Etude référencement : bonnes pratiques SEO pour un site Google-friendly


Searchmetrics publie chaque année une étude référencement intitulée « Ranking Factors » qui s’intéresse aux bonnes pratiques SEO et aux critères que le moteur de recherche prend en compte pour classer les sites web. L’occasion de regarder quels éléments sont importants pour avoir un site Google-friendly.

Les grands constats de cette étude référencement

Searchmetrics publie cette étude chaque année depuis 2012 et s’appuie sur l’examen de 10 000 mots-clés. La société constate aujourd’hui qu’il n’existe plus vraiment de critères de référencement universels qui s’appliqueraient à tous les secteurs et à tous les sites. De ce fait, depuis 2017, il existe des études par secteur d’activité.

Google semble plutôt s’intéresser à la pertinence du contenu proposé par rapport à l’intention de l’internaute.

Autrement dit, le contenu jugé le plus adapté par le moteur de recherche est celui qui répond le mieux aux questionnements du visiteur. Un contenu Google-friendly peut donc être aussi bien un contenu court qu’une seule information, des images, des vidéos ou encore des contenus longs qui abordent les aspects les plus importants d’un sujet.

L’algorithme de Google est désormais capable d’évaluer cette pertinence en temps réel, en prenant en compte plusieurs centaines de facteurs.

Searchmetrics indique également que les aspects techniques conservent toute leur importance pour un bon référencement : avoir une vitesse de chargement optimale, un site accessible et optimisé pour les mobiles, une bonne architecture du contenu et des liens internes, etc.

Enfin, les backlinks que reçoit un site semblent avoir moins d’importance qu’avant pour obtenir un bon positionnement sur Google. Une tendance qui s’explique peut-être par la progression des recherches sur mobile et des applications, qui suscitent des partages mais génèrent moins souvent des liens.

Le contenu pertinent, au coeur des bonnes pratiques SEO

Ce n’est pas surprenant que le contenu conserve un rôle clé pour un bon référencement sur Google. Searchmetrics rappelle en effet que la recherche d’informations reste au cœur des pratiques sur le web.

92% des achats B2B sur Internet commencent par une recherche, 81% des achats B2C également.

Simultanément, la quantité d’informations disponibles sur Internet ne cesse d’augmenter, si bien que la plupart du temps, il ne suffit plus d’écrire un article de 300 mots sur un sujet pour se positionner correctement sur Google.

Il faut bien sûr choisir les bons sujets et les bons mots-clés mais il faut aussi sélectionner le bon type de contenu en fonction des attentes des visiteurs : parfois, c’est une vidéo qui répondra le mieux à leurs questionnements tandis que dans d’autres cas, une réponse courte en quelques bullet points sera la plus adaptée. Tout dépend de l’intention de l’internaute.

Le bon mot-clé, c’est celui qui présentera une adéquation optimale avec la requête tapée par l’internaute sur son moteur de recherche. Searchmetrics constate cependant que les contenus les plus pertinents se trouvent entre la 3e et la 6e position sur Google, la 1ère et la 2ème place ayant quant à elles des scores de pertinence inférieurs.

La prédominance des contenus longs se confirme puisque les pages présentes dans le top 10 de Google comportent en moyenne 1633 mots (1222 mots pour le mobile). On n’observe pas de « keyword stuffing » (usage excessif de mots-clés) parmi les pages les mieux positionnées. Les mots-clés ciblés apparaissent en moyenne 7,5 fois dans le contenu pour les sites du top 10.

Searchmetrics note que la pertinence est déterminée en fonction d’une optimisation globale d’un contenu : mots-clés dans le corps du texte, dans le title, dans la description, dans le titre (H1)… Seulement 53% des sites figurant dans le top 20 de Google incluaient par exemple leurs mots-clés principaux dans le title. Ça montre qu’il ne suffit pas de suivre une « recette de cuisine » pour créer un contenu Google-friendly qui se positionnera bien.

Etude référencement : les bonnes pratiques SEO pour un site Google-friendly
Etude référencement : les bonnes pratiques SEO pour un site Google-friendly

Comprendre les réactions des internautes

Comment Google fait-il pour évaluer les réactions des internautes par rapport à un contenu ? Comment le moteur de recherche décide-t-il si un contenu est pertinent ou pas ?

Google s’appuie sur toutes les données en provenance de ses services (Google Chrome, Google Analytics, Android, Adwords, le comportement des utilisateurs quand ils sont sur le moteur de recherche : les clics, le taux de rebond, etc).

Sans surprise, 44% des internautes cliquent sur le premier résultat proposé quand ils effectuent une recherche sur Google. Ce taux tombe à 30% pour le site classé en troisième position.

On constate également un taux de rebond moyen de 46% sur la première page des résultats : comme souvent avec le taux de rebond, il faut être prudent sur l’interprétation (l’internaute quitte-t-il un site parce qu’il a trouvé l’information qu’il cherchait ou au contraire parce qu’il a besoin d’aller ailleurs pour satisfaire sa demande ?).

Google peut également s’appuyer sur le temps passé sur une page afin de déterminer la pertinence du contenu. On constate que les sites du top 10 retiennent en moyenne l’internaute pendant 190 secondes (plus de trois minutes).

L’importance des facteurs techniques dans les bonnes pratiques SEO

Les aspects techniques conservent une importance non négligeable. 85% des pages du top 10 sur Google comportent une balise H1 et 77% comportent une balise H2. Apprendre à réaliser un bon balisage de ses contenus donne donc un avantage sur les autres.

Par ailleurs, le HTTPS confirme sa progression : fin 2016, il y avait déjà quasiment 50% des sites du top 10 en HTTPS.

Les noms de domaine en .com sont les plus présents dans le top 10 (86%).

Searchmetrics a également mesuré le poids des pages web non compressées. On constate que les pages qui se positionnent bien sur mobile sont environ 1/3 moins lourdes que les pages qui se positionnent bien sur ordinateur (poids moyen de 1.5 Mo sur ordinateur, 0.93 sur mobile). Le temps de chargement complet d’une page est en moyenne de 7 à 8 secondes pour les sites du top 10.

Le nombre de caractères dans les URL connaît une augmentation de 15% depuis l’année dernière, avec une moyenne de 53 caractères pour les sites du top 10.

Aujourd’hui, la plupart des sites proposent une bonne accessibilité sur mobile (Google parlait de 85% de sites accessibles) et le mobile conserve toute son importance puisque Google en fait aujourd’hui sa référence.

Jusqu’à présent, le moteur de recherche s’appuyait avant tout sur la version ordinateur des pages web pour déterminer leur classement dans les résultats de recherche. Désormais, Google adopte un index mobile-first, où ce sont les performances des pages sur mobile qui servent à déterminer votre positionnement… Cet index se met en place progressivement depuis 2017. D’où l’intérêt d’avoir un site rapide, léger et adapté à la navigation sur mobile.

Searchmetrics constate que si l’on examine le top 100 des sites les plus visibles dans les résultats de recherche, 100% d’entre eux sont faciles d’accès sur mobile.

Un site Google-friendly se soucie de l’expérience utilisateur

L’étude référencement de Searchmetrics constate que le nombre de liens internes sur les sites est en chute libre. Ça laisse entendre que ce qui compte n’est pas tant de faire de multiples liens entre les pages de son site mais plutôt d’adopter une structure basée sur la pertinence. De même, les liens externes vers des pages pertinentes restent très présents sur les sites du top 10.

Searchmetrics indique que les liens conservent toute leur importance pour aider Google à comprendre le rapport entre les contenus.

Les pages du top 10 comportent en moyenne 1.6 image et près de la moitié incluent une vidéo (les vidéos hébergées sur les sites eux-mêmes restent relativement rares par rapport aux vidéos intégrées depuis une plateforme tierce comme YouTube).

L’usage de listes à puces, tout comme la présence d’éléments interactifs (menus, boutons, etc.) reste élevé pour les sites les mieux classés.

Autres facteurs et bonnes pratiques SEO significatives

Réseaux sociaux et référencement

Selon Searchmetrics, il existe une corrélation importante entre les signaux sociaux et le positionnement sur les moteurs de recherche. Les pages les mieux classées sur Google sont bien plus actives que les autres, quel que soit le réseau social étudié : Facebook, Google+, Twitter, Pinterest…

Notons cependant qu’à ce jour, Google affirme ne pas tenir compte des réseaux sociaux dans le positionnement des sites.

Backlinks

Pendant longtemps, les backlinks ont été considérés comme le critère dominant pour un bon référencement… d’où tous les abus qui en ont découlé (spam de commentaires, achat de liens en pagaille, etc). Il semblerait que les backlinks aient perdu de leur importance et ne soient plus aujourd’hui qu’un critère parmi d’autres pour évaluer la pertinence des pages.

Il est possible sur certains sujets de niche d’obtenir un excellent positionnement sur Google sans pour autant avoir des backlinks de qualité en quantité importante.

Si vous suivez régulièrement l’actualité du SEO, cette étude référencement ne vous surprendra probablement pas. Elle confirme qu’il ne suffit pas de suivre une liste de choses à faire pour obtenir un bon référencement mais qu’il faut surtout réfléchir à sa stratégie et à son public tout en optimisant son site de manière globale. De quoi nourrir nos bonnes résolutions tout au long de l’année !


Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

21 commentaires sur “Etude référencement : bonnes pratiques SEO pour un site Google-friendly

  • Marie

    Merci Marlène pour tes articles très clairs et si utiles! Je me sens soutenue dans cette aventure nouvelle :)

    Répondre à Marie
    • Marlène

      Tant mieux, ça me fait plaisir de savoir que ça t’aide ! Le temps passe vite quand on blogue mais il y a presque trois ans j’étais aussi en train de faire mes premiers pas dans ce monde si riche ;)

      Répondre à Marlène
    • Marie

      C’est vraiment passionnant! Et riche, c’est bien le terme :) Merci encore (car je dévore tes articles)

      Répondre à Marie
  • VIBEslab

    Très bon article, merci de nous faire profiter d’analyse aussi poussées.
    Concernant la partie backlinks, j’emet un doute à croire que les backlinks ont moins d’importance.
    Je pense que google aimerait bien voire disparaitre certains annuaires qui font de l’ombre à leurs service AdWords.
    Bonne continuation et hâte de lire votre prochain article

    Répondre à VIBEslab
    • Marlène

      Pour ma part, je vais plutôt dans le sens d’une baisse d’importance des backlinks. J’ai pu me positionner sur des requêtes très concurrentielles (univers voyage) avec un domaine tout neuf (0 backlink dessus, pas d’historique du tout). J’ai reproduit le même schéma sur le site d’une amie que j’ai accompagnée pour son lancement (site clean sur le plan technique, contenu très bien optimisé mais pas de netlinking).

      Et quand on regarde le positionnement des sites qui occupent la première page sur pas mal de requêtes, on remarque que des métriques type domain authority (lequel est très basé sur les liens) varient sans lien apparent avec la position du site.

      Répondre à Marlène
  • JisséBro

    Bonjour Marlène,

    Merci pour cet article précieux pour le blogueur encore débutant que je suis. A sa lecture m’apparaît l’importance de passer rapidement en https – ce qui me casse un peu les pieds – mais semble indispensable pour qui veut être sérieux avec son blog. Cependant une question me vient à l’esprit: Est-ce qu’une liste en cinq points 1, 2, 3, 4 et 5 à la même valeur (ou plus ou moins) qu’une liste à puces (bullets list) ? Deuxièmement, avec beaucoup d’images (normal mon blog traite du dessin et de la peinture) mon site est lent à s’afficher… Est-ce pénalisant auprès de google ? Merci pour le temps que tu prendras à me répondre. Je te souhaite une très belle année 2017.
    Amicalement
    JisséBro

    Répondre à JisséBro
    • Marlène

      Hello, si la liste en 5 points ne comporte aucune balise, elle n’a pas une valeur différente d’une liste sous forme de bullet points. En revanche, si on transforme la liste en article, avec une balise <h2> par exemple autour de chaque élément de la liste, élément que l’on développe ensuite dans un paragraphe, là ça peut devenir plus stratégique pour le référencement.

      Et pour répondre à la deuxième question, oui, le temps de chargement est un critère extrêmement important aujourd’hui. Plus de 50% du trafic se fait sur mobile. Un site qui met plus de 2-3 secondes à charger perd à mon sens beaucoup d’opportunités.

      Répondre à Marlène
  • Alexandra

    Je trouve ça très intéressant. Merci beaucoup pour cet article super complet. Ce sont les tendances pour 2016, mais qui vont bien nous aider pour entamer 2017 :)
    Et ce que je constate : j’ai encore beaucoup de boulot à faire !

    Répondre à Alexandra
    • Marlène

      Il y a plein d’autres tendances à suivre pour 2017, on entend pas mal parler de recherche vocale, de référencement des applications mobiles… ça bouge, ça bouge ! C’est l’avantage et l’inconvénient de ces sujets :)

      Répondre à Marlène
  • Seolius.com

    Bonjour Marlène,

    Je vous remercie pour cet article que je trouve très intéressant.
    L’agence Searchmetrics est habituée de faire des études chaque année sur les nouvelles tendances SEO surtout en période de fin d’année. Votre article détaille bien les constats et les résultats de sa dernière étude. Personnellement, je suis d’accord avec Searchmetrics sur certains points, mais pour d’autres, j’ai un avis différent.

    Je commence par les faits dont je confirme dans l’étude Searchmetrics :
    Le contenu restera toujours le facteur prépondérant dans la stratégie SEO, comme expliqué, c’est le contenu qui fait fonctionner tout ce processus : les internautes cherchent une certaine réponse à leurs questions, le moteur de recherche fournit des réponses qui sont plus ou moins pertinentes, qui sont proposés par des sites web.
    C’est alors tout à fait évident que le site qui propose des contenus plus pertinents qui seront toujours en tête des résultats. Ceci a été et restera toujours un facteur clé.
    Maintenant pour les autres facteurs techniques comme le balisage, les Hn, le nom de domaine, la sécurisation HTTPS ainsi que la rapidité sur mobile, leur importance n’est plus à démontrer et s’accroît de jour à l’autre.
    Le point que je ne cautionne pas avec Searchmetrics est le poids des backlinks, Matt Cutts a déjà affirmé que cette pratique avait été tentée en interne, mais il semble que Google a renoncé à cette expérience parce que selon la même source, Matt Cutts, les résultats seront pires et beaucoup moins qualitatifs si le moteur de recherche ne prend pas en considération les liens entrants.
    Et même en faisant un petit test, nous allons remarquer que les sites avec des backlinks qualifiés sont les plus propulsés dans les résultats du moteur Google.

    Répondre à Seolius.com
    • Marlène

      Bonjour, je pense qu’il ne faut pas non plus faire dire à cette étude ce qu’elle ne dit pas :) En l’occurence, Searchmetrics ne dit pas que les backlinks ne servent à rien ou ne sont plus pris en considération. Ils disent simplement que les backlinks ont aujourd’hui moins de poids que ce fut le cas à une époque.

      Je le constate d’ailleurs de mon côté. Mon blog culturel, Serial Lectrice, est extrêmement bien référencé et reçoit un trafic SEO conséquent… alors qu’il a reçu très peu de backlinks.

      Répondre à Marlène
  • Timide

    Bonjour Marlène,

    J’ai découvert ton blog récemment et j’ai bien aimé. J’ai accroché avec ta belle personnalité et ton altruisme.
    Je suis sûr que beaucoup de blogueurs aimeraient t’avoir comme amie ou copine. ;)

    Dis-moi, une question que je me suis posé en lisant tes articles, j’ai vu que tu mettais de  » grosses images  » dans chacun de tes articles (comme celle de ton article présent avec l’image de mains sur le clavier par exemple). N’est-ce pas  » repoussant  » pour un lecteur ? Je sais pas. Moi, quand je vois un blog, un article, avec une grosse image comme ça, ça a plutôt tendance à me rebuter et je descends rapidement le curseur pour aller direct vers le contenu. J’aurais préféré une image peut-être moins grosse, on va dire.
    Mais je vois que énormément de blogs font comme toi, je ne comprends pas si y a une logique bénéfique dans ça ? Si tu peux m’expliquer. ;-)

    Passe de bonnes fêtes de Noël !

    Répondre à Timide
    • Marlène

      Hello, je trouve pour ma part que la présence d’au-moins une image est indispensable dans un article : d’abord, ça permet d’avoir un contenu visuel à afficher sur les réseaux sociaux dans une qualité satisfaisante lorsqu’un article est partagé ; ensuite, ça augmente la lisibilité d’un contenu et sa propension à être partagé (augmentation allant jusqu’à 94% si je me souviens de l’étude qui était parue sur le sujet). Ca irait aussi de pair avec un meilleur référencement.

      Concernant la taille de l’image, le fait qu’elle prenne toute la largeur de la colonne de texte correspond aux tendances graphiques du moment. Ca n’a pas toujours été comme ça.

      Répondre à Marlène
  • TiF

    Salut !
    Je viens d’ouvrir un blog sur la procrastination, et le tien m’est d’une aide précieuse pour découvrir cet univers. En plus pendant que je te lis, je repousse ce que je devrais faire, et c’est bien ce que je fais de mieux !
    Merci ;)
    TiF

    Répondre à TiF
    • Marlène

      Hello, bonne idée d’ouvrir un blog sur le sujet, il y a beaucoup à dire ;)

      Répondre à Marlène
  • tania

    heureusement le contenu prime
    malheureusement bcp des recherches qui ont mené à mon blog ne sont pas connues mais lorsque c est le cas cela va dans le sens de : réponse à une question
    j ai remarqué que les 2 ou 3 articles qui sont associés à cet article bénéficient de cette bonne exposition

    Répondre à tania
  • Aurore

    Merci pour cet article ! ça fait peut de temps que je viens sur ton site mais je le trouve particulièrement pertinent et je travaille en communication digitale donc je ne suis pas complètement novice !

    Répondre à Aurore
  • Daphné @ Be Frenchie

    J’ai décortiqué ton article, vraie mine d’infos précieuses. J’ai trop longtemps négligé les règles de bases du référencement mais je me dis que certains anciens articles mériteraient d’être remaniés pour être optimisés. C’est l’avantage du web, on peut revenir à tout moment sur son travail pour le reprendre et l’améliorer.

    Je te souhaite de douces fêtes !

    Répondre à Daphné
Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.