Comment trouver un titre accrocheur et capter l’attention d’internautes débordés ?


Si vos yeux se posent sur cette première ligne, vous êtes déjà quelqu’un d’exceptionnel. D’après une étude passionnante relayée sur Slate US en 2013, les internautes lisent rarement des articles en entier.

Sur 100 internautes qui arrivent sur une page web… 10 repartent directement.
62 seulement sont encore là après avoir lu le titre.
50 seulement sont encore là à la moitié de l’article.
25 résistent quand on en arrive à 80% de l’article.
Et combien lisent jusqu’à la dernière ligne ?

Écrire des articles courts n’est pas la solution. L’étude montre en effet que le taux de lecture reste assez similaire d’un site à l’autre : la plupart des visiteurs lisent 50 à 60% d’un article et ne vont pas au-delà. En revanche, elle montre qu’il est essentiel de trouver un titre accrocheur.

En temps normal, 38% des visiteurs auront déjà quitté votre site avant même de lire la première ligne de votre article. Avec un bon titre, vous pouvez peut-être espérer retenir quelques déserteurs. Mais comment trouver un titre percutant ?

Comment trouver un titre accrocheur ? 4 conseils pour écrire un bon titre d'article
Comment trouver un titre accrocheur ? 4 conseils pour écrire un bon titre d’article

Un titre accrocheur propose un bénéfice au lecteur

Un bon titre d’article est d’abord celui qui promet quelque chose qui va être utile au lecteur. Nous sommes tous un peu égoïstes. Si nous lisons des blogs, des sites, ce n’est pas par pure générosité envers l’auteur. C’est parce que nous espérons en retirer un bénéfice.

Comment faire passer l’idée à vos visiteurs ?

  • Soyez tourné vers le lecteur et non vers vous-même : un article intitulé « Mes astuces gratuites pour la maison » n’aura pas autant de clics que « 40 astuces gratuites pour vous faciliter la vie au quotidien ». Dans le premier cas, l’auteur est tourné vers lui-même. Ce sont SES astuces mais marcheront-elles pour quelqu’un d’autre ? Pas si sûr. Le deuxième titre vous fait une promesse : non seulement l’auteur connaît de nombreuses astuces mais surtout, elles vont VOUS rendre service.
  • Formulez vos titres sous forme de questions : mon article « Blogging : réussir à gérer les commentaires agressifs » reçoit beaucoup plus de visites depuis que je l’ai renommé en « Comment gérer les commentaires de blog agressifs ? »
  • N’hésitez pas à cibler un public précis : si la cible visée par votre article apparaît dès le titre, vous limitez le risque que les internautes soient déçus par votre contenu en découvrant qu’il ne correspond pas à leurs besoins. Un titre comme « Gérer l’agressivité des internautes », par exemple, est trop vague parce qu’on ignore s’il va évoquer les réseaux sociaux, les commentaires d’articles, les mails, le cyber-harcèlement, les forums… En précisant « Gérer les commentaires de blog agressifs », on sait que l’article s’adresse à des blogueurs.
  • Les chiffres sont les bienvenus : le chiffre dans un titre donne au lecteur une idée très précise de ce qu’il va trouver dans l’article et l’aider à lire plus efficacement. Par exemple, s’il sait dès le départ qu’il y aura « 7 conseils pour réussir le lancement de son blog », il saura à tout moment combien il en a déjà lu et s’il est pressé, il pourra directement lire les titres puis approfondir les parties qui l’intéressent.

A lire aussiComment écrire un article de blog percutant et bien structuré ?

Trouver un titre accrocheur, c’est rester honnête

Vous l’avez sûrement déjà vécu sur certains sites web. Le titre vous promet une révélation, un scoop… et l’article ne contient rien d’extraordinaire. Ces titres dits « putaclic » (ou « clickbait » en langage plus pro !) s’avèrent terriblement frustrants et même si la promesse du scoop vous a poussé à lire l’article, il est probable que vous n’accordiez plus la même confiance au site concerné par la suite.

Oui, trouver un titre accrocheur, c’est susciter le clic. Oui, la promesse d’une exclusivité est importante pour rendre votre titre efficace. Vos lecteurs aiment l’idée d’apprendre quelque chose qu’ils ne trouveront pas ailleurs. Mais il est primordial de rester honnête : la promesse que vous faites dans le titre doit être tenue dans l’article.

Un bon titre joue souvent sur l’émotion

Une étude CoSchedule réalisée en 2014 a mis en évidence que les titres comportant du vocabulaire émotionnel suscitaient plus de partages sur les réseaux sociaux. L’émotion est un puissant moteur de curiosité et d’apprentissage…

N’hésitez pas à employer des mots qui aiguisent la curiosité de vos lecteurs (« 3 manières imparables d’écrire des titres parfaits » ; « Une étude étonnante révèle 5 raisons qui font revenir les internautes sur un site ») ou qui font référence à des peurs, des doutes, des impressions… Ce n’est pas pour rien qu’ils sont largement utilisés par les médias.

Un titre d’article efficace est original

En tant que blogueur, écrire un bon titre implique de concilier deux exigences :

  • Ecrire un titre pertinent pour le référencement, qui intègre les mots-clés sur lesquels on cherche à se positionner sur les moteurs de recherche.
  • Ecrire un titre qui se démarque des dizaines d’articles déjà existants sur un sujet.

Pour atteindre cet équilibre délicat, il faut penser à conserver dans votre titre les termes tels que les gens sont susceptibles de les chercher sur Google : par exemple, si vous remarquez que les gens cherchent « titre accrocheur » plutôt que « titre efficace », mieux vaut utiliser le terme le plus recherché même s’il n’est pas le plus original.

En revanche, soyez créatif quand il s’agit des autres termes employés dans votre titre.

Par exemple, un article qui parle d’un meurtre à Rennes pourrait s’intituler « Meurtre de Rennes : une soirée d’anniversaire vire à la tragédie ». Il préserve l’expression « meurtre de Rennes » que les gens sont susceptibles de rechercher si un tel événement a eu lieu, tout en privilégiant une tournure plus originale (« vire à la tragédie », 16200 résultats Google) que la très populaire expression « tourne au drame » (285000 résultats Google).

L’originalité peut laisser entendre aux internautes que vous allez leur apporter quelque chose de nouveau, un contenu qui sort de l’ordinaire.

Un titre accrocheur peut aussi être un titre qui surprend ou interpelle. Il peut faire appel à l’humour mais aussi casser une idée reçue, suscitant ainsi la curiosité : par exemple, cet article intitulé Google+ n’est pas un réseau social a selon moi un excellent titre.

Nous arrivons au terme de cet article et si j’en crois les statistiques, vous êtes moins de 25% à avoir poursuivi votre lecture jusqu’ici. Alors, toujours là ou pas ?

Thèmes : Content marketing 

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lorsque vous postez un commentaire sur le blog, le nom indiqué dans la case "Prénom" ainsi que votre message apparaîtront publiquement. Votre adresse e-mail restera confidentielle.

17 commentaires sur “Comment trouver un titre accrocheur et capter l’attention d’internautes débordés ?

  • Julie lit au lit

    J’ai osé le lire jusqu’au bout, comme la majorité de tes articles que j’ai lu à date!

    Répondre à Julie
  • Manue

    Je n’ai pas eu le temps de laisser un commentaire hier mais je voulais te dire que je trouve ton article très intéressant. J’ai toujours du mal à trouver mes titres, des titres qui attirerait plus l’attention qu’un autre. En général je laisse des titres simples.

    J’ai lu plusieurs articles de ton blog (j’ai laissé ma trace avec des « j’aime » sur hellocoton), j’ai apprécié te lire, c’est très bien fait et très bien écrit. Bonne continuation à toi :)

    Répondre à Manue
    • Marlène

      Merci beaucoup Manue ! Je ne suis pas très douée pour les titres non plus… mais j’essaie d’y consacrer un peu plus de temps depuis que j’ai découvert cette étude de Slate. Je savais bien qu’il fallait capter l’attention des lecteurs mais je ne soupçonnais pas que c’était déterminant à ce point :) Je préfère souvent faire un titre sobre et efficace plutôt qu’un mauvais jeu de mots alambiqué que personne ne va comprendre (même pas moi quand je le relirai le lendemain !).

      Répondre à Marlène
  • Kewee

    Bonjour Marlène et merci pour cet article (une fois de plus) très pertinent.
    En effet, je me retrouve dans le fait de lire la une extraordinaire d’un magazine et être très déçue en découvrant que l’article en question est hyper vide …

    Je suis justement en train de reprendre tous mes anciens articles sur mon blog pour les regrouper, les étoffer (même si je m’applique maintenant bien plus qu’avant, je suis très loin de ton niveau …), et du coup, je me pose la question de continuer à écrire, vu le no man’s land au niveau des commentaires … même si je ne me vois pas arrêter (tant que je ne travaille pas, j’avoue que ça m’occupe), et même si les stat’s sont en constante évolution … au fond, ton blog me fait réfléchir à l’utilité et ce qu’on attend de sa vie de blogueur. A la base, c’était ma thérapie (youhou, confessions intimes), puis j’y ai vraiment pris goût.

    J’ai aussi découvert des personnes extra par la blogo, j’ai appris des petites astuces, j’avais juste envie de partager mes idées, mes envies … même si j’ai décidé de ne plus faire de billets d’humeur (ils étaient déjà très rares).

    Bref, désolée pour le roman, mais tout ça pour dire que je lis tes articles jusqu’au bout, toujours !!!
    Bonne continuation et à bientôt !

    Répondre à Kewee
    • Marlène

      Bonjour Kewee, ne t’excuse pas, j’adore lire de longs commentaires et le blogging sert à ça :) Merci de tes compliments. C’est amusant mais j’ai eu l’occasion de voir plusieurs articles ces jours-ci qui m’ont justement rappelé l’écart entre la notion de « trafic » et la notion de « communauté ». Le trafic a tendance à augmenter naturellement avec le temps parce qu’on a plus de contenu donc plus de « portes d’entrée » pour de futurs lecteurs mais aussi parce que – je trouve en tout cas – on s’améliore en bloguant. Sauf que les commentaires ne suivent pas toujours.

      Je constate que les blogueurs « récents » qui ont beaucoup de commentaires sont souvent ceux qui écrivent sur des sujets qui touchent beaucoup à l’émotionnel… Il y a des tas d’articles sur Internet avec des « techniques pour avoir plus de commentaires » mais à mes yeux, ce qui compte c’est d’être sincère dans ses avis, réflexions et conseils. Après, certains sujets se prêtent mieux que d’autres aux réactions. Je vais essayer d’écrire un article sur ce sujet car ça soulève pas mal de questions qui me parlent :)

      Répondre à Marlène
  • Ollie - Some Steps Away

    Je découvre ton blog et je trouve tes articles très intéressants et bien pensés grâce aux nombreux exemples donnés. Je le parcours avec beaucoup d’intérêt, bravo pour ton travail !

    Répondre à Ollie
  • AmandineDismoimedia

    Dès que je clique sur un article j’ai comme l’obligation de le lire jusqu’au bout, comme un engagement.
    Ton article est intéressant, on voit à quel point chaque domaine à sa manière de faire des titres. La teneur du titre change considérablement que l’on donne des conseils à la blogosphère ou les derniers coup de coeur de la rubrique culture. Quand on aime une oeuvre on aimerait tellement trouver la phrase la plus percutante et la plus complète possible, tout ça pour finir avec un « Orange is the new black – saison 2 » !

    Répondre à AmandineDismoimedia
    • Marlène

      Oui et en même temps, un titre « sobre et efficace » est parfois ce qui donne le plus envie de cliquer, tout dépend à qui on s’adresse. Un jeu de mots sur un film ou une série par exemple risque de n’être compris que par ceux qui la connaissent déjà alors qu’un titre direct, sans fioritures, a au moins le mérite d’être accessible !

      Répondre à Marlène
  • Elo

    J’ai lu jusqu’au bout ! J’ai pas de blog à moi mais ça m’énerve quand je lis des titres EXCLUSIF ! INCROYABLE! et après tu lis et il y a rien dans l’article.

    Répondre à Elo
    • Marlène

      Félicitations pour la lecture ! Ce que tu dis est très vrai dans la presse people, qui joue sur la part de voyeurisme du public pour provoquer le clic.

      Répondre à Marlène
  • Fanny

    Ben moi je suis fan absolue de tes articles extrêmement professionnels alors je te lis jusqu’au bout. Entièrement d’accord avec la partie sur le titre: en renommant un titre, j’ai eu plus de vues que lors de ma première diffusion. Ensuite, je dirai que la photo accroche bien aussi, la phrase d’intro, les sous-titres et quand même le fond. Parce que certains articles qui manquent de fond sont vite abandonnés par les lecteurs. Au final, on a des surprises: certains articles vont cartonner sans qu’on en prévoit le succès et d’autres vont faire des bides… ça dépend ce qui parle aux gens (dans mon cas en tous les cas) et quels sont leurs besoins.

    Répondre à Fanny
    • Marlène

      Merci Fanny, ça me fait très très plaisir ! Comme tu dis, le titre ne fait pas tout. J’ai aussi eu des surprises quant au succès des articles, c’est la preuve qu’on a toujours beaucoup à apprendre des autres. On croit parfois pouvoir anticiper leurs envies, leurs besoins… et on s’aperçoit qu’on est passés à côté (ou, à l’inverse, on pensait faire un bide et on a la surprise de voir l’article être liké et commenté).

      Répondre à Marlène
  • Canalis

    C’était vraiment intéressant ! Je penserai à ton article la prochaine fois que je chercherai un titre ! Merci <3

    Répondre à Canalis
    • Marlène

      Merci beaucoup de ton commentaire, j’espère que ça te servira :)

      Répondre à Marlène
  • Marie Kléber

    Toujours là et bien contente d’être allée au bout de ton article, fort intéressant.
    Tout est dans le titre en quelque sorte (c’est bien pour ça qu’on nous a rabâché les mêmes idées en cours de français, puis de philo…). C’est vrai qu’il existe des titres moins accrocheurs que d’autres, certains qui vont donner envie de se plonger dans la lecture de l’article, même si le sujet ne nous intéresse pas particulièrement.
    Pour ce qui est des lecteurs, je m’aperçois parfois, en lisant certains commentaires, que les gens lisent en diagonale ou s’arrêtent au milieu et répondent même à côté de la plaque!

    Répondre à Marie
    • Marlène

      Merci Marie (et bravo pour la lecture !). L’écriture d’un bon titre est difficile et pas toujours instinctive, je trouve. Par exemple, j’ai réalisé après publication que mon titre d’article « Comment se moquer du regard des autres » pouvait être interprété d’une manière négative une fois sorti du contexte (« se moquer »)… et que j’aurais dû l’appeler « Comment ne plus craindre le regard des autres ? » Ça m’arrive de changer des titres a posteriori, quand je me rends compte de ce genre d’erreur.

      Pour ce qui est des commentaires, ça ne m’étonne pas !

      Répondre à Marlène
Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.