Les pods sur Instagram : à quoi ça sert et sont-ils efficaces ?


En 2017, Instagram a effectué une mise à jour majeure de son algorithme, affectant considérablement la visibilité des photos. Beaucoup de membres ont du mal à se faire connaître, leurs abonnés ne voient les nouvelles photos que bien plus tard… ou pas du tout. Face à ces bouleversements, des pratiques se sont développées pour essayer de contourner la baisse de visibilité : annoncer ses nouvelles photos dans une story… ou rejoindre des pods sur Instagram.

Qu’est-ce qu’un pod Instagram, à quoi sert-il et permet-il d’améliorer sa visibilité sur le réseau social ? C’est ce que nous allons voir ensemble !

Ligne décorative

Les pods Instagram, des groupes secrets au service de la visibilité

Les pods Instagram sont des micro-communautés dont les membres se soutiennent mutuellement pour se faire connaître. Mais comment ça fonctionne au juste ?

Des groupes privés de partage de photos

Le concept d’un pod sur Instagram est simple : vous rejoignez un groupe de discussion privé. Vous y partagez vos nouvelles photos, les autres membres du pod font de même… et vous vous « engagez » à liker et commenter les photos des autres.

Souvent, un pod Instagram est organisé directement sur la messagerie privée Instagram (Instagram Direct), grâce à une discussion de groupe… mais comme celles-ci sont limitées à 15 membres, on voit aussi se développer des pods sur des sites extérieurs à Instagram.

Au fond, les pods Instagram ressemblent à bien d’autres initiatives destinées à aider les blogueurs à se faire connaître. On peut citer l’exemple des « tags » sur les blogs amateurs : un blogueur « nominé » à un tag répond à des questions sur un sujet imposé et doit à son tour nominer d’autres blogueurs pour qu’ils se prêtent à l’exercice. On crée ainsi des chaînes qui aident les participants à acquérir de la visibilité… et à en donner.

Les pods Instagram, un moyen de gagner en visibilité ?
Les pods Instagram, un moyen de gagner en visibilité ?

Telegram, ou le pod à grande échelle

Sur le réseau de messagerie Telegram, les pods ont pris une tournure industrielle. Chaque groupe peut réunir plusieurs centaines de membres, et possède ses propres règles. Souvent, c’est un système de bot automatisé qui collecte les profils du groupe ayant posté récemment… et les liste pour que les autres membres du pod aillent les commenter. Certains groupes imposent un délai pour commenter afin de maximiser l’engagement sur les posts dès leur publication.

Les pods, une arme contre la baisse du reach ?

Instagram, comme Facebook ou Google, a recours à un algorithme pour classer les contenus. C’est un programme informatique, qui décide que tel ou tel contenu doit être mis en avant au détriment de tel autre. Cet algorithme évolue dans le temps : par exemple, aujourd’hui, les photos Instagram ne s’affichent plus dans l’ordre chronologique mais en fonction de l’intérêt supposé qu’un utilisateur leur porte.

Si vous interagissez régulièrement avec un compte via des likes ou des commentaires, vous devriez logiquement voir plus souvent et plus rapidement les photos de ce compte que celles d’un autre membre avec qui vous interagissez moins souvent.

En d’autres termes, l’algorithme Instagram tend à favoriser – entre autres critères – les publications qui recueillent des réactions. C’est ainsi que les pods se sont développés : ils permettent de créer de l’engagement rapidement, dès que quelqu’un poste une photo… pour lui donner un coup de pouce dans l’algorithme Instagram.

Les pods Instagram, une lutte organisée contre l'algorithme du réseau social
Les pods Instagram, une lutte organisée contre l’algorithme du réseau social

Les pods sur Instagram sont-ils vraiment efficaces ?

Les avis sur l’efficacité des pods sont très mitigés. Les instagrammeurs qui semblent en retirer le plus de bénéfices en ont généralement fait une vraie stratégie.

Bien choisir ses pods

Certains pods sont généralistes tandis que d’autres sont spécialisés autour d’un thème précis. Si votre compte a une thématique marquée, mieux vaut rejoindre un pod spécialisé car vous ferez ainsi partie d’un groupe dont les membres partagent les mêmes affinités que vous : c’est plus facile d’avoir un engagement « naturel » par ce biais.

Les gens étant réellement intéressés par le thème, ils auront sans doute plus de choses à échanger dessus que si le pod « part dans tous les sens ». Par ailleurs, il y a des chances pour que leur propre communauté soit intéressée par votre univers, une autre opportunité de gagner des abonnés.

De même, il est préférable de choisir un pod Instagram réunissant des gens qui se trouvent plus ou moins dans le même fuseau horaire que vous. Instagram a déjà déclaré publiquement que l’algorithme tenait compte du « timing » d’un post, afin qu’un utilisateur le voie au moment le plus pertinent pour lui. De ce fait, si une photo reçoit de l’engagement de manière très réactive dès qu’elle est postée, ce sera plus efficace pour lui donner de la visibilité que si l’engagement n’arrive que bien plus tard.

Ne pas se contenter d’un seul pod Instagram

Il est préférable de faire partie de plusieurs pods… ou d’un pod suffisamment large, pour deux raisons :

  • Le naturel – Si ce sont toujours les mêmes 5-10 personnes qui likent et commentent vos photos, ça risque de paraître suspect. On n’entend pas parler de réelle « pénalité Instagram » pour ce type de comportement mais il se pourrait bien que l’algorithme arrive à détecter un engagement qui n’a rien de spontané. A l’inverse, si vous faites partie d’un gros pod ou de plusieurs pods, ça permet d’avoir des interactions avec des comptes plus diversifiés.
  • L’impact – Je ne connais pas beaucoup de stratégies web qui n’exigent aucun travail… et les pods n’échappent pas à la règle. Ce n’est pas en récoltant 5 commentaires que les photos acquièrent une vraie visibilité. Ça suppose donc de récolter plus de réactions… et pour ce faire, appartenir à plusieurs pods est utile.

Ligne décorative

S’impliquer dans le pod

La stratégie des pods Instagram repose sur un principe donnant-donnant. Les gens commentent et likent vos photos… mais vous vous engagez aussi à en faire de même avec les leurs. Ça demande donc du temps si vous voulez en retirer de véritables échanges.

En étant réaliste, il y a donc un stade où s’impliquer dans un pod revient au même que chercher à construire sa visibilité en exploitant les atouts de la communauté Instagram elle-même (en commentant des photos qui vous touchent, en interagissant avec les membres que vous appréciez, etc). C’est d’ailleurs pour cette raison qu’à ce jour, je n’ai pas rejoint de pod.

Il faut aussi garder un oeil sur le ratio temps investi – bénéfices retirés : pour que les pods Instagram soient efficaces, il faut que tout le monde joue le jeu. Si vous vous impliquez beaucoup chez les autres mais qu’on ne vous rend pas – assez – la pareille, peut-être faut-il revoir la stratégie (ou changer de pod, car les pods bien administrés sont aussi ceux qui excluent les membres inactifs).

A titre personnel, j’avoue que les changements d’algorithme Instagram intervenus peu avant l’été 2017 ont beaucoup affecté mon investissement ou mon plaisir à poster sur ce réseau social, qui était pourtant mon réseau préféré… Je ne me fais pas vraiment à l’idée de devoir se battre pour être visible, ce qui incite à une « suractivité » pas forcément très plaisante !

Avez-vous déjà eu recours aux pods sur Instagram ? Avez-vous du mal à gagner en visibilité sur ce réseau ?

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lorsque vous postez un commentaire sur le blog, le nom indiqué dans la case "Prénom" ainsi que votre message apparaîtront publiquement. Votre adresse e-mail restera confidentielle.

23 commentaires sur “Les pods sur Instagram : à quoi ça sert et sont-ils efficaces ?

  • Callistta

    Et bien je découvre l’existence de pods en lisant ton article.
    Je n’en avait jamais entendue parler..
    Déjà que je passe pas mal de temps sur instagram, je ne pense pas me rajouter ce système de groupes en plus.
    J’ai pas une thématique particulière sur mon compte insta en plus.
    Et télégram cela sert à quoi?

    Je n’ai encore jamais créer de pubs sur facebook pour mon blog. Il faudrait que j’essaie un jour voir si cela change quelques choses sur ma page facebook et sur mon blog.

    Répondre à Callistta
    • Marlène

      Télégram est un système de messagerie privée très sécurisée.

      J’ai utilisé la pub Facebook pour donner un coup de pouce à la page de mon blog voyage au démarrage, avec 15$ d’investissement (moins de 13€) j’ai obtenu environ 140 likes, de gens qui sont restés abonnés par la suite. C’était top pour créer un « début d’engouement » et inciter d’autres personnes à s’inscrire à leur tour.

      Répondre à Marlène
    • Callistta

      et du coup télégram c’est intérréssant de s’en servir?

      pour la pub facebook je vais essayer en mettant une petite somme et voir si cela changerai quelques chose pour la page de mon blog.
      si j’essaie pas je saurai jamais lol.

      Répondre à Callistta
    • Marlène

      Télégram est intéressant… si tu en as l’utilité :) Comme tout outil ! Pour Facebook, oui il faut tester, ça peut aider à créer une petite base d’abonnés au début qui « rassure » les suivants et les incite à s’inscrire. C’est le principe de la preuve sociale : « s’il y a des gens qui aiment, alors ça doit valoir le coup » :)

      Répondre à Marlène
  • Berthelot

    Toujours pertinents tes articles! J’avais pas vu comme cela mais finalement c’est comme de la cooptation

    Répondre à Berthelot
    • Marlène

      Oui, on peut le voir comme ça… mais à mon sens, ça demande quand même beaucoup d’efforts !

      Répondre à Marlène
  • Bernieshoot

    Bonjour Marlène,
    je découvre les « PODs instagram » , je n’ai pas saisi comment intégrer un POD… j’ai le sentiment que c’est assez chronophage.
    J’aime l’idée d’instant de vie posté sur instagram, du naturel, au risque de ne pas être populaire.

    Répondre à Bernieshoot
    • Marlène

      Pour intégrer un pod, il faut en trouver un… et ça se passe souvent sur des réseaux tiers à Instagram. Par exemple, via un groupe Facebook où quelqu’un lance l’idée de créer un pod autour d’une thématique précise par exemple, ou via Telegram où il existe des pods géants. C’est donc un travail de recherche… et un investissement ensuite dans le pod. C’est pour ça qu’à titre personnel, la tendance m’a intriguée sans que je franchisse le pas. Ça me semble très chronophage pour un engagement finalement peu naturel, je préfère des échanges plus spontanés avec les comptes qui me plaisent.

      Répondre à Marlène
  • Smartlang

    Hello Marlène, j’ai également testé les PODs. Cela prend du temps et effectivement le contenu de certains posts est juste affligeant. J’avais été contacté directement par des membres de ces groupes. J’ai suivi pour tester. La difficulté est donc de trouver les bons groupes. Peut etre que la solution est d’en créer un soit meme en invitant des membres du même domaine ou ayant les mêmes centres d’interet. Encore du temps à investir donc ce qui manque souvent à nous tous. Merci pour tes articles, bises.

    Répondre à Smartlang
    • Marlène

      J’ai vu des petites annonces de création de pod sur le groupe Facebook « Le Café des Blogueuses » et effectivement, c’était thématique ce qui rend à mon avis l’exercice plus intéressant !

      Répondre à Marlène
  • Ornella

    HAAAAN, oh non, la c’est trop. Je ne savais même pas que les pots existaient. Mais je peux m’investir dans ce cercle là, sinon, je n’en finirais jamais.

    Répondre à Ornella
    • Marlène

      Je pense qu’au final, on y passe autant de temps qu’avec un engagement « naturel » sur des comptes qui nous intéressent.

      Répondre à Marlène
  • Morganedetoi11

    Super ton article ma bichette !
    Cet algorithme… quelle galère…

    Répondre à Morganedetoi11
    • Marlène

      En fait, ça ne me dérangerait pas si ce n’était pas si radical. Là, j’ai l’impression qu’on a pris mon réseau social préféré et que du jour au lendemain, on m’a dit « A partir de maintenant, tu n’as plus le droit d’être visible ». A moins de payer, peut-être ? Superbe politique…

      Je peux comprendre qu’Instagram incite à la publicité car après tout, il faut bien que l’entreprise se rémunère, c’est normal et souhaitable pour que le service perdure, progresse en termes de fonctionnalités. Mais ils y sont allés un peu fort, là. A vrai dire, ça ne fait que me renforcer dans l’idée qu’il ne faut jamais mettre les réseaux sociaux sur un pied d’égalité avec les supports que l’on contrôle soi-même. Je prépare d’ailleurs un article sur le sujet !

      Répondre à Marlène
    • Melody

      Je suis totalement d’accord avec toi. Il y a un peu plus d’un an, c’était une période faste pour mon compte insta, j’avais un taux d’engagement assez haut, mon nombre d’abonnés est pas mal monté. Depuis le changement, je n’ai plus aucune visibilité et un taux d’engagement dérisoire. Ce qui fait que je n’ai plus du tout envie d’investir du temps là-dedans.. ce qui conduit à avoir encore moins de visibilité. C’est un cercle vicieux. En tout cas, j’ai totalement lâché l’affaire avec Instagram, je ne poste presque plus sur mon compte et je n’ouvre l’appli plus qu’une fois par jour pour moins d’une minute.
      Comme tu le dis, je pense qu’il est important de garder en tête qu’on a vraiment avantage à miser sur son blog ou du moins une plateforme qu’on maîtrise totalement. Les réseaux sociaux, on n’a aucun moyen de contrôle dessus et tout peut s’étioler du jour au lendemain !

      Répondre à Melody
    • Marlène

      J’aime voir les réseaux sociaux comme un complément pour échanger ou partager autrement… mais pas plus ! Je trouve qu’aujourd’hui, c’est difficile d’investir plus dessus quand on sait à quel point tout peut bouger du jour au lendemain.

      Répondre à Marlène
  • Sarah | Côté Make-up

    Hello !
    J’ai testé une semaine un pod instagram mdr au final, ça prend beaucoup de temps pour aimer des photos qu’on aime pas forcément, de voir plus de j’aime mais dont la plupart ne sont pas sincère. Du coup, j’ai arrêter. J’ai trouvais ça comme de la triche, bien trop de dérive de la part de beaucoup de gens pour un chiffre.

    Je comprends le fait que l’on veut avoir sa place surtout avec l’algorithme qui met toujours les mêmes en avant, mais ça peut vite devenir une obsession pour au final, combler superficiellement son égaux.

    Cela me rappelle sur skyblog à l’époque où les commentaires à la fin c’était des chiffres, des échanges de commentaire souvent en rendant le double. Ridicule à mon sens ! ^^

    Autre limite au pod, c’est que ça noie du coup les comptes de qualité qui ne veulent pas entrer dans cet engrenage au profit des comptes qui utilise un pod (et chez beaucoup, le compte insta n’est pas toujours de qualité).

    Ce qui e rassure : je me dis que les marques ne sont plus dupe (car je pense que le but final c’est bien la popularité et l’espoir d’une porte ouverte vers la monétisation) et qu’elles ne se contentent plus de regarder un chiffre.

    La bise !

    Répondre à Sarah
    • Marlène

      Hello Sarah, merci beaucoup pour ton retour d’expérience complet ! J’ai la même impression concernant l’investissement qu’implique l’appartenance à un pod, ça demande au final beaucoup de temps quand on veut le faire « bien »… et quitte à s’investir autant, je me dis qu’il faut mieux le faire de manière plus spontanée, au profit de comptes découverts naturellement. Néanmoins, ça peut peut-être faire gagner du temps dans la découverte de nouveaux comptes si on cible un pod axé sur les mêmes centres d’intérêt que les siens.

      Concernant les marques, je constate hélas que très souvent, elles demandent encore un nombre d’abonnés… et c’est tout. Assez décevant en 2018 car d’une certaine manière, ça encourage toutes ces pratiques artificielles pour gonfler ses chiffres.

      Répondre à Marlène
  • Lili

    Je regardais la semaine dernière : j’ai gagné environ 55 abonnés depuis mai dernier. Cela paraît complètement ridicule… J’aime et commente les photos de mes copines blogueuses selon ce que les photos m’inspirent mais je ne me vois pas me lancer dans de grands calculs… J’ai du mal à comprendre comment certaines comptes équivalents en terme de photos (je ne parle pas des super photos travaillées avec Lightroom évidemment) prenne 2000 abonnés dans le même intervalle. J’aime aussi beaucoup Instagram mais tout ça a un côté un peu « désespérant ». Il faut réussir à prendre de la distance (mais quand on s’investit, il est normal d’espérer un retour…).

    Répondre à Lili
    • Marlène

      Je connais quelqu’un qui avait moins d’abonnés que moi en mai 2017… qui a posté moins de photos que moi cette année (et pourtant, je ne fais pas partie des gens qui postent tout et n’importe quoi)… et qui a aujourd’hui presque doublé son nombre d’abonnés alors que je stagne totalement. Je me demande si la publicité n’a pas un rôle à jouer là-dedans :) Du coup, je serais curieuse de tester une campagne pour voir si ça apporte réellement de la visibilité ou pas.

      Répondre à Marlène
    • Lili

      J’avais testé sur Facebook mais le réseau m’offrait virtuellement 30€. Le résultat a été si nul que j’ai encore du mal à en revenir. J’ai peut-être gagné 3 abonnés… J’avais sponsorisé un concours. Mystère ! Du coup, je ne suis pas du tout motivée pour tester sur Instagram.

      Répondre à Lili
    • Marlène

      Ah oui ? Pour ma part j’ai au contraire eu de très bonnes expériences en matière de publicité… mais j’ai un peu travaillé le ciblage :) Par exemple, j’ai eu un coupon de 10$ offert la semaine dernière, je l’ai utilisé pour booster un post Facebook de mon blog voyage et ça m’a permis de toucher 6763 personnes avec à la clé 236 réactions, 56 partages, une vingtaine de commentaires et une vingtaine de nouveaux abonnés à la page elle-même.

      A mon lancement j’avais fait une mini-campagne de 10$ aussi via un coupon, cette fois-ci axée sur la promotion de la page, et j’avais dû gagner plus d’une centaine d’abonnés par ce biais.

      Je vais peut-être retenter une campagne avec le même budget car j’aimerais faire un tuto sur la façon de créer des synergies entre son blog et sa page Facebook avec la publicité.

      Mais je n’ai jamais testé la pub Instagram donc je ne sais pas ce qu’on peut en attendre en termes de performances… et honnêtement, Instagram n’est pas un gros levier de trafic pour un site de contenu donc payer pour être visible est un choix qui mérite réflexion : quelle est la finalité ? Que retire-t-on de statistiques plus « généreuses » ?

      Répondre à Marlène
    • Lili

      Ton retour est intéressant !
      Les stats ne servent qu’à l’ego ou aux partenariats je pense ;-)

      Répondre à Lili
Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.