Infographie : comment écrire un article de blog percutant et bien structuré ?


En tant que blogueur, vous avez parfois plein de choses à raconter mais soudain, vous vous retrouvez devant votre écran et là, c’est le vide intersidéral ! Par où commencer ? Comment écrire un article de blog clair et fidèle à vos idées ?

Dans cet article, je vous propose une infographie… et des explications plus détaillées en 7 étapes pour apprendre à bien structurer un article de blog depuis votre idée de départ jusqu’à la publication. J’espère que ces conseils vous aideront à mieux répondre aux attentes de vos lecteurs !

Comment structurer un article de blog : infographie

1. L’introduction : mais au fait, pourquoi voulez-vous écrire un article ?

Si vous êtes assis là devant votre clavier, c’est qu’il y a sans doute une bonne raison. Avez-vous envie de partager une information, une actualité, une opinion, une expérience ?

Il existe des millions de blogs sur Internet et certaines personnes vont consacrer 10 minutes de leur vie à lire votre article. Votre objectif, c’est de faire en sorte de transformer 10 minutes de temps perdu en 10 minutes utiles !

Le but de votre article et la cible à laquelle il s’adresse doivent apparaître dès l’introduction.

À quoi ça sert ?

  • Créer une attente – A travers votre introduction, vous allez chercher à capturer l’attention du lecteur et à lui donner envie d’en savoir plus.
  • Éviter au lecteur de perdre son temps – Votre introduction va aussi permettre de faire le tri entre les gens concernés par le sujet et les autres. Par exemple, si vous maîtrisez déjà parfaitement la rédaction web, vous conclurez peut-être en lisant mon introduction voire dès le titre de l’article que vous n’avez pas besoin de lire le contenu.

Comment faire ?

Vous pouvez par exemple…

  • Raconter une histoire ou une anecdote, à condition qu’elle soit courte (ça reste une introduction !).
  • Partager un fait ou une nouvelle qui interpelle.
  • Poser des questions : j’ai toujours adoré les introductions qui posaient beaucoup de questions parce qu’on a naturellement envie d’obtenir les réponses.
  • Se projeter dans les émotions du lecteur : quels sont les inquiétudes, les questionnements des personnes qui vous lisent ?
  • Présenter votre approche : allez-vous proposer un tutoriel, une réflexion, un compte-rendu, une wishlist, une interview ? Chaque format est porteur de certaines attentes. Par exemple, on attend d’une actualité qu’elle soit étayée par une source fiable.
  • Faire une promesse : qu’est-ce que vous vous engagez à offrir ou à partager avec votre lecteur à travers votre article ?

D’un point de vue plus pratique, vous pouvez commencer par donner à votre article un titre de travail qui résume votre objectif final. Par exemple, cet article avait pour titre temporaire “Structurer un article de blog”. C’est clair, précis, pas très sexy… mais le but de l’article, c’est ça ! Trouver ce titre temporaire vous permet souvent de formuler votre objectif principal en quelques mots qui vont à l’essentiel, c’est une aide à la rédaction de votre intro par la suite.

Je vous conseille aussi de limiter votre introduction à quelques lignes. La presse va plus loin en se limitant souvent à un chapô de 2-3 lignes. Un blog est plus souple au niveau du format mais mieux vaut rester concis.

2. Écrire le corps de l’article

Déjà, ne vous bloquez jamais en pensant qu’il y a une seule et unique façon de faire ! Vous avez tous un style d’écriture qui vous est propre et il fait partie intégrante de la richesse de votre blog.

Par exemple, pour ma part, c’est très rare que je fasse un plan avant d’écrire. Même à l’époque des dissertations pendant mes études, je rédigeais directement. À l’inverse, d’autres personnes vont être plus à l’aise avec l’idée de lister toutes leurs idées en vrac sur un sujet puis de les organiser avant de rédiger.

À mes yeux, il n’y a pas de méthode meilleure qu’une autre. Il y a surtout la méthode avec laquelle vous êtes le plus à l’aise !

Quelques types de plans d’articles

En rédaction web, on adopte souvent le principe de la pyramide inversée : il consiste à aller à l’essentiel en début d’article puis à entrer dans les détails. Ainsi, le lecteur pressé peut s’abstenir de lire l’ensemble de l’article.

La liste sans hiérarchie – Il s’agit tout simplement de lister des idées sans ordre particulier. La liste est toujours un format populaire et polyvalent ! Exemple : 5 façons d’organiser sa vie digitale (La Minute d’Emy)

La progression – Vous allez montrer, étape par étape, comment parvenir à un résultat ou à une conclusion. Exemple : DIY : créer un terrarium (Stéphanie Zwicky)

La chronologie – Vous racontez un événement dans l’ordre où il s’est déroulé. Exemple : Un week-end à Budapest (Carnet Prune)

La chronologie inversée – Vous commencez par présenter un événement puis vous revenez sur sa dimension historique (ses causes, son explication, son origine) pour revenir enfin au futur. Par exemple, dans cet article, on vous parle de l’échec d’une entreprise puis on vous raconte pourquoi elle n’a pas décollé… et en fin d’article, on en tire des leçons pour aller de l’avant.

La résolution de problèmes – Vous présentez d’abord un problème puis vous proposez une solution. Exemple : Triacneal et mes soins contre l’acné hormonale (Mademoiselle Modeuse)

Le débat – Vous présentez les arguments des uns, les arguments des autres et vous exposez votre point de vue. C’est une version 2.0 du fameux plan didactique de vos rédactions du lycée avec la thèse, l’antithèse et la synthèse ! Exemple : Ci-gît… les blogs (La Fille de l’Encre)

L’argumentation – Vous commencez par donner un avis puis vous exposez les arguments qui justifient cet avis ! Exemple : L’érotisme de Grazia : un dossier consensuel (Dis-moi média)

Nourrissez votre article

Le blog n’est pas un magazine papier, ce n’est pas non plus un devoir d’école. Ça reste donc un support très vivant, où il ne faut pas hésiter à dynamiser votre contenu. Vous pouvez proposer des exemples, des liens qui vont apporter des informations complémentaires, raconter quelques anecdotes, etc.

Faites ressortir les éléments importants

Il faut penser non seulement à la lisibilité de votre article mais aussi au référencement. Pour concilier les deux, on adopte les bonnes pratiques :

  • En complément du gros titre de l’article, on n’hésite pas à inclure des sous-titres et on les encadre par des balises h2.
  • On utilise des éléments de mise en forme comme les listes à puces ou le gras pour mettre en relief les idées importantes.
  • On peut aussi créer des encarts et utiliser la couleur pour faire ressortir certains points, comme ci-après.

Votre article est très long ? Si le sujet le permet, vous pouvez créer de petits récapitulatifs qui aideront le lecteur à retenir l’essentiel de chaque sous-partie.

Ecrire un article de blog, c'est (aussi) penser à la mise en forme !
Ecrire un article de blog, c’est (aussi) penser à la mise en forme !

3. Conclure

J’ai consacré un article entier à la façon d’écrire une bonne conclusion, je vous conseille donc de le lire ! En résumé, c’est souvent l’occasion de récapituler ce dont vous avez parlé, de proposer des pistes pour prolonger la lecture mais aussi de pousser vos lecteurs à l’action : commenter, lire un autre article, s’abonner à la newsletter, partager sur les réseaux sociaux, vous contacter, etc.

4. Trouver le titre

C’est le moment où vous allez transformer votre titre de travail pas très sexy en un titre qui donnera davantage envie de cliquer. Souvent, les titres les plus efficaces sont ceux qui comportent un mot relevant du vocabulaire des émotions. C’est comme ça qu’on finit avec des milliers d’articles qui vous promettent un contenu “incroyable”, une méthode “qui va vous laisser sans voix” ou une erreur “aux conséquences dramatiques”.

Sans tomber dans un mode de rédaction formaté, on peut garder à l’esprit que l’émotion a tendance à réveiller quelque chose d’assez primitif en nous qui nous donne envie de cliquer.

Par exemple, un lecteur cliquera plus sur “Comment écrire un article de blog percutant et bien structuré” que sur “Structurer un article de blog”… Le sujet reste le même mais dans le premier cas, on fait appel à l’émotion : être percutant, c’est avoir un impact sur les autres et en général, tous les blogueurs peuvent se reconnaître dans ce désir de ne pas laisser le lecteur indifférent.

5. Illustrer l’article

Choisir une ou plusieurs images permet d’abord d’aérer l’article pour le rendre plus agréable à lire. Les images créent comme une pause dans la lecture et limitent l’impression d’un article interminable. Dans certains cas, c’est aussi une source de valeur ajoutée à part entière quand l’image permet de clarifier le contenu ou d’apporter des précisions complémentaires.

Il est souvent plus esthétique que l’image fasse la même largeur que la colonne de texte. Pensez aussi à adopter les bonnes pratiques en matière d’optimisation des images :

  • Un fichier pas trop lourd.
  • Un fichier avec un nom explicite.
  • Un attribut alt bien renseigné avec une description de l’image.

6. Autour du texte…

En général, je conclus la rédaction d’un article par ces 3 actions :

  • Rédiger une balise title – C’est le titre tel qu’il apparaîtra dans les résultats de recherche sur Google ou sur Bing. J’utilise souvent le même titre que le titre principal de l’article sauf dans une situation : quand le titre de mon article est trop long. En effet, les moteurs de recherche coupent votre titre s’il est trop long, il est conseillé de limiter sa longueur à 500 pixels. Vous pouvez par exemple utiliser ce simulateur pour savoir si votre titre est trop long ou pas. Ce title a une importance élevée en référencement.
  • Rédiger la meta description – C’est la description qui apparaîtra sous le titre dans les résultats de recherche. Elle doit avant tout donner envie à un internaute de cliquer sur votre site parmi tous les résultats proposés.
  • Ajouter des tags (étiquettes sur WordPress, libellés sur Blogger) – C’est un petit détail qui peut permettre d’organiser plus finement votre contenu. Par exemple, sur No Tuxedo, il existe des sujets qui sont transversaux. C’est le cas du référencement. Le référencement, c’est à la fois de la technique et du code (ce dont je parle surtout dans la rubrique “Créer un blog”) mais c’est aussi un moyen de gagner du trafic. Ça signifie que le sujet peut être abordé dans différentes rubriques du blog. J’ai donc créé une étiquette SEO (référencement naturel) qui regroupe tous les articles consacrés au référencement, quelle que soit la catégorie dans laquelle ils se trouvent.

7. Relecture et planification

Étape indispensable même quand on fait peu de fautes d’orthographe, la relecture permet à la fois de corriger les erreurs et de vérifier la cohérence et la clarté globales de votre raisonnement.

Vous pouvez ensuite planifier votre article à la date de votre choix.

En ce qui me concerne, j’écris toujours mes articles avec beaucoup d’avance par rapport à la date de publication, ce qui me permet de faire une relecture en deux temps : une première fois quand l’article est terminé et une deuxième fois quelques jours avant sa publication. Ça permet de prendre du recul, on réalise parfois qu’un aspect mériterait d’être mieux expliqué.

Comment écrire un article de blog et structurer sa réflexion ?
Comment écrire un article de blog et structurer sa réflexion ?

Conclusion

Dans cet article, je vous ai proposé une méthode étape par étape mais le message principal à retenir, c’est que nous ne sommes pas à l’école ! Un blog n’a jamais vocation à fonctionner comme un cours de français où l’on attend de vous un plan en 3 parties. Vous pouvez – et je dirais même vous devez – être à l’écoute de votre intuition !

C’est d’ailleurs vrai en toutes circonstances et j’ai un très bon exemple pour le prouver : il y a déjà quelques années, j’ai passé un concours pour entrer dans une école qui fait rêver tous les passionnés de journalisme et de communication, le CELSA. Chaque année, il y a plusieurs milliers de candidats et la plupart des gens arrivent à l’examen après une préparation de choc, une prépa littéraire, la lecture d’une bibliographie abondante.

Je suis tombée sur un sujet sur “la crise”, un thème qui faisait parler tous les médias à l’époque. En toute franchise, c’est le genre de sujet qui m’ennuie profondément parce qu’on a l’impression que tout a déjà été dit et plus ou moins toujours de la même manière. Ce jour-là, au lieu d’une dissertation classique, j’ai écrit une sorte de scène de théâtre mettant en scène l’avocat Maître Rudumur (“rue du mur” = traduction littérale de “Wall Street” en anglais ^^).

J’ai eu le concours et le message que j’en retiens, c’est que la forme ne doit jamais être une prison, quelque chose qui vous empêcherait d’exprimer vos idées. Dans cet article, je vous ai donné un guide qui peut vous rendre service si vous avez du mal à organiser vos idées mais ce n’est pas une recette de cuisine : si vous avez envie de commencer par trouver un titre exceptionnel, ne vous en empêchez pas au motif que vous êtes censé le faire à l’étape 4 !

Et bien sûr, l’aventure ne s’arrête pas quand vous appuyez sur le bouton publier… il vous reste encore à promouvoir votre article (réseaux sociaux, newsletter) et à le faire vivre en répondant aux commentaires et en le mettant à jour dans la mesure du possible quand il se périmera !

Racontez-moi dans les commentaires : comment vous vous organisez pour écrire ? Est-ce que vous arrivez facilement à structurer vos articles ?
Thèmes : Content marketing 

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

44 commentaires sur “Infographie : comment écrire un article de blog percutant et bien structuré ?

  • Angelilie

    Bonjour Marlène,
    Je suis devenue une fidèle à ton blog ;) je viens aujourd’hui te voir car je me pose une question qui me chiffonne sur les balises h1, h2… Est-ce que l’on peut mettre des balises h1 quand son blog n’est accès que sur des photos? Car je débute dans le blogging avec un blog photo et je ne connais pas encore tout. Merci pour ta réponse.

    Répondre à Angelilie
    • Marlène

      Hello, on peut tout à fait mettre des balises h1. Si un article ne contient qu’une seule photo, le titre de l’article en h1 peut être le thème de la photo. S’il y a plusieurs photos dans un même article, le titre h1 peut être le thème de la série de photos. Et dans tous les cas, si on veut développer son trafic via le référencement, il faut du texte en complément des photos :)

      Répondre à Marlène
    • Angelilie

      Merci Marlène de toutes ces précisons concernant les balises h1. Etant donné que je mets toujours un titre d’article, Je vais essayer de mettre le thème de mes photos dans le h1 en complément de mes photos. Je ne peux pas trop mettre de texte car c’est uniquement un blog de Wallpapers et fonds d’écran, basé sur les photos principalement.

      Répondre à Angelilie
  • Amanda Msf

    Hello Marlène ! Merci pour tes articles riches en bons conseils. J’ai commencé mon 1er blog il y a quelques semaines. En général, mes introductions d’article font office de meta description. Il s’agit de 4 à 6 lignes. Qu’en penses-tu ?

    Répondre à Amanda
    • Marlène

      4 à 6 lignes, ça me paraît beaucoup par rapport à la longueur conseillée mais je n’ai pas mesuré ;)

      Répondre à Marlène
  • Stephanie rime

    Bonjour.

    Merci beaucoup pour cet article!
    Moi qui ai un esprit bordélique, et qui suis totalement autodidacte, il m’a donné pleins d’idées rien qu’en le lisant. Super! :)

    Répondre à Stephanie
    • Marlène

      Bonjour Stéphanie, c’est pratique dans certaines circonstances l’esprit bordélique ;) Ça permet aux idées de fuser librement, je suis sûre que c’est un atout pour la créativité…

      Répondre à Marlène
  • Laura HANTZ

    Bonsoir Marlène,

    Merci pour cet article ! Je suis toujours en quête d’amélioration pour mon blog alors je prends tous les conseils ! D’ailleurs, comment faire un “encart” comme tu le montres ? C’est bien une chose que j’aimerais faire sur certains de mes articles, mais je n’y arrive pas ! Je suis sous wp.org

    Très belle soirée,

    Laura,

    Répondre à Laura
    • Marlène

      Je les crée avec un simple bout de code CSS :) Il faudrait que je fasse un tuto sur le sujet, je vais ajouter ça à ma liste d’idées !

      Répondre à Marlène
    • Laura HANTZ

      Ah oui, j’utilise rarement le code CSS, je ne maîtrise pas assez le sujet

      Répondre à Laura
  • Samuel

    Belle infographie, une belle synthèse sobre et efficace …Article complet et intéressant comme souvent sur ce blog que je viens de découvrir …
    Juste une chose que je fais régulièrement dans la phase de correction et une fois que le texte a bien reposé …une lecture à haute voix est très utile et révèle parfois des surprises : on sent mieux comment sonne le texte, son rythme et son dynamisme …souvent très instructif.
    Une petite remarque purement SEO, rien de bien nouveau mais cela peut être bien utile et efficace de ne pas faire h1=Title et de profiter de ces deux opportunités pour ne pas y mettre la même chose …
    Merci pour ce billet …

    Répondre à Samuel
    • Marlène

      Hello Samuel, concernant l’histoire du h1 différent du title… je pense pour ma part que tout dépend comment le titre est construit. A mon sens, le title doit rester “straight to the point”, c’est-à-dire direct, sans chichis, là où le h1 peut se permettre plus de fantaisie.

      J’ai de nombreux articles où h1 = title et où le référencement est extrêmement bon donc d’un point de vue SEO, je pense en tout cas que ce n’est pas pénalisant de doubler. Je pense que les deux doivent a minima être similaires et que le mot clé phare de la page doit être présent dans les deux : ça évite notamment que le visiteur ait l’impression d’arriver sur une page différente de ce qu’il a demandé à son moteur (quand on fait une grosse blagounette dans son titre mais que le title n’a rien à voir, ça peut être déroutant ^^).

      Répondre à Marlène
    • Samuel

      Hello Marlène …. Ce n’est pas forcement pénalisant en soi mais ne pas utiliser dans certains cas des variantes entre h1 et title c est juste se priver d’un levier SEO, une variable parmi tant d’autres, certes, pas énorme mais une opportunité toute de même. Le SEO est une alchimie de nombreux éléments une chasse au grains sable qui grippent la machine et l’apport d’éléments qui orientent/guident Google.
      Le fait par exemple que certaines de tes pages avec h1=title sont bien positionnées ne veut pas dire en soi que cela la variante h1 title n’est pas utile, chaque cas est différent, chaque site a un écosystème interne qui lui est propre et un profil de liens aussi, un environnement concurrentiel d’aspect et de niveau différent …
      Belle trouvaille en tout cas que j’ai faite avec ton blog, les sujets et l’écriture me plaisent, l’angle d’approche différent et le partage aussi …un bon coups de fraicheur merci

      Répondre à Samuel
    • Marlène

      Merci Samuel :) Pour le h1, je voulais simplement souligner qu’il n’y avait pas de “règle stricte” ni dans un sens ni dans l’autre (ce n’est pas parce qu’on fait h1 = title qu’on sera mal référencé ou vice versa), je pense effectivement que ça dépend beaucoup du contexte… comme pas mal d’aspects du référencement :)

      Répondre à Marlène
  • Bernieshoot

    Bonjour,
    nous ne sommes pas à l’école, mais un peu quand même. je retrouve les principes d’une rédaction (ça s’appelait ainsi à mon époque :)), avec en plus l’aspect SEO pour être mieux repérer (ou pas :)) par lem oteurs de recherche.
    Je cherche toujours l’outil qui me permettrait de vérifier si la balise title et la méta balise ont les bons critères de nombre de caractères, ou simplement voir le rendu.
    Le style doit rendre vivant l’article car nous écrivons pour être lu.

    Répondre à Bernieshoot
  • Plume

    Bonjour,
    Félicitation pour ta sélection du mardi. Je débute dans le blogging. Comme tout le monde, je pense, j’ai passé tellement de temps sur mon 1er article et j’y ai mis tellement de cœur que je m’attendais à avoir des centaines de félicitations… Au final, après 2 mois d’existence, je plafonne à 20 visiteurs maximum le jour de la parution de l’article, et pas un seul commentaire ! D’ailleurs maintenant, quand je visite un blog, je laisse quasi systématiquement un petit commentaire parce que je sais maintenant à quel point ça rassure de ne pas parler dans le vide !
    Bref échec cuisant pour moi ! Je passe par une période de remise en cause de mes capacités à tenir un blog… Articles trop longs ? trop courts ? pas assez structurés ? totalement inintéressants ? blog moche ? Bref merci pour tous les conseils que je lis sur ton site et que j’essaye d’appliquer. Cela me donne quelques points de vigilance auxquels être particulièrement attentive avant de de cliquer sur le bouton publier !
    Pour le moment mon aventure s’arrête justement en cliquant sur le bouton publier (enfin, je partage sur les réseaux sociaux mais peu de réactions là aussi lol). Pas toujours facile d’avoir la motivation, mais je me raccroche à mon idée initiale : tenir ce blog pour mon plaisir.
    Bonne journée

    Répondre à Plume
    • Marlène

      Après 2 mois seulement ne parle surtout pas d’échec ! Un blog met bien plus longtemps que ça à démarrer. Je te conseille la lecture de mon article “Comment j’ai raté le lancement de mon blog”, ça devrait te parler ;)

      On considère qu’il faut au moins 6 mois pour faire un premier bilan quand on publie régulièrement (1 article par semaine au moins)… donc en 2 mois c’est bien trop tôt pour tirer de quelconques conclusions.

      Après, je sais que cette période de vide est difficile à vivre pour la motivation mais c’est vraiment là qu’il faut s’accrocher !

      Répondre à Marlène
  • Amandine Dismoimedia

    Awww merci !
    Je te rejoins pour le titre, avant je les choisissais à la fin pourtant ils aident à mieux définir le sujet et à se recentrer.
    Après pour le format, j’ai l’impression que ça se fait tout seul. Quand je réfléchis à un article, soit tout me vient, soit je me rappelle de mes émotions brutes en lisant ou regardant et je creuse sur les causes. La mise en page se dévoile au fur et à mesure mais j’ai l’impression que chaque genre à ses formats évidents.
    A propos des sous-titres à chaque fois que je te lis je me pose la question. Lorsque j’ai publié les gros portraits j’en ai bien sûr rajouté. Comme pour une série dont je jugeais le propos dense. Après pour les critiques classiques j’ai du mal. J’estime qu’une phrase en surgras dans chaque paragraphe est suffisant, en réalité dans ma tête c’est comme si tout le monde avait compris que mon article se découpe en résumé / contexte (optionnel) / le ton / les acteurs et la réalisation XD. Je ne sais pas je trouve ça ‘trop’ de rajouter un sous-titre pour chaque paragraphe.
    Question sur la méta-description, celle par défaut reprend le début de l’article ?

    Répondre à Amandine
    • Marlène

      Google peut reprendre par défaut le début de l’article ou afficher un extrait en fonction des mots-clés qui ont été entrés dans le moteur de recherche (par exemple, il va afficher le bout de phrase où le mot-clé en question apparaît sur ta page).

      Concernant les sous-titres, tout dépend des objectifs du blog. Si on veut écrire dans une perspective de référencement en prenant en compte les “standards” de la rédaction Web, ça me paraît incontournable de structurer un article avec des sous-titres contenant des mots-clés pertinents. Maintenant, si on tient son blog par plaisir et que ce sont des questions avec lesquelles on a pas envie de se prendre la tête, ça devient entièrement facultatif :)

      Répondre à Marlène
  • Asakura

    Merci pour cette article, je ne savais pas pour les balises… Du coup je me renseigne (balise, référencement, quesako ?).
    Sinon, pas de plan je me place devant l’ordi et c’est parti. Par la suite je m’efforce de réformer…
    Je vais essayer d’appliquer les différents conseils, et continuer à m’améliorer car y a du boulot lol !

    Répondre à Asakura
  • Alexandre

    Superbe article.

    J’ai l’envie de lancer mon blog prochainement. Cela fait quelques mois (années?) que je lis énormément de blog (dont le tien), sans vraiment me lancer moi-même. Du coup, en plus d’être, je pense, le meilleur article explicatif, il tombe à pic ! ;)

    Merci à toi

    Répondre à Alexandre
    • Marlène

      Bonjour Alexandre, je trouve que c’est une bonne démarche de se renseigner avant histoire de savoir où on met les pieds mais il ne faut pas pour autant hésiter à se lancer ! On apprend beaucoup de choses sur le terrain, en mettant les mains dans le cambouis :)

      Répondre à Marlène
  • Laura de Libre Com le Web

    J’adore ton infographie ! Je l’ai enregistré sur mon Pinterest pour l’avoir toujours facilement à disposition. D’ailleurs ça serait cool un bouton pin it sur tes photos :D
    Et grâce à tes exemples j’ai pu découvrir plein de blogs et d’astuces !
    Je te souhaite une très belle journée
    Laura

    Répondre à Laura
    • Marlène

      Merci Laura ! J’avais un bouton Pin it à une époque et je l’ai supprimé pour améliorer le temps de chargement du blog.

      Répondre à Marlène
  • prettylittletruth

    Super article! Je me retrouve beaucoup dans ce processus d’ecriture. Biensur je fais quelques petites choses differement, mais en gros c’est similaire :)

    Répondre à prettylittletruth
  • Laurent Congras

    Bonjour,
    Votre article est complet ; je vous félicite sur la qualité du visuel qui illustre parfaitement
    les différents points de rédaction. Vous mettez en avant l’aspect visibilité, référencement naturel.

    merci
    Laurent

    Répondre à Laurent
    • Marlène

      Bonjour Laurent, merci de votre commentaire ! Le référencement naturel me paraît incontournable aujourd’hui pour ne pas bloguer dans le vide. Ça reste un exercice qui demande beaucoup de temps et je trouve que la visibilité est importante pour garder sa motivation intacte.

      Répondre à Marlène
  • La fille de l'encre

    Merci pour ton partage !
    Je suis honorée d’être citée ici :)

    Répondre à La
  • Cécile

    Super article encore une fois.
    Je rédige pas mal de tutos donc je suis une chronologie, par contre j’essaie de faire une intro un peu sympa en partant d’une anecdote ou autre (enfin bon y a des jours où l’inspiraton vient et d’autres pas ^^). Avant de commencer je jette un oeil aux mots-clés qui tournent autour de mon thème et si j’en trouve un qui vaut le coup, je le note (ainsi que quelques co-occurences) pour penser à les mettre dans le texte (et les alt des images).

    Je compatis avec Lili pour le trauma du Celsa, même histoire ici : tentative de rentrer pour un DESS (oui c’était il y a longtemps) écrit OK, oral pas sympa du tout brrrr. ;)

    Répondre à Cécile
    • Marlène

      Oh décidément ! L’oral ne m’a pas vraiment marquée, ils m’avaient beaucoup cuisinée sur le fait que pour moi, c’était une reprise d’études (j’avais monté mon propre business et je travaillais) et que je passais malgré tout le concours “formation initiale” et pas “formation continue”. Ils avaient peur que j’aie du mal à me réadapter à la vie d’une école, que je “m’ennuie”… En quoi ton oral n’était “pas sympa” ? Dans les questions elles-mêmes, dans l’attitude du jury ?

      Répondre à Marlène
    • Cécile

      J’avais tenté le DESS Communication et RH (de mémoire) et 2 des membres du jury ont passé la majeure partie de l’entretien à me poser des questions assez complexes sur des aspects assez techniques d’un point de vue RH… (genre “Que pensez-vous du knowledge management appliqué au e-learning ?”).
      Après j’avais peut-être pas le niveau requis (je sortais d’une maîtrise Information-communication où on avait fait un peu de GRH mais c’était pas le truc principal) ou pas la réflexion nécessaire… Néanmoins l’attitude de ces 2 là étaient assez froide. J’avais l’impression d’être face à une équipe bad cop / good cop (les autres membres du jury les ont un peu repris même).
      Une copine qui sortait du Celsa m’avait dit que son entretien s’était bien mieux déroulé que ça (comme toi, ils l’avaient plus interrogée sur ses motivations, pas tant sur ses connaissances).

      Répondre à Cécile
    • Marlène

      Je ne pense pas qu’ils attendent un niveau de connaissances précis car il y a des cours de remise à niveau pour tous les admis en Master (histoire qu’ils partent sur des bases similaires à celles des personnes qui ont intégré le Celsa en troisième année). Je pense que les questions sur les tendances ou les concepts permettent surtout d’évaluer ta curiosité, de voir ton attitude face un sujet que tu ne connais pas encore, etc. C’est aussi un bon moyen de voir comment tu structures ta réflexion à un stade où tu n’as justement pas acquis de connaissances formelles.

      J’ai moi aussi eu un jury good cop/bad cop (et ça s’est répété à mon oral de mémoire de fin d’études !), c’est un cas assez classique je pense, Celsa ou pas :) J’ai souvent eu le cas en entretien d’embauche aussi.

      Répondre à Marlène
  • Lili

    Ah ah, tu ravives un vieux traumatisme avec le Celsa ;-) J’avais candidaté pour un M2. L’écrit s’est parfaitement déroulé mais l’oral a été un peu douloureux ;-)
    Pour les articles, je pars de quelques idées puis je structure, déménage les paragraphes, etc. Difficile de rationaliser. Je suis admirative de ta façon de décortiquer les choses :-)

    Répondre à Lili
    • Marlène

      Tu n’as pas retenté le concours après ? C’est déjà bien d’avoir eu l’écrit :)

      Répondre à Marlène
  • Délia

    J’avais jamais pensé à rédiger une balise title! Je trouve que ton article est évidemment très bien structuré.
    Tu devais être injouable aux dissertations toi :D!
    J’avoue que je ne suis pas trè “scolaire” sur le blog, j’ai tendance à ne pas assez structurer mes articles, alors que tout ceux que j’aime lire sont justement super structurés.
    Alors encore une fois, un grand merci pour cette piqûre de rappel !
    Bonne soirée à toi :)

    Répondre à Délia
    • Marlène

      J’avoue que j’aimais bien les cours de français… mais je n’ai jamais été une “élève modèle” en matière de méthodes :) Je ne faisais pas de plan et je rédigeais directement ! Bonne soirée et merci de ton message :)

      Répondre à Marlène
    • Délia

      Par contre je viens de regarder, c’est pas très instinctif sur google et faut pas mal bidouiller, j’ai pas le cerveau très frais ça me paraît compliqué! Ils parlent de toucher au XML.
      Faut que je me penche là dessus ;) !
      Haha, pareil pour les rédactions, j’avais trop hâte de m’y mettre :p

      Répondre à Délia
  • tania

    J adore ton exemple pour ton concours d entrée au celsa ;-)
    Moi je commence par le titre que je change 10000 fois suis jamais satisfaite.
    Ensuite rédaction article des fois des listes mais svt anecdotes chronologiques avec tous les détails. C est ma façon de raconter des fois je me dis que ça doit saouler certains mais j avoue que je ne peux pas faire autrement.
    Il y a des articles où je donne la part belle au fait genre article conseil. Mais svt quand récit voyage je donne mon opinion aussi. Je ne suis pas un guide de voyage donc je crois que cela ne dérange pas certains lecteurs. En fait je ne sais pas difficile à dire ce qu il plaît ou pas.
    Pour la structure des articles cela dépend du type d article mais svt en titre idée principale.
    Suivant article je mets à l intérieur. Si c est article voyage va savoir pourquoi mais il faut que article soit prêt, redimensionne. Px pas écrire sinon, je mets au fur et à mesure.
    Pas bcp d avance pour mes articles au plus 1 semaine. Je suis parti en voyage récemment du coup obligée d écrire avant départ. Je relis tjrs la veille ou matin de la publication
    En dernier je place image à la une, et rédige la metadescription et donne mots clés

    Répondre à tania
    • Marlène

      Je trouve que le récit chronologique marche bien sur les blogs voyage, on a l’impression d’accompagner le blogueur dans son périple :) Je ne le fais pas assez moi-même, j’ai souvent tendance à “découper les choses” par thématique…

      Répondre à Marlène
Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.