12 statistiques de blog pour évaluer le succès de vos articles

12 statistiques de blog à regarder pour savoir si vos articles marchent



Vous dépensez sûrement beaucoup d’énergie pour écrire des articles. Peut-être que vous jetez de temps en temps un œil à vos statistiques de blog sans forcément savoir quoi regarder.

Quels indicateurs de performance permettent d’évaluer si un contenu marche ou pas ? Quelles statistiques de blog regarder pour voir si vos efforts s’orientent dans la bonne direction ? Dans cet article, je vous propose 12 indicateurs à suivre pour évaluer vos performances.

1. Le nombre de pages vues par article… mais pas que !

Ça reste l’indicateur de performance le plus facile d’accès : combien de fois un article a-t-il été lu ?

Nous avons l’habitude de mesurer le succès par un chiffre de fréquentation : on dit qu’un programme télé fonctionne bien parce qu’il y a beaucoup d’audience ; on explique qu’une manifestation a mobilisé parce qu’il y a eu beaucoup de participants…

Parler de pages vues est donc très naturel. Sur Google Analytics, vous pouvez aller dans la rubrique Comportement > Contenu du site > Toutes les pages pour visualiser en un clin d’œil le nombre de fois où un article a été lu au cours de la période de votre choix (colonne « Vues uniques » pour les consultations uniques ou colonne « Pages vues » pour prendre en compte aussi les visites répétées d’une même personne sur un article).

Je vous conseille de prendre une période significative pour étudier cet indicateur statistique, par exemple en regardant les pages les plus vues à l’échelle d’un trimestre entier voire d’une année entière. On peut en effet avoir un pic ponctuel de trafic sur un article lors de sa publication, qui ne reflète pas toujours ses performances dans le temps.

Pages vues sur Analytics
Pages vues sur Analytics

Connaître cette information a des conséquences très concrètes :

  • Vous ferez attention aux modifications que vous apporterez à ces articles : quand un article a du succès, il peut être tout à fait pertinent de le mettre à jour régulièrement afin qu’il conserve tout son intérêt pour les lecteurs ; on veillera aussi à ne pas le modifier en profondeur (hormis pour l’enrichir) puisqu’il a visiblement trouvé son public.
  • Vous éviterez de le supprimer sans mesurer les conséquences : sur un blog, on prend parfois la décision de supprimer certains articles. Connaître vos statistiques de blog permet de prendre une décision en connaissance de cause, en évaluant les conséquences que ça va avoir sur votre trafic global.
  • Vous pourrez en tirer des enseignements sur ce qui plaît : bien sûr, il y a des gens qui bloguent exclusivement pour eux-mêmes mais la plupart du temps, le blog repose sur le désir d’avoir un échange, une interaction, d’apporter quelque chose aux autres… et il est toujours constructif de repérer ce qui a plu à vos lecteurs, en particulier quand ça vous surprend !

Mais cet indicateur de performance « pages vues » ne répond pas à toutes les questions ! Si je reprends l’exemple d’un programme télé, le fait qu’il soit beaucoup regardé ne dit pas si les téléspectateurs ont aimé le programme. De même, on ne sait pas du tout ce qu’ils ont fait après avoir allumé leur télé : sont-ils restés attentifs devant ? Ont-ils coupé le son et fait autre chose en même temps ? On s’aperçoit très vite qu’un seul indicateur ne suffit pas… et c’est la même chose avec les statistiques de blog et la rédaction web !


2. Le taux de sortie de l’article

Sur Google Analytics, vous pouvez connaître pour chaque article son taux de sortie (rubrique Comportement > Contenu du site > Toutes les pages) : c’est le pourcentage d’internautes qui quittent une page après l’avoir lue (qu’ils aient consulté d’autres pages avant ou pas).

En choisissant l’affichage « Comparaison » dans la rubrique Comportement > Contenu du site > Toutes les pages en haut à droite du tableau, vous pouvez effectuer des comparaisons entre le score d’une page et la moyenne des pages du site.

Affichage comparaison sur Google Analytics
Affichage comparaison sur Google Analytics

Si une page a un taux de sortie plus élevé que la moyenne du site, ça signifie qu’elle pousse les visiteurs à partir. Si ça vous paraît anormal, posez-vous des questions sur votre contenu : mérite-t-il d’être remis à jour ? Complété ? Amélioré ? Proposez-vous au visiteur des possibilités de continuer sa lecture (en lui suggérant par exemple d’autres articles) ?

3. Le taux de rebond de chaque page

Le taux de rebond correspond au pourcentage d’internautes qui quittent votre site après avoir visité une seule page. J’ai abordé plus en détail cet indicateur statistique dans un article dédié.

Si une page a un taux de rebond plus élevé que la moyenne du site, ça peut laisser entendre qu’elle a du mal à retenir les visiteurs de passage. Parfois, c’est totalement normal : c’est un contenu d’information et le fait que les internautes partent juste après leur lecture signifie peut-être tout simplement qu’ils ont trouvé la réponse à leur question.

En revanche, si vous vous attendez à ce que l’internaute reste sur le site et que ça ne se produit pas, posez-vous quelques questions : le titre suscite-t-il certaines attentes auxquelles le contenu ne répond pas ? Les balises title et meta description (titre et extrait qui s’affichent dans les moteurs de recherche) sont-elles bien représentatives du contenu de l’article ? Proposez-vous des pistes pour poursuivre sa lecture après avoir consulté cette page ?

4. Le temps passé sur une page

Où le trouver sur Google Analytics ? Dans la rubrique Comportement > Contenu du site > Toutes les pages > Colonne « Temps moyen passé sur la page ».

Google Analytics vous indique ici le temps moyen passé sur une page précise. Ça permet notamment de repérer les pages sur lesquelles les visiteurs restent anormalement peu : le contenu mériterait-il d’être mis à jour ou amélioré ? La page est-elle pertinente ?

Vous pouvez jeter un œil au temps « brut » pour voir s’il est (vaguement) en phase avec la longueur de vos articles. Sachant qu’un adulte moyen lit environ 300 mots par minute, qu’un lecteur rapide (c’est mon cas !) monte jusqu’à 700 mots par minute, ça peut vous permettre d’évaluer ce qui serait un temps de lecture « normal » pour un article donné.

Comme avec chaque indicateur chiffré, soyez prudent avec l’interprétation.

  • Si le temps passé sur une page est égal à zéro, ça signifie simplement que tous les visiteurs sont repartis sans consulter d’autre page (Google Analytics calcule le temps qui s’écoule entre le moment où le visiteur arrive sur la page et le moment où il ouvre une autre page de votre site mais forcément, s’il quitte le site, il ne clique pas sur cette autre page et le temps reste donc à zéro).
  • Si le temps passé sur une page est très long, ça ne veut pas forcément dire que le visiteur est captivé par le contenu (on peut traîner sur une page parce qu’on a du mal à la comprendre !).

Si vous constatez que le temps passé sur un article est anormalement court, posez-vous des questions : est-ce parce que les contenus en question sont plus courts que les autres (donc moins longs à lire)… ou est-ce parce qu’ils intéressent moins, qu’on les « zappe » plus vite (un taux de sortie élevé peut alors vous alerter) ? Ça peut vous pousser à les structurer différemment, à ajouter des illustrations, à les enrichir ou à les retravailler.

Statistiques de blog : le challenge de choisir les bons indicateurs... et la bonne interprétation !
Statistiques de blog : le challenge de choisir les bons indicateurs… et la bonne interprétation !

5. Les partages sur les réseaux sociaux

Un site web comme SharedCount peut vous permettre de voir combien de fois un article a été partagé sur les réseaux sociaux, ce qui fait aussi partie des statistiques de blog intéressantes à regarder. Et un site comme Buzzsumo vous aidera à identifier les contenus les plus partagés à l’échelle de votre site entier. C’est souvent très riche en informations sur le type de contenu qui fonctionne le mieux pour vous : conseils, infographies, etc.

Ça signifie que les articles en question font réagir vos visiteurs : soit leur partage équivaut à une recommandation, soit ils cherchent à susciter un débat autour de vos contenus ce qui peut être tout aussi enrichissant.

6. Mesurez la conversion sur vos contenus

La notion de conversion est vaste car elle dépend énormément de vos objectifs. C’est le fait qu’un visiteur effectue l’action que vous attendez de lui.

En effet, sur la plupart des sites aujourd’hui, on ne cherche plus seulement à avoir du trafic mais à susciter une action de la part du visiteur. Selon la nature et l’objectif du site, cette action peut prendre des formes très différentes : par exemple, vous souhaitez que votre visiteur s’abonne à votre newsletter ; télécharge un document ; remplisse un formulaire de contact ou un devis ; regarde une vidéo, etc.

Ce ne sont pas des informations que vous aurez par défaut sur Google Analytics, ça exige une configuration préalable (j’ai par exemple expliqué dans cet article comment suivre les inscriptions à sa newsletter). Google Analytics vous permet justement de paramétrer des objectifs dans l’administration (et de leur attribuer une valeur monétaire si nécessaire) et de voir pour chaque page si celle-ci permet d’atteindre l’objectif fixé.

Une fois que ce travail de tracking est réalisé, les informations « remontent » sur Google Analytics, soit dans le suivi des événements, soit dans une colonne « Taux de conversion » accessible depuis différents rapports. En repérant les pages les plus performantes, vous pourrez sûrement identifier ce qu’elles ont en commun et en déduire des stratégies gagnantes.

Le taux de conversion lui-même n’est pas très intéressant. Ce qui est plus riche, c’est d’aller plus loin dans l’analyse.

Est-ce qu’il y a des sources de trafic qui vous aident plus que d’autres à réaliser vos objectifs ? Est-ce que vous convertissez mieux sur mobile, sur tablette ou sur desktop ? Est-ce qu’il y a des navigateurs web sur lesquels vous ne convertissez pas du tout ?

L’analyse du taux de conversion permet parfois de détecter des problèmes techniques majeurs sur un site. Un jour, j’ai par exemple constaté en examinant Google Analytics qu’une page produit du site d’un de mes clients avait un taux de conversion nul. C’était pourtant un produit populaire, que l’on pouvait acheter via une autre page du site où il avait un énorme succès… donc comment expliquer que la page entièrement dédiée au produit ne fonctionne pas du tout ?

En examinant le problème de plus près, j’ai constaté que le lien « Acheter ce produit »… ne fonctionnait pas sur cette page ! Quand un internaute essayait d’ajouter le produit dans son panier, rien ne se passait. Donc taux de conversion nul… et des ventes perdues sur cette page, pour plusieurs dizaines de milliers d’euros.

7. Le CTR dans les résultats de recherche

Si vous utilisez Google Search Console, vous pouvez aller dans la rubrique Performances > Résultats de recherche et cliquer sur « Nombre total de clics », « Nombre total d’impressions », « CTR moyen » et « Position moyenne ».

Ça permet de visualiser le nombre de fois où votre site est apparu dans les résultats de recherche Google pour un mot-clé donné (= les impressions), le nombre de fois où un visiteur a effectivement cliqué sur le lien pour aller sur votre site (= les clics)… et le ratio entre les deux (= le taux de clic, alias le CTR) ainsi que la position moyenne d’une page sur les mots-clés sur lesquels elle se positionne (= Position). Choisissez ensuite l’affichage des « Pages ».

Statistiques de blog sur Search Console
Statistiques de blog sur Search Console

Exportez le tableau et repérez les pages pour lesquelles vous avez une position moyenne correcte (par exemple, <10 = vous apparaissez en première page de Google la plupart du temps), qui suscitent beaucoup d’impressions (= le sujet intéresse et vous apparaissez parmi les possibilités de réponse à la recherche de l’internaute) mais peu de clics (CTR <5% par exemple). Ça laisse entendre que votre site ne séduit pas les internautes dans les résultats de recherche : ils préfèrent cliquer sur un autre lien plutôt que de venir chez vous.

Souvent, vous pouvez alors retravailler le title et la meta description de l’article pour essayer de les rendre plus attrayants pour le visiteur (lisez ici mes conseils pour la rédaction de ces balises SEO). N’hésitez pas à ensuite à soumettre à nouveau votre page à Google pour accélérer la prise en compte des modifications (via le champ en haut de page « Inspecter une URL »), en explorant la page concernée puis en cliquant sur « Demander une indexation ».

8. Les commentaires suscités par vos contenus

De manière générale, l’engagement autour d’un contenu se mesure aussi aux réactions qu’il suscite sous forme de commentaires, que ce soit sur votre propre blog ou sur les réseaux sociaux. C’est à la fois un moment où vous pouvez évaluer les ressentis autour de votre article mais aussi une formidable opportunité de créer du lien avec vos lecteurs pour qu’ils soient plus fidèles à votre blog par la suite.

9. Les visiteurs récurrents : une histoire de fidélité

Où les voir sur Google Analytics ? Dans le menu Audience > Comportement > Visiteurs nouveaux/connus… ou dans le rapport Audience > Tableau de bord.

Sur un blog, on fait face à un enjeu de conquête (toucher de nouveaux visiteurs) et à un enjeu de fidélisation (faire revenir ceux qui sont déjà venus).

Google Analytics peut vous aider à comprendre comment votre blog se place par rapport à ces deux enjeux. Lors de la première visite d’un internaute sur votre blog, Google Analytics place un cookie sur son ordinateur (autrement dit, il met en mémoire le fait que la personne soit passée). Voici un exemple de cookie Google Analytics :

Cookie Google Analytics
Cookie Google Analytics

Ce cookie a une durée de vie longue (sauf si la personne supprime ses cookies). Si, pendant la durée où il est actif, le visiteur revient sur votre blog, il sera perçu comme un « visiteur connu » par Google Analytics et non comme un « nouveau visiteur ».

Google Analytics peut aujourd’hui vous donner un ratio entre les nouveaux visiteurs et ceux qui reviennent sur votre blog. Il apparaît tout simplement dans la rubrique Audience > Tableau de bord.

Ratio entre nouveaux visiteurs (en bleu) et visiteurs récurrents (en vert)
Ratio entre nouveaux visiteurs (en bleu) et visiteurs récurrents (en vert)

Vous pouvez obtenir plus de détails en allant dans le rapport Audience > Comportement et ses différents sous-menus. Par exemple, chez moi, les visiteurs récurrents consultent en moyenne plus de pages et restent plus longtemps sur le blog que les nouveaux visiteurs.

Pour aller plus loin, il existe l’analyse des cohortes (dans la rubrique Audience de Google Analytics) : vous pouvez suivre le comportement d’un groupe d’utilisateurs au fil du temps. Je n’entre pas dans les détails mais ici par exemple, on constate qu’après la publication d’un nouvel article le 31 juillet (« Jour 0 »), le trafic diminue peu à peu les jours suivants puis remonte le Jour 7… comme si on avait créé une attente qui pousse le visiteur à revenir une semaine plus tard.

Analyse des cohortes sur Google Analytics
Analyse des cohortes sur Google Analytics

L’analyse des cohortes peut permettre d’établir des liens entre votre calendrier de publication et la fidélisation des visiteurs.

Selon la thématique de votre blog, il est normal d’avoir un pourcentage plus ou moins élevé de fidèles. Par exemple, on s’attend à ce qu’un blogueur qui partage son tour du monde ait un bon ratio de visiteurs fidèles car il raconte une histoire dont on a envie de connaître la suite… ce qui implique de revenir. A l’inverse, il y a des blogs de nature plus « encyclopédique » où les gens viennent davantage pour picorer une information en fonction de leurs besoins.

Il n’y a donc pas, à mes yeux, de « bon ratio » dans ces statistiques de blog, qui serait valable pour tout le monde. En revanche, il est intéressant de regarder si votre ratio est en phase avec vos objectifs.

Si vous constatez que vous n’avez que de nouveaux visiteurs alors que vous rêvez de constituer un lectorat fidèle important, peut-être que vous pouvez proposer des contenus différents pour créer ce lien qui semble faire défaut : vous former à la notion de storytelling, décliner une thématique sous forme de « série » en plusieurs épisodes pour inciter les visiteurs à venir lire la suite…

Si vous fidélisez énormément mais que vous avez du mal à élargir nos frontières pour conquérir de nouveaux lecteurs, penchez-vous sur de nouvelles opportunités de vous faire connaître : réseaux sociaux, référencement, « vraie vie », sites tiers…

10. Les sources de trafic, des statistiques de blog précieuses

Où les voir sur Google Analytics ? Dans le menu Acquisition > Tout le trafic > Canaux.

Beaucoup de blogueurs débutants s’intéressent avant tout au trafic dans son ensemble : combien de visiteurs ai-je par mois ? Vous pouvez apprendre beaucoup plus de choses en regardant d’où viennent ces visiteurs.

Ça vous permet de comprendre…

  • Quels sont les leviers de trafic les plus importants pour votre blog, ceux dont dépend votre visibilité à l’heure actuelle ? Est-ce Pinterest, le référencement, des sites tiers qui parlent de vous ?
  • Si ces leviers « clés » sont en phase avec vos intuitions : vous avez peut-être l’impression de ne pas être influent alors qu’il y a plein de sites qui vous citent ;
  • S’il existe une cohérence entre votre investissement et vos performances : vous consacrez peut-être beaucoup de temps à l’optimisation SEO de votre blog mais ça ne produit pas les résultats escomptés.

Vous pouvez en savoir plus ici sur le trafic organique et ici sur le trafic direct. Quant aux sites référents, ils vous permettent de repérer à quel endroit vous avez été cité et d’aller lire l’article en question pour voir dans quel contexte on a fait référence à votre site (citation positive, négative, par un site inconnu ou un site réputé).

11. La recherche sur site

Le suivi de la recherche sur site (« Site Search ») n’est pas disponible par défaut sur Google Analytics et exige un petit paramétrage simple pour obtenir les informations. J’ai rédigé un tutoriel sur la recherche sur site, expliquant comment savoir ce que les internautes tapent dans le moteur de recherche de votre site.

Vous retrouvez ensuite l’information sur Google Analytics dans le menu Comportement > Site Search > Termes de recherche.

Ça peut vous donner des idées d’articles inspirées de recherches réelles effectuées par les gens… mais ça peut aussi attirer votre attention sur des manques.

Si vous constatez par exemple qu’un sujet est très recherché mais que les internautes quittent le site après leur recherche (taux de sortie très élevé), ça laisse entendre que les attentes ne sont pas satisfaites : soit parce que vous ne traitez pas le sujet sous un angle qui intéresse le visiteur, soit parce qu’il n’a pas trouvé l’article où vous en parlez (problème d’ergonomie, décalage entre la façon dont l’internaute s’exprime et votre propre langage, etc).

Consulter son ordinateur portable

12. La croissance du trafic

Où trouver ces statistiques de blog sur Google Analytics ? Dans la rubrique Audience > Vue d’ensemble.

Quand on tient un blog depuis moins d’un an, on se focalise surtout sur « le trafic » en tant que chiffre brut. Par la suite, pensez à regarder des données beaucoup plus enrichissantes en utilisant les plages de dates de Google Analytics (en haut à droite).

Plages de dates sur Google Analytics
Plages de dates sur Google Analytics

Comprendre la structure du trafic

Il est intéressant de comprendre la « structure » de votre trafic. Est-il régulier ou est-il très tributaire de vos publications ? Quand j’ai commencé à bloguer, j’avais très souvent des pics de trafic lorsqu’un nouvel article était populaire :

Courbe de trafic - Jeune blog
Courbe de trafic – Jeune blog

Par la suite, le trafic est devenu moins irrégulier :

Trafic plus régulier avec une baisse régulière le samedi
Trafic plus régulier avec une baisse régulière le samedi

Ca permet de s’assurer que l’on a construit un « socle » de trafic qui permet de ne plus être tributaire d’une fréquence de publication précise, de comprendre à quel moment les visiteurs sont les plus réceptifs au contenu (on peut aller plus loin en étudiant les jours de la semaine et heures favorites des visiteurs).

Etudier la saisonnalité

Beaucoup de blogs sont sujets à des variations de trafic en fonction de la période de l’année.

A mes débuts sur No Tuxedo, j’avais un pic de trafic le dimanche : mes lecteurs étaient pour la plupart des blogueurs amateurs… et c’est le dimanche que l’on a souvent du temps pour « travailler sur son blog » quand on le gère en amateur. Aujourd’hui, le lectorat a évolué vers un mélange entre amateurs et professionnels… et le week-end marque clairement une baisse de trafic :

Baisse de trafic le week-end
Baisse de trafic le week-end

Vous pouvez être impacté par les vacances scolaires, les jours fériés, la période de Noël, etc. Comparer votre trafic d’une année sur l’autre grâce aux plages de dates de Google Analytics permet de voir si, à mois égal, vous progressez par rapport à l’année passée.

Ou si, au contraire, votre blog perd de la visibilité ce qui implique d’explorer davantage le pourquoi : moins d’implication ? Des changements de contenu ? Des contenus qui étaient populaires et qui ne sont plus aussi lus qu’avant ?

Je vous propose d’ailleurs ici un guide pour diagnostiquer la cause d’une baisse de trafic.

A quoi servent les statistiques de blog ?

Le risque inhérent aux statistiques de blog, c’est qu’elles sont infinies. Vous pouvez générer des dizaines de rapports différents à partir de Google Analytics, vous appuyer sur une foule d’indicateurs externes qui peuvent tous présenter un intérêt (le nombre de commentaires sur vos posts, la croissance de votre newsletter, votre engagement sur les réseaux sociaux, le nombre de fois où vos articles sont partagés, votre positionnement dans les moteurs de recherche)…

Il appartient donc à chacun de définir les indicateurs qui sont importants pour lui (les fameux KPI, ou « Key Performance Indicators »). C’est un choix qui peut évoluer au fil du temps.

Une fois passés les premiers moments où les statistiques de blog permettent de se rassurer (en regardant son trafic par exemple), il me paraît plus intéressant de regarder en quoi elles peuvent vous faire avancer.

Vous avez des articles qui marchent bien ? Ok, parfait… mais en quoi sont-ils différents des autres ? Est-ce que ce sont des sujets porteurs ? Est-ce que ce sont des articles approfondis ? Est-ce que ce sont des articles où vous avez mis une dimension personnelle plus forte ? Est-ce que vous vous attendiez à un tel succès ou ont-ils « déjoué votre intuition » ?

Un chiffre peut vous pousser à vous poser énormément de questions. Vous n’aurez pas toutes les réponses mais ça vous permettra de prendre du recul par rapport à votre blog et c’est une grande source d’enrichissement. Je vous suggère d’ailleurs une méthode pas à pas pour vous créer un tableau de bord automatisé et gratuit avec vos statistiques de blog essentielles !

Accordez-vous de l’importance à vos statistiques de blog ? Quels indicateurs ont du sens pour vous ? Est-ce que votre vision a évolué depuis que vous avez ouvert votre blog ?

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lorsque vous postez un commentaire sur le blog, le nom indiqué dans la case "Prénom" ainsi que votre message apparaîtront publiquement. Votre adresse e-mail restera confidentielle.

33 commentaires sur “12 statistiques de blog à regarder pour savoir si vos articles marchent

  • Mrs W.

    Coucou merci pour THE revelation !!! Je pensais vraiment que le 0 min signifiait que personne ne lisait le contenu des articles !!! Tu as vraiment résolu un mystère qui commençait à me faire me poser des questions. Lors de la création de mon blog j’ai souvent consulté tes articles qui m’ont toujours été fort utiles et bien expliqués !Un grand merci de la part d’une visiteuse récurrente ;-)

    Répondre à Mrs
    • Marlène

      Merci beaucoup pour ton message. Il y a quelques « bizarreries » comme ce zéro sur Google Analytics, que l’on comprend beaucoup mieux une fois que l’on sait comment l’outil effectue ses calculs :)

      Répondre à Marlène
  • Yves

    Bonjour.
    Depuis plusieurs mois, j’ai implanté sur mon blog un compteur de visiteurs et de visites.
    J’ai adopté Google Analytics il y a seulement quelques jours.
    Le premier compteur comptabilise, dans les origines géographiques de consultation, des villes de France et du monde où j’ai des amis, des habitués, des relations. Je suis certain que ces personnes ont visité mon blog, certaines me l’ont dit. Google Analytics ne mentionne pas toutes ces villes.
    Sous Google Analytics, le nombre d’origines géographiques « USA » est très élevé, les villes USA sont en « not set » tandis que le premier compteur, pour un nombre équivalent, indique « Chicago » ! Dans les deux cas, le grand nombre de visites est aberrant. Il y a aucune raison que plusieurs centaines de personnes consultent mon blog depuis cette partie du monde.
    Sous Google Analytics, le fournisseur de services correspondant à la totalité de l’entrée « USA » est en « Microsoft corporation », comme les fournisseurs de services »Orange » et « Bouygues » en France. Le domaine réseau s’intitule « kcura.com » qui a son siège à Chicago tandis que le Centre technologique de Microsoft se trouve aussi à Chicago…
    Pouvez vous m’éclairer sur ces sujets ? Je vous en serais reconnaissant.
    Très cordialement.
    Yves R. propriétaire de « Manières de Dire ».

    Répondre à Yves
    • Marlène

      Bonjour Yves, sans analyser le compte Analytics il est difficile de vous donner une réponse. Le code de suivi est-il correctement implémenté sur le blog, sur l’ensemble des pages ? Les personnes ont-elles visité le blog depuis que vous avez mis en place le code (car Analytics n’est pas rétroactif) ?

      Je ne comprends pas pourquoi vous avez besoin de connaître le domaine réseau. Normalement, le rapport Audience > Données géographiques > Zone géographique de Google Analytics est amplement suffisant pour voir la provenance des visiteurs.

      Répondre à Marlène
  • streetclassicisme

    Bonjour! J’utilise google analytics et newstatpress sur mon blog wordpress en ce moment et j’ai un énorme écart sur mes chiffres. Par exemple quand je suis à 73 visiteurs sur wordpress je ne suis qu’à 4 sur google analytics. Est-ce que tu saurais pourquoi?
    En tout cas bravo pour ton blog il est top!

    Répondre à streetclassicisme
    • Marlène

      Hello, ça peut d’abord être lié à une différence de calcul : Newstatpress prend-il en compte les visites des robots (Analytics les filtre) ? As-tu exclu tes propres visites de l’un ou de l’autre ? Si l’outil a un mode de calcul différent de celui d’Analytics, ça peut expliquer les différences de chiffres.

      Et côté Analytics, as-tu mis en place des filtres qui affectent le trafic pris en compte ?

      Répondre à Marlène
  • tiphaine

    comme souvent sur ton blog, je navigue de page en page, découvrant à chaque fois des nouvelles pépites. merci donc :)
    et en naviguant après la lecture de cet article je suis tombée sur celui d’affiliation amazon (effectivement trop pointu pour moi). j’ai un peu cherché d’autres articles plus larges sur l’affiliation, sans trouver mon bonheur. en as-tu publié que je n’ai pas su retrouver ? sinon, ça m’intéresserait :) je trouve qu’on parle beaucoup d’affiliation partout. mais quand on est novice comme moi, je ne saurais même pas par où commencer :)

    Répondre à tiphaine
    • Marlène

      Hello, j’ai assez peu publié sur le sujet, j’ai prévu de faire un article sur l’affiliation Booking.com et potentiellement un autre sur l’affiliation Amazon. Le principe est assez simple : tu t’inscris auprès du site de choix proposant une affiliation (soit directement, comme c’est le cas avec Booking ou Amazon, soit en passant par une plateforme qui propose une multitude de marques, comme Awin). Ensuite, quand tu mentionnes la marque en question, tu le fais via un lien qui inclut un identifiant unique… Si une personne achète via ton lien, l’identifiant permet de savoir que la vente est rattachée à toi… et tu touches un pourcentage dessus. Évidemment, il faut avoir un statut professionnel pour faire de l’affiliation afin de pouvoir facturer.

      Ça peut aussi prendre des formes un peu différentes, par exemple on te rémunère non pas à l’achat mais à l’inscription (si un utilisateur crée un compte sur le site concerné).

      Répondre à Marlène
    • tiphaine

      merci Marlène !
      je ne connaissais pas awin. ça a l’air plutôt clair et simple.
      bon en même temps, je n’ai pas encore le nb de visiteurs qui me permettrait de gagner grand chose, mais au moins se tenir au courant, c’est déjà ça

      Répondre à tiphaine
  • Lauriane

    Merci pour cet article encore une fois très utile ! Tu me rassures également sur le fameux temps de 0min passé sur une page, ça ne veut pas dire que la personne est arrivée et repartie directement, merci pour les éclaircissements :)

    Répondre à Lauriane
    • Marlène

      C’est un mode de calcul un peu particulier, effectivement :)

      Répondre à Marlène
  • Céline

    Article super intéressant merci beaucoup ! J’ai du boulot encore pour bien comprendre le fonctionnement de GA et pour optimiser mes articles de blogs et fidéliser mes lecteurs !
    Pour ma part, je regarde surtout quelles sont les pages lues et le temps passé. Je remarque que mes articles les plus populaires sont ceux les mieux référencés sur google et que mon taux de rebond n’est pas terrible. Ce qui est un peu du au fait que les gens trouvent leur réponse dans mon article (puisqu’ils y passent du temps mais pas trop non plus…). J’ai du boulot de fidélisation à faire en revanche !
    Pour les commentaires, j’en ai pas mal, mais ils proviennent pour la plupart d’autres blogueurs… ceci dit j’ai remarqué que les non blogueurs ont du mal à laisser des commentaires (je le vois avec la plupart de mes amis, ce n’est pas dans leurs habitudes !) alors qu’ils lisent souvent avec attention les articles.

    Répondre à Céline
    • Marlène

      Je constate le même phénomène concernant le ratio blogueurs/non blogueurs, à part sur quelques articles pratiques de mon blog voyage ou ce sont beaucoup de visiteurs inconnus qui postent leurs questions !

      Répondre à Marlène
  • Marie

    Merci pour ce bel article… Bien besoin dans cette période de doutes ;) Merci, merci!!

    Répondre à Marie
    • Marlène

      C’est important de ne pas s’isoler quand on doute ! Il y a plein de groupes de blogueurs sur Facebook qui peuvent t’apporter des conseils ou tout simplement des témoignages :)

      Répondre à Marlène
  • Bernieshoot

    Bonjour Marlène,
    effectivement un seul indicateur ne peut pas être suffisant. Un des points qui m’interpellent est le fait de vouloir « retenir » un visiteur… Si quand je vais sur un blog ou site je trouve la réponse à ma recherche, pourquoi irais-je voir ailleurs ? Ce n’est pas forcément négatif.
    Une de mes autres interrogations est sur les moteurs de recherche, certes Google est maitre (et gendarme du web ?), mais il existe d’autres moteurs de recherche.
    Comment comparer les indicateurs de plusieurs moteurs de recherche ?

    Répondre à Bernieshoot
    • Marlène

      Tu as raison sur l’interprétation, j’en ai d’ailleurs parlé dans l’article sur le taux de rebond en disant qu’il pouvait avoir deux « pendants » : un visiteur peut partir parce qu’il n’a pas trouvé ce qu’il cherchait… comme il peut partir parce qu’il a trouvé la réponse à ses questions. Néanmoins, dans la plupart des cas, un site cherche à fidéliser.

      Pour un blogueur amateur, ce sont souvent les fidèles qui interagissent le plus et donc créent le plus le sentiment d’avoir formé une communauté. Ce n’est peut-être pas important pour tout le monde mais quand je vois le nombre de personnes qui sont déçues de ne pas avoir assez de commentaires et d’interactions, j’ai tendance à penser que ça l’est pour beaucoup :) Et un pro peut difficilement se contenter d’un visiteur qui repart sans aucune interaction à part lire un contenu. Bien sûr, ces visiteurs sont ultra-importants aussi car s’ils sont satisfaits, ils peuvent participer au bouche-à-oreille, ils peuvent partager un article, etc. Mais je pense que ça ne suffit pas.

      Pour répondre à ta question sur Google, c’est – hélas – assez simple en France : Google, c’est près de 91% du marché… donc aujourd’hui, on optimise (souvent) un site en fonction de ce que l’on sait des critères de Google… en se disant que ça créera quoi qu’il arrive un terreau fertile pour les autres moteurs de recherche. De mon point de vue, la finesse d’analyse de Google est très supérieure à celle d’un Bing par exemple, dans la compréhension du langage naturel (capacité du moteur de recherche à intégrer qu’un terme peut avoir des synonymes, à prendre en compte une page dans sa globalité, à saisir l’architecture d’un site, à contextualiser les liens, etc). En revanche, les autres moteurs peuvent accorder plus d’importance que Google à des signaux périphériques au site, comme les réseaux sociaux. Ça me paraît donc important de ne rien négliger !

      Répondre à Marlène
  • Olivier de epargnersanssepriver.com

    Salut Marlène,
    Merci pour ton boulot qui m’aide bien à comprendre mon lectorat et à répondre à ses attentes. Je viens de voir que quelques articles que je trouvais pas mal faisais fuir mes lecteurs!! Je vais corriger ces problèmes grâce à toi! Merci!

    Répondre à Olivier
    • Marlène

      Hello Olivier, contente d’avoir pu te donner du grain à moudre !

      Répondre à Marlène
    • Suny ☼

      Hi Marlène,

      Thanks pour cet article qui permet de faire le point et de rappeler quelques bases à ne pas oublier. C’est très utile de chez utile.

      Ca fait plusieurs années que je blog et j’ai remarqué quand même qu’il y avait parfois un paradoxe dans les indicateurs d’intérêt parmi ceux que tu cites. Souvent assez étonnant et désarçonnant, qui invite aussi à relativiser.

      Par exemple :
      * Nombre de commentaires : il y a des sites populaires, qui ont beaucoup de pages vues, bref qui marchent, et pourtant quand on scrute les commentaires, y en a très peu, genre 0 à 3 commentaires par article. Et d’autres sites avec bcp moins de succès, mais qui mobilisent facile 8 à 10 commentaires par articles. J’ai remarqué aussi que bon, ceux qui commentent, ce sont souvent les fidèles, les copains/copines à l’auteur, et rares sont quand mêmes les anonymes purs, en fonction des thématiques du blog. Par ex, quand je regarde mes concurrents, ils ont plus de commentaires sur leurs blogs, mais j’ai remarqué que c’était un peu biaisés, ce sont tous ses potes ou amis. :-p

      * Nombre de partages : là aussi, je vois des paradoxes. Par exemple, j’ai des pages où j’ai des taux de vue énormes, clics, tout ça, etc… voire le record sur mon Google Analytics, mais en nombre de partages très peu, de 0 à 20 partages. Et à côté, j’ai des pages peu visitées, mais qui ont un taux plus élevé de partages, allant jusqu’à 50 partages. J’ai même une page de newsletter vide, sous forme de boîte, pas intéressante du tout, où y a rien mais qui a été partagé une dizaine de fois, alors qu’à côté, j’ai un article commenté une vingtaine de fois mais avec 1 partage seulement.
      Bref !!! Je trouve souvent zarbi ces trucs là. :-p Souvent désarçonnant à interpréter, comme si y avait beaucoup de biais d’indicateurs d’intérêt.

      Répondre à Suny
    • Marlène

      Je pense que ça rappelle plusieurs choses :
      1- Il ne faut jamais se contenter d’un seul indicateur mais en croiser plusieurs. De la même manière que le succès n’a pas de définition unique, on ne peut pas résumer un site à une statistique unique. C’est précisément pour cette raison que j’ai proposé plusieurs indicateurs.
      2- Les KPIs que l’on retient sont toujours propres à un site et fonction des objectifs visés. Pour donner un exemple très concret, si une entreprise se dit « on veut obtenir 100 devis par mois »… qu’elle ait besoin de 1000 ou 5000 visiteurs pour atteindre cet objectif n’est finalement pas si important, tant que l’objectif est atteint.

      Une statistique n’a pas une interprétation unique, le meilleur exemple est sans doute le taux de rebond… qui peut vouloir dire deux choses diamétralement opposées. Un outil ou un indicateur n’est rien sans le « jus de cerveau » nécessaire pour l’analyser.

      Répondre à Marlène
  • Xavier CUVIT

    Bonjour Marlène,

    J’ai bien aimé le point n°4. On a souvent tendance à se dire que plus les visiteurs restent longtemps sur notre blog et plus ils apprécient notre contenu. Ce qui n’est pas forcément le cas comme tu l’as expliqué, il ne faut pas oublier qu’ils peuvent rester longtemps car il y a des incohérences et des zones sombres dans l’article. Merci du rappel.

    A bientôt :)

    Répondre à Xavier
    • Marlène

      Ce qui est intéressant quand on veut pousser l’analyse plus loin, c’est d’établir des cartes de chaleur pour voir à quel endroit les visiteurs s’arrêtent, à quel endroit ils cliquent, etc. Ça permet de repérer des comportements types en fonction des pages, c’est parfois assez révélateur sur le moment où les gens « décrochent ».

      Répondre à Marlène
  • Azylis

    Pour ma part, je regarde surtout le nombre de pages vues (et le nombre de visiteurs uniques) ainsi que le nombre de commentaires.
    Mais ton article est intéressant, je garde sous le coude pour le jour où je n’aurai plus de travail sur le reste et que l’analyse des stats pourront me faire un grimper un palier au dessus !

    Répondre à Azylis
    • Marlène

      Ah ça, avec un blog on doit souvent définir des priorités :)

      Répondre à Marlène
  • chris669

    Bonjour,

    C’est toujours un plaisir de vous lire.

    Pour ma part, je porte une attention particulière aux rapports « Alertes » de Google Analytics.
    Google Analytics surveille automatiquement le trafic du blog et prévient dès qu’il détecte une anomalie « variation importante entre les performances du blog et les prévisions».

    C’est pour moi un outil puissant, indispensable et simple. On remarque aussitôt ce qui marche ou pas.

    Chris669

    Répondre à chris669
    • Marlène

      Tu as encore des rapports automatiques, toi ? Pour ma part, les alertes automatiques ont disparu de l’interface début 2017 lors de la mise à jour d’Analytics, je peux seulement créer des alertes personnalisées. Il y a quelques alertes sur l’appli Analytics mais ce n’est pas très poussé.

      Répondre à Marlène
    • chris669

      Bonjour,

      J’ai posé la question sur le forum Google Analytics.
      Avec la nouvelle interface, les alertes se situent en haut à droite avec le bouton Alertes : Voici les captures d’écrans :
      https://www.fr.advertisercommunity.com/t5/Rapports-et-Filtres/Fonctionnalite-Alertes-automatiques/td-p/92824

      Bonne journée.
      Chris669

      Répondre à chris669
    • Marlène

      Ah oui j’utilise ça aussi mais mon compte est en anglais et ça s’appelle « Intelligence », on peut d’ailleurs lui poser des questions pour obtenir directement des réponses chiffrées :)

      Répondre à Marlène
  • iNico

    C’est vrai qu’il faut prendre en compte différents critères, mais ce n’est pas toujours facile :D.
    Sinon très bon article comme toujours :) .
    Bonne soirée à vous :) .

    Répondre à iNico
    • Marlène

      Déjà, avoir une réflexion sur ce qu’on attend de son blog, sur les objectifs que l’on veut atteindre, aide à se focaliser sur les bons indicateurs.

      Répondre à Marlène
  • tania

    je garde cet article sous le coude pr qd je regarderai à nouveau les stats dans quelques mois je pense
    lorsque je regardais les chiffres de GA je regardais le temps resté sur une page mais aussi les sites référents et aussi le taux de rebond
    puisque je ne regarde plus les chiffres depuis plusieurs mois
    mon seul indicateur pour l instant est le nombre de commentaire
    même si j ai remarqué que les commentaires sont mis à 95% sur mon blog par d’autres blogueurs ou des gens qui m suivent sur mes réseaux sociaux
    en tout cas très intéressant cet article

    Répondre à tania
    • Marlène

      C’est assez libérateur de ne pas être suspendu à ses stats :) C’est amusant mais pour ma part, je les suis beaucoup moins qu’avant alors que mes blogs sont beaucoup plus rentables qu’avant.

      Répondre à Marlène


Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.