SimilarWeb vs Semrush : 2 outils d’analyse de sites web concurrents ?



Vous avez peut-être déjà eu envie de disposer d’un outil d’analyse de sites web, que ce soit pour étudier votre propre site ou pour décrypter les performances de vos concurrents… et souvent, deux noms reviennent : SimilarWeb vs Semrush.

Ces deux outils sont-ils concurrents ? Offrent-ils vraiment des fonctionnalités similaires ? Dans cet article, je vous propose une comparaison Semrush vs SimilarWeb, qui vous aidera peut-être à décider de l’outil qui vous sera le plus utile.

Pourquoi choisir un outil d’analyse de sites web ?

Si votre site représente une part importante de votre business ou que vous avez régulièrement besoin d’analyser des sites web dans le cadre de votre activité, vous allez très vite constater qu’il vous faut un outil.

En effet, on ne peut pas se contenter d’évaluer « au doigt mouillé » ce qui semble fonctionner (ou pas), connaître le trafic d’un site concurrent ou savoir quelle stratégie d’acquisition il adopte.

Mettre de la data sur vos intuitions, se servir de la donnée pour prioriser vos actions et mieux comprendre le paysage concurrentiel est tout simplement indispensable pour progresser et pour tenir un discours crédible, basé sur des éléments factuels.

Mettre les données au service de sa stratégie
Mettre les données au service de sa stratégie

On peut tenter, à titre provisoire ou quand on a très peu de moyens, de se contenter d’outils gratuits… mais vous allez vite constater qu’il faut les multiplier pour avoir un véritable panorama d’un site ou d’un environnement concurrentiel. C’est souvent une grosse perte de temps : trouver les outils, comprendre leur logique, contourner leurs limites (car le gratuit en a forcément), recompiler les données en fonction de vos besoins…

Assez vite, il devient donc pertinent d’investir dans un (ou plusieurs) outils. Pour gagner en efficacité, pour avoir accès à plus d’insights, pour prendre les bonnes décisions dans votre activité. SimilarWeb et Semrush sont justement deux outils populaires et si vous avez envie d’en savoir plus, nous allons voir ensemble en quoi ils se distinguent l’un de l’autre.


SimilarWeb vs Semrush : de l’analyse de site web à l’analyse d’une stratégie

Au premier abord, Semrush et SimilarWeb se positionnent sur le même segment : permettre l’analyse d’un environnement concurrentiel tout en offrant des informations sur les performances et la stratégie marketing adoptée par un site, que ce soit le vôtre ou celui d’un concurrent.

Quand on approfondit, on constate que SimilarWeb repose en grande partie sur une analyse du trafic d’un site : quels sont ses leviers d’acquisition principaux, quel est son trafic estimé, l’origine géographique des visiteurs, les top mots-clés organiques/payants ou les top sites référents…

Semrush adopte une approche beaucoup plus exhaustive mais aussi beaucoup plus pointue. Vous pouvez par exemple, pour votre site ou celui d’un concurrent :

  • Suivre les performances (positionnement sur Google, présence dans les résultats naturels ou payants, liens que reçoit le site, engagement sur les réseaux sociaux, mentions de marque, SEO local, etc).
  • Auditer un site de fond en comble (SEO, SEA, optimisation technique, etc).
  • Disposer d’outils d’analyse (analyse de backlinks, analyse de logs, analyse technique, analyse de l’impact des posts sur les réseaux sociaux, etc).
  • Profiter d’outils de gestion : par exemple, le « Social Media Poster » qui permet de programmer des publications sur les réseaux sociaux (Facebook, LinkedIn, Instagram, Pinterest, etc) et de calculer le bon moment pour les publier.
  • Utiliser des outils de recherche de mots-clés (pour le SEO ou le SEA).
  • Obtenir une aide à la rédaction de contenus, pour savoir par exemple quels termes il faut inclure dans votre contenu (Semrush se base sur une analyse des 10 premiers résultats Google). Il est possible de recevoir des recommandations rédactionnelles directement depuis Google Docs ou WordPress.

Si vous menez une étude sur un environnement concurrentiel précis, vous pouvez donc analyser de manière précise les sites qui vous intéressent, mais aussi accéder à une analyse de trafic. Grâce à Semrush .Trends, vous allez obtenir des informations sur le trafic estimé d’un site, son audience (quels appareils utilisent les visiteurs, quels sites visitent-ils, etc), ses top pages/top sous-dossiers ou sous-domaines, la répartition géographique du trafic. On peut analyser jusqu’à 200 noms de domaine en parallèle.

Aperçu de l'interface de Semrush .Trends
Aperçu de l’interface de Semrush .Trends

A ce stade, on voit déjà la différence d’approche entre les deux outils : SimilarWeb est exclusivement centré sur l’analyse de trafic tandis que Semrush propose une plateforme de marketing digital complète pour piloter une stratégie, avec à la fois des outils d’analyse et des recommandations.

Semrush vs SimilarWeb : d’où proviennent les données ?

Du côté de SimilarWeb, les données sont issues de deux sources :

  • Le crawler de SimilarWeb, qui mène sa propre exploration du web.
  • Les utilisateurs de SimilarWeb, ayant installé l’une de leurs solutions (y compris leur extension Google Chrome).

Semrush possède ses propres algorithmes et s’appuie sur :

  • Des partenariats permettant de collecter les résultats Google : à date, Semrush possède une visibilité sur les sites du top 100 sur environ 20 milliards de mots-clés dans 142 pays différents.
  • Des partenariats avec des services qui possèdent des données utilisateur (elles sont bien sûr anonymisées, on ne va pas vous dire que « Jocelyne Durand est allée sur tel site avec tel modèle de téléphone » !). Ces données représentent environ 2 milliards d’événements par jour, qui sont collectés, analysés et utilisés par Semrush comme échantillon pour déduire statistiquement le comportement de l’ensemble des internautes.
  • Des données publiques communiquées par exemple via les API des différents services. A titre d’exemple, Semrush récupère par ce biais les données sociales comme les likes, les retweets, les hashtags utilisés, le nombre de commentaires reçus par une publication, etc.
  • Un crawler Semrush propriétaire, qui analyse environ 17 milliards de liens par jour pour alimenter la base de backlinks connus (elle compte à ce jour plus de 40 000 milliards de backlinks).

Là aussi, on constate qu’il y a deux approches différentes dans la collecte des informations : SimilarWeb s’appuie plutôt sur sa propre donnée, tandis que Semrush mise sur une diversification des sources de données et investit plutôt dans les algorithmes qui vont permettre de les analyser et de les présenter à l’utilisateur sous une forme exploitable.

Ca se ressent clairement quand on utilise les deux solutions : si SimilarWeb est assez fiable sur les gros sites, on a beaucoup moins de données voire peu de données sur les petits sites… car par définition, la probabilité qu’un utilisateur de SimilarWeb s’y rende est plus faible.

Idem sur certains secteurs. A titre d’exemple, mon blog voyage reçoit plusieurs dizaines de milliers de visiteurs par mois et pourtant, SimilarWeb ne possède aucune donnée dessus.

SimilarWeb - Absence de données
SimilarWeb – Absence de données

Cela peut poser un réel problème :

  • Quand on étudie des marchés de niche, où un site peut être très performant sans forcément avoir beaucoup de trafic « brut ». Certains de mes clients sont dans ce cas… et SimilarWeb n’a littéralement aucune donnée à fournir sur leur site, ce qui n’est pas le cas de Semrush.
  • Quand on « échappe » au panel SimilarWeb : si le site étudié touche une cible qui utilise peu les outils marketing comme SimilarWeb, à l’instar de mon blog voyage, SimilarWeb disposera de très peu de données dessus. Vous risquez alors soit de n’avoir aucune donnée, soit d’avoir des données peu fiables.
  • Quand vous êtes face à un public qui maîtrise très bien ses propres données : il faut garder à l’esprit que les estimations fournies par SimilarWeb sont parfois éloignées de la réalité. Face à un interlocuteur qui connaît très bien ses statistiques, cela peut donner le sentiment d’une analyse biaisée.
  • Quand on a besoin d’une analyse très granulaire : si, par exemple, vous avez besoin de savoir comment un concurrent investit en paid search, quelles annonces s’affichent et à quelles périodes il dépense le plus… ou encore d’avoir une vision détaillée de la stratégie SEO d’un site, avec ses mots-clés forts, ses points faibles, SimilarWeb n’est pas suffisant.

C’est la limite de l’échantillonnage : plus vos données proviennent d’un échantillon large, plus il est susceptible d’être représentatif et plus vos estimations sont fiables. A l’inverse, si votre panel est plus restreint, vous risquez de passer à côté de certaines tendances.


La possibilité d’auditer un site en profondeur

Ici, pas vraiment de match SimilarWeb vs Semrush : quand on a besoin d’auditer un site en profondeur, seul Semrush propose les fonctionnalités adéquates pour le faire.

En SEO, on a en effet besoin d’aller au-delà d’une analyse du trafic : on s’intéresse à la manière dont le site est conçu techniquement, dont un moteur de recherche l’explore (à travers l’analyse des logs), on étudie son positionnement sur des mots-clés stratégiques (que l’on catégorise), on regarde quels sites concurrents sont présents sur le même territoire, on étudie les liens que reçoit le site.

Par ailleurs, une fois l’audit achevé, on doit être capable de proposer des recommandations pertinentes et de suivre leur implémentation sur le site et l’évolution des performances.

Semrush permet de gérer toutes ces dimensions. Il a par ailleurs l’avantage d’être polyvalent. A titre d’exemple, je l’utilise…

  • Pour de micro-analyses : rechercher des mots-clés pertinents pour briefer un rédacteur web sur la création d’un nouvel article pour mes clients, regarder rapidement sur quels mots-clés un site se positionne ou s’il fait des campagnes paid search, voir comment optimiser un article existant à l’aide de l’outil « Possibilités de mots-clés » dont je vous ai déjà parlé…
  • Pour des audits : j’ai la chance d’avoir accès à un vaste panel d’outils SEO donc souvent, j’en utilise plusieurs pour mes audits… mais quand il s’agit de réaliser un audit sémantique, Semrush est quoi qu’il arrive dans ma boîte à outils !
  • Pour des études : je travaille parfois sur de grosses études de marché qui utilisent, entre autres, de la donnée Search. On parle de traiter des volumes de plusieurs dizaines de milliers de mots-clés. Ce sont des tâches que je gère là encore avec Semrush et son « Keyword Magic Tool », très complet pour identifier les sujets qui intéressent les internautes.
  • Pour du suivi de performances : le « Position Tracking », par exemple, permet de suivre au quotidien le positionnement de votre site sur les moteurs de recherche dans les marchés de votre choix, les fonctionnalités Google qui sont activées sur chaque mot-clé (comme la position 0, les avis, etc), la part de voix, l’évolution de la concurrence, les top pages…
  • Pour remonter dans l’historique d’un site : parfois, quand on récupère la gestion d’un nouveau site et qu’on n’a pas accès à tout l’historique, les données Semrush permettent de reconstituer une part de l’histoire. Ici par exemple, dans la « vue d’ensemble » d’un domaine, je peux très rapidement voir l’historique du trafic organique et du trafic payant, avec un panorama de la présence en ligne du site.
    Vue d'ensemble du domaine sur Semrush
    Vue d’ensemble du domaine sur Semrush

Ce sont quelques exemples d’usages, il en existe beaucoup d’autres !

SimilarWeb vs Semrush : le match de l’innovation

C’est un point que je trouve personnellement important quand j’investis dans un outil : sait-il s’adapter aux évolutions du web et proposer régulièrement des fonctionnalités innovantes ?

Quand on possède un site web, on évolue dans un écosystème où l’environnement concurrentiel change en permanence, où les leviers activés par les concurrents changent eux aussi : certains lancent ou arrêtent des campagnes paid search, d’autres choisissent d’investir massivement dans la rédaction web pour booster leur référencement naturel, certains sites mettent en œuvre des optimisations techniques pour profiter de tout le potentiel offert par les résultats enrichis sur Google…

D’autre part, le marketing digital lui-même évolue : Google lance régulièrement de nouvelles fonctionnalités qui peuvent jouer sur le taux de clics dans les résultats de recherche, certains usages se transforment (par exemple, le « débat » se déroule davantage aujourd’hui sur les réseaux sociaux que dans les commentaires des sites, on navigue bien plus sur mobile qu’avant, etc).

Similarweb vs Semrush : le match
Similarweb vs Semrush : le match

Avec les deux outils, vous disposez d’un contact privilégié qui peut répondre à vos questions ou vous aider à mieux tirer parti de l’outil.

Généralement, chez SimilarWeb, votre chef de projet vous propose chaque mois un tour d’horizon des nouveautés.

Chez Semrush, on peut sans problème avoir accès à la roadmap des mois à venir. Quand on exprime un besoin, il est transmis aux développeurs et peut être intégré à la roadmap si toutefois Semrush le juge pertinent pour tous les utilisateurs. A titre d’exemple, j’avais demandé s’il était possible d’exporter des données de visibilité qui apparaissaient sur la plateforme mais pas dans les exports Excel, Semrush a ajouté la fonctionnalité quelques mois plus tard.

On peut également retrouver des explications sur toutes les nouveautés directement sur le site, dans la rubrique « Quoi de neuf ».


Quelle transparence sur les tarifs ?

Combien coûtent ces outils ?

Similarweb propose une offre gratuite avec des fonctionnalités limitées… mais évidemment, pour débloquer des résultats plus complets et disposer d’un historique de données plus long, il est nécessaire de souscrire à une offre pro.

Il y a, à ce stade, très peu de transparence sur les tarifs. Le site ne fournit pas d’ordre de grandeur des possibilités car toute proposition commerciale est faite sur mesure, en fonction de vos besoins et de l’étendue des données dont vous souhaitez bénéficier. La plupart des offres s’échelonnent entre 160 et 650 euros par mois et vous pouvez tester gratuitement l’outil en ligne.

Semrush et SimilarWeb : différences et points communs
Semrush et SimilarWeb : différences et points communs

Du côté de Semrush, il existe bon nombre de plans pré-packagés, avec des tarifs et options bien définis : les premières formules commencent à 82€/mois si vous payez à l’année ($99.95/mois) et offrent déjà l’accès à une cinquantaine d’outils, 99€/mois ($119.95/mois) avec un paiement mensuel. Plus vous payez, plus vous disposez de données étendues (plus de rapports, plus de lignes par rapport, une intégration avec Google Data Studio pour faciliter vos reportings, etc).

Si vous souhaitez bénéficier de toute la partie « business intelligence », alias Semrush .Trends, avec ses données sur l’environnement concurrentiel de votre marché, les formules débutent à partir de 262€/mois environ.

Notez que vous pouvez souscrire une version d’essai gratuite pour tester.

On est donc sur des gammes de prix relativement voisines. On ne va pas se cacher que si vous êtes indépendant, cela représente clairement une dépense importante. Pour ma part, j’ai 2 critères de décision dans ce cas :

  • Où va mon argent ? A somme égale, je tiens à m’assurer de choisir les outils qui me proposeront le maximum d’informations, de fonctionnalités et de fiabilité.
  • Combien l’outil peut-il me faire gagner ? Un outil peut être un allié pour trouver des informations qui vous aideront à convaincre un prospect. Par exemple, dans mon métier, le SEO, on réalise souvent des « pré-audits de sites » destinés à identifier de grands axes de progression afin de convaincre un prospect de s’engager dans un chantier SEO. Gagner des clients, gagner du temps, pouvoir vendre des prestations plus variées ou plus complètes, tout ceci représente un bénéfice indéniable, qui peut justifier d’investir dans un outil.

A titre personnel, à budget égal, j’ai le sentiment de retirer plus de valeur ajoutée de Semrush que de SimilarWeb.

Semrush vs SimilarWeb : ressources disponibles

C’est un point « annexe » à l’outil lui-même mais qui a néanmoins son importance : a-t-on accès à une base de ressources, aussi bien sur l’outil lui-même que sur l’univers du marketing digital ?

C’est un bon moyen de faire de la veille, de se former mais aussi de créer des synergies entre actualité et outil. Par exemple, quand vous entendez parler d’une nouveauté Google, il est intéressant de savoir si votre outil vous permet de l’analyser, et comment.

SimilarWeb propose un knowledge center avec des informations sur le produit et un blog, avec quelques dizaines d’articles à ce jour. En revanche, ce n’est pas très optimisé côté navigation (infinite scroll pour accéder aux contenus, il faut donc cliquer X fois sur « Afficher plus » pour se faire une idée des thématiques traitées).

Côté Semrush, on a un panel de ressources très large à disposition :

  • Un blog, qui compte plusieurs centaines d’articles et jouit d’une excellente réputation, il est régulièrement cité parmi les meilleurs blogs en webmarketing. Souvent, les articles paraissent en anglais puis une traduction française est mise à disposition.
  • Un centre d’aide, avec quelques centaines d’articles centrés sur l’utilisation de Semrush.
  • Des ebooks à télécharger, qui portent aussi bien sur l’utilisation de l’outil que sur des tendances marché. Il n’y a toutefois pas eu de nouvel ebook dernièrement, à l’heure où j’écris cet article.
  • Des podcasts : là aussi, ce n’est pas forcément très régulier dans la publication mais Semrush s’est essayé à ce format populaire, faisant notamment témoigner de grandes marques.
  • La Semrush Academy, qui offre un vrai programme de formation au marketing digital et de nombreuses certifications à passer pour faire valider vos compétences.

Les deux plateformes proposent aussi des webinars.


SimilarWeb vs Semrush : deux cibles différentes

Semrush et SimilarWeb peuvent au premier abord apparaître tous deux comme des outils d’analyse de sites web et d’analyse concurrentielle… mais selon moi, ils visent en réalité des cibles différentes n’ayant pas forcément les mêmes attentes et les mêmes besoins.

Ainsi, SimilarWeb me paraît plutôt pensé pour un public non-expert en marketing digital, qui a besoin d’insights succincts sur les performances web d’un site pour guider une prise de décision, convaincre un prospect, etc. Dans mon environnement professionnel, je constate par exemple que souvent, les profils qui s’approprient le mieux cet outil sont des profils commerciaux ou des profils Conseil, qui en tirent quelques informations rapides utiles à une vision « macro » d’un sujet.

En revanche, comme la fiabilité des données reste limitée sur certains types d’environnements (notamment les sites qui génèrent peu de visites par mois, les « petits marchés ») et que l’on reste sur une vision très « trafic » de l’analyse, l’outil paraît vite limité quand on a un profil « expert » sur un sujet (comme le SEO, le SEA).

Semrush, à l’inverse, est bien plus précis, y compris sur de petits sites. Il fournit aussi beaucoup plus de données, si bien que vous pouvez à la fois l’utiliser pour avoir une vision succincte d’un marché ou pour réaliser l’audit complet d’un site.

Il est donc, à mes yeux, plus polyvalent, susceptible de convenir aussi bien à des profils « non-spécialistes » qu’à des experts sur différents leviers du marketing digital (consultants SEO, SEA, social media, etc).

Je trouve qu’il a le gros avantage de vous éviter d’investir dans une multitude d’outils différents : cela évite de perdre beaucoup de temps à se familiariser avec différentes plateformes… et si vous travaillez en équipe, cela permet aussi d’uniformiser les données en travaillant sur un support commun. Les utilisateurs sont d’ailleurs nombreux à considérer que Semrush répond très bien à leurs attentes.

Bien sûr, comme Semrush est plus riche, il exige aussi un peu plus de prise en main, et je crois que c’est souvent ça qui déroute les profils « non-experts ». En découvrant l’interface, on peut avoir le sentiment d’une grande complexité, de ne pas savoir « par quel bout prendre l’outil ».

Les ressources d’aide fournies, l’aide de votre chef de projet dédié doivent vous aider à vous approprier la plateforme mais il est indéniable qu’un petit temps d’apprentissage sera utile pour tirer profit au maximum de l’outil.

En résumé, je ne peux que vous conseiller de tester et de bien circonscrire vos besoins en amont de votre choix. Vous pourrez ainsi investir dans l’outil répondant le mieux à votre utilisation.

Transparence – Les liens vers Semrush contenus dans cet article sont des liens affiliés. Si vous décidez de vous abonner à l’outil ou de le tester, je toucherai une petite commission sur votre achat. Il s’agit d’un outil que j’utilise au quotidien, je vous le recommande donc en toute connaissance de cause.


Poster un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lorsque vous postez un commentaire sur le blog, le nom indiqué dans la case "Prénom" ainsi que votre message apparaîtront publiquement. Votre adresse e-mail restera confidentielle.

4 commentaires sur “SimilarWeb vs Semrush : 2 outils d’analyse de sites web concurrents ?

  • Yohann

    Bonjour Marlène,
    SEMRush peut sembler plus fiable mais je bosse sur un site qui génère 1M visites par mois en moyenne (très peu de saisonnalité si ce n’est aout), ça ne les empêche pas d’être vers 700k… cela donne un bel écart.
    Perso, ce type de site, je les utilise pour avoir une idée mais ne surtout pas prendre pour argent comptant

    Répondre à Yohann
    • Marlène

      Totalement d’accord, ça reste une estimation et c’est aussi tout le travail (et la valeur ajoutée) de l’être humain vs. l’outil. D’ailleurs, je trouve que c’est devenu un bon exercice en entretien d’embauche pour faire la différence entre la personne qui va juste « prendre les données brutes fournies par l’outil » et la personne qui va se poser des questions.

      Entre les cookies qui induisent des données partielles, l’échantillonnage parfois, etc, ça devient difficile d’avoir une source « parfaitement exacte »… le tout est de trouver des points de comparaison cohérents.

      Répondre à Marlène
  • Amadou

    Bonjour Marlène,
    Merci pour cette (énième) très bonne contribution. Pour ma part, j’ai utilisé Yooda pendant plusieurs mois avant d’abandonner. Ces outils sont intéressants mais coûtent cher. J’ai eu du mal à voir le retour sur investissement.

    Répondre à Amadou
    • Marlène

      Hello Amadou, je trouve pour ma part que souvent, le prix est à évaluer en fonction de la « valeur ajoutée » qu’on en retire. Par exemple, pour un site perso, on ira plutôt vers des outils gratuits. A l’inverse, si on utilise la donnée fournie pour, par exemple, augmenter son taux de conversion, choisir quels contenus créer, comment optimiser l’équilibre entre SEO et SEA, ça peut directement impacter les gains générés et le fait de payer un outil se justifie pleinement.

      Répondre à Marlène


Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.