Pourquoi l’idée de vivre de son blog fait-elle autant rêver ?


Aujourd’hui, il suffit de se promener sur quelques sites, forums ou groupes Facebook dédiés au blogging pour s’apercevoir que nombreux sont les blogueurs qui rêvent de gagner de l’argent avec leur blog, que ce soit en France ou à l’étranger. Mais pourquoi l’idée de vivre de son blog paraît-elle si alléchante ? Les blogueurs qui envisagent leur avenir sous cet angle ne sont-ils motivés que par la perspective de gains juteux ?

Je pense qu’il existe en réalité au moins 3 choses qui poussent certains blogueurs à vouloir vivre de cette activité.

Vivre de son blog, rêve ou réalité ?

Vivre de sa passion

Vivre de son blog, c’est avant tout la séduisante perspective de vivre de sa passion, de se lever le matin pour quelque chose qu’on aime. Qui n’en rêve pas ?

Un métier-passion, pour quoi faire ?

La passion est une source de motivation. Elle ne donne pas l’impression de travailler, on peut y consacrer un temps infini sans voir l’heure tourner. Elle a souvent la faculté à gommer les contraintes, la fatigue, elle peut aussi vous pousser à vous dépasser, à apprendre des choses dont vous ne vous pensiez pas capable.

C’est un peu comme si la passion vous poussait à exploiter vos capacités à 300%, ce qui procure un sentiment de plénitude incroyable. Voilà sans doute pourquoi l’idée de vivre de sa passion fait tant rêver.

Vivre de sa passion n’est pas toujours une bonne idée

Toutes les passions ne peuvent pas devenir des métiers… et surtout, tout le monde n’est pas fait pour en vivre. Car monétiser une activité de loisir transforme souvent votre façon de l’aborder.

Par exemple, je connais quelqu’un qui aime cuisiner… mais qui n’a jamais voulu en faire un métier car ça voudrait dire se lever aux aurores pour aller sélectionner les produits sur les meilleurs marchés, cuisiner non-stop y compris des produits que l’on n’aime pas et même quand l’envie n’est pas au rendez-vous… C’est la même activité mais ce n’est tout simplement plus la même approche si on la pratique dans une logique « marchande ».

La professionnalisation crée de nouvelles contraintes.

Vivre de son blog, ou l’illusion de la liberté

Souvent, les blogueurs qui rêvent de gagner de l’argent avec cette activité se sont abreuvés des histoires de réussite qu’ils ont pu trouver sur le web : des chiffres d’affaires faramineux, des gens qui ont quitté un job ennuyeux pour mener la vie de leurs rêves, des professionnels qui gagnaient un maigre salaire en trimant comme des acharnés qui se retrouvent à vivre dans l’opulence en faisant quelque chose qu’ils aiment…

Evidemment, ça donne envie. Enfin, si on fait abstraction de tous les gens qui mentent sur leur parcours et de tous ceux qui arrangent un peu la vérité en divulguant uniquement leur chiffre d’affaires mais pas la rémunération nette qui leur reste dans la poche. Il existe quand même de vraies belles histoires.

Gérer un blog à titre professionnel donne le sentiment d’être maître de sa réussite (ou de son échec) ce qui peut se révéler plus gratifiant que de travailler pour un tiers. Par ailleurs, un blog peut aussi offrir une certaine liberté géographique : ainsi, certains optent pour le « blogging nomade » qui consiste à tenir un blog tout en voyageant ; d’autres peuvent travailler de chez eux pour mieux s’adapter à leurs contraintes familiales.

Beaucoup de gens, aujourd’hui, ne se contentent plus d’aller au travail pour gagner de l’argent comme le faisaient les générations précédentes. On va aussi au travail pour donner un sens à sa carrière, y trouver du plaisir, en faire une source d’épanouissement personnel.

Le concept de revenus passifs

En réalité, parmi ceux qui disent « vivre de leur blog », il faut distinguer plusieurs profils :

  • Certains blogueurs vivent surtout des prestations qu’ils proposent autour de leur blog (consulting, community management, rédaction web, photo, etc.) : dans ce cas, l’activité n’est pas vraiment différente de celle de n’importe quel freelance qui tient un blog comme “vitrine” de ses services.
  • D’autres blogueurs, bien plus rares, vivent uniquement des revenus générés par le blog lui-même (publicité, affiliation, etc). Ils peuvent décider de continuer à mettre à jour le(s) blog(s) qu’ils ont créés… ou de vivre grâce aux revenus qu’il(s) continue(nt) à engendrer. On parle alors de “revenus passifs”.

Le concept de « revenus passifs » est plutôt simple à comprendre : ce sont des revenus qui ne dépendent (presque) plus d’un travail à fournir. Par exemple, j’ai longtemps travaillé dans la musique : un artiste fournit un travail lorsqu’il compose un album mais ensuite, l’album peut se vendre et rapporter des royalties pendant des années sans que l’artiste n’ait de travail supplémentaire à fournir. Patrick Hernandez, l’auteur du tube « Born To Be Alive », touche ainsi entre 800 et 1500 euros par jour grâce à sa chanson…

Sur le web, certains blogueurs se sont spécialisés dans l’exercice : ils créent des blogs de niche, ciblés sur un sujet très précis (exemple : les boussoles pour randonneurs). Ils fournissent un travail de départ – ciblage de la fameuse « niche » qu’ils estiment rentable, recherche de mots clés, rédaction d’articles. Ensuite, ils font en sorte de référencer le site (campagne de liens, rédaction de quelques articles réguliers, etc)… et à partir du trafic obtenu, peuvent dégager des revenus pendant plusieurs années. Chaque site génère parfois moins de 300 euros… mais quand vous en avez une trentaine, faites le calcul !

A lire aussiComment monétiser son blog ? Les sources de revenus possibles

Certaines personnes qui rêvent de vivre de leur blog ont en tête ce concept de revenus passifs : donner un « coup de collier » au démarrage du projet puis gagner de l’argent sans rien faire, la perspective est alléchante. Reste que dans les faits, la recherche d’une niche peut demander énormément de temps… et que c’est une approche du blogging qui n’a plus rien à voir avec celle que vous connaissez peut-être déjà comme blogueur amateur.

Mains de femme sur un clavier

Comme vous pouvez le voir dans cet article, les motivations à vouloir vivre de son blog sont multiples… et ceux qui y parviennent le font très souvent grâce à des prestations de services extérieures à leur blog. Elles présentent l’avantage de permettre une réinsertion facile dans le monde professionnel “classique” si le besoin s’en fait un jour sentir… Par exemple, je pourrais tout à fait monétiser mes services de rédaction web, de transfert de blog WordPress ou de référencement via le blog, ce serait pertinent par rapport au sujet !

A ce titre, le blog est parfois un excellent tremplin pour se lancer en freelance et pour développer son réseau (lecteurs, blogueurs, partenariats avec les marques, presse pour certains, etc).

L’idée de vivre de votre blog vous paraît-elle attirante ou pas du tout ?

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

25 commentaires sur “Pourquoi l’idée de vivre de son blog fait-elle autant rêver ?

  • Rienzo

    salut Marlène,
    nous avons commencé par un compte instagram concernant la nourriture typique de ma région mais pas que ça……maintenant on pansait d’ouvrir un blog mais déjà il faut penser dans quel langue il faut l’écrire (nous sommes italiens et habitons en france et nous avons des followers de toutes les nationalités), et après il faut comprendre combien de temps il faut lui dédier.

    Merci par avance,

    Cordialement.

    Claudia

    Répondre à Rienzo
    • Marlène

      Bonjour Claudia, la question du choix de la langue est avant tout une histoire de temps disponible. Tenir un blog en plusieurs langues demande plus de temps (il faut traduire et parfois adapter les contenus, par exemple en expliquant davantage certains points qui sont évidents pour un public précis et ne le sont pas forcément pour un autre).

      C’est aussi une histoire de ciblage : à qui veut-on s’adresser ? Aux Français qui veulent se plonger dans la culture italienne ? Aux Italiens qui aimeraient découvrir la France ? Aux expatriés italiens vivant en France ? Il y a plein de choix possibles… sachant qu’à mon avis, rien n’est définitif, un lectorat peut évoluer dans le temps :)

      Quand j’ai commencé ce blog, je n’étais lue que par des amateurs alors que maintenant, j’ai un public très mélangé d’amateurs et de blogueurs d’entreprise.

      Répondre à Marlène
  • Maïckël

    Et il y a énormément de choses fausses dans cette article mais bon il y en n’a encore qui croit que vivre de son blog c’est rare, peut-être car l’on doit travailler dur et on le voit dans le choix des gens qui décident d’être salariés, ils empruntent le chemin facile, ils n’ont juste rien compris à la vie et c’est triste mais bon, chaque personnes est informés ou conditionné !

    Répondre à Maïckël
    • Marlène

      Ce commentaire est un peu du trolling. Ainsi les salariés n’ont rien compris à la vie ? Si votre blog fonctionne et que vous devez embaucher (au secours un salarié !) comme certains blogueurs que je connais, vous aurez la joie de travailler avec des gens qui ne comprennent rien à la vie. Triste destin ^^

      Répondre à Marlène
  • Maïckël

    *toute les passions PEUVENT devenir un métier.

    Répondre à Maïckël
  • Sebastien

    Très bon article qui résume bien le concept. Tout est possible, le web regorge d’opportunités et j’estime effectivement qu’on est privilégié en faisant ce métier, mais ce n’est pas magique non plus contrairement à ce que certains prétendent et tu as raison de recadrer, c’est un vrai métier où il ne faut pas compter ses heures. Croire qu’on va générer des millions en 2 minutes, c’est se bercer d’illusions. Par contre, générer des revenus passifs et bien gagner sa vie en travaillant régulièrement est tout à fait réaliste.

    Répondre à Sebastien
    • Marlène

      Je pense que les illusions sont aussi liées à la définition même du concept de “blogueur pro”, qui couvre des réalités très différentes…

      Répondre à Marlène
  • Sasha

    Salut !
    Plus tard, moi, je veux voyager, voyager, voyager, être indépendant. En gros, être une sorte de digital nomad. Et donc, la meilleure alternative pour moi serait de vivre de mon blog. Donc oui, ça me traverse beaucoup l’esprit, sachant que je suis entrain de construire mon projet d’avenir (lycée tout ça).
    Merci beaucoup pour ton article, complet & intéressant !
    Sasha.

    Répondre à Sasha
    • Marlène

      L’avantage aujourd’hui c’est qu’il y a de nombreuses formations sur les métiers du web donc tu as un océan de possibilités qui s’ouvre à toi et c’est une vraie chance !

      Répondre à Marlène
  • Ludo

    L’idée de vivre de son blog est séduisante pour tout le monde, y compris moi ^^
    Mais il faut être dans un domaine spécifique bien particulier je pense…
    Dans le livre par exemple, je ne pense pas que ce soit possible ou alors en faisant des articles sponsorisés mais pour ça il faut un fameux trafic!

    Répondre à Ludo
    • Marlène

      Oui, d’ailleurs ça me donne une idée d’article parce que c’est effectivement une raison fréquente qui rend la monétisation impossible ! Je pense que dans le monde littéraire, ils n’ont aucune raison de payer pour des articles sponsorisés parce qu’il y aura toujours des lecteurs qui publieront “gratuitement” leur avis, sans parler des critiques littéraires et journalistes professionnels… La pratique du service presse fonctionne déjà bien sans mettre de l’argent au milieu :)

      Répondre à Marlène
  • La fille de l'encre

    Personnellement, je crois très peu à la possibilité de vivre de son blog grâce aux revenus passifs et nous avons sur la Toile pas mal d’exemples malheureux de jeunes femmes (ce sont celles que je suis le plus mais les hommes ne doivent pas être épargnés par le phénomène) qui se sont lancées pour vivre de leur blog et ont finalement renoncé en cherchant un boulot quelques mois après :/
    De mon côté, le blog m’a ouvert des portes incroyables et c’est en ça que je crois : une vitrine poussant vers d’autres activités qui elles, peuvent être rémunératrices et bien plus valorisantes.

    Répondre à La
    • Marlène

      Je pense que c’est aussi moins précaire… Quand l’activité dépend à 100% du site, c’est une prise de risque énorme : une chute de trafic, l’apparition d’un concurrent, plein d’événements peuvent compromettre la pérennité de l’activité. C’est aussi pour ça que la plupart des gens qui monétisent des sites comme ça ne s’appuient pas sur un seul site :)

      Répondre à Marlène
  • Gwendoline

    Bonjour Marlène,

    Il y a un aspect que tu n’as pas abordé dans ton article c’est la création de produit. La plupart des blogueurs “professionnels” gagnent leur vie grâce aux produits qu’ils créent et vendent.

    Et c’est là, que les revenus passifs sont intéressants. Si j’ai besoin de 1000€ pour vivre chaque mois, je dois vendre seulement 34 ebooks à 29,99€, soit 1 à 2 ebooks par jour ! Tout en sachant que ces blogueurs pro ont plusieurs produits, certains peu cher et d’autres autour des 400€ – 500€. L’avantage avec un produit numérique c’est qu’une fois qu’il est créé, il vit presque tout seul ! C’est donc un gros travail au début mais ensuite il demande peu d’effort pour l’entretenir.

    Je ne dis pas que c’est facile. C’est quelque chose qu’il faut bien réfléchir, étudier en amont et travailler beaucoup avant d’avoir les premiers résultats. J’ai aussi fait le constat que beaucoup se jettent à l’eau sans plan, sans avoir étudié leur marché, c’est dommage !

    Ceci dit, je crois beaucoup à l’avenir des infopreneurs (vendeurs d’informations) car il y a énormément de demandes et ce dans tous les secteurs (mieux s’habiller, séduction, vaincre sa timidité, etc). Je remarque aussi que l’achat sur internet de formation se démocratise de plus en plus.

    Et pourtant, aujourd’hui, ceux qui veulent vivre de leur blog ne voient pas cet aspect de création de produit !

    Merci beaucoup pour ton article, au plaisir de te lire,
    Gwendoline

    Répondre à Gwendoline
    • Marlène

      Hello Gwendoline, merci de ton message ! L’article n’avait pas vocation à entrer dans le détail des sources de revenus mais je partage entièrement ton point de vue sur l’intérêt de la création de produits pour la monétisation, j’y ai d’ailleurs consacré un gros paragraphe dans l’article que je mets en lien sur les manières de monétiser son blog !

      Répondre à Marlène
  • HelloLumiyaVoyage

    Merci pour cet article ! Pour ma part, j’ai démarré mon blog il y a peu, tout en sachant pertinemment qu’il est possible de le monétiser. Cependant je n’en ai jamais ressenti l’envie ou le désir. Comme cela a été signalé un peu plus bas, j’apprécie d’écrire sur mon blog et de faire des photos car c’est une passion. Mais une passion que je ne souhaite pas transformer en travail quotidien. J’aime voyager, mais j’aime également avoir une certaine stabilité. Vivre de son blog doit être une tout autre facette de ce que l’on peut connaître du blogging amateur, et je ne suis pas prête de m’y risquer. :)

    Répondre à HelloLumiyaVoyage
    • Marlène

      C’est un choix tout à fait personnel et il n’y a selon moi aucune “honte” ou “manque d’ambition” (comme l’évoquait PrettyLittleTruth) à prendre la décision de rester blogueur amateur. Ça reste une excellente expérience sur un plan personnel et en termes d’épanouissement, même sans faire le choix de la monétisation.

      Répondre à Marlène
  • prettylittletruth

    C’est bizarre, mais je n’ai pas vraiment envie de vivre de mon blog. J’aime mon boulot et avoir le blog comme loisir, et qu’il me rapporte quelques deniers de temps en temps mais c’est tout! Est-ce-que je manque d’ambition? !:)

    Répondre à prettylittletruth
    • Marlène

      Ça n’a rien d’une obligation ! On voit beaucoup le blogging pro être vanté comme un “nouveau Graal” mais ça ne me semble ni miraculeux ni incontournable. Il y a aussi des gens qui s’épanouissent dans une forme d’expression bien moins “calculée” :)

      Répondre à Marlène
  • Julie lit au lit

    Ton article tombe à point! Je vois chaque semaine des nouveaux blogueurs qui espèrent trouver LE truc pour en vivre.

    De mon côté, mon blog est légèrement monétisé. J’ai choisi de ne pas avoir de publicité et je n’aspire pas à vivre de mon blog. Cependant, si un mécène veut me faire vivre pour que je puisse me consacrer exclusivement à mon blog (plutôt que de travailler à temps complet + bloguer à temps presque complet), je suis preneuse!

    Plus sérieusement, je sais que si je tourne mon blog en business, je n’aurais plus la même authenticité et fraîcheur. Je ne veux pas tout calculer et écrire seulement si ça permet de payer les comptes. J’aime écrire avec mon cœur! Et tant mieux si ça me procure des opportunités!

    Répondre à Julie
    • Marlène

      Ah, le mécène… Si seulement il existait ! Je partage l’idée que le blogging “business” transforme quoi qu’on en dise l’approche. Pour y arriver, j’ai l’impression qu’il faut le faire sur un sujet avec lequel on arrive à prendre un peu de distance affective.

      L’approche business implique de faire des choix stratégiques, j’ai connu ça quand je gérais un site pro car je choisissais parfois d’évoquer des sujets qui ne me plaisaient pas à titre personnel mais qui intéressaient les lecteurs, en partant du principe que comme dans tout travail il y a des missions que l’on aime moins. C’est difficile de prendre ce type de décision tout en souhaitant conserver une totale liberté.

      Répondre à Marlène
  • tania

    Je ne sais pas si j arriverai car c est une chose de faire à titre amateur mais f en faire son métier
    Bon il ne faut jamais dire jamais hein ?
    Ça m attire pas plus que ça je vois les contraintes
    Je ne sais pas si je suis faite pour être free-lance
    Hi hi j avais pas pensé ai fait que certains peuvent enjoliver la situation

    Répondre à tania
    • Marlène

      On n’est pas obligé d’avoir toutes les réponses à ces questions tout de suite ;) A mon sens c’est aussi à travers l’expérience qu’on en vient à se poser certaines questions, en particulier des questions stratégiques (où j’ai envie d’aller avec mon blog ?).

      Répondre à Marlène
  • Mélanie - Appren'Tea Chieuse

    Super article, merci beaucoup !

    En ce qui me concerne, l’idée de pouvoir vivre un jour de mon blog ne m’avait pas traversé l’esprit jusqu’à il y a peu. En fait, je trouvais (et trouve toujours) certains parcours trop beaux pour être vrais, et j’essaye de ne pas me faire à ce genre d’idées ^^ D’autant plus que mon blog ne décolle pas plus que ça pour l’instant.

    En revanche, si j’avais l’occasion un jour de participer à des projets directement liés à mon blog ou aux sujets que j’aborde, je serai vraiment contente. Je n’ai pas vraiment envie d’adopter ce mode de “revenus passifs” dont tu parles. Par exemple, je déteste avoir des tonnes de pubs sur les sites que je visite, et c’est pour ça que j’ai décidé de ne pas en mettre sur mon propre blog. Si à tout hasard cela venait à arriver, ça serait plus un petit encart pour un partenariat, ou une marque ciblée (ou quelque chose dans le genre, mais on n’y est pas ^^).

    Du coup, j’aimerais davantage me servir un jour du blog comme un tremplin plutôt que comme une source de revenus à proprement parler :)

    Répondre à Mélanie
    • Marlène

      Hello, merci de ton commentaire ! Je constate que dans la blogosphère amateur, la monétisation arrive souvent progressivement, à mesure qu’un blog gagne en notoriété. Ce n’est pas forcément une décision “consciente” qui se prend du jour au lendemain mais plutôt une succession d’opportunités, de propositions de marques qui amènent le blogueur à sauter le pas et à adopter un statut :)

      Répondre à Marlène
Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.