Statistiques de blog : que regarder sur Google Analytics pour mieux comprendre ses lecteurs ?


Certains blogueurs ne consultent que très rarement les statistiques de leur blog. Pour d’autres, elles constituent un allié précieux pour se motiver, se conforter dans ses choix ou se remettre en question. Quant aux professionnels, ils ne peuvent tout simplement pas passer à côté de leurs statistiques de blog car leur visibilité et leur rentabilité en dépendent, au moins en partie.

Mais quels indicateurs, quelles métriques regarder sur Google Analytics pour mieux comprendre ses visiteurs et en tirer des conclusions utiles ?

1. Les pages les plus vues

Où les voir sur Google Analytics ? Dans le menu Comportement > Contenu du site > Toutes les pages

Sur un blog, il est fréquent d’avoir des pages qui représentent à elles seules une part très significative du trafic. Sur mon blog voyage par exemple, 40% du trafic est assuré par… 10 pages. Sur 529.

Pages les plus vues
Pages les plus vues

Connaître cette information a des conséquences très concrètes :

  • Vous ferez attention aux modifications que vous apporterez à ces articles : quand un article a du succès, il peut être tout à fait pertinent de le mettre à jour régulièrement afin qu’il conserve tout son intérêt pour les lecteurs; on veillera aussi à ne pas le modifier en profondeur (hormis pour l’enrichir) puisqu’il a visiblement trouvé son public.
  • Vous éviterez de le supprimer sans mesurer les conséquences : sur un blog, on prend parfois la décision de supprimer certains articles. Connaître vos statistiques permet de prendre une décision en connaissance de cause, en évaluant les conséquences que ça va avoir sur votre trafic global.
  • Vous pourrez en tirer des enseignements sur ce qui plaît : bien sûr, il y a des gens qui bloguent exclusivement pour eux-mêmes mais la plupart du temps, le blog repose sur le désir d’avoir un échange, une interaction, d’apporter quelque chose aux autres… et il est toujours constructif de repérer ce qui a plu à vos lecteurs, en particulier quand ça vous surprend !

Je vous conseille de prendre une période significative pour étudier cet indicateur statistique, par exemple en regardant les pages les plus vues à l’échelle d’un trimestre entier. On peut en effet avoir un pic ponctuel de trafic sur un article lors de sa publication, qui ne reflète pas toujours ses performances dans le temps.

Vous pouvez aussi analyser la source de trafic pour chaque page en ajoutant une dimension secondaire « Type de trafic » grâce au menu déroulant situé au-dessus du tableau sur Google Analytics puis en cliquant sur une page précise. Ici par exemple, la plus grosse part du trafic de la page provient du référencement naturel :

Source de trafic des pages les plus vues
Source de trafic des pages les plus vues

2. Les sources de trafic

Où les voir sur Google Analytics ? Dans le menu Acquisition > Tout le trafic > Canaux.

Beaucoup de blogueurs débutants s’intéressent avant tout au trafic dans son ensemble : combien de visiteurs ai-je par mois ? Vous pouvez apprendre beaucoup plus de choses en regardant d’où viennent ces visiteurs.

Ça vous permet de comprendre…

  • Quels sont les leviers de trafic les plus importants pour votre blog, ceux dont dépend votre visibilité à l’heure actuelle ? Est-ce Pinterest, le référencement, des sites tiers qui parlent de vous ?
  • Si ces leviers « clés » sont en phase avec vos intuitions : vous avez peut-être l’impression de ne pas être influent alors qu’il y a plein de sites qui vous citent ;
  • S’il existe une cohérence entre votre investissement et vos performances : vous consacrez peut-être beaucoup de temps à l’optimisation SEO de votre blog mais ça ne produit pas les résultats escomptés.
Les sources de trafic sur Google Analytics affichées sur un graphe
Les sources de trafic sur Google Analytics affichées sur un graphe

Ça peut vous conforter dans vos choix : par exemple, si vous vous impliquez beaucoup sur les réseaux sociaux et que ça représente une source de trafic significative pour votre blog, c’est un encouragement à continuer.

Ça peut aussi vous donner des axes de progression, si vous constatez que vos performances sont décevantes sur certains leviers.

Bien entendu, ne tirez pas de conclusions trop hâtives : parfois, un réseau social vous amène peu de trafic « brut » mais joue un autre rôle en vous donnant l’opportunité de tisser un lien avec votre communauté, ce qui est tout aussi enrichissant.

3. Les nouveaux visiteurs et les visiteurs connus

Où les voir sur Google Analytics ? Dans le menu Audience > Comportement > Visiteurs nouveaux/connus… ou dans le rapport Audience > Vue d’ensemble.

Sur un blog, on fait face à un enjeu de conquête (toucher de nouveaux visiteurs) et à un enjeu de fidélisation (faire revenir ceux qui sont déjà venus).

Google Analytics peut vous aider à comprendre comment votre blog se place par rapport à ces deux enjeux. Lors de la première visite d’un internaute sur votre blog, Google Analytics place un cookie sur son ordinateur (autrement dit, il met en mémoire le fait que la personne soit passée). Voici un exemple de cookie Google Analytics :

Cookie Google Analytics
Cookie Google Analytics

Ce cookie a une durée de vie longue (sauf si la personne supprime ses cookies). Si, pendant la durée où il est actif, le visiteur revient sur votre blog, il sera perçu comme un « visiteur connu » par Google Analytics et non comme un « nouveau visiteur ».

Selon la thématique de votre blog, il est normal d’avoir un pourcentage plus ou moins élevé de fidèles. Par exemple, on s’attend à ce qu’un blogueur qui partage son tour du monde ait un bon ratio de visiteurs fidèles car il raconte une histoire dont on a envie de connaître la suite… ce qui implique de revenir. A l’inverse, il y a des blogs de nature plus « encyclopédique » où les gens viennent davantage pour picorer une information en fonction de leurs besoins.

Il n’y a donc pas, à mes yeux, de « bon ratio » qui serait valable pour tout le monde. En revanche, il est intéressant de regarder si votre ratio est en phase avec vos objectifs.

Ratio nouveaux visiteurs et visiteurs connus
Ratio nouveaux visiteurs et visiteurs connus

Si vous constatez que vous n’avez que de nouveaux visiteurs alors que vous rêvez de constituer un lectorat fidèle important, peut-être que vous pouvez proposer des contenus différents pour créer ce lien qui semble faire défaut : vous former à la notion de storytelling, décliner une thématique sous forme de « série » en plusieurs épisodes pour inciter les visiteurs à venir lire la suite…

Si vous fidélisez énormément mais que vous avez du mal à élargir nos frontières pour conquérir de nouveaux lecteurs, penchez-vous sur de nouvelles opportunités de vous faire connaître : réseaux sociaux, référencement, « vraie vie », sites tiers…

Là aussi, vous pouvez ajouter une dimension secondaire sur Google Analytics (« Type de trafic ») pour voir quel rôle joue chaque source de trafic. Ici par exemple, la conquête passe par le référencement, les accès directs (ça peut être des gens qui ont obtenu l’adresse du blog par un tiers, suite à un échange dans une application ou une messagerie, etc) puis les sites référents.

Type de trafic pour la conquête de nouveaux visiteurs
Type de trafic pour la conquête de nouveaux visiteurs

4. La recherche sur site (Site Search)

Le suivi de la recherche sur site (« Site Search ») n’est pas disponible par défaut sur Google Analytics et exige un petit paramétrage simple pour obtenir les informations. J’ai rédigé un tutoriel sur la Site Search, expliquant comment savoir ce que les internautes tapent dans le moteur de recherche de votre site.

Vous retrouvez ensuite l’information sur Google Analytics dans le menu Comportement > Site Search > Termes de recherche.

Ça peut vous donner des idées d’articles inspirées de recherches réelles effectuées par les gens… mais ça peut aussi attirer votre attention sur des manques.

Si vous constatez par exemple qu’un sujet est très recherché mais que les internautes quittent le site après leur recherche (taux de rebond très élevé), ça laisse entendre que les attentes ne sont pas satisfaites : soit parce que vous ne traitez pas le sujet sous un angle qui intéresse le visiteur, soit parce qu’il n’a pas trouvé l’article où vous en parlez (problème d’ergonomie, décalage entre la façon dont l’internaute s’exprime et votre propre langage, etc).

Consulter son ordinateur portable

5. Le temps passé sur les pages

Où le trouver sur Google Analytics ? Dans la rubrique Comportement > Contenu du site > Toutes les pages > Colonne « Temps moyen passé sur la page ».

Google Analytics a une façon assez particulière de calculer le temps passé sur une page : concrètement, il n’a aucun moyen de savoir à quel moment un internaute quitte votre site. L’outil va donc s’appuyer sur les actions effectuées : quand l’internaute ouvre une page, ça lance le compteur… et dès que l’internaute consulte une deuxième page, ça arrête le compteur pour calculer le temps passé sur la première page.

C’est pour cette raison que vous verrez parfois un temps passé sur une page égal à zéro. Ça veut tout simplement dire que les visiteurs ayant consulté cette page n’ont pas regardé de deuxième page par la suite. Google Analytics, ne sachant pas à quel moment l’internaute est « allé voir ailleurs », indique un temps passé sur la page de zéro.

Vous pouvez jeter un œil au temps « brut » pour voir s’il est (vaguement) en phase avec la longueur de vos articles. Sachant qu’un adulte moyen environ 300 mots par minute, qu’un lecteur rapide (c’est mon cas !) monte jusqu’à 700 mots par minute, ça peut vous permettre d’évaluer ce qui serait un temps de lecture « normal » pour un article donné.

Ce qui est surtout intéressant, c’est de cliquer sur le petit bouton en haut à droite du tableau Google Analytics pour comparer le temps passé sur chaque page à la moyenne du site. Ça permet de repérer les articles qui sont en-dessous de la moyenne.

Temps moyen passé sur une page
Temps moyen passé sur une page

Est-ce parce qu’ils sont plus courts que les autres (donc moins longs à lire)… ou est-ce parce qu’ils intéressent moins, qu’on les « zappe » plus vite (un taux de sortie élevé peut vous alerter) ? Ça peut vous pousser à les structurer différemment, à ajouter des illustrations, à les enrichir ou à les retravailler.

Par exemple, dans l’exemple ci-dessus, les pages qui ont un temps de lecture très médiocre par rapport à la moyenne du site correspondent en fait à des sommaires, qui donnent accès à des articles. Il est donc tout à fait normal que les sommaires soient consultés moins longtemps que les articles eux-mêmes.

6. Le taux de conversion ou le suivi des événements

La notion de conversion est probablement la plus vaste car elle dépend énormément de vos objectifs. C’est le fait qu’un visiteur effectue l’action que vous attendez de lui.

Très souvent, les blog amateurs n’ont aucun indicateur de conversion. Sur un blog professionnel, elle peut prendre des formes extrêmement variées : suivre les inscriptions à une newsletter, suivre les téléchargements d’un document, suivre le nombre de formulaires remplis…

Ce ne sont pas des informations que vous aurez par défaut sur Google Analytics, ça exige une configuration préalable (j’ai par exemple expliqué dans cet article comment suivre les inscriptions à sa newsletter). Une fois que ce travail de tracking est réalisé, les informations « remontent » sur Google Analytics, soit dans le suivi des événements, soit dans une colonne « Taux de conversion » accessible depuis différents rapports.

Ligne décorative

Le taux de conversion lui-même n’est pas très intéressant. Ce qui est plus riche, c’est d’aller plus loin dans l’analyse.

Est-ce qu’il y a des sources de trafic qui vous aident plus que d’autres à réaliser vos objectifs ? Est-ce que vous convertissez mieux sur mobile, sur tablette ou sur desktop ? Est-ce qu’il y a des navigateurs web sur lesquels vous ne convertissez pas du tout ?

L’analyse du taux de conversion permet parfois de détecter des problèmes techniques majeurs sur un site. Un jour, j’ai par exemple constaté en examinant Google Analytics qu’une page produit du site d’un de mes clients avait un taux de conversion nul. C’était pourtant un produit populaire, que l’on pouvait acheter via une autre page du site où il avait un énorme succès… donc comment expliquer que la page entièrement dédiée au produit ne fonctionne pas du tout ?

En examinant le problème de plus près, j’ai constaté que le lien « Acheter ce produit »… ne fonctionnait pas sur cette page ! Quand un internaute essayait d’ajouter le produit dans son panier, rien ne se passait. Donc taux de conversion nul… et des ventes perdues sur cette page, pour plusieurs dizaines de milliers d’euros.

7. La croissance du trafic

Où le trouver sur Google Analytics ? Dans la rubrique Audience > Vue d’ensemble.

Quand on tient un blog depuis moins d’un an, on se focalise surtout sur « le trafic » en tant que chiffre brut. Par la suite, pensez à regarder des données beaucoup plus enrichissantes en utilisant les plages de dates de Google Analytics (en haut à droite).

Plages de dates sur Google Analytics
Plages de dates sur Google Analytics

Comprendre la structure du trafic

Il est intéressant de comprendre la « structure » de votre trafic. Est-il régulier ou est-il très tributaire de vos publications ? Quand j’ai commencé à bloguer, j’avais très souvent des pics de trafic lorsqu’un nouvel article était populaire :

Courbe de trafic - Jeune blog
Courbe de trafic – Jeune blog

Par la suite, le trafic est devenu moins irrégulier :

Trafic plus régulier avec une baisse régulière le samedi
Trafic plus régulier avec une baisse régulière le samedi

Ca permet de s’assurer que l’on a construit un « socle » de trafic qui permet de ne plus être tributaire d’une fréquence de publication précise, de comprendre à quel moment les visiteurs sont les plus réceptifs au contenu (on peut aller plus loin en étudiant les jours de la semaine et heures favorites des visiteurs).

Etudier la saisonnalité

Beaucoup de blogs sont sujets à des variations de trafic en fonction de la période de l’année.

A mes débuts sur No Tuxedo, j’avais un pic de trafic le dimanche : mes lecteurs étaient pour la plupart des blogueurs amateurs… et c’est le dimanche que l’on a souvent du temps pour « travailler sur son blog » quand on le gère en amateur. Aujourd’hui, le lectorat a évolué vers un mélange entre amateurs et professionnels… et le week-end marque clairement une baisse de trafic :

Baisse de trafic le week-end
Baisse de trafic le week-end

Vous pouvez être impacté par les vacances scolaires, les jours fériés, la période de Noël, etc. Comparer votre trafic d’une année sur l’autre grâce aux plages de dates de Google Analytics permet de voir si, à mois égal, vous progressez par rapport à l’année passée.

Ou si, au contraire, votre blog perd de la visibilité ce qui implique d’explorer davantage le pourquoi : moins d’implication ? Des changements de contenu ? Des contenus qui étaient populaires et qui ne sont plus aussi lus qu’avant ?

Le risque des statistiques de blog

Le risque inhérent aux statistiques de blog, c’est qu’elles sont infinies. Vous pouvez générer des dizaines de rapports différents à partir de Google Analytics, vous appuyer sur une foule d’indicateurs externes qui peuvent tous présenter un intérêt (le nombre de commentaires sur vos posts, la croissance de votre newsletter, votre engagement sur les réseaux sociaux, le nombre de fois où vos articles sont partagés, votre positionnement dans les moteurs de recherche)…

Il appartient donc à chacun de définir les indicateurs qui sont importants pour lui. C’est un choix qui peut évoluer au fil du temps.

Une fois passés les premiers moments où les statistiques de blog permettent de se rassurer (en regardant son trafic par exemple), il me paraît plus intéressant de regarder en quoi elles peuvent vous faire avancer.

Vous avez des articles qui marchent bien ? Ok, parfait… mais en quoi sont-ils différents des autres ? Est-ce que ce sont des sujets porteurs ? Est-ce que ce sont des articles approfondis ? Est-ce que ce sont des articles où vous avez mis une dimension personnelle plus forte ? Est-ce que vous vous attendiez à un tel succès ou ont-ils « déjoué votre intuition » ?

Un chiffre peut vous pousser à vous poser énormément de questions. Vous n’aurez pas toutes les réponses mais ça vous permettra de prendre du recul par rapport à votre blog et c’est une grande source d’enrichissement.

Accordez-vous de l’importance à vos statistiques de blog ? Quels indicateurs ont du sens pour vous ? Est-ce que votre vision a évolué depuis que vous avez ouvert votre blog ?
Thèmes : Google Analytics 

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lorsque vous postez un commentaire sur le blog, le nom indiqué dans la case "Prénom" ainsi que votre message apparaîtront publiquement. Votre adresse e-mail restera confidentielle.

8 commentaires sur “Statistiques de blog : que regarder sur Google Analytics pour mieux comprendre ses lecteurs ?

  • Jérôme

    Un article très intéressant.
    Je pense que je vais reprendre chaque point que tu mentionnes pour construire un suivi de mon blog. Après 2 mois de lancement, un premier bilan sera intéressant. Et avec tes explications je vais enfin savoir ce qu’il faut regarder suivant les indicateurs.
    Merci beaucoup Marlène

    Répondre à Jérôme
  • Sarah - Un Café près du Clavier

    Pour l’instant, je n’ai pas assez de trafic pour que cela soit assez significatif…mais j’ai déjà évalué quelques pistes de développement, notamment sur la présentation générale du site et le « sujet général » –> je dois encore affiner mon positionnement. Je n’en suis qu’à mes débuts donc je tâtonne encore ;)
    Merci pour ces conseils qui seront fort utiles par la suite !

    Répondre à Sarah
    • Marlène

      Je pense que dans l’absolu, tout trafic est significatif… ou plutôt, toute « croissance » est significative. Bien sûr, au début, quand on a passe de 1 à 5 visiteurs par jour, ce n’est pas très glorieux dans l’absolu… mais ça reste de la croissance. J’ai commencé par ce genre de mini-victoire donc je sais de quoi je parle ;)

      Se focaliser sur la croissance peut être une première étape, avant celle qui consiste à avoir assez de données et de recul pour « en faire quelque chose ».

      Répondre à Marlène
  • Suny ☼

    Ah génial pour Site Search, je ne savais même pas, je viens de mettre, hâte de voir les résultats, merci. ^_^

    Je surveille régulièrement mon Google Analytics. Y a un truc qui m’inquiète vraiment : c’est le fameux critère mobile référencement de Google en juillet, dans un mois quoi. Tu penses, Marlène, que ça va grandement impacter les sites et leur référencement/courbe sur Analytics ? J’arrive à pas me faire une idée.

    En fait, je me disais que la majorité des sites, surtout les vieux sites, ceux qui ne sont pas responsives/optimisés mobile/AMP, vont voir leur courbe de analytics baisser lourdement, la plupart de leurs articles vont perdre des positions, et ce qui aurait plutôt tendance à favoriser les sites qui sont responsives et mis à jour régulièrement ?

    En un sens, ça devrait même être une bonne chose pour tous tes lecteurs qui appliquent avec assuidité tes conseils. Je me dis : est-ce que mes articles vont prendre des positions et grimper dans Google puisque la plupart de mes concurrents sont des sites qui sont pas responsives ou ne tiennent pas très à jour leur blog. Ou a contrario, si mon blog est lent sur mobile, est-ce que je vais perdre des positions et voir sur mon Analytics une grosse baisse ? Je suis curieux de voir mon Analytics en juillet quoi…

    Répondre à Suny
  • Ornella

    Je suis attentive à mes statistiques avec google analytics, mais aujourd’hui quand j’y pense que je suis incapable d’expliquer la différence entre le trafic direct/issu du référencement/organique. Pour moi, ce sont tous les mêmes, help !

    Répondre à Ornella
    • Marlène

      Hello, le trafic « organique » est le trafic issu des moteurs de recherche (Google, Bing, Ecosia et autres). Le trafic « direct » correspond à des gens qui consultent « directement » le site, sans que Google Analytics puisse attribuer le trafic à une autre source : ça peut être une personne qui connaît l’adresse et la tape directement, qui a mis le site dans ses favoris, qui clique sur un lien dans un document ou sur un support auquel Google n’a pas accès (un message reçu sur Whatsapp, un SMS, un fichier Word…), un lien depuis une application, etc.

      Répondre à Marlène
    • Caroline

      Merci pour l’explication, je me posais la même question !

      Répondre à Caroline
Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.