’autre… Je suis convaincue pour ma part que la discipline ne rend la créativité que plus vigoureuse. Il suffit d’ailleurs de regarder, dans d’autres domaines, à quel point l’excellence va de pair avec un énorme investissement personnel. C’est le cas pour les danseurs, les musiciens, les artisans…

      Répondre à Marlène
  • Pascal

    Ah tes articles Marlène ! Je commente plusieurs jours après l’avoir lu, parce que justement, je séchais sur le sujet à traiter… principalement à cause de la fatigue et du stress.

    Le conseil qui m’a servi : « présentez un outil qui vous aide au quotidien ».

    Bref, remotivé, et un article de plus ! Et une extension WordPress mise en ligne, pour les besoins de l’article… merci à toi !

    Sinon je ne m’impose pas de rythme pour écrire, je dirai même plutôt que je m’impose parfois de ne pas écrire, j’aurais une tendance workaholic moi aussi…

    Répondre à Pascal
    • Marlène

      Ah, de mon côté j’ai abandonné l’idée de m’empêcher d’écrire… pourquoi lutter contre la créativité ? ;) Au besoin, on peut « l’éparpiller » sur différents projets si elle déborde…

      Répondre à Marlène
  • So

    Hello,

    Ah la la, la fameuse motivation qui concerne tous ceux qui créent! Tu as développé des points intéressants: écrire moins bien plutôt que de ne pas écrire du tout. Dans tes articles précédents, tu te décrivais comme quelqu’un de perfectionniste et tu évoquais le fait que tu n’avais pas de gros problèmes en orthographe, ce qui est vrai :)

    Mon manque de motivation va être grandement liée à ma fatigue. Ayant toujours eu une appétence pour les lettres plutôt que pour les maths et n’ayant d’ordinaire pas de gros problèmes d’orthographe, si j’écris un article en mode « flemme », celle-ci risque d’en prendre un sacré coup et comme j’ai un côté perfectionniste, ça va me poser problème.

    Cela dit, la suggestion de l’article moins « prise de tête » qui nécessite moins de réflexion et moins de lignes d’écriture est une bonne idée à retenir. C’est vrai que l’on n’y songe pas forcément.

    Quand on veut trop bien faire, on pense toujours qu’il faudra passer des heures à faire des recherches avant d’écrire alors que l’on peut très bien développer ses propres réflexions sans le moindre support les jours de grosse flemme.

    Répondre à So
    • Marlène

      Oui et d’ailleurs, au-delà de l’écriture d’articles, ça peut être un bon moment pour faire de petites tâches de rédaction que l’on ne pense pas forcément à faire autour de son blog : personnaliser les descriptions de ses catégories ou de ses étiquettes par exemple !

      Répondre à Marlène
  • L'Irrégulière

    Comme je publie tous les jours, j’ai eu du mal à trouver mon rythme, et la solution c’est de planifier mes article : je les écris le week-end, lorsque j’ai du temps à y consacrer et l’esprit réactif. Faire ça en semaine, j’ai essayé, je n’y arrive pas et je ne fais rien de bon.
    Par contre en écriture créative en effet je me force à écrire 500 mots par jour : en fait la machine n’est pas du tout la même, si tu t’arrêtes plus d’1 jour ton élan est coupé, ce qui n’est pas du tout le cas avec le blog !

    Répondre à L'Irrégulière
    • Marlène

      C’est vrai qu’en semaine, ce n’est pas toujours simple quand on a mille choses en tête, la fatigue, etc !

      Répondre à Marlène
  • Mathilde - Voyager en photos

    Quand je suis fatiguée, une de mes astuces est d’aller courir. Alors ça peut paraitre bizarre ^^ mais aller faire du sport permet de réfléchir à un nouvel article, sur comment je vais l’organiser, etc… et bizarrement me dynamise !
    je ne l’explique pas (ou peut être se sont les fameuses « endorphines »), car en général, avant d’aller courir je n’ai qu’une envie faire la larve dans le canapé ou de glander sur Twitter, alors que 30min-1heure plus tard, je suis en pleine forme !
    Ensuite je ferme les réseaux sociaux et c’est parti!!
    Et quand je suis vraiment pas motivée, comme toi je trie mes photos… ça me donne l’impression de faire quelque chose d’utile pour le blog. car quand ça veut pas, ça veut pas et je ne veux pas me dégouté du blog qui doit rester un plaisir !

    Répondre à Mathilde
    • Marlène

      C’est bien que tu aies trouvé une méthode qui marche pour toi ! Je suis sûre qu’on n’utilise pas tous les mêmes « leviers » pour se motiver, le tout est d’apprendre à se connaître suffisamment pour identifier ceux qui fonctionnent le mieux sur soi.

      Répondre à Marlène
  • surunpetitnuage

    Coucou ma belle, moi je fais partie des personnes qui publient quand même un petit quelque chose quand l’inspiration ou la motivation n’y est pas. Mais contrairement à ton blog, le mien est bien plus varié au niveau des catégories. Alors dans ces phases « creuses », j’ai plutôt tendance à faire des articles légers du type, Wishlist, What’s in my bag ?, humeur …

    J’avais rédigé un article, s’il peut te donner quelques idées ;) Cet hiver ces astuces m’ont permis de me remettre à flot après une période vraiment dérangeante pour moi.
    http://surunpetitnuage.fr/comment-retrouver-la-motivation-pour-ecrire/

    Je t’embrasse et te souhaite bon courage (tu n’as pas la possibilité de poser un ou 2 jours pour te faire un petit week-end prolongé pour faire un break ?)

    Répondre à surunpetitnuage
    • Marlène

      Hello, je publie 6 articles par semaine sur mes 2 blogs réunis donc je n’ai pas vraiment de problème pour gérer ma motivation hé hé ;) J’ai justement écrit ce post pour essayer d’aider d’autres personnes qui ont plus de mal à gérer ces phases de fatigue ou de « baisse de régime ». Dans mon cas, je suis habituée à y faire face et ça fait même partie de mon métier… donc ce sont des sujets auxquels j’ai eu l’occasion de réfléchir.

      Je n’aurai pas de « vraies vacances » avant un bon moment mais il y a plus grave dans la vie ;)

      Répondre à Marlène
  • prettylittletruth

    Parfois l’inspiration me manque mais je finis toujours pas ecrire, car c’est un peu mon echappatoire, et au final mes articles ne sont pas si mal! haha :)

    Répondre à prettylittletruth
  • matchingpoints

    Nous sommes deux à faire fonctionner le blog, ce qui donne plus de possibilités pour trouver des inspirations. Quand l’une n’a pas d’idée, c’est l’autre qui peut rebondir. Mais nous restons assez libres dans nos têtes pour que le blog reste un plaisir et non pas une obligation…
    Mais il est vrai lorsque, pour prendre un exemple, nous avons vu deux films dans la semaine, il est facile de trouver un sujet et d’en parler sur le blog.
    Quand nous avons une idée, nous la notons toujours, même si le post va sortir bien plus tard, avec plein de modifications…

    Répondre à matchingpoints
    • Marlène

      C’est intéressant, le blogging à deux, pour gérer les fluctuations de la motivation mais aussi pour créer une « émulation », trouver de nouvelles idées !

      Répondre à Marlène
  • tania

    Coucou Lou,
    J’ai opté pour des articles où la réflexion était déja faite., comme tu dis une discussion récente ou cela se fait très rare mainenant mais un article qui était pratiquement écrit. En ce moment, j’ai un article voyage que j ai finalement repoussé car je devais redimensionner les photos et je n ai rien d’écrit sur le texte en lui meme. Plutôt que de bacler l’article, j’ai proposé la semaine dernière un article humeur sur quelque chose qui me tenant à coeur et sur leque je n’avais aucune difficulé à trouver les idées. La c’était plus faire attention à la fluidité. D’ailleurs ce fut un de mes articles les plus longs: un article humeur. Dans mon cas les articles voyages sont ceux qui me prennent le plus de temps car je dois choisir les photos et puis écrire un récit, revérifier certaines infos enfin bref nous sommes nombreuses à connaitre cela. Par contre les articles ciné ou séries tv sont moins contraignant pour moi .
    En tout cas, dans cet article tu donnes de bonnes pistes car je crois que nous sommes nombreux à se poser la question au moins une fois

    Répondre à tania
    • Marlène

      C’est possible :) Mais comme tu le dis si bien, bâcler n’est jamais la solution, parfois mieux vaut prendre un peu plus de temps et publier un article à la hauteur de nos exigences :)

      Répondre à Marlène
  • ellea40ans - Stephanie

    Bonsoir, j’ai tendance a commencer beaucoup d’articles en même temps et je me suis rendu compte que ce n’était pas l’idéal pour moi. Je dois d’abord en terminer un pour passer au suivant sinon je tourne en rond et je passe beaucoup de temps à écrire et à me relire. Dans mon cas le temps n’est pas de l’argent c’est juste pour le plaisir, donc pas de stress… Bonne soirée

    Répondre à ellea40ans
    • Marlène

      Pas faux :) J’aurais aussi du mal à commencer plusieurs articles en même temps. Ça m’est arrivé mais il s’agissait d’articles très différents (un tutoriel et un article de « réflexion ») donc on arrive plus facilement à « compartimenter » la rédaction !

      Répondre à Marlène
  • l0uanne

    Je me suis donné le rythme d’un article par semaine, comme ça, j’écris un peu chaque jour ce qui me permet d’éviter de me forcer à tout écrire d’un bloc surtout quand j’ai pas envie.

    Répondre à l0uanne
    • Marlène

      Je trouve ça bien, d’écrire en plusieurs fois :) Ça permet de ne pas mettre la machine complètement à l’arrêt et en même temps, on se laisse le temps de se remotiver pour « finaliser » l’article avec un peu plus d’énergie :)

      Répondre à Marlène
Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.