La stratégie pour transformer un blog amateur en blog pro


Aujourd’hui, j’accueille sur le blog une invitée dont j’apprécie toujours beaucoup les articles, Sophie du blog Contentologue. Un concentré de conseils pour aimer l’écriture (en particulier sur le web) et pour la mettre au service de ses projets. Sophie va partager avec vous une stratégie que je trouve très réaliste pour faire évoluer un blog amateur vers un blog pro. Certains l’envisagent et si c’est votre cas, mieux vaut s’y préparer pour ne pas faire n’importe quoi, n’importe comment !

Pour devenir riche en 1850, il suffisait de se rendre en Californie, d’acheter une pelle, une pioche et un lopin de terre. S’il y avait de l’or pour le voisin, pourquoi n’y en aurait-il pas pour moi aussi ? Après tout, le sol n’était-il pas le même pour tous ? Il fallait juste creuser, être patient, et un matin on se lèverait et on apercevrait enfin ce petit morceau de roche qui brille. Voilà tout !

Dans les rêves…

Parce qu’en réalité, les premiers arrivés s’étaient servi grassement, et en à peine 5 ans, les filons d’or faciles étaient déjà épuisés. On achetait une information sur un lopin de terre soi-disant miraculeux, on se faisait arnaquer, et on faisait au final le beurre des escrocs, des marchands de pioches et des taverniers ravis de noyer dans le mauvais whisky la déception des braves.

Les blogueurs d’aujourd’hui me font penser aux prospecteurs à l’époque de la ruée vers l’or.

Il y a eu une époque aussi pour les blogueurs, la grande époque des Roland et consors, où lancer son blog pro semblait être un filon miracle : il suffisait de monter un blog, de mettre en place 3 ou 4 techniques, et on pouvait devenir riche ! En 4h par semaine pour certains ! Oui, on l’avait lu, on y croyait (et certains y croient encore) !

Mais comme au temps de John Sutter, les premiers arrivés se sont servis et les autres sont demeurés des rêveurs, nostalgiques d’une vie qu’ils ne connaîtraient jamais.

Ah… voyager et taper quelques articles sous un cocotier en sirotant un mojito. Plein de temps libre pour se promener en slip dans sa villa à Bali, rencontrer des entrepreneurs à succès et leur serrer la main fièrement : « Oui, moi aussi je fais partie du club des blogueurs à succès ». Des photos de vous bronzé avec des lunettes de soleil sur la plage…

Brouing blouing blululuuluuuu (bruit de rêve qui s’arrête)….

Votre réalité correspond-elle à cela aujourd’hui ? A priori non.

Vous avez monté un blog, voire 2, voire 100, mais votre compte Paypal affiche toujours tristement 68€40 (un remboursement de La Redoute).

Pourtant, vous avez fait comme tout le monde dit : vous avez mis en place une newsletter, vous avez écrit un article invité, vous avez choisi une thématique qui vous passionne, et vous publiez sur les réseaux sociaux ! Franchement, vous en avez mis en place des techniques !

Peut-être même que vous avez réussi à dégager 300€ par mois, une fois, en 2013.

Bon bref, vous n’avez pas réussi à vivre de votre blog, mais seulement à arrondir les fins de mois (et votre colonne vertébrale).

Alors, comment fait-on pour transformer le beurre dans les épinards en blinis au caviar ? Y a-t-il un secret magique ? Êtes-vous définitivement une terrible nullité qui ne comprend rien au blogging ? Les vendeurs de formations blogging sont-ils des gourous de sectes qui comptent l’argent qu’ils vous ont soutiré en riant de façon démoniaque ?

Un gentil démon

Certains oui, évidemment, mais comme dans n’importe quelle formation de n’importe quel domaine !

Voici la vérité : il y a des tonnes de raisons qui peuvent faire que vous avez échoué : des tonnes. Autant psychologiques que techniques.

Alors, plutôt que de vous faire une encyclopédie de l’échec, je vais vous donner une stratégie pour transformer votre blog gentillet en grosse machine de guerre.

Libre à vous de la suivre, et libre à vous aussi, de comprendre les raisons qui pourraient faire que vous ne suiviez pas cette stratégie. Je vous la donne, vous en faites ce que bon vous semble : la lire en diagonale en soupirant « Pff ouais faudrait que » ou la lire mot à mot en prenant des notes et en l’appliquant immédiatement, parce qu’agir c’est votre truc (et dans ce cas vous réussirez).

Déjà, regardez dans quelle catégorie vous vous trouvez…

Vous avez un blog avec beaucoup de visiteurs

Au moins 500 visiteurs par jour ?

Cela signifie que vous avez un marché, une niche qui fonctionne, et un blog potentiellement monétisable. Avez-vous des concurrents qui gagnent leur vie avec leur blog ? Dans ce cas, gardez votre blog, et suivez la stratégie à partir de la partie « Coming soon ». Mais rien ne vous empêche de lire toute la stratégie, ça ne peut pas vous faire de mal !

Vous avez un blog et un produit qui ne marchent pas

Si vous n’avez pas ou peu de visiteurs et que vous avez lancé un produit qui ne marche pas, recommencez tout à zéro. Ce blog aura été une plateforme de test et vous comprendrez mieux en lisant la formation pourquoi cela n’avait pas marché.

Changez de niche, changez de blog. Changez tout. On ne peut pas transformer une mayonnaise ratée en mayonnaise réussie en lui ajoutant des ingrédients.

Vous avez un blog auquel vous tenez, mais qui ne marche pas

Vous verrez si le problème vient de votre niche : s’il n’y a pas de marché, il n’y en aura jamais. Devez-vous le laisser tomber ? Non. Mais vous n’en vivrez pas. Ma stratégie ne vous apprendra pas à vivre de ce blog-là.

Vous savez, j’ai moi-même un blog perso que j’adore, et il est sur une niche tellement spécifique que je sais que je n’en vivrai jamais, et je ne le souhaite pas. Cela ne m’empêche pas de le garder, de l’aimer, et même d’y appliquer quelques-unes de mes techniques pour améliorer son écriture et le confort de lecture.

Vous n’êtes pas obligé de faire le deuil de ce blog. Considérez qu’il est votre ami, et votre nouveau blog pour vivre, votre royaume. Un ami est là même s’il ne « rapporte rien », alors qu’un royaume se gère, et on en est le chef.

La stratégie pour vivre de son blog

Voici la stratégie à appliquer. Celle-ci se déroule sur plusieurs mois.

Faites des fiches, prenez des notes, prenez le temps de la mettre en place, et ne soyez jamais complaisant avec vous-même (« j’en ai fait assez »), ou pire, scolaire (« j’ai fait ce qu’elle a dit, ni plus ni moins, sans mettre ma passion et mon énergie »).

Choisir une niche rentable

Vous allez peut-être vous sentir déçu : toutes les niches ne vendent pas, et il est possible que votre passion doive rester votre hobbie.

Certes, dans ce monde, tout est possible : gagner au loto, rencontrer le grand amour au supermarché, gagner sa vie en bloguant sur ses pensées profondes.

Mais bon. Ici, il s’agit d’être pragmatique. Certaines niches sont vendeuses et d’autres ne le seront jamais.

Il y a aussi des niches qui peuvent vendre, mais seulement si vous possédez des compétences exceptionnelles : les niches artistiques. Photo, dessin, chant, comédie… Si vous proposez à vos lecteurs de leur apprendre la technique du vibrato alors que vous chantez comme Sylvie Vaten, ou Lara Pabien, vous risquez de faire un gros bide.

Une niche rentable, qu’est-ce que c’est ?

  • C’est une niche qui vous intéresse (sinon vous allez vous décourager en 3 mois).
  • Une niche concurrentielle. Pas de concurrents, pas de marché.
  • Une niche qui permette d’aider les gens à résoudre des problèmes.

Si vous n’avez pas ces 3 critères : désolée, mais votre niche n’est pas rentable.

Un doute ? Allez-voir si vous avez des concurrents qui gagnent leur vie avec cette niche. Pouvez-vous dégager un problème majeur spécifique à votre niche et des dizaines de façons de le régler dans votre besace ?

Créer une page Coming Soon

Oui, même sur votre blog déjà en cours, créez une coming soon de refonte. Vous affichez une page qui explique que le site est en refonte, et propose de s’inscrire à votre newsletter pour participer à un concours (« Votre site préféré revient ! », etc).

Vous pouvez aussi offrir un ebook qui résout le problème principal de votre cible, de manière succincte. Un ebook cadeau peut faire 5000 mots si ceux-ci sont à forte valeur ajoutée : inutile de pondre le dernier Goncourt. Considérez votre ebook comme le meilleur article de votre site.

Il faudra donc que votre site comporte un joli formulaire d’inscription qui redirige vers votre gestionnaire de mailing-list. Je vous conseille vivement Aweber, dont j’ai fait un tuto complet en français (j’ai hésité à le faire en allemand, et puis je me suis rappelée que je ne parlais pas allemand).

Vous allez laisser cette Coming Soon pendant 2 à 3 mois grand max (il ne faudrait pas que les gens vous oublient non plus !), et pendant ce temps, vous allez mettre en place un plan de combat super-stratégique de type mission impossible, sauf que c’est possible.

L’étude de marché

Vous savez ce que ne font pas 99% des blogueurs qui se lancent mais vous allez faire pour la plus grande gloire de votre compte Paypal ?

Oui, vous avez deviné, une étude de marché ! En même temps, c’était dans le titre.

Comment mettre en place ce terrifiant processus, dont la seule évocation laisse entrevoir des images terrifiantes de jeunes cadres dynamiques trottinant sous l’arche de la Défense (aussi appelé portail dimensionnel de la désespérance humaine) ?

En fait, c’est plutôt simple, et cela peut même être très amusant. Non, je vous assure, je n’ai pas perdu la raison.

Il faut considérer cela comme un jeu qui s’intitule : « Découvre le vrai besoin de tes futurs lecteurs et passe devant tous tes concurrents » (Se joue à partir de 1, de 7 à 77 ans).

Vous allez écrire personnellement à 200 futurs prospects en leur demandant quel est le principal problème qu’ils rencontrent dans leur niche.

Kwa ? 200 ? T’es ouf ?

On a dit blog pro, hein, pas blog kro. Alors, sortez-vous les doigts du nez (cet article opte pour un langage décent), et copiez-collez donc cette phrase à vos futurs prospects :

« Quel est le principal problème que vous rencontrez dans [votre niche] ».

Comment trouver ces personnes ?

Si vous vous posez cette question, je suppose que vous n’avez pas encore réalisé ceci : nous sommes en 2017, et Internet vous permet de trouver et contacter les gens par Facebook et ses cousins les 200 réseaux sociaux, Google, les Pages Jaunes, Skype, les chats, les blogs, les sites, les pages contact, et même, je le jure, on peut encore contacter les gens par télégramme.

Vous êtes libre d’aller voir les commerçants de votre ville, d’interviewer les gens dans le métro ou en soirée, faites ce que vous voulez : vous devez contacter 200 personnes, et pis c’est tout.

D’ailleurs, vous avez aussi la possibilité d’en contacter 500, et de leur poser plus de questions. Ici, je parle du strict minimum.

Si vous aviez déjà un blog, il sera très simple de contacter vos lecteurs déjà fans.

Bien entendu, vous allez donner à ces personnes l’adresse de votre site : et zou des inscrits à votre liste !

Travaillez plus intelligemment, pas plus dur !
Travaillez plus intelligemment, pas plus dur !

Les ingrédients du blog pro

Une mise en page décente

  • Un thème WordPress payant, de qualité.
  • De belles photos, pro. Non, pas faites avec votre téléphone à l’arrache.
  • Une typo lisible, noir (gris foncé) sur fond blanc, taille 15 à 20px, de type Open Sans. Moi je craque sur Nunito.

Un doute ? Regardez vos concurrents anglophones (beaucoup plus de concurrence, donc des sites qui se battent quant à la qualité visuelle), et essayez de vous inspirer : votre site a-t-il l’air complètement has-been et cheap à côté ? Comment pourriez-vous l’améliorer ?

Des réseaux sociaux actifs

Vous n’êtes pas obligé d’être sur tous les réseaux sociaux, mais ceux sur lesquels vous êtes, essayez de les tenir à jour correctement. Tweetez au moins 2 fois par mois, postez au moins 1 fois par semaine sur Facebook, sur Google Plus, sur LinkedIn.

Mettez ces liens sur votre site. Les gens s’en préoccupent vraiment ! À une époque, je m’occupais d’une formation en ligne, que j’ai progressivement laissé tomber. Plusieurs personnes m’ont contactée en me disant « Votre formation est-elle toujours d’actualité ? Je vois que vous ne postez plus sur Facebook… »

Vos réseaux sociaux doivent être dédiés à votre activité. Créez une page, et si possible un profil dédié à votre activité. Attention, Facebook a de plus en plus tendance à vérifier les identités, et n’hésite pas à vous demander un scan de votre pièce d’identité. 1984, Big Brother, tout ça.

Si vous ne demandez pas 500 amis par jour, vous ne devriez pas être embêté, mais le profil pour démarrer, est mieux que la page. Demander des amis est bien plus rapide qu’obtenir des likes, et permet une visibilité dès le départ. Si vous aviez déjà un blog avec des followers, mettez tout ça à jour !

Il vous faudra communiquer sur vos réseaux sociaux au sujet de votre site à venir. N’hésitez pas à parler de vos coulisses, de votre concours, des difficultés que vous rencontrez, de mettre du suspense sur ce que vous êtes en train de préparer.

Une page À propos

Votre page à propos parle-t-elle de vous ? Raté ! Il faut qu’elle parle à votre lecteur de ce que votre blog va lui apporter.

Dans une boulangerie, qu’y a-t-il d’affiché sous les pains au chocolat ? Le prix, ainsi que le nom du produit. Et non « Je suis passionnée par la boulangerie ».

Une personne qui lit votre page A propos ne la lit pas pour en savoir plus sur votre vie personnelle et vos émois, il veut savoir ce que vous allez lui apporter et s’il peut vous faire confiance.

Une page à propos dans l’ordre :

  • Une présentation du blog.
  • À qui ce blog est destiné.
  • Qui vous êtes, passé au filtre de votre thématique.
  • Et 15% sur vos hobbies autres que la thématique (pour montrer que vous êtes un être humain et non une machine).

Pour rédiger une bonne page À propos.

Rédiger des articles béton

Vous avez lancé votre blog, vous avez déjà quelques centaines d’inscrits, et ça c’est déjà très prometteur.

Ne décevez pas les attentes et considérez votre blog comme la meilleure ressource dans votre thématique de la toile mondiale.

Wow, c’est un peu ambitieux pas vrai ?

Comment faire ça ?

Vous prenez vos 10 plus gros concurrents, et vous les critiquez sans vergogne : ça c’est nul, moi j’aurais pas fait comme ça, il ne dit pas ça, il a oublié de dire ça…

Prenez aussi les plus grosses qualités de chacun : il parle à ses lecteurs de manière chaleureuse, il écrit de très longs articles, c’est très bien rédigé, les photos sont très belles…

Vous améliorez leurs mauvais côtés et vous leur piquez les bons.

Les bons artistes copient, les grands artistes volent (Picasso)

Le guide anti-nul du rédacteur fragile

Vous êtes un peu fragile, normal. L’éducation scolaire ne vous a pas aidé à avoir confiance en votre capacité à apprendre. On vous a décrété « bon » dans ceci, « mauvais » dans cela et ça n’encourage pas du tout l’apprentissage, mais nivelle le narcissisme. « Je suis bon » = Je suis un génie qui n’a plus rien à apprendre. « Je suis mauvais » = Je suis un gros nullos qui n’a aucune raison d’essayer.

Du coup, quand vous échouez dans un domaine, vous avez tendance à penser en premier « Pff je suis pas aussi bon que machin, ah si j’étais aussi bon que machin », plutôt que « Que me manque-t-il comme information pour être meilleur dans mon domaine ? »

Lisez

Je le dis et le répète (pas sur ce blog, mais sur le mien), lisez. Lisez, car vous ne pouvez pas savoir ce que vous n’avez pas encore lu.

Vous ne savez pas quoi écrire sur votre sujet ? Lisez sur votre sujet. Lisez ce que vos concurrents ont visiblement lu, mais lisez aussi ce que personne ne lit.

On ne naît pas bon, on le devient. Les infos ne jaillissent pas du ciel pour atterrir dans notre esprit, et le génie n’est pas un talent naturel, comme le présumait Kant. Ce génie vient des informations que l’on a acquises d’une façon ou d’une autre, combinées entre elles, et qui, synthétisées, deviennent de l’intuition.

Lisez des livres, des articles, et surtout, lisez en anglais (oui mais moi je suis nul en anglais… hum, vous avez compris ce que je pense de « je suis nul »), car la littérature anglophone recèle d’infos que nous n’avons pas.

Aidez

Vos lecteurs adoreront vos écrits si vous cherchez toujours à mieux les aider. Aider, cela signifie :

  • Apportez une info qu’ils ne possèdent pas (d’où la lecture indispensable).
  • Détaillez et guidez, là où les autres survolent.
  • Expliquez comme si votre lecteur avait 8 ans.

Petit aparté sur ma théorie des 8 ans : si l’on cumule l’ensemble des sujets ignorés de nos lecteurs, on obtient le niveau d’un enfant de 8 ans. C’est à dire parfaitement apte à saisir des concepts et des notions abstraites, mais ne possédant qu’une culture très limitée et généraliste, et aucune info sur votre domaine précis. Donc, prendre son lecteur comme un enfant de 8 ans, ce n’est pas le traiter de débile. La communauté des enfants de 8 ans vous saura gré de ne pas faire cet amalgame.

« Que n’ai-je pas encore dit qui résolve ce problème concret ? » est la question que vous devez vous poser pour rédiger vos articles.

Allongez

La taille d’un article devrait faire au minimum 2000 mots et peut faire jusqu’à 6000 mots (voire 7000 pour des fifolles comme Marlène et moi).

Pourquoi ? On vous dit partout qu’il faut écrire court, parce que les gens sur internet « scannent » et ne lisent pas. En fait, ça dépend.

Si vous avez un vrai problème : vous voulez le régler, et c’est trèèèèèèèèès pénible de chercher sur 12000 sites les infos dont vous avez besoin. Vous préférerez un seul gros article qui explique tout, ou du moins qui vous donne une bonne grosse vision d’ensemble, plutôt qu’un pauvre article qui n’explique quasiment rien.

Pensez à vous, qui faites une recherche sur le web : « Comment créer un studio photo pas cher ». Et là, vous vous retrouvez à feuilleter 6 sites web, en vous disant « c’est pas ça », « non mais là ça m’apporte pas ce que je cherche », « mais tu n’expliques pas COMMENT », bref, c’est soûlant.

Et Google, ça, il le sait. Et c’est pour ça qu’il affine son algorithme tout le temps. Et quels articles privilégie-t-il ? Les articles longs of course : ceux qui ont répondu au problème de l’internaute, car il a non seulement passé du temps sur la page, mais en plus, comme il l’a mise en favori, y retourne plus tard ! Taux de rebond, taux de retour, y a bon référencement.

Si tous vos articles sont bons comme ça, et en lien dans vos autres articles, ou bien mis en avant en pied d’article (« vous aimerez lire aussi »…), ou en barre latérale (articles populaires…), alors les gens vont passer des heures chez vous, et vous recevrez des commentaires comme ça :

Un commentaire sympathique

2000 inscrits plus tard

Vous en êtes à 6 mois, 1 an de blogging, et si vous avez fait les choses correctement, vous avez obtenu 2000 inscrits sans trop peiner.

2000 inscrits, c’est de quoi vivre de votre blog, mais comment faire pour leur vendre votre produit ?

Par mail pardi !

Vous avez plusieurs options à ce niveau qui s’offrent à vous :

Le lancement pour coaching

Vous avez décidé de mettre en place un coaching, et il vous sera très facile de bâtir une clientèle.

Voici comment faire :

Vous envoyez un mail de lancement, avec une offre imbattable. Par exemple : les 10 premiers inscrits reçoivent un coaching pour 7€. Ici, vous allez recevoir des centaines de mails : “Moi, moi, moi !”

Vous avez créé la stratégie du mode achat : c’est ce que font les supermarchés. Vous y allez pour acheter une boîte de thon, et vous revenez avec 3 sacs de courses. Quand notre cerveau est en mode achat, cela ne le dérange pas d’acheter : il vous a enregistré comme personne digne de confiance, puisque recevant le sacré Graal de leur compte Paypal.

Bien entendu, votre coaching doit être AU TOP, c’est ainsi que, quand je vais acheter une boîte de thon au Lidl, je reviens rarement avec 3 sacs, les produits ne me font vraiment pas envie (à part les bêtises du genre des tampons animaux allemands), et il doit correspondre à un besoin.

Il ne faut pas rêver, le mode achat ne marche que si votre client a besoin de votre produit.

Une fois ces mails reçus, vous offrez 10 coachings pour 7€. Ils seront vos 10 témoignages pour votre page de vente, mais certains deviendront aussi vos fidèles clients.

Les 280 autres qui n’ont pas obtenu le coaching à 7€, vous leur envoyez une offre à 20% de réduction. Quelques dizaines la prendront. Et certains deviendront vos fidèles clients.

C’est ainsi que j’ai, au bout de 4 mois de blogging avec Contentologue, créé ma clientèle pendant 1 an et demi, et perçu 1500€ par mois, alors que j’avais un job à temps plein à côté (je refusais du monde, pour ne pas saturer !).

L’entonnoir de vente

Dès le départ, votre cadeau est un cours gratuit par mail. Que ce soit sur 1 semaine, sur 6 mois avec 1 mail par mois, comme vous souhaitez, mais le but ici, est de vendre vos multiples produits, tous pas chers, et votre gros produit cher.

L’entonnoir fonctionne par adhésion à votre marque : plus votre client est satisfait, plus il achète des produits chers. C’est le fonctionnement d’Apple. Les personnes vous font une confiance totale, et n’hésitent pas à acheter tout ce que vous sortez.

Pour ça, il faudra mettre en place une stratégie de follow-up, c’est à dire une série de mails que vos clients reçoivent automatiquement après leur inscription. Vous devez envoyer un grand nombre d’e-mails, 1 par jour, ou 1 tous les 2 jours, pour promouvoir vos différents produits.

Créez des listes (mon tuto Aweber, dont je parle plus haut, vous indique précisément comment faire), et segmentez-les selon leurs achats. Produit 1 acheté = liste d’envoi pour le produit 2, etc.

Ce type d’entonnoir est parfait si vous avez créé plusieurs produits, par exemple, 1 cours pas très long, et pas cher, puis 1 autre cours pas très long et pas cher, puis 1 formation complète, chère, payable au mois, etc…

Le lancement pour l’abonnement

Vous avez créé une formation en ligne complète, comme je l’ai fait avec ma formation blogging Blogonomia, et vous souhaitez avoir une grosse communauté d’étudiants dès le départ ? Offrez votre formation de grande valeur (au moins 300€), à un prix imbattable pendant 24h. Puis un prix un peu plus élevé pendant les 24h suivantes, puis moitié prix pendant 15 jours.

Ensuite, vous proposerez cette formation avec un abonnement au mois. Attention, le contenu de la formation doit être intéressant sur le long terme. Si rien n’est apporté d’un mois sur l’autre, vous perdrez les abonnés. Il faut donc apporter du contenu régulièrement, ou proposer un service spécifique accessible uniquement si l’on est abonné. Par exemple, dans ma formation, il y a l’accès à un forum Mastermind : aujourd’hui des dizaines de personnes commentent, se soutiennent… et j’y offre un coaching hyper personnalisé chaque mois pour tous ceux qui ont posté.

Avec ça, vous allez avoir plusieurs milliers d’euros de revenus en seulement 15 jours. Cela vous permettra de travailler tranquillement à de nouvelles stratégies de vente, comme un webinaire, ou un entonnoir de vente, recherche d’affiliés, de la publicité Facebook, etc.

Vous avez à présent un excellent aperçu de la stratégie à mettre en place pour gagner votre vie avec votre blog, j’espère que cet article vous a plu, n’hésitez pas à me poser vos questions dans les commentaires, et je vous répondrai !


Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lorsque vous postez un commentaire sur le blog, le nom indiqué dans la case "Prénom" ainsi que votre message apparaîtront publiquement. Votre adresse e-mail restera confidentielle.

29 commentaires sur “La stratégie pour transformer un blog amateur en blog pro

  • Saku

    Merci pour cet article, il est top ! Je prends note de ces conseils.

    Répondre à Saku
  • François Welinko

    Je ne peux pas dire que je suis d’accord avec tous les points mentionnés dans cet article mais je le trouve néanmoins excellent pour une raison précise : Il décrit parfaitement la réalité du bloging professionnel.

    Le blog doit être perçu comme une plateforme grâce à laquelle on peut faire de la publicité, établir une autorité, etc. Ce n’est pas un outil miracle mais c’est quelque chose qui peut produire d’excellents résultats si le travail est effectué en amont.

    Quand je me suis lancé sur le net, j’ai eu beaucoup de peine à générer des revenus car je n’avais pas de vision claire mais surtout pas de plan d’action. Etablir un business plan me semble en effet être quelque chose d’essentiel !

    Il y aussi la formation aux différents leviers marketings qui ne peut pas faire de mal.

    J’aime beaucoup la vision professionnelle du blog que propose Sophie. Je connais bien le site contentologue, je ne suis pas surpris d’avoir lu un article de qualité :)

    Répondre à François
    • Marlène

      Je pense aussi que la formation est toujours utile, surtout pour les gens qui n’ont pas un background marketing digital ou similaire. A défaut de savoir tout faire soi-même, ça permet de mieux mesurer les enjeux et les implications.

      Répondre à Marlène
  • Solenne Elia

    Bonjour Marlène,
    Tout d’abord merci pour cet article très détaillé avec plein de bons conseils. Je nuancerais un petit peu pour la page à propos car personnellement quand j’arrive sur un blog, j’aime bien en apprendre un peu plus sur la personne qui tient le blog. Je trouve que ça permet de créer une plus grande proximité avec le lecteur donc pour moi c’est important que la personne parle surtout d’elle! :)
    Personnellement, je tiens un blog mariage depuis un an, c’était au départ dans un but seulement amateur pour partager ma passion et conseiller et aider des futurs mariés dans l’organisation de leur grand jour. Aujourd’hui, un an après, je me reconvertie pour travailler dans le mariage et devenir officiante de cérémonie d’engagement. D’où ma grande interrogation, que faire de mon blog? J’ai actuellement un petit trafic d’environ 150 /200 personnes par jour, je n’ai rien mis en place pour le développer pour le moment. Mais je m’interroge, serait-il intéressant de « transformer » mon blog pour en faire mon site vitrine + blog et changer le nom de domaine (et est-ce seulement possible?) ou dois-je essayer de le rendre plus pro et de le monétiser (même si mon trafic n’est pas énorme)? Et créer à côté un autre site indépendant pour mon activité? Peut-être qu’avec votre expertise et votre expérience dans ce domaine, vous saurez me conseiller au mieux car j’avoue que je suis perdue et je ne trouve aucune documentation sur ce sujet. :(

    Répondre à Solenne
    • Marlène

      Hello Solenn, je pense que ce qui peut guider ta réflexion est l’étude de l’adéquation entre la cible actuelle de ton blog et celle que tu vas viser dans ton activité professionnelle. Si la cible est similaire, c’est très pertinent de garder le blog actuel et de faire ton site pro sur le même domaine. Par exemple, en déplaçant le blog sur une partie blog.causonsmariage.com (ou causonsmariage.com/blog) avec des redirections pour conserver le référencement du blog actuel… et en mettant ton activité pro en avant à l’adresse causonsmariage.com. Je ne créerais pas un site sur un domaine séparé du blog car un blog est un excellent moyen de gagner en visibilité.

      Mais comme le dit Sophie dans son article, il n’y a qu’une étude de marché qui peut permettre de déterminer s’il y a un marché ou non derrière ton lectorat actuel. Pour prendre un exemple, il y a encore 2 ans mon blog visait une cible de blogueurs amateurs qui n’auraient jamais payé pour une presta payante. Aujourd’hui, j’ai des gens qui me contactent avec des propositions d’audits… tout simplement parce que la cible a évolué.

      Répondre à Marlène
    • Solenne Elia

      Merci beaucoup Marlène d’avoir pris le temps de me répondre. je vais donc me pencher sur l’étude de marché! :)

      Répondre à Solenne
  • Delphine

    Merci Sophie pour cet excellent article, très intéressant, plein d’humour…j’ai adoré !
    Et on en apprend beaucoup.
    C’est très sympa de partager tout ça.

    Répondre à Delphine
    • Marlène

      Merci d’avoir pris le temps de laisser un petit message à Sophie ;)

      Répondre à Marlène
  • Laurence

    Il parait que vous coûtez des nuits à vos lecteurs… Et bien à moi, avec encore une fois un très bon article, sans savoir exactement combien, c’est un bon peu quand même d’euros que vous me permettez d’épargner. Merci encore pour votre magnifique travail. Notudexo.com ou quand le blogging retrouve ses premières vraies vertus.

    Répondre à Laurence
    • Marlène

      Hello, cet article précis est écrit par Sophie du blog Contentologue… mais merci du petit message ;)

      Répondre à Marlène
  • Julie lit au lit

    J’adore! De mon côté, je suis très à l’écoute de ce que je lis et je me fais ma propre idée. Ma plus grande difficulté est que j’ai un modèle qui ne peut pas me permettre de gagner ma vie (je redonne tout l’argent que je fais avec mon blogue). Heureusement, mon blogue me permet de réussir ma vie, ce qui me convient jusqu’à nouvel ordre. J’espère encore trouver la solution qui va me permettre de gagner ET de réussir ma vie ;)

    Je m’en vais lire quelques textes sur Contentologue de ce pas virtuel ;)

    Répondre à Julie
    • Marlène

      C’est déjà formidable qu’il soit une source d’épanouissement et qu’il puisse soutenir des associations par la même occasion. Je l’avais évoqué dans un article mais je trouve que vivre de son blog est presque une autre démarche, qui n’est pas LA solution pour tout le monde. Sophie en parle aussi dans son article, d’ailleurs, en disant que tous les blogs ne s’y prêtent pas. Il n’y a pas de mal à ne pas vivre de son blog s’il apporte d’autres choses que l’argent et qu’on est heureux comme ça.

      Répondre à Marlène
  • Olivier de epargnersanssepriver.com

    Quel article! Complet, efficace et très agréable à lire! Il répond à beaucoup de questions que je me posais et je vais mettre en œuvre tes conseils afin de faire décoller mon blog. Et bravo tu as gagné un nouveau lecteur pour ton blog ;)

    Répondre à Olivier
  • Angélique du blog Manekitravel

    Hello Marlène,

    Je découvre ton blog avec cet article, vraiment très sympa ! Ton discours est clair et bien structuré, c’est un vrai plaisir à lire ! Merci pour ces bons conseils :)

    Répondre à Angélique
    • Marlène

      Hello Angélique, je ne suis pas l’auteur de cet article ;) Mais bienvenue ici !

      Répondre à Marlène
    • Angelique

      En effet, j’ai commenté sous cet article mais mes paroles s’adressent néanmoins a toi, au vue de tout ce que tu as fait ;) je suivrai ton blog avec plaisir !

      Répondre à Angelique
    • Marlène

      Merci beaucoup ! Passe un bon week-end :)

      Répondre à Marlène
  • Suny

    J’aime bien le blog de Sophie, c’est une personnalité qui se détache et qui est atypique. Par contre, le style, les légèretés parfois un peu too much, je n’accroche pas et je les survole, les « whouaaa » et tout, etc… Je préfère nettement le style de Marlène, voilà c’est dit ! :-p

    Par contre, y a un truc dans l’article que je n’ai pas saisi l’intérêt : le passage sur la « page Coming Soon » à laisser pendant 2 à 3 mois, c’est quand même beaucoup, je trouve, je me demandais si ça valait vraiment le coup ? si on peut plus attirer plus d’abonnés pendant ce temps? alors qu’une page active avec une bonne newsletter peut aussi faire l’affaire, etc….

    une page Coming Soon

    Répondre à Suny
    • Sophie

      Merci pour ton commentaire Suny. La page coming-soon est une manière d’attirer un nombre d’inscrits de plusieurs centaines de personnes, assez rapidement, avant-même le lancement du blog. Obtenir 500 abonnés en 2 mois n’est pas possible avec un blog déjà lancé, car les personnes vont d’abord voir si les articles leur correspondent avant de s’inscrire. Tandis qu’il est plus rapide de participer à un concours.

      Répondre à Sophie
    • Marlène

      Je pense qu’il y a une question intéressante derrière l’idée de la « Coming Soon », c’est aussi de réfléchir à l’endroit où on va présenter son offre pro. Si on part d’un blog existant, ça implique forcément une prise de décision : soit en faisant une refonte complète de la homepage et du menu pour mettre en avant l’axe pro et reléguer la partie blog au second plan, soit en créant un site pro sur le même nom de domaine. La Coming Soon, au-delà de sa fonction de capture d’abonnés, peut aussi permettre de préparer cette évolution.

      Répondre à Marlène
  • Cécile

    J’adore toujours autant ta plume Sophie (enfin ton clavier du coup). Merci pour cet article complet et plein d’infos.
    Je pense que la base de tout cela c’est aussi (surtout ?) de se considérer comme pro (des trucs genre croire en soi quand même, bosser sérieusement comme tu le dis dans ton article, voir certaines dépenses comme des investissements et pas forcément tout faire en mode gratuit, …). Il y a beaucoup de facteurs psychologiques à un blog qui réussi financièrement finalement.

    Répondre à Cécile
    • Marlène

      Je suis assez d’accord avec ton commentaire, notamment sur la notion de travail et d’investissement. Je taquine toujours les blogueurs amateurs qui se désolent de ne pas pouvoir installer Analytics sur un WordPress gratuit en leur disant « Mais pourquoi as-tu besoin d’un outil si professionnel alors que tu blogues en amateur ? » Il y a souvent, dans les deux sens, un décalage entre comportement et ambitions : être blogueur amateur mais vouloir un outil de stats pro, être pro sans vouloir de contraintes ou sans y passer trop de temps…

      Idem pour l’investissement : on ne parle pas de dépenser des fortunes mais il y a quand même une base à avoir. On peut faire du DIY sur certains points si on est à l’aise (créer son thème, etc) mais à un moment donné, il faut investir : un auto-répondeur devient vite payant au-delà d’un certain nombre d’abonnés, on peut avoir besoin d’aide pour créer son logo ou mettre en place la solution technique adéquate pour son projet, il faut suivre ses performances et parfois, les outils gratuits ne suffisent plus, on doit rester propriétaire et maître de ses données donc dire adieu aux plateformes gratuites…

      Répondre à Marlène
    • Sophie

      Merci beaucoup Cécile. Tu as raison, et cela concerne finalement tous les milieux professionnels. De nombreuses personnes, et je pense que cela concerne surtout la France font des choses qu’elles adorent, le font bien, et quand tu leur demandes si elles en vivent, te répondent « non je fais juste ça par plaisir », comme si les deux ne pouvaient pas être liées. Il y aussi des cas où les personnes sont justes passionnées par ce qu’elles font et n’attendent rien financièrement, et se retrouvent à tout de même gagner leur vie avec ça. Ici, il ne s’agit que d’une stratégie parmi d’autres, et je l’ai surtout écrite pour les personnes qui aiment ce qu’elles font, et se désespèrent de n’obtenir que quelques deniers.

      Répondre à Sophie
  • Rose Citron

    Je me suis régalée avec cet article, tant sur le fond que sur la former! Quelle plume, j’adore, et ça change! Et en plus j’ai appris des trucs, c’est tout bénef! merci :)

    Répondre à Rose
    • Marlène

      Je trouve la stratégie de Sophie très pertinente et réaliste par rapport à tout ce qu’on peut lire çà et là. L’étude de marché est un point que pas mal de gens délaissent en restant centrés sur « leur envie » ou leur idée… sans prendre le temps de vérifier qu’il y a un marché derrière.

      Répondre à Marlène
    • Sophie

      Merci beaucoup Rose ! Ton blog a l’air bien appétissant. :)

      Répondre à Sophie
    • Rose Citron

      Merci Sophie :)

      Répondre à Rose
Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.