Peut-on avoir trop de plugins WordPress ? Comment les choisir et les gérer ?


Quand on gère un blog WordPress, on est vite saisi d’une frénésie incontrôlable en voyant tous les plugins disponibles. Car WordPress, c’est un répertoire de plus de 50 000 extensions ! Il est donc facile de trouver un plugin WordPress pour régler chaque problème que l’on rencontre et répondre à toutes ses envies.

Jusqu’au moment où l’on se pose la question de la performance du blog. Peut-on avoir trop de plugins WordPress et y a-t-il un nombre maximum de plugins à ne pas dépasser ? Quelles sont donc les vrais risques à avoir beaucoup de plugins ? Comment savoir si on a une extension WordPress un peu trop « gourmande » en ressources ? On en parle dans cet article !

3 questions pour trouver un plugin WordPress

Avant de choisir une extension dans le répertoire WordPress, prenez le temps de vous poser quelques questions.

Avez-vous besoin d’un plugin ?

La question peut paraître idiote mais en réalité, beaucoup de blogueurs souffrent de « pluginophilie aiguë » :)

Les symptômes ? Quand ils veulent ajouter une fonctionnalité à leur blog, ils ont pour premier réflexe de chercher « un plugin qui fait ça » et se retrouvent donc à installer des dizaines de plugins WordPress qui ne sont pas toujours nécessaires.

Parfois, les fonctionnalités dont vous rêvez peuvent être ajoutées en recopiant simplement quelques lignes de code dans un fichier. C’est dommage d’installer un plugin dans ce cas ! Je vous conseille donc de toujours commencer par une petite recherche Google, histoire de voir s’il existe un bout de code prêt à l’emploi qui vous évitera d’installer une extension sur votre blog.

Le plugin est-il fiable et bien codé ?

La plupart des plugins ne sont pas proposés par l’équipe officielle de WordPress mais par des développeurs indépendants. Tous n’ont pas la même qualité. Avant de raisonner en termes de « nombre de plugins », vous devez donc vous interroger sur la qualité de chaque extension que vous utilisez.

C’est important car à chaque fois que vous ajoutez un nouveau plugin WordPress sur votre blog, cela équivaut à charger des fichiers en plus des fichiers habituels du blog. Il est primordial que ces fichiers soient bien codés et bien optimisés. Sinon, vous risquez :

  • De ralentir le blog : certains plugins chargent énormément de fichiers différents (des scripts, des feuilles de style, etc), écrivent des informations dans la base de données. S’ils sont mal codés, ils peuvent alors consommer beaucoup de ressources.
  • D’avoir des problèmes de sécurité.
  • De rencontrer des problèmes de compatibilité : deux plugins peuvent « entrer en conflit », occasionnant des bugs ou une augmentation du temps de chargement.

Plus on a de plugins, plus ces risques sont présents : il peut devenir difficile de suivre les mises à jour de chaque plugin, de vérifier s’ils sont toujours adaptés aux exigences de sécurité, d’identifier les éventuelles incompatibilités, etc.

Pensez donc bien à regarder la note donnée à chaque plugin par les utilisateurs avant de l’installer ; à parcourir les avis les plus récents pour vérifier que les utilisateurs ne se plaignent pas trop de problèmes de sécurité ou de bugs ; à vous assurer que le plugin a été mis à jour récemment.

Vous pouvez également mesurer la vitesse de votre blog avant/après l’installation d’un nouveau plugin pour voir si elle a été affectée.

Avez-vous des compétences techniques ?

Le développeur américain Pippin Williamson utilise plus de 80 plugins sur son site Pippin’s Plugins et pourtant, les pages se chargent rapidement et le site obtient d’excellentes notes sur des outils de mesure de performance comme GT Metrix. Cet exemple un peu extrême montre que lorsque l’on a des compétences techniques poussées, on peut optimiser son site même lorsque l’on utilise beaucoup d’extensions.

Mais la plupart du temps, les blogs qui multiplient les plugins sont en fait tenus par de grands débutants : parce qu’ils ont peur de toucher au code, pas assez de temps pour chercher comment obtenir telle ou telle fonctionnalité, ils installent des extensions à n’en plus finir sans avoir la capacité de Pippin Williamson à optimiser leur blog ou à déterminer quels plugins sont superflus ou mauvais. C’est là que se trouve le vrai risque.

Vous l’aurez compris, le nombre de plugins WordPress idéal à utiliser sur votre blog n’est pas un chiffre précis qui serait le même pour tout le monde. C’est un nombre de plugins qui répondra à vos besoins spécifiques sans pour autant ralentir vos pages.

Bien gérer ses plugins WordPress
Bien gérer ses plugins WordPress

Bonnes pratiques pour choisir ses plugins WordPress

  • Évitez de multiplier les plugins pour obtenir une fonctionnalité qui peut être ajoutée par un simple bout de code.
  • Regardez la note qu’obtient le plugin et le nombre total de notes : un plugin qui obtient une note élevée (proche de 5 étoiles) donnée par plusieurs centaines d’utilisateurs aura tendance à être fiable. Un plugin mal noté (note inférieure à 4) risque de causer des bugs ou des problèmes de sécurité sur votre blog.
  • Regardez les avis les plus récents des utilisateurs : un plugin peut avoir obtenu de très bonnes notes à ses débuts et ne plus être à la hauteur aujourd’hui, parce que WordPress a évolué entre temps. Jeter un oeil aux derniers avis évite de tomber dans ce piège.
  • Vérifiez que le plugin a été mis à jour récemment : un plugin qui n’a pas été mis à jour depuis plus d’un an peut présenter des risques de sécurité ou être tout simplement incompatible avec la dernière version de WordPress.
  • N’utilisez pas plusieurs plugins pour faire plus ou moins la même chose : certaines extensions proposent des fonctionnalités assez similaires qui se recoupent parfois !

Gérer ses plugins au quotidien

  • Mettez à jour vos plugins régulièrement : WordPress vous informe lorsqu’une mise à jour est disponible. Elle permet souvent de corriger une faille de sécurité ou un bug qui a été détecté.
  • Ne conservez pas des plugins désactivés dans votre liste d’extensions : si vous ne les utilisez pas, supprimez-les.
  • Restez en veille sur les nouveautés : la communauté WordPress est très active ! Des passionnés créent de nouveaux plugins tous les jours et parfois, au bout d’un certain temps, on réalise que les plugins que l’on utilise ne sont plus les « meilleurs » du marché et qu’il existe des nouveautés dignes d’intérêt.

On peut forcer les extensions WordPress à se mettre à jour automatiquement, en insérant la ligne de code add_filter( 'auto_update_plugin', '__return_true' ); dans le fichier functions.php d’un thème. Cependant, si une mise à jour se passe mal, vous risquez de ne pas voir tout de suite que votre site est inaccessible et d’avoir plus de mal à identifier la cause du problème. La mise à jour risque également de s’effectuer au « mauvais moment », alors qu’il y a beaucoup de monde sur le site.

Query Monitor : un plugin pour tester les performances

Il existait autrefois une extension très utile pour identifier les « plugins à problèmes » : P3 (Plugin Performance Profiler). Cette extension analysait tous les plugins WordPress de votre blog et identifiait ceux qui consommaient le plus de ressources.

Malheureusement, P3 (Plugin Performance Profiler) n’est plus mis à jour… mais il existe une alternative, un peu plus technique mais très utile : Query Monitor.

Cet outil est un paradis pour les développeurs car il permet d’identifier toutes les requêtes qui consomment beaucoup de ressources. En vous promenant sur un article par exemple et en utilisant le menu « Queries By Component » du plugin, vous pouvez voir la part qu’occupe chaque plugin dans le temps de chargement de la page.

Requêtes par plugin WordPress
Requêtes par plugin WordPress

Si vous constatez qu’un plugin impacte le temps de chargement de manière significative, posez-vous la question de son utilité : est-il indispensable et si c’est le cas, pouvez-vous le remplacer par une alternative moins gourmande en ressources ?

J’espère que tous ces conseils vous aideront à mieux gérer vos plugins WordPress !

Combien de plugins utilisez-vous ?

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

10 commentaires sur “Peut-on avoir trop de plugins WordPress ? Comment les choisir et les gérer ?

  • mélina

    Hello Marlène. Je suis nouvelle sur WordPress.org et je ne connais pas encore tous les plugins intéressants. Je voulais savoir à quoi sert le plugin « wp super cache ». Merci de tes lumières ;)

    Répondre à mélina
    • Marlène

      Hello Mélina, c’est un plugin qui permet, dans certains cas, d’améliorer la vitesse de chargement d’un site. J’ai fait un tuto à ce sujet.

      Répondre à Marlène
    • mélina

      super! je vais de suite lire ton article et installer le plugin sur mon blog. Merci beaucoup

      Répondre à mélina
    • Marlène

      Ce n’est pas forcément le plus simple d’accès, j’utilise en ce moment WP Fastest Cache qui offre moins d’options et fonctionne – chez moi – tout aussi bien :)

      Répondre à Marlène
  • Letizia

    J’en ai 7 mais j’ai envie de diminuer dans le futur. J’aime bien toucher au code car c’est un challenge pour moi mais il faut vraiment que je prenne le temps de le faire. Si tu as une fois besoin d’inspiration pour un tutoriel, je suis preneuse sur les lignes de codes à ajouter dans son thème pour modifier l’affichage d’une catégorie (mes prochains grands travaux, j’aimerais pouvoir changer l’affichage et mettre une image) et également les tableaux et les zones colorées comme tu utilises pour les questions à la fin de l’article ou la zone de la petite ampoule :) Toujours un plaisir de te lire Lou! Merci!

    Répondre à Letizia
    • Marlène

      Merci pour les idées ;) 7 plugins, c’est vraiment très peu !

      Comme je le disais à Claire (commentaire précédent), j’en utilise 16 pour ma part, je pourrais sans doute réduire à 12 moyennant un peu de travail mais j’aurais du mal à descendre plus bas sans vraiment me prendre la tête pour un gain minime de rapidité. J’essaie aussi de faire ce calcul là : si je gagne quelques millisecondes de temps de chargement mais qu’en contrepartie, ça me demande un temps inouï en « gestion », j’estime que ça ne vaut pas la peine de mettre le nez dans le code :)

      Répondre à Marlène
  • Claire - 30 ans ou presque

    Même si j’ai fait des efforts d’optimisation, mon blog est un peu lent à charger, c’est le grand drame de ma vie ! (j’exagère à peine) Du coup je fais très attention à ne pas multiplier le nombre de plugins, même si c’est toujours tentant d’en rajouter. Actuellement j’en ai 15, ce qui est déjà beaucoup ! Mais il y a beaucoup d’essentiels dans la liste (Akismet, Jetpack, Yoast SEO, WP Supercache, Wordfence Security, Contact Form 7, Cookie notice…).
    Et toi, Lou, tu en as combien de plugins ? J’aimerais bien savoir ce qu’il y a sous le capot de NoTuxedo :)

    Répondre à Claire
    • Marlène

      J’ai prévu d’en faire un article un de ces jours ! En ce moment j’en ai 16 et comme toi, j’ai Akismet, Yoast SEO, Cookie Notice, un plugin de cache, etc. J’ai fait quelques optimisations (ex : mon plugin de formulaire de contact ne se charge que sur la page contact) mais à vue de nez il y en a 3 ou 4 que je pourrais facilement supprimer, comme le plugin Hellocoton ou mon plugin de gestion des redirections (le blog a connu beaucoup de changements d’adresses mais maintenant, Google a à peu près tout pris en compte donc ce serait gérable « dans le code » très facilement). Bon, je crois que j’ai trouvé une activité pour le week-end grâce à toi ;)

      Répondre à Marlène
  • prettylittletruth

    Tres utile cet article! Merci :)

    Répondre à prettylittletruth
Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.