Comment je suis passé de l’échec à la réussite dans le monde du blog voyage


Thibaut est blogueur voyage professionnel. Si son souhait de monétiser son blog a été présent très tôt puisqu’il envisageait de devenir « blogueur voyageur », il a néanmoins mis du temps à trouver la bonne formule pour que son blog devienne rentable. Découvrez dans ce témoignage comment il s’y est pris…

Cela remonte à plus de cinq ans maintenant, je passais à l’époque énormément de temps sur Internet à lire des blogs voyage. Ces « blogueurs voyageurs » m’inspiraient, et me donnaient des idées de voyages et d’expériences à découvrir.

Jusqu’au jour où je me suis dit : « pourquoi ne pas lancer mon propre blog de voyage et profiter de la vie au maximum ? »

C’est de là qu’a commencé mon expérience sur le web sur la thématique voyage, en lançant Profiter du Monde.

Thibaut, blogueur voyage professionnel
Thibaut, blogueur voyage professionnel

Mes débuts sur le web

Je ne savais pas exactement quel angle donner à ce blog, si je devais me concentrer sur une façon de voyager en particulier, sur certains types de destinations, à quel point je devais parler de mon quotidien ou non.

Et finalement, j’ai opté pour la pire option possible sans le savoir, qui est de vouloir parler de tout en même temps. Je parlais de voyage, d’expatriation, de qualité de vie, de développement personnel, de ma vie au quotidien.

Il n’y avait aucun focus clair, et il y avait vraiment tous types de lecteurs sur mon blog.

Pour le faire connaître, je suis passé par la phase apprentissage du référencement, et j’ai commencé par faire du SEO classique, comme m’inscrire sur tous les annuaires en ligne que je trouvais, essayer d’obtenir des liens un peu partout, écrire des articles invités… Et cela a fini par marcher, vu qu’en moins d’un an, j’avais déjà 30 000 visiteurs/mois !

(Note de No Tuxedo – Je ne vous conseille pas, à l’heure actuelle, de chercher à vous référencer en vous inscrivant sur tous les annuaires que vous trouvez, c’est une stratégie risquée car ces liens sont souvent perçus comme peu qualitatifs par les moteurs de recherche, il faut effectuer un travail de sélection attentive).

C’est à partir du moment où j’ai vu des blogueurs voyageurs dire qu’ils vivaient de leur blog que je me suis dit que je pouvais le faire aussi.

Je me suis donc renseigné sur la thématique, et ai mis en place les stratégies classiques de monétisation pour un blogueur. A savoir annonces AdSense, affiliation sur des guides de voyage ou des formations de développement personnel, création d’une newsletter avec follow-up, vente de liens/articles sponsorisés.

En faisant tout cela, j’arrivais à obtenir plus de 500€/mois. C’était sympa, mais pas assez pour en vivre !

Ces résultats m’ont déçu, vu les efforts et le temps passé sur ce blog.

Mais c’est en continuant à apprendre sur le web, que je voyais souvent les mêmes conseils revenir, comme :

  • Un marché de niche est souvent plus rentable qu’un marché généraliste ;
  • Se focaliser sur des thématiques où les gens dépensent (beaucoup).

Du coup, je prenais conscience à quel point j’avais fait l’erreur de vouloir toucher à tout par exemple.

Mon blog dédié à Lisbonne

Suite à cet échec, je me suis mis en tête de vouloir lancer un autre blog, plus ciblé cette fois.

J’ai mis quelques jours à me décider et la solution était sous mon nez depuis longtemps. Je vivais à Lisbonne, je voyais le tourisme augmenter tous les ans, il n’y avait que peu de contenu de qualité sur Internet sur la ville.

J’ai donc créé un blog entièrement dédié à la ville de Lisbonne, avec des adresses actualisées, Bonjourlisbonne.fr.

Bonjour Lisbonne
Bonjour Lisbonne

Dans un premier temps, je me suis concentré sur le contenu et le référencement. Puis j’ai commencé à monétiser le blog.

Finies les annonces AdSense, les liens sponsorisés. Je me suis concentré sur ce qui pouvait rapporter gros et de façon récurrente. Voici les deux choses qui ont marché le mieux dans mon cas.

Lancer mes visites guidées

Cela peut paraître évident et ça l’est. En proposant mes propres visites guidées au prix que je voulais, je recevais pour chaque visite une grande somme d’argent (près de 100€) !

Le problème est que cela me demande beaucoup de temps, donc j’ai préféré payer une personne pour effectuer des visites à ma place.

L’autre souci, c’est qu’il n’y avait que peu de demandes au début. J’ai donc fait le choix de recommander mes visites un peu partout sur le blog, à chaque fois le plus haut possible dans mes articles. J’ai créé une newsletter et sur la page de remerciement, j’ai proposé à la façon d’un up-sell une visite guidée, sous forme de page de vente.

Cela m’a permis de booster le nombre de demandes de visites et de dégager un certain revenu !

Promotion des visites guidées de Lisbonne
Promotion des visites guidées de Lisbonne

Travailler en direct avec les prestataires

Que ce soit au niveau de la restauration ou de certains services, j’ai fait le bon choix de trouver des partenaires directement sur place.

Beaucoup de blogueurs se contentent de mettre des liens d’affiliation de sites intermédiaires de réservation comme GetYourGuide ou Ticketbar, quand moi je travaille directement avec un restaurateur ou avec une entreprise de transport privé.

Au lieu d’avoir des commissions de l’ordre de 10%, j’ai pu obtenir des commissions de l’ordre de 15%, 20% voire 30% dans certains cas ! On passe donc du double au triple de revenus en se passant des intermédiaires inutiles.

Lancement de nouveaux « Bonjour »

Suite à ce succès sur Lisbonne, et ayant trouvé un modèle qui fonctionne, j’ai décidé de lancer l’année dernière Bonjour Porto et Bonjour Barcelone.

Deux blogs dédiés aux villes de Porto et Barcelone avec exactement le même design, type de contenu et services proposés que sur le blog de Lisbonne.

Accueil du blog Bonjour Barcelone
Accueil du blog Bonjour Barcelone

Je me concentre en ce moment sur le référencement de ces deux blogs, pour qu’ils aient du trafic et me rapportent un bon complément de revenu à celui de Lisbonne.

Certains types d’activités diffèrent d’une ville à l’autre évidemment, mais le principe est toujours le même avec des catégories par thématique, des fiches dédiées à chaque monument, des visites guidées, du transfert depuis à l’aéroport avec un chauffeur parlant français, etc.

Bien sûr, pour cette série de sites, mon approche est différente. Pour « Bonjour Lisbonne », je suis à la fois le « stratège » et le « conseiller ». Responsable business et contenu, donc.

Pour les autres sites, je ne suis que le responsable business, le contenu étant écrit directement ou non par des amis/personnes qui vivent sur place et qui connaissent très bien la ville. Je m’occupe donc de trouver les partenariats, de bien vérifier que les lecteurs soient satisfaits, de faire connaître les blogs, etc.

Je reçois régulièrement des messages de remerciement, ce qui me conforte dans l’idée que je peux vivre de mes blogs tout en améliorant la vie de certaines personnes.

Et donc dans l’idéal, j’aimerais lancer d’autres « Bonjour », pour faciliter la vie des voyageurs qui se rendent dans les principales villes d’Europe le temps d’un week-end.

Que vous inspire le parcours de Thibaut ? Avez-vous tenté des méthodes de monétisation d’un blog qui n’ont pas marché ?

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

6 commentaires sur “Comment je suis passé de l’échec à la réussite dans le monde du blog voyage

  • Amandine / Drawings and things

    C’est super inspirant !
    Merci pour cet article !

    Répondre à Amandine
    • Marlène

      Ce que j’aime assez dans le parcours de Thibaut, c’est que ça rappelle que la rentabilité ne va pas sans un « vrai travail ». Les revenus passifs trouvent vite leurs limites et c’est souvent en développant un service, un produit, que ça permet vraiment d’en vivre. Le blog est alors plutôt, à mon sens, un « levier de visibilité » pour une activité que ce qui paie directement les factures à la fin du mois.

      Répondre à Marlène
  • Stef

    Le parcours de Thibaut est très inspirant, je suis impressionné par son retour d’expérience ! Je n’ai pas trouvé beaucoup d’infos sur les revenus des blogueurs en général, s’ils arrivent même à en vivre ! Je prends note de ces bons conseils pour peut-être un jour monétiser le mien…Merci Marlène et merci Thibaut

    Répondre à Stef
    • Marlène

      C’est clair qu’il y a en France un tabou qu’il n’y a pas forcément dans d’autres cultures (cf les Américains qui partagent parfois des bilans de revenus sur leur blog). Beaucoup plus de jalousie envers ceux qui réussissent, aussi (ou alors, elle est plus « exprimée » !). Je comprends les réticences à parler ouvertement de chiffres :) Certaines blogueuses se ramassent des commentaires d’une violence qui fait peur…

      Répondre à Marlène
  • Ornella

    Ah la vache, c’est hyper intéressant ! J’aime beaucoup ! Après, ça me rappelle que je me disperse trop sur mon site, mais après tout je m’en fous, c’est qui je suis.

    Répondre à Ornella
    • Marlène

      Je pense que ça dépend de ton objectif aussi. Thibaut a clairement décidé, à un stade de son parcours, qu’il voulait que ça devienne son job… et ça transforme l’approche que l’on adopte. J’avais d’ailleurs évoqué le sujet dans un article car je l’ai vécu à l’époque où j’avais décidé de vivre de mon site web : on écrit parfois sur des sujets qui ne nous passionnent pas (ou moins !) parce qu’on sait qu’ils intéressent notre public, on doit (nécessairement) faire des choix stratégiques.

      Comme Thibaut, j’ai constaté que le ciblage était une énorme clé de développement. Pour la petite histoire, je reçois souvent aujourd’hui des demandes de devis sur No Tuxedo alors que j’ai un job salarié… car le blog étant spécialisé, beaucoup de gens sont persuadés que c’est mon métier et que le blog fait partie de ma « stratégie de visibilité ». Ce n’était pas du tout le cas à l’époque où le blog parlait de plein de sujets.

      Répondre à Marlène
Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.