Créer un blog de voyage : 7 challenges à relever


Devenir blogueur, ce n’est pas seulement créer un blog et rédiger des articles… c’est aussi se préparer à relever des challenges ! Vous savez comme moi qu’il existe des centaines de sujets de blogs différents. De l’un à l’autre, les préoccupations sont parfois bien différentes. J’ai décidé de consacrer une série d’articles aux défis qui attendent les blogueurs sur certaines thématiques … et aujourd’hui, je vais vous parler des blogs voyage. Quels sont les challenges à relever quand on décide de créer un blog de voyage ?

Le village abandonné de Tamerza en Tunisie
Le village abandonné de Tamerza en Tunisie

1) Devenir blogueur voyage, c’est d’abord devenir blogueur

Le blogueur voyage est confronté aux mêmes défis que n’importe quel blogueur.

Choisir une plateforme pour créer son blog

WordPress est souvent une solution idéale pour un blog voyage car la plateforme offre beaucoup de possibilités en termes de gestion et d’optimisation des photos, d’organisation du contenu (rubriques, sous-rubriques, etc).

Choisir un nom

J’ai déjà donné sur le blog des conseils pour choisir un nom. Il faut garder à l’esprit que votre blog évoluera forcément dans le temps. Choisissez un nom ayant une bonne longévité. Par exemple, si vous ouvrez un blog sous le nom « Les explorations d’un étudiant », que ferez-vous si vous continuez à voyager et à bloguer une fois vos études terminées ? Il est toujours dommage de devoir changer d’identité en cours de route, surtout quand vous avez construit une certaine notoriété sur un nom précis !

Essayez aussi de vous démarquer : s’il y a déjà un blogueur voyage très connu qui utilise un nom et que vous reprenez un nom similaire, vous risquez d’être perçu comme une “copie” même si ce n’était pas votre intention !

S’initier au référencement

Je travaille dans le référencement… et nous constatons au quotidien que le voyage fait partie des sujets les plus concurrentiels qui soient dans les moteurs de recherche (bon, peut-être pas autant que les serruriers à Paris !). Pour sortir du lot, il me paraît donc important de se documenter sur le sujet. Il existe par exemple le livre d’Isabelle Canivet, Bien rédiger pour le web, qui donne de bonnes bases en matière de rédaction.

Réfléchir à votre future communauté

Un blog voyage est très lié aux réseaux sociaux car il s’appuie sur une expérience “en temps réel” : vos visiteurs partageront vos ressentis, vos découvertes, votre émerveillement et même vos déceptions… Il est donc important d’être actif sur les réseaux sociaux, en particulier sur ceux qui font la part belle à l’image (que votre média de prédilection soit la vidéo ou la photo !).

2) Créer un blog voyage, ce n’est pas seulement aimer les voyages

Même s’il est primordial d’aimer voyager pour ouvrir un blog voyage, ça ne suffit pas. D’abord, voyager représente un vrai budget même lorsque l’on opte pour des habitudes de voyage modestes. Voyager suffisamment pour alimenter un blog implique que le voyage occupe une place importante dans votre mode de vie habituel. Sans ça, vous risquez de vouloir voyager pour avoir des sujets de blog… et non de bloguer sur les voyages que vous auriez faits de toute façon !

D’autre part, devenir blogueur voyage implique d’avoir une véritable envie de partager ce que vous vivez en découvrant un lieu… pour donner envie à vos lecteurs d’aller voir de leurs propres yeux les endroits que vous évoquez.

Je trouve que c’est une expérience différente du voyage classique : on cherche à prendre des photos qui, plus qu’un simple souvenir, reflètent vraiment l’ambiance et la beauté des paysages ; on cherche à mémoriser plus d’informations sur le lieu, à retenir les bonnes adresses… et peut-être aussi qu’on explore davantage !

3) Avoir des compétences photo et/ou vidéo

Un blog voyage sans photos, impossible ! Si vous partez souvent, vous avez sans doute pris l’habitude de photographier ou de filmer… mais lorsqu’il s’agit de partager tout ça sur le web, on se pose forcément plus de questions. Faire de belles photos implique d’avoir un bon matériel mais aussi de savoir s’en servir. Inutile d’investir dans un réflex dernier cri si c’est pour utiliser uniquement le mode automatique !

L’achat d’un appareil photo de qualité, d’un trépied, d’un ou plusieurs objectif(s), d’un sac photo pour protéger tout le matériel peut vite vous sembler essentiel pour proposer du contenu de qualité qui se démarque du lot. Certains choisiront même de suivre une formation à la photo ou au montage vidéo pour acquérir de nouvelles compétences ou développer les leurs.

De même, vous allez vite plonger dans l’univers de la retouche photo. Je ne parle pas de transformer la réalité, ce n’est pas le but… mais plutôt de savoir mettre en valeur vos photos en corrigeant les problèmes de luminosité, de contraste, en recadrant une photo mal cadrée…

J’avais fait sur le blog une sélection de livres pour apprendre la photo, vous pouvez aussi investir dans le très bon livre d’Anne-Laure Jacquart Retouchez vos photos pas à pas.

4) Trouver votre propre voie voix

Le propre d’un blog voyage n’est pas de faire doublon avec un guide comme le Lonely Planet ! C’est de faire découvrir une région de l’intérieur en partageant une expérience personnelle, susceptible de sortir des “classiques” du tourisme de masse. C’est avoir la curiosité de sortir des sentiers battus… et l’honnêteté de dire le vrai comme le faux.

Réfléchissez à votre façon de voyager : explorez-vous tous les pays ou avez-vous des régions de prédilection ? Avez-vous une façon de voyager particulière (voyage en famille, voyage avec sac à dos, voyage solo) ?

Tout ce qui fait votre singularité peut être un atout quand il s’agit de devenir blogueur voyage.

5) Réussir à alimenter son blog voyage

Tous les blogueurs doivent réfléchir à leur organisation et vous n’échapperez pas à la règle ! Quand on veut créer un blog de voyage, il y a notamment deux aspects à prendre en compte :

  • Avoir assez d’idées : un blog implique une certaine régularité. A partir de chacun de vos voyages, aurez-vous assez d’idées d’articles pour alimenter le blog même pendant les périodes où vous ne voyagez pas ?
  • Pouvoir bloguer : si vous envisagez d’être un blogueur nomade, comment composerez-vous avec l’absence de Wifi et l’impossibilité, parfois, d’emmener votre ordinateur avec vous ?

Apprendre à planifier des articles sera une aide précieuse ! De même, au-delà des photos de voyage, vous pouvez proposer des conseils pratiques qui vous aideront pendant les périodes entre deux déplacements.

Arrivée sur le lac Cachuma en Californie
Arrivée sur le lac Cachuma dans la vallée de Santa Ynez en Californie

6) Trouver un équilibre entre vie privée et partage

Créer un blog voyage implique de ne plus voyager “seul”... du moins, symboliquement. En effet, vous voyagez en gardant dans un coin de votre tête votre envie de partager. Ça a des implications concrètes : vous allez, par exemple, passer plus de temps à faire des photos, rechercher la lumière et le cadrage idéaux. Vous allez peut-être vouloir vivre vos voyages de manière plus intense et active que d’habitude. Certains vont avoir envie de planifier davantage leurs activités afin de s’assurer d’avoir assez de “matière” à partager…

Devenir blogueur voyage, c’est apprendre à trouver un juste équilibre entre le fait de profiter de son voyage à 100%… et le fait de rapporter dans ses valises assez d’expériences et d’images pour que le partage soit intéressant. Ça implique une vraie réflexion, en particulier si vous voyagez en couple ou en famille.

D’autre part, certains moments ne se partagent pas, ça fait aussi partie de l’équation à résoudre pour voyager tout en préservant son intimité.

7) Anticiper les débordements

Sur un blog voyage, comme dans d’autres thématiques, il peut y avoir certains débordements de la part des internautes, en particulier :

  • La jalousie – Pour beaucoup de gens, voyager est un luxe que l’on s’offre lorsque l’on a de l’argent. Dans la réalité, les blogueurs voyage ne roulent pas tous sur l’or, loin de là. Seulement, pour beaucoup d’entre eux, le voyage est une telle passion qu’ils en ont fait une priorité dans leur vie et dans leur budget. Au lieu d’investir dans des biens matériels ou des sorties, ils voyagent… Toujours est-il qu’il faut apprendre à gérer les éventuelles réactions de jalousie.
  • L’agence de voyage – Dès que vous parlez d’un lieu, vous vous exposez à avoir des demandes de gens qui vous confondent avec une agence de voyage… et qui ont parfois du mal à comprendre que non, vous ne pouvez pas leur concocter un itinéraire sur mesure pour 4 personnes ou que vous n’avez pas vocation à remplacer l’office du tourisme local ! Poser des limites fera aussi partie de votre apprentissage de blogueur voyage !

Enfin, je dirais aussi qu’il faut avoir l’humilité de reconnaître que ce n’est pas parce que l’on passe quelques jours dans un pays que l’on peut prétendre connaître ce pays, ses habitants, ses coutumes. Devenir blogueur voyage, c’est adopter une grande modestie et un grand recul par rapport aux lieux que l’on découvre.

Si vous êtes blogueur voyage, n’hésitez pas à compléter cette liste avec vos propres expériences… et si vous ne l’êtes pas, pourriez-vous parler de voyage sur votre blog ?
Article publié le 31 juillet 2016

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

25 commentaires sur “Créer un blog de voyage : 7 challenges à relever

  • bibliblogueuse

    Encore un excellent article ! L’idée d’un blog voyage m’avait effleurée lorsque je suis partie vivre à l’étranger, mais j’ai attendu 3 ans avant de le faire pour toutes les raisons que tu cites. Je ne pense pourtant pas avoir beaucoup progressé en matière de photos ou de blogging (encore que grâce à toi, j’ai appris beaucoup de choses !), mais le besoin d’échanger sur ce qui nous passionne est sans doute encore plus grand quand on vit à l’étranger. Outre les difficultés techniques que tu soulèves, ton point 6 est encore difficile pour moi : je ne souhaite pas tout raconter car je tiens à préserver ma vie privée. L’autre point délicat, c’est aussi le 5 ; je sais qu’un jour ou l’autre, je ne pourrai plus alimenter autant mon blog, parce que je ne suis pas tous les jours en train de voyager (hélas !). Mais cela ne fait rien, j’aime écrire sur mes voyages, et j’adore lire les blogs des autres, ça donne des idées, et ça permet de créer des liens, de partager.

    Répondre à bibliblogueuse
    • Marlène

      Merci de ton message ! Tu as raison de ne pas trop penser à l’avenir de ton blog. On est parfois surpris par les ressources de sa propre inspiration… et par tout ce que l’on peut dire quand on aime un sujet !

      Répondre à Marlène
  • tania

    en voila un sujet qui me parle !!
    pour l appareil photo, pour l instant je reste à mon compact, avant de me lançer dans l achat d un reflex, il faut que je réussisse à mieux connaître celui ci. C est un des domaines où je ne suis pas forcément super à l’aise.
    pour trouver sa voix, c est ce que j essaie de faire. Je donne un max mon avis sur telle et telle choses à part les articles conseils qui sont plus factuels et encore la aussi je e suis pas neutre
    pour l’instant les idées ne manquent pas !
    je garde bien en tête que plusieurs semaines dans un pays ne me fait pas le connaître
    j’espère tjrs que mes lecteurs comprennent que ce que je décris est mon ressenti et purement subjectif
    comme je sais que sur le net tout reste je fais attention à ce que j’écris, j’implique d’autres personnes de mon entourage très rarement seulement si cela a vraiment en intérêt
    les autres ne bloguent pas , ils ne demandent pas à être “médiatiser”
    je fais attention à ce genre de choses
    il m’est arrivée d’omettre certains détails pour ces raisons, je pense qu’au final cela ne dessert pas l’article

    Répondre à tania
    • Marlène

      Et même si ça devait un jour desservir un article, je trouve que ça reste très important de protéger son entourage et sa vie privée. Le lecteur est curieux :) Je le vois parfois dans les commentaires Instagram de certaines blogueuses, il y a des internautes qui veulent TOUT savoir. Ça me semble plus que normal de garder un jardin secret !

      Je sais que je le fais de manière un peu trop extrême sur mon propre blog même si j’y suis plus attentive depuis quelques temps : mettre plus de subjectivité dans les posts car c’est là qu’on a beaucoup de valeur ajoutée à apporter ! Bon, je n’ai pas encore franchi le stade de mettre des photos de moi-même en voyage… mais en fait, je n’ai réalisé que la semaine dernière que je ne postais jamais de photos de moi ^^

      Répondre à Marlène
  • Em

    Article très intéressant :) Personnellement je me concentre sur mon ressenti pour raconter une destination (plutôt que de tomber sur des Top 10 des choses à voir ou autres que font très bien les Lonely Planet et cie!), et essaye de retranscrire les moments passés à travers des photos, même si ça fait un peu plus “journal de bord” qu’article/guide de voyage ! Le point 6 est pour moi crucial, comme tu dis il faut trouver son équilibre. Ce que j’aime dans les blogs voyage et le fait d’en tenir un c’est de me remémorer mes souvenirs lorsque j’écris mes articles, découvrir des destinations lorsque je lis d’autres blogs… La possibilité de pouvoir s’échapper en un clic ou deux :)

    Répondre à Em
    • Marlène

      Ton blog est vraiment sympa… et je trouve qu’il y a justement un équilibre entre des ressentis personnels et des “infos pratiques” (comme dans ton article sur la recherche d’un job à Londres). Je trouve ça top ! Ça m’a aussi rappelé que j’aimerais bien m’essayer à la vidéo, je trouve ça très complémentaire à la photo pour transmettre des ambiances.

      Répondre à Marlène
  • traveling brunette

    Tous tes points sont très justes. Comme tu le dis, un blog voyage, ce sont beaucoup de photos et qui doivent être de qualité si possible mais sans texte, ce n’est plus un blog donc je dirais que la difficulté pour ma part c’est que mes idées de blog vont plus vite que ma capacité à écrire un texte, vérifier les fautes, sélectionner et agencer les photos ! Je souhaiterai publier plus souvent mais avec un travail à temps plein, ce n’est pas évident. Et j’ai encore moins le temps d’être sur plusieurs réseaux sociaux, donc tant pis, mon blog ne sera jamais connu mais je suis fière de pouvoir l’alimenter depuis 2 ans alors que la première année, lorsqu’il ne décolle pas, on est tenté de laisser tomber…
    Même si j’adore l’idée que mon blog soit utile pour les autres voyageurs, pour moi un blog voyage peut être aussi un album photo vivant que je regarde parfois pour me souvenir des belles choses…
    Et dernier point, tu as raison, voyager ne veut pas dire que l’on est riche, je préfère faire un we en Europe au lieu de m’acheter un i-phone ou un sac dernier cri par exemple :)

    Répondre à traveling
    • Marlène

      C’est un commentaire que j’entends souvent… alors qu’aujourd’hui, il existe énormément de solutions pour voyager pas cher, que ce soit avec le covoiturage, le couch surfing, les échanges de maisons, Air BNB, les bus…

      Pour rebondir sur ce que tu dis, je trouve qu’être connu n’est pas une fin en soi. Si tu te fais plaisir et qu’en plus, tu rends service à quelques personnes dans la bataille à travers les informations et les ressentis que tu partages, c’est déjà beaucoup !

      Répondre à Marlène
  • Lauresila

    Je tiens un blog de voyage depuis un peu plus d’un an, que j’aille y depuis 6 mois avec nos carnets de voyage vu que nous sommes en voyage au long court autour du monde. Le blog et le voyage sont parfois difficile à equilibré (j’ai d’ailleurs envie d’en faire un article) et au début je galèrerais à trouver le juste milieu entre toutes mes envies et le nécessaire pour continuer à profiter correctement de mon voyage. J’ai fini par laisser de côté les articles pratiques que je me réserve pour le retour et de me focaliser sur les carnets hebdomadaire que je trouve plus interessant puisque reflétant notre expérience en détail. Je n’avais pas envie d’un blog qui, comme on peut en lire souvent, ne fasse que retranscrire une suite d’élément pratique à destination des futurs voyageurs. J’avais envie surtout de leur partager nos émotions quant au lieux que l’on traverse et les expériences que l’on vit. Je ne suis pas sure qu’au niveau SEO ce soir le plus pertinent mais tant pis, c’est ce que j’aime écrire !

    Répondre à Lauresila
    • Marlène

      Je viens de faire un tour sur ton blog… et tu te déprécies car il y a bien plus que vos émotions dessus ! Je trouve que les articles sont bourrés d’informations utiles pour quelqu’un qui veut en savoir plus sur un pays ou préparer un voyage.

      Répondre à Marlène
    • Laure

      Merci !

      Répondre à Laure
  • Frenchieontheroad

    Cet article tombe à pic! Je viens de me lancer dans l’aventure du blogging de voyage il y a très peu de temps… J’ai eu plusieurs fois l’envie de partager mes expériences au travers d’un blog sans vraiment me lancer. Maintenant je commence tout doucement, j’ai déjà une grande liste d’idées, maintenant il faut que je m’organise un peu pour que ça roule… On verra ce que ça donne dans quelques mois !
    Merci pour les conseils ;)

    Répondre à Frenchieontheroad
    • Marlène

      Bravo d’avoir sauté le pas, j’espère que l’aventure te plaira. N’hésite pas à m’envoyer un petit mail si tu as des questions que je n’ai pas encore évoquées sur le blog. Quand je reçois une question “d’intérêt général”, j’essaie d’en faire un article :)

      Répondre à Marlène
  • Fuchinran

    Bonjour,
    je me suis lancée dans l’aventure du blog autour de la thématique voyage en 2009. Je n’avais qu’une idée : quitter mon ancien site collaboratif qui parlait de tout et rien et m’ennuyait de plus en plus pour me recentrer sur la thématique voyage en conservant l’idée du partage et du blog multi-auteurss. Je n’avais réfléchi qu’au nom sans trop me figer sur cette perspective d’en trouver un qui soit court, et puisse se retenir facilement. L’idée n’était pas forcément de faire un blog voyage, mais de créer une plateforme collaborative basée sur des points de vue variés et avec une approche multithématique où le voyage ne se limite pas au tourisme. Donc des articles sur les pays du monde entier, le tourisme, la cuisine, la culture, l’histoire…. avant de resserrer sur l’Europe pour mieux identifier la vocation du blog dans un univers ultra concurrentiel.

    Au début, je n’avais pas trop d’objectifs, donc je suis partie un peu au hasard à la recherche de contributeurs, d’expériences pouvant compléter les miennes. Je n’avais rien anticipé, ni recherché, je ne me suis pas formée, j’ai laissé venir les choses, affronté les erreurs, les obstacles, essayé de les gommer quand ils devenaient préjudiciables. Je n’ai rien théorisé en amont car je ne sais pas faire, je ne suis pas assez structurée pour tout mettre à plat, définir en détails, vérifier au lieu d’aller droit dans le mur. Et dans le fond, je ne le regrette pas. J’ai juste fonctionné à l’instinct. Les difficultés ne sont pas apparues dans les premiers temps. Elles se sont accumulées quand j’ai essayé de professionnaliser mon blog pour tenter de sortir d’une trop longue période de chômage décourageante.

    A ce moment là en 2011, après 2 ans de liberté de ton, j’ai du vraiment travailler à une nouvelle approche des contenus pour créer une identité de la charte éditoriale, ce qui ne me posait pas souci quand le site était un blog comme tant d’autres. Là c’était différent, car je devais devenir crédible et apparaître comme professionnelle sur la forme comme le fond, solutionner les problèmes de confusion avec une agence de voyage, qui perdurent surtout à cause de la mise en place d’un chat pour mieux répondre aux besoins des voyageurs. J’ai choisi de me formater, ce qui n’est pourtant pas un choix évident pour moi. Je n’ai pas voulu me positionner en tant que blogueuse qui partage ses voyages, comme tant d’internautes le font avec succès, j’ai opté pour une approche informationnelle gratuite où se mélangent les informations pratiques complètes comme on peut les trouver dans des guides et les expériences, récits et approches plus personnalisées. Je ne regrette pas bien que j’aie souvent reçu des commentaires déplaisants de blogueurs sur des groupes d’entraide entre blogueurs qui estimaient que mon blog manquait d’âme et de personnalité. Je trouvais vexant qu’on me dise que j’écrive des choses banales. Pourtant, si j’en crois les chiffres du trafic, je réponds aussi aux besoins élémentaires des touristes et des voyageurs et ce n’est déjà pas si mal!
    Après bien des désillusions, des ras le bol, liés à l’obligation de devoir toujours écrire pour exister, j’ai réussi à lâcher prise, à renoncer à des objectifs purement egotiques comme le référencement en première page d’un ou deux articles qui avaient été déclassés par Google. Finalement, en lâchant prise, j’ai atteint l’objectif sans rien faire, à ma grande surprise.

    Désolée que mon témoignage soit un peu aux antipodes de toute l’organisation préconisée dans l’article et qui me semble très judicieuse. Sur un blog de conseils en blogging, on attend la vision raisonnable, pensée, anticipée et c’est très bien de se rappeler que cela devrait être tout sauf une aventure sur un coup de tête. Car un blog c’est un énorme travail, des rencontres, des déceptions aussi… et pas toujours la reconnaissance qu’on espère recevoir de façon très autocentrée en pensant qu’on a pu aider d’autres voyageurs…

    Répondre à Fuchinran
    • Marlène

      Hello, merci d’avoir pris le temps de poster un si long témoignage sur ton projet et ses évolutions !

      L’article n’avait pas vocation à être des “préconisations” mais plutôt une liste de défis qu’un blogueur est amené à relever (ou du moins, à rencontrer) tôt ou tard quand il se lance dans l’aventure du blog voyage… Ça ne veut pas dire qu’on les relève tout de suite. Ce serait trop simple si le blogging se résumait à une checklist à suivre avant de commencer et c’est d’ailleurs à mes yeux ce qui fait en partie le charme de l’exercice.

      On apprend au fil de l’eau et le regard qu’on porte sur l’un ou l’autre de ces défis peut aussi évoluer au fil du temps. Dans ton cas par exemple, tu as commencé par estimer que l’approche “informationnelle” était la plus adaptée… et tu as revu ton point de vue plus tard. Rien n’est figé.

      Pour ce qui est de la reconnaissance, ça rejoint un peu la polémique de ces derniers jours suite à la réaction d’une blogueuse mode qui a reproché à ses abonnés de ne pas liker assez ses photos Instagram. Ce type de polémique, quoi qu’on en pense, rappelle à quel point il ne faut pas se perdre dans les méandres de la recherche d’une reconnaissance que le lecteur n’exprime pas toujours. Elle est plaisante à recevoir quand elle est là et je trouve que c’est à ça qu’il faut s’accrocher.

      Répondre à Marlène
    • Fuchinran

      Bonsoir Marlène,
      Ton blog est l’un des seuls que je suis. Il m’avait été recommandé sur un groupe Facebook. J’accorde peu de temps à la lecture des blogs de conseils en blogging mais j’apprécie le ton, la clarté de l’argumentation et la pertinence des opinions, en toute modestie. Cela me fait du bien. Il est vrai que la plupart des blogueurs spécialisés sur les conseils en blogging se focalisent en général sur les règles de l’art du blog, la nécessité de penser tous les objectifs en amont, de réfléchir au bon serveur, nom de domaine, à la meilleure plateforme, aux plugins à maîtriser, aux contenus à proposer, à leur mise en page, leur référencement et leur optimisation par le biais de balises, de mots clés… Anticiper sur de nombreuses questions, c’est le maître mot pour ne pas être submergé et c’est très bien de se rappeler que cela devrait être tout sauf une aventure sur un coup de tête. C’est pourquoi les rappels de l’article me semblent bienvenus car justement, ils sont si évidents qu’on les perd parfois de vue quand on se lance et on fait les choses sans y réfléchir pour mesurer les conséquences d’un mauvais nom, d’une absence de sens dans l’investissement …

      Un blog c’est un énorme travail évidemment! De la passion sûrement, du plaisir, probablement mais pas toujours (comme en amour dans le fond), un temps fou passé à être au four et au moulin, avec des espérances pas toujours claires ni conscientes et identifiées, des rencontres, parfois, des déceptions et déboires aussi… Même quand ce n’est pas un blog monétisé, cela devient rapidement un métier ou cela impose de penser les choses de façon rigoureuse.

      A propos de la reconnaissance que j’ai du espérer recevoir de façon très autocentrée sans toujours l’avouer, la frustration d’être une agence de renseignement sur tout et n’importe quoi comme si j’étais une machine, est difficile à gérer. Plus encore en pensant que j’ai passé des heures à aider d’autres voyageurs sans qu’ils prennent toujours la peine de m’en remercier, ni de revenir partager leurs expériences après leur voyage… J’aimerais savoir par un commentaire au moins comment se sont passées leurs voyages, ce qui leur a plu personnellement, si mes recommandations étaient judicieuses. Mais je ne cache pas que l’origine de mon blog, c’est l’aspiration à rencontrer des gens différents que ma vie réelle ne me permettait pas de connaître et je me retrouvais face à des présences fantomatiques, des mots qui devenaient le symbole de certains de mes maux sans être en mesure de les apaiser…

      Après une année d’incertitudes maximales, j’ai essayé de trouver des motivations pour continuer. J’ai découvert qu’il faudrait se soucier des statistiques, tout analyser pour comprendre ce que recherchaient les visiteurs, apprendre comment il fallait draguer les moteurs de recherche pour les faire venir sur son blog grâce à des stratégies opaques d’optimisation. Fastidieux et démotivant au possible quand on comprend qu’un article n’est visité que par quelques personnes et que parmi ces personnes certaines l’ont quitté en moins de 3 secondes! Est-ce que j’écrivais donc pour rien?
      Les épreuves se sont aggravées quand j’ai voulu progresser, trouver une place dans ce monde de la blogosphère et rêvé d’être connue et reconnue pour ce que je réalisais sur IDEOZ. Comme si ce que je produisais méritait plus qu’un autre d’être distingué! Là les ambitions m’ont tenaillée, m’ont motivée et surstimulée durant des semaines, puis m’ont déprimée souvent et durablement.
      L’impatience de tout et n’importe quoi prenait toujours le pas et me frustrait, alors que je savais que la patience était la clé dans ce domaine d’internet où l’on sait bien que rarement un article a la chance d’être bien visible sans avoir une bonne et solide connaissance en référencement. Vouloir tout comprendre, tout maîtriser, tout réussir ou du moins essayer autant que possible, a déclenché le début de l’angoisse chronique face à la performance. Cela a aussi renforcé le sentiment d’échec et paradoxalement l’impression de perdre de vue tout ce qui m’avait motivée à mes débuts.
      A une autre échelle, gérer un blog en étant une bille en technique et en ne se sentant pas capable ni désireuse de changer cela, c’était aussi compliqué. Un ami m’a aidée à me lancer dans l’aventure. Il n’a jamais cessé d’être à mes côtés aux moindres problèmes. C’est grâce lui que je dois la réalisation de mon entreprise de blogueuse et sa survie menacée à plusieurs reprises. Je ne saurais jamais assez l’en remercier, d’autant qu’il supporte depuis près de 10 ans mes exigences permanentes, mes égoïsmes, mes accidents qui causent des catastrophes, mes urgences, mes lamentations et mon impatience chronique ! Dieu le bénisse d’exister et de m’avoir permis de comprendre que l’amitié pouvait avoir du sens, même à distance, même sur internet, et durer sans qu’il me demande jamais le moindre retour!

      Car bloguer pour moi m’a surtout donné l’impression d’être toujours plus seule et isolée, enfermée dans un monde à la spacio-temporalité différente, ni tout à fait virtuelle, ni tout à fait réelle. Une présence absence étrange, difficile à vivre, à apprivoiser et à accepter comme ma réalité, puisque je n’ai jamais su changer cet état de fait. Je bloguais pour rencontrer d’autres personnes dans l’absolu, mais aucun ne se posait assez dans ma maison pour qu’une relation s’établisse.

      Répondre à Fuchinran
  • Eve

    Merci beaucoup pour cet article complet et très instructif. :-)
    Je tiens un blogue de voyage depuis un peu plus d’un an. C’est un loisir que j’affectionne tout particulièrement. Malheureusement, je suis complètement nulle en matière de référencement et de stratégie marketing. J’ai un boulot qui me prend beaucoup de temps, trois jeunes enfants qui occupent bien mes journées, de même qu’une passion pour les voyages qui restreint ma disponibilité. Lorsque je m’installe pour bloguer, c’est donc synonyme de plaisir pour moi. Je mise surtout sur la qualité du contenu et non sur le contenant. De plus en plus, je me dis que je devrais chercher de l’aide pour compenser mes lacunes, mais je ne sais pas trop par où commencer (c’est que j’en ai beaucoup! ;-)). Si vous avez une idée pour me pister, n’hésitez surtout pas. :-)

    Répondre à Eve
    • Marlène

      Bonjour Eve, se préoccuper de stratégie et de référencement n’a rien d’une obligation quand on blogue pour le plaisir. C’est un peu difficile de vous répondre sans savoir quels sont vos objectifs :) J’ai écrit pas mal d’articles sur le blog sur ces sujets (référencement, rédaction web par exemple). J’ai aussi écrit un article avec de nombreuses ressources pour élargir ses connaissances)… Je pense qu’au début, il faut “picorer” un maximum d’articles pour se familiariser avec le sujet, poser des questions… et au fil du temps, on y voit plus clair !

      Je sais qu’il y a des MOOC sur ces sujets, je ne sais pas ce qu’ils valent mais ça peut être intéressant : un MOOC sur le référencement par exemple.

      Répondre à Marlène
    • Eve

      Merci beaucoup pour les liens. Je vais aller lire le tout avec grand intérêt. :-)

      Répondre à Eve
  • Tonkin Voyage Vietnam

    Bonjour, j’aime bien partager mes photos de voayge, je n’aime pas écrire beaucoup. Je ne sais pas s’il est mieux de créer un blog ou publier mes photos sur facebook. Mais, sur le facebook, la qualité de photos est diminuée. Quel dommage!

    Répondre à Tonkin
    • Marlène

      Il y a aussi des réseaux dédiés à la photo comme Flickr, 500px… ou pourquoi pas Tumblr, que je trouve intéressant pour diffuser ce type de contenu sans trop de texte.

      Répondre à Marlène
  • Jennifer

    Je pense que le plus dur dans un blog voyage est l’approche avec les réseaux sociaux. C’est à dire que l’on profite par forcément de l’endroit que l’on visite, on se dit vite il faut faire un snap, story inst etc.
    Pour ma part je profite du moment et après je prend mes photos. Je ne mets en ligne que le soir quand je suis a l’hôtel. Alors certes ça prend 2 fois plus de temps !
    Mon blog a tout juste un an et mes photos ne sont pas exceptionnelles (j’apprend tous les jours) mais je pense que le plus important reste la passion et la motivation ! =) Et surtout rester soi-même ! car si c’est pour pondre un énième article du genre “top 5 des activités dans tel pays” je ne pense pas que ça soit utile. C’est plus compliqué d’ouvrir un blog voyage que mode ou lifestyle. Attention pas au niveau du boulot car ça reste pareil mais la tendance change souvent et il y aura toujours de quoi parler alors qu’un blog voyage c’est plus compliqué. Si tu ne voyages pas tu ne peux pas forcément écrire d’article sur le long termes. C’est avant tout un mode de vie différent ! =)
    Je rajouterai en plus de la jalousie, l’incompréhension ! C’est parfois dur de voir que ton entourage ne comprenne pas ce choix. Certaines personnes pensent que c’est de l’irresponsabilité ou une lubie.
    En tout cas merci pour cet article ! =)

    Répondre à Jennifer
    • Marlène

      En fait, je pense que tout ce que tu décris dépend beaucoup de ta façon de percevoir ton blog, de ce que tu en attends en termes de plaisir, de relation aux lecteurs, de retour… Sur mon blog voyage par exemple, je suis très peu présente sur les réseaux sociaux, j’utilise Instagram de temps en temps et je viens de lancer une page Facebook… et ça ne m’empêche pas d’avoir 45000 lecteurs par mois, d’en retirer assez de revenus pour financer mes voyages et de recevoir plein de mails sympa. Je ne poste jamais en live non plus d’ailleurs, parce que justement je n’ai pas envie de m’imposer la contrainte de poster pendant que je voyage.

      De même, je n’aborde pas forcément des destinations incroyables, au bout du monde. Ça m’arrive de faire des “Top”, très personnels puisque c’est un blog perso et pas un site de voyage… l’idée étant de mettre en avant des choses qui m’ont marquée, des destinations qui me font envie, des lieux que je conseille.

      Et tu vois, contrairement à toi, je n’ai aucune réaction négative, ni parmi mes proches ni dans mon cercle professionnel. Je crois que ça tient aussi à la façon de raconter le voyage et c’est en ça que je pense qu’il y a plein d’approches différentes. Pour ma part, ce que j’aime dans le fait de parler de mes voyages, c’est la possibilité de présenter des lieux à des gens pour les aider à décider si oui ou non, c’est fait pour eux ou pas. Je raconte ce que j’ai vu, je partage des détails pratiques… et d’une certaine manière, ce côté assez “factuel” ne se prête pas vraiment aux commentaires déplaisants.

      A mes yeux, un blog mode est bien plus complexe à gérer par exemple (j’en ai eu un !). Il faut arriver à faire des photos même quand tu rentres tard, que tu as des valises sous les yeux, ça peut pousser à la consommation, ça met en jeu ton physique, c’est un domaine beaucoup plus riche en trolls que d’autres… et je sais que pour ma part, je n’ai pas envie de ça, ça ne me correspond pas et me paraît bien plus compliqué que la gestion d’un blog voyage. L’important pour moi est de “bloguer sur quelque chose que je vis” et non “vivre pour avoir quelque chose sur quoi bloguer”. Du coup, ça s’intègre assez naturellement dans le quotidien.

      Répondre à Marlène
  • Marc

    Bonjour ! Merci pour cet article qui est intéressant et très proche de la réalité ! J’ai moi-même un blog de voyage axé sur la photo et je peux vous dire que c’est une passion très très chronophage ! Il en faut du temps pour faire les photos, les trier, les recardrer et améliorer sur Lightroom ! Ensuite il faut prendre le temps d’écrire un article intéressant. Perso je les écris en français et en anglais car je n’ai pas beaucoup de texte (blog photo essentiellement) et parce que je me débrouille en anglais. Bon courage et bonne continuation !

    Répondre à Marc
    • Marlène

      C’est assez chronophage de tenir un blog bilingue, mon blog voyage l’était aussi au début (mais avec beaucoup de texte !) et ça prenait un temps fou de tout gérer en deux versions :)

      Répondre à Marlène
Ce site participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.