Comment écrire un article sponsorisé pour son blog en restant honnête avec ses lecteurs ?


Écrire un article sponsorisé sur son blog permet de gagner de l’argent tout en proposant à ses lecteurs un contenu intéressant. A condition, évidemment, de bien fixer les règles du jeu !

Comment faire en sorte que ce type de collaboration éditoriale se passe bien ? Quelles sont les règles sur le plan légal et en termes de référencement ? Quelques conseils dans cet article !

Un article sponsorisé, c’est quoi ?

Commençons par une petite définition de l’article sponsorisé.

Un article sponsorisé est un article écrit à la demande d’une marque ou d’un annonceur et en échange duquel un blogueur reçoit un paiement.

Qui propose d’écrire des articles sponsorisés ?

En réalité, la pratique peut prendre différentes formes, par exemple :

  • La marque rédige l’article et le blogueur est payé pour le publier en son nom ;
  • Le blogueur rédige un test de produit ou de service sur la marque en question ;
  • Le blogueur écrit un article informatif sur un sujet donné, dans lequel il glisse un lien vers le site de la marque.

Les propositions d’articles sponsorisés peuvent arriver spontanément dans votre boîte mail lorsqu’une marque (ou l’agence qui la représente) décide de démarcher des influenceurs. Vous pouvez aussi recevoir ce type de proposition en vous inscrivant sur une plateforme comme RocketLinks.

De même, une campagne d’article sponsorisés peut répondre à différents besoins : une marque peut rechercher de la visibilité (développer sa notoriété à travers votre communauté), des ventes, un bénéfice SEO (en profitant de la popularité de votre site pour accroître la popularité de son propre site).

Quelles règles quand on écrit un article sponsorisé ?

Le premier élément primordial est de bien cadrer le brief initial, pour cibler exactement ce que l’on vous demande de rédiger et préciser les conditions.

  • Qui est la marque ? Est-ce une marque que vous appréciez ou que vous êtes prêt à recommander à vos lecteurs ? Est-ce une marque en phase avec l’univers de votre blog et avec vos valeurs ?
  • Quelles conditions pratiques vous demande-t-on ? Faut-il faire des photos en plus de la rédaction, la marque réclame-t-elle une promotion supplémentaire sur les réseaux sociaux ? Y a-t-il un délai à respecter ? Combien de temps l’article devra-t-il rester en ligne sur votre blog ? La marque vous impose-t-elle un sujet ou pouvez-vous être force de proposition ? Y a-t-il une relecture/validation de l’article ?
  • Quelle est la contrepartie proposée ? Quelle rémunération vous offre-t-on ? Est-elle en phase avec l’ampleur du travail à effectuer et avec votre renommée ?

Je vous conseille très vivement de préparer un contrat pour bien cadrer toutes ces conditions. Il va de soi que pour garder le respect de vos lecteurs, il ne faut accepter que des propositions d’articles sponsorisés parfaitement en phase avec votre univers et vos valeurs.

Je vous conseille aussi de garder votre liberté éditoriale et de refuser toute clause qui subordonnerait le paiement à une validation de la marque : c’est votre blog, votre voix, votre responsabilité. Vous êtes la personne qui valide ou non l’article au final.

Dans une perspective de collaboration harmonieuse, il est de bon ton de faire relire son article à la marque, notamment pour qu’elle puisse apporter d’éventuelles corrections (petites coquilles, informations complémentaires utiles). Néanmoins, ces corrections ne doivent pas dénaturer vos propos ou impliquer une réécriture complète de l’article.

Précisez aussi vos conditions de paiement. La rémunération dépend de l’influence et de la notoriété du blog. J’ai consacré à un article entier au prix d’un article sponsorisé qui peut vous aider à estimer le tarif.

Pour vous donner une idée « à la louche », quand nous sollicitons des blogueurs dans le cadre de mon travail pour une campagne d’articles sponsorisés, les tarifs les plus fréquents oscillent entre 100 et 200€ par article. Ça peut monter plus haut si l’influence ou la qualité rédactionnelle du blog le justifient.

Dire ou ne pas dire qu’un article est sponsorisé

L’article sponsorisé, au regard de la loi française, pourrait être considéré comme de la publicité. A ce titre, il doit être clairement signalé au lecteur par une mention explicite (« Article sponsorisé » par exemple). Ça rejoint une obligation inscrite dans l’article L.121-1 du Code de la consommation.

« Une pratique commerciale est trompeuse […] lorsqu’elle n’indique pas sa véritable intention commerciale ».

« Les pratiques commerciales trompeuses sont punies d’un emprisonnement de deux ans et d’une amende de 300000 € » (source)

Il existe évidemment une grande zone de flou autour de ces pratiques, dans le sens où la loi évolue plus lentement que le web… et où les frontières sont souvent minces : comment distinguer un article sponsorisé d’un article qui mentionne une marque de manière spontanée, ce qui est fréquent ?

Article sponsorisé et référencement

Les articles sponsorisés ne sont pas anodins en termes de référencement. Vous vous demandez peut-être quel est le rapport entre le fait de parler d’une marque et le fait d’être référencé sur Google.

Quel rapport entre Google et les articles sponsorisés ?

Il faut savoir que les liens jouent un rôle capital dans le référencement (j’ai parlé plus en détail de l’importance de ce netlinking dans un article dédié). C’est un peu l’équivalent en ligne du « bouche-à-oreille » de la vraie vie. Plus on parle de vous, plus il y a des chances que vous soyez digne d’intérêt. Et comme dans la vraie vie, plus ce sont des gens influents qui parlent de vous en bien, plus vous construisez votre renommée.

En matière de référencement, il est donc important qu’un site reçoive des liens de qualité : des liens qui proviennent de domaines variés (= il ne sert à rien d’avoir 80 liens en provenance du même site !), de sites réputés (qui font autorité dans leur domaine), sur des thématiques cohérentes avec la sienne (une marque de beauté aura tout intérêt à se tourner vers des blogs beauté !) et avec des ancres variées (l’ancre est le texte sur lequel vous cliquez pour aller sur le site).

Une marque qui mène des opérations avec des blogueurs peut donc, au-delà de la visibilité et des ventes, chercher à développer son netlinking », c’est-à-dire à élargir le portefeuille de liens de qualité que reçoit son site. Et dès lors que ça impacte le référencement… Google se sent (légitimement) concerné !

Pourquoi les articles sponsorisés peuvent poser problème ?

Quand vous créez un lien vers un site en échange d’une rémunération, ce lien n’est pas « naturel ». Il n’est pas spontané et ça peut être assimilé à une tentative de « triche » pour manipuler le positionnement des sites sur Google.

Google donne donc 3 conseils aux blogueurs qui pratiquent les posts sponsorisés ou les tests de produits.

1) Proposez un contenu de qualité

Un contenu unique, qui donne aux lecteurs « une véritable raison de revenir » et témoigne de votre pertinence sur un sujet donné. Autrement dit, ce n’est pas parce qu’un post est sponsorisé que vous devez mettre de côté la qualité !

2) Signalez les articles sponsorisés et les produits offerts

Je vous ai déjà expliqué pourquoi !

3) Mettez un attribut « nofollow » sur les liens

Par défaut, un moteur de recherche utilise les liens pour se promener d’une page web à l’autre et d’un site web à l’autre. On dit alors que les liens sont en « dofollow » : le moteur de recherche les suit (« follow » veut dire « suivre » en anglais). C’est le comportement normal et naturel vis-à-vis d’un lien.

Un lien sponsorisé est un lien non naturel, obtenu uniquement parce que la marque vous a payé ou envoyé un produit en échange d’un article. Au nom de la transparence, vous devez donc signaler à Google que vous n’avez pas fait ce lien spontanément. Pour ce faire, vous devez ajouter un bout de code dans votre lien : l’attribut « nofollow ».

Ce bout de code indique à Google qu’il ne doit pas suivre ce lien. Google conseille de le faire aussi bien sur les liens qui pointent vers le site officiel de la marque que sur ceux qui pointent vers ses réseaux sociaux ou autres plateformes officielles (applications, etc). Le moteur ne tiendra a priori pas compte de ce lien dans le référencement du site de la marque.

Si vous ne savez pas comment mettre un lien en nofollow, j’ai expliqué la procédure dans un tutoriel.

Comme avec toute règle, chacun fait un choix en son âme et conscience de respecter la règle ou de prendre le risque de s’en écarter… mais Google a très clairement communiqué sa position sur le sujet en mars 2016.

Écrire un article sponsorisé : gagner de l’argent ou être vendu ?

L’article sponsorisé a mauvaise réputation dans la blogosphère, déclenchant souvent des levers de bouclier de la part des lecteurs. Pourquoi cette hostilité ?

  • Un trop-plein : souvent, les marques qui proposent des articles sponsorisés aux blogueurs le font « en série », contactant en même temps une dizaine de blogueurs. Les articles se mettent alors à fleurir sur un même sujet comme si tout le monde y trouvait subitement un intérêt.
  • Un manque de transparence : la loi oblige les blogueurs à indiquer qu’un article est sponsorisé. Malheureusement, beaucoup de marques exigent que la mention n’apparaisse pas et certains blogueurs cèdent parce qu’ils se sentent en position de faiblesse ou, disons-le clairement, parce qu’ils ont besoin/envie de toucher l’argent. Le lecteur devient légitimement méfiant face à ces articles parfois signalés, parfois masqués.

Mais la plus grande peur, à mon sens, provient de la crainte que le blogueur soit « vendu », c’est-à-dire qu’il n’agisse que par intérêt. Parle-t-il de la marque parce qu’il l’apprécie ou juste parce qu’il gagne de l’argent ?

On ouvre souvent un blog par plaisir avant tout, pour échanger sans la moindre contrepartie financière. Introduire l’argent dans l’équation change la donne. Je crois qu’on aura beau prendre toutes les précautions éthiques nécessaires, on ne pourra jamais nier que cette rémunération modifie les choses et peut affecter la relation entre un blogueur et ses lecteurs.

Ordinateur portable en noir et blanc

Éthique et articles sponsorisés ?

L’article sponsorisé reste un type d’article « dangereux », que je ne conseillerais pas comme moyen de monétisation régulier pour un blog tant il peut avoir un impact négatif sur la confiance que vous portent les lecteurs.

Néanmoins, je pense aussi qu’il n’y a aucun mal à accepter ce type d’article de manière occasionnelle, à condition de respecter une petite checklist.

J’aurais pu aborder le sujet sans être payé(e)

Ça me semble indispensable pour rester honnête avec ses lecteurs. J’ai rédigé un article sponsorisé relatif à l’anonymat sur Internet. C’est un sujet totalement en phase avec ceux que je traite habituellement.

Les articles sponsorisés doivent absolument s’inscrire dans la lignée de ce que vous auriez pu publier sans contrepartie financière.

J’aurais abordé le sujet de la même manière

Le fait d’être payé en échange de l’article ne doit pas modifier votre façon d’écrire. Je sais que pour beaucoup de blogueurs, ce n’est pas évident. Ils sont contents d’avoir été « choisis » par la marque, ont donc envie de la satisfaire pour entretenir de bonnes relations et avoir d’autres opportunités. Et puis, certains blogueurs n’ont pas des situations très roses sur le plan financier et ont besoin de cet argent.

C’est là qu’il faut avoir l’honnêteté et la force de caractère de refuser si la marque essaie d’influencer votre contenu. Un article sponsorisé peut vous « griller » auprès de vos lecteurs. Est-ce que ça en vaut la peine pour toucher quelques centaines d’euros qui seront vite dépensés ? Votre blog ne vaut-il pas davantage que ça ?

J’écris l’article moi-même

Si l’on vous propose de rédiger l’article à votre place, vous pouvez refuser… et je dirais même « vous devez refuser ».

Votre blog, c’est votre univers, votre plume et votre style.

C’est celui que les lecteurs viennent chercher. Une marque, quelle qu’elle soit, n’aura jamais le même ton que vous. Dans le meilleur des cas, elle vous fournira un article correct mais qui tranchera un peu avec votre manière habituelle d’écrire. Dans le pire des cas, l’article aura un ton totalement commercial et creux.

Écrire soi-même, c’est l’assurance de veiller à la qualité de ce qu’on propose à ses lecteurs, même si on a touché de l’argent.

J’ai déjà beaucoup d’articles

Quand j’ai accepté d’écrire ce billet sponsorisé, No Tuxedo comptait déjà plusieurs centaines d’articles. Ce qu’il faut en retenir, c’est que l’article sponsorisé n’est pas là pour remplacer un contenu éditorial spontané. Il faut plutôt le voir comme un « bonus » par rapport aux autres articles que vous proposez.

Ça veut dire, par exemple, qu’il faut respecter un certain ratio entre les articles classiques et les articles sponsorisés (le site Presse Citron déclarait par exemple consacrer moins de 1% du contenu total du blog aux posts sponsorisés). Ça veut dire aussi que le billet sponsorisé peut être publié « en plus » de votre rythme de publication habituel afin de remplir pleinement son rôle de « contenu bonus ».

Je sais dire non

No Tuxedo a beaucoup de lecteurs… et ça va de pair avec pas mal de propositions parfois farfelues. On m’a par exemple proposé de faire de la pub pour des cigarettes électroniques au cannabis ! J’aurais pu répondre « Euh… vous avez fumé ou quoi ? » mais je me suis retenue ^^

J’ai accepté une proposition d’article sponsorisé… mais pour combien de refus à côté ? C’est sûr que faire de la pub pour une machine à laver sur un blog mode peut rapporter un gain immédiat mais quel impact à long terme sur l’image de votre blog ? Je trouve ça important d’y penser.

Une proposition peut être refusée parce qu’elle n’a rien à voir avec votre ligne éditoriale… mais elle peut aussi être refusée parce que les exigences de la marque sont démesurées : répéter X fois son nom, insérer 12 liens dans un même article, etc.

L’article sponsorisé sur un blog : un équilibre à trouver

Vendre un billet sponsorisé, ce n’est pas seulement rédiger du contenu en échange d’un paiement. C’est mettre en jeu la confiance de ses lecteurs, la réputation de son blog et mettre à l’épreuve sa propre honnêteté.

Alors s’il y a une leçon à retenir de tout ça, c’est qu’il ne faut pas le faire à n’importe quel prix et à n’importe quelles conditions !

Vous avez déjà rédigé des articles sponsorisés ou reçu des propositions ? Comment avez-vous vécu cette expérience ?
Thèmes : Législation 

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

90 commentaires sur “Comment écrire un article sponsorisé pour son blog en restant honnête avec ses lecteurs ?

  • Maxime

    Bonjour,
    J’ai beaucoup de liens affiliés Amazon sur mon blog. Je voulais donc simplement savoir si je devais les passer en « nofollow » et si cela avait un intérêt ou non dans ce cas précis.
    Merci pour tous ces super conseils :)

    Répondre à Maxime
  • SXO

    Hello ! Merci Marlène pour ton article.
    Je suis justement en train de travailler sur un projet d’event où des blogueurs sont invités. L’idée est qu’il parle de cette soirée, et de mes produits, sur le blog.
    Aurais-tu un exemple de « consignes » envoyées par une marque ? Ancre des liens ? Longueur ? Est-ce que cela ce fait où vaut-il mieux laisser libre-court au blogueur ? Merci !

    Répondre à SXO
    • Marlène

      Hello, j’ai des exemples mais confidentiels :) Plus sérieusement, quand j’envoie un brief au nom d’une marque (puisque je suis des deux côtés de la barrière), je propose en général un sujet, des axes pour le traiter, un mot-clé primaire, des mots-clés secondaires, une ancre et le lien à insérer. Ensuite, les blogueurs ont une marge de manœuvre sur la façon dont ils traitent le sujet et sur le titre (sous réserve que le mot-clé principal y figure). Et j’impose un minimum de 500 mots en règle générale.

      Concernant l’ancre, quand ce sont des blogueurs ils acceptent toujours que l’ancre soit imposée. A l’inverse, quand je fais du sponso avec un média pro, ils gardent la main sur les ancres car ils ont souvent des politiques « globales » à l’échelle d’un site pour éviter les ancres suroptimisées. A ce titre, ils refusent les ancres trop riches en mots clés.

      Répondre à Marlène
  • Guillaume

    Hello ! juste un truc qui m’intrigue. Un test de produit reçu doit forcément contenir une mention « Article Sponso » ? Personnellement, j’indique bien que c’est un partenariat et que j’ai reçu des produits mais avec des phrases du genre : « J’ai reçu gratuitement ce (produit) de la part de (nom de l’entreprise) ». Ça suffit non ?

    Répondre à Guillaume
    • Marlène

      Ca me paraît suffisant mais je ne suis pas juriste :) La loi dit qu’il ne faut pas masquer l’intention commerciale. En disant qu’on a reçu un produit gratuitement, on indique explicitement qu’il y a un lien avec la marque et que le discours est susceptible d’être influencé par ce lien donc ça me semble transparent et en phase avec la loi.

      Répondre à Marlène
  • Pérégrine

    Merci beaucoup pour cet article ! J’ignorais tout de cette règle.
    Non que j’ai des dizaines de partenaires mais j’aime respecter les règles.
    Bon, on va aller mettre quelques no follow, alors ! (La mention du partenariat étant elle déjà présente pour les lecteurs.)
    Bonne soirée à toi !

    Répondre à Pérégrine
    • Marlène

      Je trouve que c’est aussi la responsabilité des marques d’informer les blogueurs de cette règle :)

      Répondre à Marlène
  • Comechou

    Pour le coup c’est plus clair, j’ai eu un peu de mal avec les explications de google!
    Par contre, je me demande du coup si Google saura faire la différence entre des liens sponsorisés ou non dans un article de test/présentation que le blogueur fait spontanément, sans sponsor ou échange de liens?
    On peut vouloir présenter un produit ou une marque qu’on a aimé, dans ce cas par précaution vaut-il mieux mettre un no-follow quand même?

    Répondre à Comechou
    • Marlène

      Ce que Google semble rappeler dans son article, c’est que le nofollow n’a rien à voir, au fond, avec la « qualité » de ce qu’on rédige : on peut faire un contenu très qualitatif mais néanmoins issu d’une collaboration avec la marque qui l’apparente à du public-rédactionnel. Donc comme tu le dis, extérieurement il peut n’y avoir aucune différence entre un article spontané & un article commercial en termes de qualité… sauf que l’article commercial, lui, doit comporter la mention « Article sponsorisé » ou « Produit offert par la marque » (ou similaire)…

      > Si la mention est absente alors que le lien est sponsorisé, c’est contraire à la loi.
      > Si la mention est présente mais que le lien est en dofollow, il y a de la transparence envers les lecteurs mais un manque de transparence envers Google (ce qu’ils condamnent à travers cet article du 11 mars en incitant les blogueurs à utiliser le nofollow).

      Je ne sais pas si ça clarifie tes interrogations :)

      Répondre à Marlène
    • Comechou

      Oui c’est plus clair, mais je me disais que pour les gens qui ne font vraiment pas d’article partenaire, par précautions vaut-il mieux quand même mettre les liens en no-follow?
      Parce que je pense avec le temps que google va peut-être mettre des pénalités sur les articles qui ne respectent pas la transparence à tout les niveaux?

      Répondre à Comechou
    • Marlène

      Soit un lien est naturel, soit il ne l’est pas :) Partant de là, il n’y a aucune raison de mettre en « nofollow » un lien non sponsorisé. Un moteur de recherche se sert des liens pour se promener d’une page à l’autre. Si on met tous les liens en no follow, on l’oblige à ne pas suivre ces liens, c’est se mettre une épine dans le pied sans raison :)

      Répondre à Marlène
  • J'ai écrit

    Alors moi, j’ai une question par rapport à toutes ces appellations, je me demandais quand un blogueur se voit offrir un voyage/une nuit dans un hôtel/une activité et en parle sur son blog (et donc en fait de la pub, positivement – la plupart du temps- ou négativement), parle t-on d’article sponsorisé sachant qu’il a surement pas été payé mais que cela lui a été offert ? (ce qui pour moi revient un peu au même) Je te remercie pour cet article très complet en tout cas, c’est important d’avoir des blogs comme le tien qui donne des conseils et recadre par moment.

    Répondre à J'ai
    • Marlène

      Merci de ton commentaire ! Google inclut dans son article les blogueurs qui reçoivent des « produits gratuits à tester », soumis aux mêmes règles que ceux qui publient des posts sponsorisés classiques (= contre rémunération).

      Répondre à Marlène
  • prettylittletruth

    Tres interessant cet article, comme toujours :)

    Répondre à prettylittletruth
  • Caro Bleue Violette

    Merci pour l’astuce du nofollow, ça devrait justement me servir bientôt. J’ai une question un peu similaire à celle de Bernie : qu’en est-il lorsqu’on cite une marque (ou une boutique web) dont a acheté un produit ? Doit-on là aussi mettre les liens en nofollow ?

    Répondre à Caro
    • Marlène

      Bon, je ne travaille pas pour Google donc je ne peux qu’interpréter les choses :) Mais à mon sens, la question à se poser concerne le caractère naturel ou non du lien : ai-je fait ce lien parce que la marque m’a payée ou m’a envoyé un produit gratuit ? Ou ai-je fait ce lien spontanément parce que j’ai découvert cette marque par moi-même ?

      Si le lien est lié à une initiative de la marque ou à un échange « commercial » (produit ou service offert, rémunération, etc), nofollow. Dans le cas contraire, lien classique :)

      Répondre à Marlène
    • Caro Bleue Violette

      Je te remercie de ta réponse à ma question :-) Je ne change rien alors et je note simplement de penser à mettre mes liens en nofollow quand une situation qui l’exige se présentera.

      Répondre à Caro
  • Myrtilla

    Coucou ! Super article, très intéressant ! :D Mais je viens de Suisse et je suis blogueuse. Je me demandais où je peux trouver des informations par rapport aux règles pour la Suisse ? Sur Internet ou dans des codes des obligations etc ? Merci pour ta réponse ! :)

    Répondre à Myrtilla
    • Marlène

      Hello ! J’ai fait quelques recherches et je suis tombée sur le site de la Commission Suisse pour la Loyauté qui a édicté des règles sur le sujet fondées apparemment sur la législation suisse. La règle n° 3.12 est intéressante, elle précise : « La communication commerciale, quelle que soit la forme qu’elle prend ou quel que soit le support publicitaire qu’elle utilise, doit être clairement distinguée et clairement séparée du reste du contenu ».

      Répondre à Marlène
    • Myrtilla

      Ah super ! Merci d’avoir cherché ! :D Comme ça je sais aussi où ça en est pour la loi suisse ! :)

      Répondre à Myrtilla
  • Cécilia Autour de Cia

    Voilà quelque chose qui va peut-être enfin faire bouger les choses, car trop de blogueurs se cache derrière des pratiques pas claires ou pas légales selon les pays. Plus personne ne pourra dire que ce n’est pas « écrit » quelque part.
    J’avoue que pour le coup, moi je suis partisane de plus de réglementation pour les blogs, plus de contrôle, pour plus de transparence et moins d’abus; car c’est saoulant à la longue de devoir tout expliquer ou justifier de tout. Il y a des choses autorisée et d’autres non, point barre, on respecte et on fait pas sa loi sur internet tout seul.

    Répondre à Cécilia
    • Marlène

      Je suis d’accord avec toi et ça nous ramène à la très large et épineuse question de l’application de la loi sur le web. Regarde ce qui se passe avec le plagiat… Il y a 2 semaines je conseillais l’un de mes clients sur les endroits où il pouvait trouver des images pour illustrer ses articles, il m’a répondu qu’il se servait sur Google Images et qu’il aviserait si quelqu’un venait lui dire quelque chose… Pourtant, là aussi, la loi existe…

      Répondre à Marlène
    • Cécilia Autour de Cia

      Oui, sur le web j’ai l’impression que les gens préfèrent la politique du pas vu, pas pris, au lieu de respecter la loi. Quand je vois source: google ou pinterest, ça me fait râler car une image appartient à quelqu’un. Moi ça me chagrine quand je trouve pas la source exacte, j’essaie d’utiliser ton astuce avec le site dont je me souviens plus du nom, pour remonter les sources.
      Mais le jour où il y aura des sanctions, cela fera mal. D’ailleurs il y a eut des procès contre des blogueurs ou des sanctions et très souvent ce sont eux qui trinquent. Il faut mieux faire attention dès le départ.
      même si c’est sur internet, la loi s’applique.

      Répondre à Cécilia
    • Marlène

      Ah, c’est TinEye le site :) Pour ma part, soit je prends les photos moi-même (la quasi-totalité de la rubrique Voyage), soit je passe par des sites où c’est explicitement autorisé (Pixabay, Unsplash mais aussi les photos dispo en Creative Commons sur Flickr, il y a pas mal de choix). Je trouve qu’aujourd’hui, on a vraiment de nombreuses possibilités à disposition en légal ET gratuit… C’est d’autant plus dommage de prendre des risques !

      Répondre à Marlène
  • bernieshoot

    Bonjour,
    La qualité du contenu doit toujours être au rendez-vous c’est vraiment à encadrer avant d’écrire.
    Une question me tracasse, je bloque par plaisir et je parle de ce que j’aime notamment au niveau des livres. En service de presse je ne chronique que les livres appréciés sinon je ne publie rien. Mais quand je publie alors je mets un lien vers la maison d’éditions et vers l’auteur ou traducteur en do follow par respect et volonté, Google a -t-il cette subtilité?

    Répondre à bernieshoot
    • Marlène

      Hello, si l’on suit à la lettre ce que dit Google on serait censés mettre du nofollow sur ce type de lien car si la maison d’éditions n’avait pas envoyé le livre, tu ne l’aurais potentiellement pas lu et chroniqué… D’une certaine manière le « Service presse » est un envoi gracieux d’un livre dans l’espoir que tu en parles, même si c’est un « produit culturel » et pas un produit de beauté ou un vêtement.

      Reste à savoir si Google a une interprétation si stricte de la question !

      Répondre à Marlène
    • Bernieshoot

      hello, j’ai aussi un doute sur l’interprétation de Google, surtout que je chronique également les livres que j’ai acheté et de la même manière je mets des liens vers l’éditeur, l’auteur et même le traducteur.
      Comment détecter une pénalisation par Google ?

      Répondre à Bernieshoot
    • Marlène

      Je te conseille l’article de Conseils Webmarketing sur le sujet (Comment savoir si mon site a été pénalisé ou blacklisté par Google ?), il liste pas mal de façons de repérer une pénalité. A mon sens, la seule façon dont Google pourrait différencier tes deux types de contenus, c’est par le biais de la mention « Service presse » qui figurerait sur les uns et pas sur les autres…

      Répondre à Marlène
    • Bernieshoot

      merci pour le lien vers l’article ça va me permettre de pouvoir affiner un peu. J’ai vu qu’un abus de balise H1 pouvait nuire. J’utilise une seule balise H1 par article est-ce correct ?
      Effectivement la mention « Service presse » peut faire la différence, je retiens l’idée.

      En fait je n’ai pas de baisse de trafic mais plutôt un trafic qui ne décolle pas et très peu de visite suite à une recherche google.

      Répondre à Bernieshoot
    • Marlène

      Encore aujourd’hui, il est plus simple de n’avoir qu’une seule balise h1 (= titre de l’article). Pour être rigoureuse dans ma réponse, on a le droit d’en avoir plusieurs si le site est fait en HTML5 : on peut avoir une balise h1 par section de la page (ex : un h1 pour le header, un autre pour le footer, etc). Mais dans les faits et dans la pratique, ça peut créer une confusion auprès de Google donc on conseille presque toujours de se limiter à une seule.

      Répondre à Marlène
    • Bernieshoot

      Merci pour cette réponse et la subtilité si le site est en HTML5.
      Il me semble que garder un seul titre par article a plus de sens.
      Pour en revenir aux liens nofollow, pour ceux qui utilisent overblog si vous ne voulez pas entrer à chaque fois le code vous pouvez dans l’édition de votre article faire « éditer le lien » -> propriétés avancées-> relation : nofollow.
      C’est une astuce que je n’aurais pas cherchée sans cet article.

      Répondre à Bernieshoot
  • Etteilla

    Ouf, avec Blogger, trop facile de mettre le lien en Nofollow! Il va y avoir des dents qui grincent entre marque et blogueurs!

    Répondre à Etteilla
    • Marlène

      En réalité Google ne fait que rappeler les pratiques que tout le monde est censé appliquer depuis belle lurette :) Mais si ça peut contribuer à les rappeler, tant mieux !

      Répondre à Marlène
  • Mounia

    Hello ! Comme d’habitude, ton article est hyper intéressant, je dirai même indispensable. Je ne savais absolument pas qu’il était conseillé de proposer des liens nofollow sur les articles test produits. Je les utilisais pour mes liens zanox seulement. Je vais consacrer une partie de mon dimanche à corriger mes liens.. Je n’en ai pas énormément de toutes façons :) (mon blog est encore peu connu :)).
    Merciiii ! Bises.

    Répondre à Mounia
  • Nico

    Bonjour,

    Merci pour cet article. Concernant la mention « article sponsorisé » pour l’ajout d’un lien payant pour être en règle avec la loi, au delà de l’impact sur les lecteurs et l’image du blog : quid de l’impact sur Google ?

    Je fais suite à la mention « si ça vous intéresse, je peux vous donner quelques conseils dans un futur article pour fixer des tarifs pour vos articles sponsorisés ». Cela m’intéresse car je n’arrive pas à déterminer le BON prix, les sites de mise en relation type RocketLinks ou SeedingUp me proposent des tarifs ridicules à mon sens pour des prix one-shot (à vie).

    Répondre à Nico
    • Marlène

      Pour Google, mieux vaut mettre un attribut « nofollow » sur les liens non naturels (c’est même le conseil officiel de Google).

      J’ai prévu un article sur le tarif des articles sponsorisés mais je ne le publierai sans doute que dans quelques semaines car on m’a demandé beaucoup d’autres sujets avant :) J’essaie d’organiser tout ça ;)

      Répondre à Marlène
  • Christelle

    hello, j’ai encore une question (lol la relou) … Que penses-tu des concours « sponsorisé par un produit » ? J’utilise peut-être pas le bon mot mais je veux parler de la fois où une marque te contacte à l’occasion d’un lancement d’un produit et souhaite que tu en parles via un jeu-concours organisé sur ton blog, ce qui permets à tes lecteurs de gagner des lots. On imagine que la marque fait la proposition à d’autres personnes. Du coup ton blog et d’autres blogs sont susceptibles de lancer au même moment un jeu concours sur le même thème… Penses-tu qu’il vaut mieux éviter et contacter soi-même des marques où quand même tenter ?

    Répondre à Christelle
    • Marlène

      Je trouve que c’est un choix personnel : si le produit te correspond, s’intègre bien au style d’article que tu publies d’habitude et que ça profite en plus à tes lecteurs, je ne vois pas pour ma part où est le mal :) Il y a toujours des gens qui vont t’en vouloir à la simple mention d’un « Article sponsorisé » ou « En partenariat » de toute façon.

      Je me souviens qu’Eurostar l’avait fait pour leur anniversaire : ils avaient fait gagner des billets sur plusieurs blogs et en tant que lectrice, j’étais plutôt contente de pouvoir participer à plusieurs endroits ^^ Bon, je n’ai même pas gagné au final :)

      Répondre à Marlène
    • Christelle

      Merci pour ton retour rapide ^^

      Répondre à Christelle
  • Christelle

    Hello, cet article tombe à pic comme toujours ^^ Que penses-tu des liens sponsorisés ? J’ai une agence de voyage qui me propose d’inclure un lien (dofollow) vers leur site dans un prochain article sur l’Irlande (sur un sujet de mon choix je crois). Ils me disent de faire comme à mon habitude mais d’inclure un lien car c’est juste pour le « référencement ».

    Répondre à Christelle
    • Marlène

      Hello Christelle, je te le déconseille vivement car Google a déjà pénalisé des sites pour ce genre de pratique, lire à ce sujet ce très bon article de Daniel Roch : Google a t-il gagné la guerre contre les liens payants ? Bon week-end !

      Répondre à Marlène
    • Christelle

      Merci pour ta réponse, c’est bien ce qu’il me semblait. Il faudrait que le lien soit en « Nofollow alors » ?

      Comment google peut-il faire la différence entre un lien acheté ou pas ? Je n’ai jamais vendu de lien sponso mais je cite mes sources dans mes articles quand je parle voyage, histoire avec des liens normaux en DoFollow. Est-ce que je devrais même mettre en Nofollow les sites que je cite par plaisir ou par respect parce ce sont des sources ? Ca serait un peu bête d’être pénalisée pour ça…

      Répondre à Christelle
    • Marlène

      Google ne dévoile jamais l’intégralité de ses critères mais il y a déjà la mention « sponsorisé » (obligatoire si tu fais un lien en échange d’une rémunération), la date à laquelle le lien est fait par rapport à la date de publication du contenu (un lien externe ajouté a posteriori à un article existant va faire l’objet d’une attention toute particulière), ça peut être bien sûr la pertinence entre ton site et le site linké, etc.

      Donc oui, nofollow et bien sûr une mention claire spécifiant qu’il y a eu rémunération en échange.

      Répondre à Marlène
    • Christelle

      Ha ok! Ca marche :-) Et pour les sites/sources/autres blogs que l’on cite par plaisir, on peut laisser le DoFollow ?

      Répondre à Christelle
    • Marlène

      Oui, au contraire ! Ce qui compte, c’est que les liens soient sains et naturels. En règle générale, il faut mettre du nofollow sur les liens affiliés, les liens sponsorisés, ce type de contenu qui n’est pas « naturel » mais ça n’aurait pas d’intérêt de mettre tous les liens en nofollow, c’est normal et utile de citer des sites extérieurs au sien :)

      Répondre à Marlène
  • Ludo

    Coucou,
    Je n’ai pas encore eu une telle proposition et si cela devait m’arrivé (quoi que cela se passe-t-il dans le secteur des livres), j’étudierais la proposition comme n’importe quel autre proposition…
    Je pense que l’essentiel au fond, comme dans tout, est de rester honnête avec sois-même et ses lecteurs ! Il faut, je pense, mettre la question de l’argent en bas de la liste…
    Je pense aussi que lorsque l’on est blogueur avec pas mal de lecteurs, on a pas mal de pouvoir, ou en tout cas de l’influence. Et comme toute personne ayant de l’influence, il faut faire attention de se que l’on en fait !
    C’est un peu comme lorsqu’une personne te demande de faire sa pub et que tu l’a fait sans aimé ce que cette personne fait !

    Répondre à Ludo
    • Marlène

      Je suis bien d’accord avec ta vision des choses, c’est celle que j’ai sur le blog. Par exemple, j’ai une affiliation Amazon parce que je suis bonne cliente d’Amazon depuis des années et que je n’ai aucun souci à recommander leur service. J’ai l’impression que les posts sponsorisés ne se pratiquent pas trop dans la blogosphère littéraire, ce sont plutôt des livres offerts par les éditeurs « en échange » d’une critique.

      Répondre à Marlène
    • Ludo

      Oui, en effet, je reçois des « service presse », c’est à dire des livres gratuitement…
      Mais, et c’est pour ça que j’ai accepté, on peut en dire ce que l’on veux et l’on est même pas obligé de le chroniquer ! Quand à ton affiliation Amazon, je suis d’accord avec ta philosophie aussi et puis la bannière n’est pas omniprésente non plus ! Quand tu vas sur certain blog…

      Répondre à Ludo
    • Marlène

      Je mets juste un lien d’achat en bas de chaque critique de livre… Pour le coup, ce n’est vraiment pas visible mais le blog littéraire fait partie de mes chantiers 2016 :) J’essaie de trouver un juste milieu entre la monétisation et le respect du lecteur, le but n’est pas de forcer la main aux gens mais de leur proposer une solution pour acheter le livre si le sujet les inspire.

      Répondre à Marlène
    • Ludo

      C’est exactement ça, tu propose mais sans exagérer!
      Tu va remanié ton côté livre?
      Tiens, je voulais te demander : Tu crois qu’un compte Twitter rapporte du monde? Mon blog a bien avancé depuis le début (merci pour tout tes conseils d’ailleurs), et j’aimerais essayer de passer un « étage » supplémentaire ^^

      Répondre à Ludo
    • Marlène

      Il est probable que le blog littéraire vive sa vie à part… je trouve qu’il n’a plus vraiment sa place ici, il est un peu noyé dans les sujets web et le reste. Je pense lui donner son propre nom et son propre site et faire disparaître la rubrique « Culture » de No Tuxedo :)

      Pour ce qui est de Twitter, la communauté littéraire est assez présente dessus, notamment avec les hashtags #MardiConseil, #VendrediLecture, « C’est lundi que lisez-vous » qui existe aussi bien sur les blogs que sur Twitter. Après, je pense que ça dépend de tes habitudes en matière de réseaux sociaux, ça exige un investissement plus régulier qu’une page Facebook par exemple :) Mais pour créer des liens et interagir avec les auteurs et éditeurs c’est top !

      Répondre à Marlène
    • Ludo

      Je vais y réfléchir alors ^^ ça peut être un plus…. Bon, il faudra juste que je comprenne comment ça marche ;-)

      Répondre à Ludo
    • Ludo

      Et pour ton blog littéraire, tu va savoir en gérer deux? Haha

      Répondre à Ludo
    • Marlène

      Pour le contenu ce n’est pas un problème, jusqu’à maintenant j’ai publié en moyenne 6 critiques par mois, beaucoup de blogs littéraires en publient moins… et si j’arrête la partie « Films » ça dégage du temps aussi :) Pour le design, pareil, le thème de No Tuxedo est assez abouti aujourd’hui, j’ai résolu la plupart des bugs et fait la plupart des optimisations donc si je reprends le même en le déclinant juste au niveau des couleurs/des typos, ce sera plutôt simple.

      Il n’y a que la question des réseaux sociaux :)

      Répondre à Marlène
    • Ludo

      Tu a déjà réfléchi au problème :) Pour les réseaux , moi, je suis bien installé sur Facebook mais Twitter’ je ne connais pas du tout ^^

      Répondre à Ludo
  • La fille de l'encre

    Décidément, tu fais toujours mouche ! J’ai un billet en préparation sur les partenariats pour la semaine prochaine, qui me trotte en tête depuis longtemps … alors je n’en dirais pas beaucoup plus ici :)
    Une seule chose est certaine, la loi et la sincérité doivent prévaloir sur son blog, même pour des billets sponso. Ce sera le sujet de mon billet.
    Et je vais me permettre de te citer ;)

    Répondre à La
    • Marlène

      J’ai hâte de lire ton billet ! Je suis un peu psychorigide quand il s’agit de la loi, j’avoue que je ne cherche pas trop à écouter les justifications que peuvent donner les uns/les autres. Le texte est là, c’est tout. Je ne suis pas prête à prendre de risques pour ma part :)

      Répondre à Marlène
  • lucie

    J’en reçois toutes les semaines des propositions mais je crois bien que ça fait plus d’un an que j’en ai pas accepté. La plupart du temps c’est pour des marques que je ne connais pas ou n’utilise pas (ou que je ne recommanderais pas) – après ces emails ont au moins le mérite de me faire connaître de nouveaux produits. S’il y a des marques ou des sites que j’utilise et que j’aime, je les recommande de toute façon et sans rien demander en échange parce que voilà, c’est normal je trouve. J’ai parfois proposé de tester le service plutôt que d’être payée car après tout c’est un moyen de voir ce qu’il vaut et ensuite d’en parler mais ça ne s’est jamais fait (manque de temps peut-être). Au final, je refuse presque tout: par manque d’intérêt pour la marque, parce que j’ai l’impression que si j’acceptais ce serait uniquement pour l’argent et ça ne m’intéresse pas et aussi parce qu’au final, j’aime pas trop écrire ce genre d’article. Après, je n’ai rien contre en lire par-ci, par-là à l’occasion.

    Répondre à lucie
    • Marlène

      J’aurais du mal à parler d’un service sans pouvoir le tester et à recommander aux lecteurs quelque chose dont je ne connais pas du tout la fiabilité, sur la seule foi d’infos commerciales. Ça apporte une valeur ajoutée à la marque mais je trouve qu’en tant que blogueur, on n’y gagne rien à part prendre un risque énorme à vanter quelque chose sans savoir sur quoi on s’engage.

      Répondre à Marlène
    • lucie

      Oui exactement, puis parler de quelque chose qu’on connait pas c’est un peu du mensonge et je suis pas tres a l’aise avec ca pour etre honnete. Vis a vis des lecteurs qui font confiance ce serait pas cool.

      Répondre à lucie
  • Caro Bleue Violette

    Personnellement je n’ai aucun souci avec les articles sponsorisés, quand ils conviennent à la ligne éditoriale du blog et quand ils sont écrits de façon qu’on n’ait pas l’impression qu’on essaie absolument de nous refourguer un truc, mais qu’on nous informe simplement de l’existence dudit truc. Certaines blogueuses que je lis font ça très bien.

    En revanche, certains blogs qui en abusent finissent par ressembler au téléachat ! Le truc le plus drôle que j’ai vu en la matière c’est le jour où j’ai vu un article sponsorisé pour du jambon sur le blog d’une fille qui ne parle jamais de cuisine :-)

    Sinon je n’exclus pas d’accepter des articles sponsorisés mais dans des conditions très précises. Pour l’instant je n’ai eu qu’une seule proposition, il y a quelques mois : une marque de robes de mariées me proposait d’écrire sur elle en échange d’une rémunération. J’ai refusé parce que je suis anti-mariage (pour moi – les autres font ce qu’ils veulent), donc accepter n’aurait pas été cohérent de ma part (et pourtant, l’argent n’aurait pas été de trop ^^). D’ailleurs je n’ai jamais compris la raison de cette proposition, clairement la personne n’avait pas lu mon blog, et faisait de la prospection sauvage !

    Répondre à Caro
    • Marlène

      Oh my God, le jambon fait l’objet d’articles sponsorisés ? C’est insolite comme méthode de promotion pour ce type de produit… Je trouve que tu as eu raison de refuser la proposition, surtout quand c’est contraire à tes valeurs parce que tu trahirais aussi bien tes lecteurs que toi-même en acceptant.

      Répondre à Marlène
  • Geekette

    Bonjour à toi ! :)
    Ecrire un article sponsorisé, libre de le faire ou non. C’est un choix.
    On gère son blog et son contenu comme on le souhaite.
    Mais oui, tu as raison du fait qu’il faille mentionner la mention « Article sponsorisé » et aussi d’être transparent avec ses lecteurs. :)

    Répondre à Geekette
    • Marlène

      Oui, ça me paraît important (et pas seulement parce que la loi l’exige). Je pense que les lecteurs sont capables ensuite de voir si un article a été rédigé « sérieusement » ou s’il est totalement creux et ne vise qu’à mettre en avant la marque ou le produit.

      Répondre à Marlène
  • Ashtrid

    Franchement lorsque j’ai lu ton article sponsorisé je l’ai trouvé au top comme d.habitude. Pas seulement dans ta ligne éditoriale mais aussi respectant ton ton de rédaction habituelle. Je me suis dit que 95% de la blogo devrait prendre exemple sur toi.
    Je trouve que le secret d’un billet sponso, voir une collaboration réussie est de l’intégrer parfaitement à son univers.
    Je vais citer deux blogs qui réussissent bien, à mon avis de lectrice, ce périlleux exercice:
    Le monde est à Nous, même si elle en fait moins souvent, ou plutôt des collaborations qui collent très bien à son univers. Elle fait passer tout par la photo, qui est le point fort de son blog.
    La Mite Orange, même si elle en fait un peu trop souvent, elle le fait passer par le texte, souvent des longs récits sur sa famille ou sa vie de maman et de femme, des textes fouillés qui permettent de caler des sponsors sans faire tâche .

    Répondre à Ashtrid
    • Marlène

      Tiens, je ne connais pas La Mite Orange, je vais aller faire ma curieuse !

      J’avoue que pour ma part j’ai été ravie que cette opportunité se présente car difficile de faire plus en phase avec ma ligne éditoriale ! En plus c’est le genre de sujet qui me passionne (vie privée, anonymat sur Internet, etc).

      Répondre à Marlène
  • tania

    ça veut dire quoi wtf, comme tu peux le voir je ne suis pas à la page!!

    Répondre à tania
  • tania

    je crois que tout est question de mesure comme souvent!
    1 article sponsorisé sur 548 c’est une goutte d’eau, de plus c’est en lien avec la thématique de ton blog, cela ne vient pas comme un cheveux sur la soupe.
    C’est claire que personnellement ça me fait fuir quand il y a trop d articles sponsorisés sur un blog;
    je ne sais pas je ne suis peut être la cible de ces blogs, je n’arrive pas à voir si ce que dit la blogueuse est sincère
    le fait de ne pas le mentionner n’est pas très honnete
    je ne suis que depuis très peu les blogs de fille , j’imagine que les lectrices sont plus indulgentes avec les blogueuses qui sont présentes depuis longtemps

    Répondre à tania
    • Marlène

      Il y a la proportion mais je trouve qu’il y a aussi la « qualité ». Même quand on a beaucoup d’articles, si on en sort un seul qui détonne complètement avec ce qu’on publie d’habitude, le lecteur aura quand même l’effet « WTF ? » à mon avis ^^

      Répondre à Marlène
  • L'Irrégulière

    J’en fait très peu et surtout des tests produits d’ailleurs, par contre je reçois énormément de propositions, souvent farfelues en effet (je crois que je l’avais reçue d’ailleurs, celle que tu cites) : le principe de base est en effet de rester dans sa ligne éditoriale (la mienne est large, mais tout de même) et tout comme toi je conseille de refuser catégoriquement le contenu rédigé en externe (c’est pourtant la mode : des rédacteurs freelance qui veulent placer du publi-rédactionnel sur les blogs) . Je n’ai jamais eu de retour négatif des lecteurs par contre…

    Répondre à L'Irrégulière
    • Marlène

      C’est bon signe, ça veut dire que tes choix sont pertinents. Je trouve que lorsque la ligne éditoriale est large, l’article sponsorisé se « singularise » moins. Comme si, en tant que lecteur, on était habitués à voir un blog multifacette de telle sorte que l’article sponso apparaît juste comme « un type d’article parmi d’autres ».

      Répondre à Marlène
  • prettylittletruth

    Bien d’accord avec toi et si au debut on a tendance a vouloir tout accepter, c’est tellement important de bien selectionner ses partenariats! :)

    Répondre à prettylittletruth
    • Marlène

      « L’avantage » avec les nombreuses critiques qui sont faites aux articles sponsorisés, c’est que la plupart des blogueurs savent à quoi ils s’exposent s’ils ne sélectionnent pas bien leurs partenariats :)

      Répondre à Marlène
  • Océane

    Hello !
    J’aime assez bien ton article : clair et précis ! Comme toujours :)
    Comme tu dis, dès que le mot « sponsorisé » apparait… Ca devient compliqué. Pour ne pas la citer, une certaine blogeuses mode assez connue a récemment fait un article sponsorisé avec… Breta (les carafes d’eau) et les serviettes Nana.
    Et meme si j’aime bien son style, quelque chose s’est ‘brisé ». Je n’ai pas compris pourquoi elle avait fait ça parce que la c’était du PUR placement de produit. (elle disait que les carafes étaient belles et égayaient son intérieur et que les serviettes l’avaient sauvé en vacance). Quel rapport avec la mode ou la beauté ? Et meme, pourquoi en faire tout un article ?
    Je me suis dit « mais pourquoi ? ». Depuis, je ne la lis plus vraiment…

    Bisous !

    Répondre à Océane
    • Marlène

      Le problème avec ce genre de produit c’est qu’il faut trouver une raison légitime d’en parler. Il y a eu une campagne comme ça récemment pour des sèche-serviettes… Spontanément, ce n’est pas du tout le genre de produit dont on ferait la promo sur un blog, à part un blog de déco dont la personne rénove par exemple des maisons/appartements.

      En théorie, on pourrait tous trouver une bonne raison d’en parler : j’ai une fontaine Brita chez moi par exemple… et qui n’aime pas avoir des serviettes de bain bien chaudes en sortant de la douche ? Mais plus on doit faire le grand écart entre sa ligne éditoriale et le produit, plus ça devient étrange d’en parler :)

      Répondre à Marlène
  • Odile Sacoche

    J’ai fait 2 ou 3 articles sponsorisés en tout, et c’est vrai qu’ils font fuit le lecteur, même avec parcimonie (2/3 articles sponso en 4 ans de bloggins, ça va quoi…. ;) )
    Ce que je trouve vraiment dommage car comme tu dis, ce n’est pas parce qu’on accepte, qu’on est forcément vendu. Le dernier en date est celui que j’ai fait pour Estée Lauder, en plus j’étais vraiment super convaincue du sérum reçu. Mais il n’a pas apporté l’engouement escompté. Finalement je trouve que les marques sont super perdantes, car il n’y a pas de réactivité sur ce genre d’article. Même les simples articles partenaires (je reçois un produit, je teste, j’en parle) ne récoltent plus d’intérêt. Comme si ces 2 mots faisaient fuir, et du coup, je comprends celle qui le cachent (même si je ne le ferai jamais, de par la loi pour commencer).
    C’est dommage…. Il y a en effet eu un moment où tout le monde a trop tiré sur la corde (les marques, les blogueuses) et sans doute que le lecteur y a perdu son intérêt.
    Pourtant, cela permet aussi à une blogueuse de rembourser certains de ses frais (notamment l’hébergement), de découvrir des choses auxquelles elles n’avaient pas pensé ou de proposer un contenu un peu varié (ça fait du bien parfois).

    Répondre à Odile
    • Marlène

      C’est clair que la proportion d’articles sponsorisés que tu cites me paraît plus que raisonnable ! J’ai aussi l’impression, à tort ou à raison, que la pratique passe mieux sur certains blogs que sur d’autres. Je n’ai jamais approfondi la question mais certaines blogueuses se font descendre pour un seul article sponsorisé alors que d’autres en postent régulièrement et reçoivent des commentaires « comme d’habitude ».

      Répondre à Marlène
  • Laëtitia (OnlagGirl)

    Article vraiment sympa.
    J’ai appris plein de trucs et je serais ravie d’avoir ces conseils pour fixer des tarifs pour vos articles sponsorisés.
    Je n’ai pas de proposition pour le moment mais c’est toujours intéressant de savoir des trucs sur ce genre de chose.
    En général, tout ce que tu dis est assez intéressant. :D
    Bonne fin de week-end!

    Répondre à Laëtitia
    • Marlène

      Merci Laëtitia ! Je pense que pas mal de blogueurs sont perdus le jour où la première proposition tombe :)

      Répondre à Marlène
  • Milie

    Je suis très souvent contactée pour des articles sponsorisés. Après un gros tri, j’en accepte certains et je n’ai aucun soucis avec ça (chez moi ou chez les autres).
    Tant que la loi est respectée ;)

    Répondre à Milie
    • Marlène

      Oui… et ce n’est pas toujours le point le plus clean. Encore trop souvent, les marques réclament que la mention « Article sponsorisé » disparaisse et semblent tomber des nues quand on leur rappelle ce que dit la loi.

      Répondre à Marlène
    • Milie

      Les marques savent très bien ce qu’elles font ;) Et beaucoup de blogueurs également…

      Répondre à Milie
  • surunpetitnuage

    Pour l’instant je n’ai eu aucune proposition de partenariats dans le but de rédiger un article sur mon blog, mais j’avoue que j’ai un peu peur du jour où ça arrivera (si ça arrivera bien sûre, je ne publie pas pour ça, mais bon j’avoue que ça ferait quand même plaisir ;)).
    Je n’ai pas peur de dire non, j’ai surtout peur qu’on me propose de parler d’une machine à laver (pour reprendre ton exemple XD) alors que c’est bien loin de ce que je parle. Dans ce cas, ça voudrait vraiment dire que la marque ne s’intéressent à mon nombre de visites et followers et non pas au contenu même et du coup à ce qui intéresse mes followers … Ca je pense que ça me ficherait un coup au moral :s
    Etre prise encore plus pour de la m***.

    En tout cas, comme toujours j’aime beaucoup ton article, il n’y en a pas un sur lequel je ne veux pas commenter XD

    bisous

    Répondre à surunpetitnuage
    • Marlène

      Merci :) C’est intéressant ce que tu dis, cette impression que ça te dévaloriserait qu’on te propose un article sur un sujet qui ne te correspond pas. Je me dis de mon côté que ça dévalorise surtout la marque… Qu’elle est prête à se vendre à n’importe qui sans même chercher à cibler à qui elle s’adresse.

      Répondre à Marlène
Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.