Comment refaire l’arborescence de son site web et réorganiser ses contenus ?



Aujourd’hui, je vous propose un pas à pas pour refaire l’arborescence d’un site web. Parfois, on se rend compte au fil du temps que l’organisation de ses contenus et leur catégorisation ne convient plus, soit parce qu’elle manque de pertinence, soit parce qu’elle n’est plus adaptée à la quantité d’articles que vous avez rédigés.

Il est alors utile de repenser les catégories du site afin qu’elles reflètent mieux votre ligne éditoriale. Comment procéder ? Comment gérer cette refonte de l’arborescence d’un site web sans pénaliser son référencement ? C’est parti pour des conseils très concrets !

1. Le contexte de votre réflexion sur l’arborescence du site

On ne décide pas du jour au lendemain de refaire l’arborescence d’un site web sans raison. Il est très important que vous essayiez de nourrir votre réflexion par des données factuelles. Pourquoi pensez-vous qu’une refonte de la catégorisation soit nécessaire ?

Votre vision vs. celle de vos lecteurs

On peut être amené à revoir l’arborescence de son site web en constatant un décalage entre sa propre perception des choses et celle des lecteurs.

Par exemple, quand on crée son site, on opte parfois pour un classement thématique des articles (ex : une catégorie « SEO », une catégorie « Rédaction web », une catégorie « Technique ») avant de s’apercevoir que les internautes raisonnent autrement, par exemple en fonction de leurs problématiques : « Créer un site », « Optimiser son site », « Promouvoir son site » par exemple.

La réalisation d’un sondage auprès de votre lectorat, destiné à mettre à jour leurs besoins et leurs attentes, peut vous aider à faire émerger cette vision.

Une évolution des tendances de recherche

Si vous avez créé votre site Internet il y a plusieurs années, les tendances de recherche ont pu évoluer entre-temps et rendre l’arborescence du site Web moins pertinente qu’elle l’était à vos débuts.

Dans mon cas, j’ai créé mon blog en 2014, époque où la notion de « blog » avait encore le vent en poupe.

Et puis, peu à peu, les frontières se sont brouillées entre blogs et sites : le blog, initialement amateur et très spontané, s’est beaucoup professionnalisé au fil des années et même chez les amateurs, on constate aujourd’hui une qualité et des préoccupations très « professionnelles ». Beaucoup de blogueurs amateurs se préoccupent par exemple du référencement ou de leur identité visuelle, sujets qui « autrefois » étaient l’apanage des professionnels.

De même, « autrefois », les sites se distinguaient des blogs par leur côté moins interactif. La fonctionnalité « Commentaires » n’était même pas disponible par défaut sur certaines platesformes, il fallait installer un module complémentaire pour en bénéficier ! Aujourd’hui, sites comme blogs proposent la possibilité de commenter… et sites comme blogs sont confrontés à une baisse du nombre de commentaires, liée au fait que les internautes préfèrent souvent les réseaux sociaux pour échanger !

À la clé, une conséquence très concrète en termes de tendances de recherche : les gens cherchent de moins en moins comment « créer un blog » alors que les tendances affichent une baisse moins forte sur comment « créer un site ».

Tendances de recherche - Google Trends
Tendances de recherche – Google Trends

Une simple évolution de langage, qui fait prendre conscience que beaucoup de gens emploient le terme « site » quel que soit le type de site dont il est question (blog y compris !). Il est alors très pertinent d’en tenir compte dans sa façon d’écrire et dans la catégorisation de son site.

Pour identifier ce type de tendance sur votre thématique, vous pouvez tout simplement utiliser Google Trends en ciblant la région du monde où se trouve la majeure partie de votre lectorat, par exemple la France.

Une évolution de votre lectorat

Votre lectorat peut être amené à changer au fil de votre parcours.

Parfois, vous faites évoluer votre ligne éditoriale et touchez par conséquent une nouvelle cible. Je pense par exemple à la blogueuse professionnelle Anne Dubndidu, qui traitait initialement de mode et de son expatriation à Los Angeles… et qui s’est découvert une passion pour le sport, dont elle a fait un métier. C’est le type de situation qui peut justifier une refonte de l’arborescence du site web afin qu’elle mette davantage en valeur les nouveaux sujets qui composent la ligne éditoriale.

Parfois, vous ciblez au départ les débutants dans un domaine et au fil du temps, à mesure que votre contenu s’étoffe, vous touchez des gens de plus en plus experts.

Je l’ai vécu. À mes débuts, j’étais lue exclusivement par des amateurs, tout simplement parce que j’écrivais beaucoup d’articles sur les bases de la création d’un site ou d’un blog : comment choisir sa plateforme, comment installer son site, comment choisir son nom, etc.

Forcément, une fois que l’on a publié beaucoup d’articles destinés aux débutants, on commence à approfondir certains sujets… ce qui élargit le lectorat. Pour ma part, je ne vais pas encore sur un terrain trop technique mais je constate néanmoins qu’aujourd’hui, il y a parmi mes lecteurs beaucoup de professionnels et de gens qui gèrent un site pour promouvoir leur activité indépendante.

Quand votre lectorat évolue, les gens n’ont plus forcément tout à fait les mêmes problématiques et la même façon de les exprimer.

On ne parle pas de la même manière à des cibles différentes !

Par exemple, un blogueur amateur peut parler de sa « communauté », de « créer une communauté »… alors qu’un professionnel va plutôt parler de sa « stratégie d’acquisition » ou de « diversifier ses canaux d’acquisition ». Le challenge devient donc de concevoir une arborescence de site web pertinente pour ce nouveau lectorat.

Une réflexion sur le référencement

Un site bien organisé présente des atouts aussi bien pour les visiteurs que pour les moteurs de recherche :

  • Il favorise l’accès aux contenus, en évitant les parcours de navigation compliqués.
  • Il offre une grande cohérence dans les thématiques traitées : on comprend rapidement de quoi parle le site, et quel « faisceau d’articles » est rattaché à chaque thématique.
  • Une bonne structure hiérarchise l’information : elle permet de comprendre quelles pages sont centrales et quelles pages sont plus secondaires.

A ce titre, optimiser l’arborescence d’un site est une brique indispensable d’un travail SEO.

Voilà quelques exemples de raisons objectives qui peuvent vous pousser à envisager de refaire l’arborescence de votre site. Mais comment procéder ?


2. Listez tous les articles de votre site

Pour commencer, je vous conseille de lister l’ensemble des articles de votre site, ce qui vous donnera une vue d’ensemble de votre contenu.

Vous pouvez par exemple utiliser un crawler, un outil qui va explorer votre site en listant toutes les URL qu’il contient. SEOlyzer, gratuit pour 1 site jusqu’à 10000 URL à l’heure où j’écris cet article, peut remplir cette fonction.

Créez un compte sur le site, ajoutez votre site dessus et lancez un crawl dans la rubrique « Crawler » du menu.

Lancer un crawl sur SEOlyzer
Lancer un crawl sur SEOlyzer

Une fois l’exploration du site terminée, allez dans le menu Crawler > Indexable URLs pour voir la liste des URL auxquelles les moteurs de recherche ont accès. Dans le menu « Columns » au-dessus du tableau, affichez le « h1 » de ces URL : si votre thème est bien conçu, le h1 correspond au titre principal de chaque page.

Liste des pages via SEOlyzer
Liste des pages via SEOlyzer

Vous obtenez ainsi une liste de vos pages, que vous pouvez exporter.

Si vous êtes sur WordPress, vous pouvez aussi, très facilement, lister vos articles sans coder avec un plugin gratuit de plan de site, comme List category posts.

Une fois le plugin installé et activé, allez dans le menu Pages > Ajouter de WordPress et, dans la nouvelle page ainsi créée, insérez le shortcode de votre choix :

  • [catlist numberposts=-1] pour lister tous les articles du site, toutes catégories confondues.
  • [catlist numberposts=-1 catname="slugdelacatégorie"] pour lister les articles d’une catégorie précise. Il faut remplacer « slugdelacatégorie » par le slug de la catégorie, que vous pouvez obtenir dans le menu Articles > Catégories de WordPress, en cliquant sur « modification rapide » sur le nom d’une catégorie :
    Slug d'une catégorie sur WordPress
    Slug d’une catégorie sur WordPress

Vous pouvez ensuite prévisualiser la page pour obtenir la liste.

Liste des articles sur WordPress
Liste des articles sur WordPress

Je vous conseille d’exporter votre liste dans un fichier Excel ou sur Google Sheets, afin de pouvoir travailler dessus facilement.

3. Catégorisez les articles évidents

Vous pouvez maintenant renseigner dans une colonne la catégorisation actuelle, et créer de nouvelles colonnes pour la catégorisation « pressentie ».

Chaque article doit apparaître dans une seule catégorie à la fois, donc en théorie une seule colonne… mais sur WordPress, vous pouvez si vous le souhaitez spécifier également quelques étiquettes pour une catégorisation plus fine du contenu.

Préparation de la refonte de l'arborescence d'un site web
Préparation de la refonte de l’arborescence d’un site web

Quelques conseils pour mener à bien ce travail très manuel et parfois fastidieux :

  • Vous pouvez faire une recherche de mots-clés pour vérifier que les noms de catégories ou d’étiquettes que vous choisissez correspondent à une préoccupation réelle des internautes.
  • Limitez le nombre d’étiquettes par article, cette catégorisation « transverse » doit rester utile à l’internaute. Je vous donne dans un article dédié des conseils pour bien gérer les étiquettes WordPress.
  • Focalisez-vous sur les articles dont la catégorisation vous paraît évidente, et mettez à part les autres pour l’instant (soit en les déplaçant dans un onglet à part, soit en les marquant d’une couleur précise).

4. Occupez-vous des articles « inclassables »

La catégorisation n’est pas une science exacte et elle implique souvent de faire des choix. En effet, certains sujets peuvent vous sembler très transverses donc difficiles par nature à catégoriser.

Prenez par exemple un article que j’ai écrit : il parle d’un plugin WordPress qui permet de créer des versions « WebP » de ses photos, un format léger qui offre une meilleure vitesse de chargement. Faut-il le ranger dans « Créer un site », la rubrique qui accueille des tutos pour personnaliser son site ? Ou dans « Créer du contenu », en partant du principe que les photos relèvent du contenu d’un site ? Ou dans « Optimiser son site », parce que la finalité de ce plugin est d’améliorer les performances ?

Vous allez sûrement être confronté à ce genre de cas. Par expérience, il est très utile de commencer par catégoriser ce qui est évident comme je vous conseillais de le faire dans l’étape précédente de ce pas à pas. Cela dessine de manière assez nette la ligne éditoriale de chaque catégorie.

Il est alors plus facile, dans un second temps, de catégoriser les sujets incertains que vous ne saviez pas où mettre au début.

La catégorisation, une affaire de choix
La catégorisation, une affaire de choix

Si vous avez encore des doutes, essayez de réfléchir à l’intention de recherche de l’internaute. Que va-t-il prioriser ? Si je reprends mon exemple de WebP, a priori, l’internaute moyen ne connaît pas forcément ce format mais va plutôt s’y intéresser au moment où il cherche un moyen de rendre son site plus rapide. Il paraît donc plus pertinent de catégoriser l’article dans « Optimiser son site ».

Encore une fois, il n’y a pas forcément de bonne réponse mais plutôt un « choix éclairé » !

Si vous avez l’impression qu’un article ne rentre vraiment nulle part, vous pouvez aussi vous poser la question de sa légitimité sur votre site : a-t-il encore sa place dans votre ligne éditoriale ? Il peut être intéressant de regarder dans vos statistiques s’il reçoit encore du trafic et, si ce n’est pas le cas, de le supprimer totalement. Depuis la création de No Tuxedo, j’ai supprimé des dizaines d’articles qui, au fil du temps, ne trouvaient plus leur place parmi les autres (je vous donne ici des conseils pour bien gérer la suppression d’un article).

5. Réévaluez chaque nouvelle catégorie

Une fois que vous avez terminé la nouvelle catégorisation de vos articles, prenez le temps de regarder une par une chaque nouvelle catégorie. Les articles regroupés paraissent-ils cohérents entre eux ? La ligne éditoriale de la rubrique semble-t-elle claire ?

Normalement, si la refonte de l’arborescence du site web est pertinente, le thème de chaque catégorie doit facilement ressortir… ce qui va beaucoup vous aider pour l’étape suivante.


6. Réécrivez la description des nouvelles rubriques

Vous pouvez maintenant écrire ou réécrire la description de vos nouvelles catégories, soit en partant de zéro, soit en ajustant les descriptions existantes si vous avez effectué de petits changements. Sur WordPress, cela se joue dans le menu Articles > Catégories.

Rédiger une description de catégorie
Rédiger une description de catégorie

À ce stade, je vous conseille de ne pas modifier le slug de la catégorie car il détermine l’URL qu’elle adopte sur votre site. Nous effectuerons ce changement une fois que les articles seront catégorisés au bon endroit et nous créerons une redirection pour préserver le référencement et le trafic.

En revanche, tous les autres éléments peuvent être modifiés (description de la catégorie, nom qui apparaît sur le site, etc).

7. Recatégorisez les articles

Maintenant que les nouvelles catégories sont disponibles, vous allez pouvoir y déplacer vos articles existants. Si vous avez peu de contenu, vous pouvez travailler article par article. Sinon, utilisez les fonctionnalités de modification par lots.

Sur WordPress, on peut par exemple cocher plusieurs articles à la fois, cliquer sur « Modifier » dans le menu « Actions groupées » et les ajouter en bloc à une nouvelle catégorie.

Modification par lots sur WordPress
Modification par lots sur WordPress

Vous pouvez comparer avec votre fichier Excel ou Google Sheets pour vérifier que vous avez bien le même nombre d’articles que prévu dans chacune des catégories. Notez que de votre côté, vous avez seulement listé les articles publiés. Si vous avez aussi des articles en brouillon ou des articles planifiés, ils viendront s’ajouter à la liste.


8. Changez le slug et effectuez les redirections

Si vous n’utilisez pas de plugin de redirection ou ne savez pas comment faire une redirection, je vous conseille de vous renseigner sur le sujet avant d’effectuer des modifications sur votre site.

Que va-t-il se passer quand vous allez modifier le slug d’une catégorie ? Toutes les URL du site qui faisaient référence à cette catégorie vont changer. Si elles étaient bien référencées ou qu’elles recevaient du trafic, vous risquez de perdre ce trafic car les internautes comme les moteurs de recherche tomberont sur une page d’erreur. La redirection permet justement de réorienter les gens et les robots vers la nouvelle adresse.

La manière la plus simple de procéder sur WordPress est d’installer un plugin de redirection permettant l’utilisation de Regex (une forme particulière d’écriture d’instructions !). J’utilise pour ma part Redirection de John Godley.

Une fois le plugin installé et activé, allez dans le menu Outils > Redirection de votre administration.

  • La page « source » de la redirection est celle qui poussera justement les internautes à être redirigés, il s’agit donc des anciennes URL.
  • La page « cible » est celle vers laquelle vous voulez les renvoyer, il s’agit de la nouvelle.

Pour chaque catégorie, on va créer un tandem source-cible sur ce modèle :

^\/category\/ancien-slug\/(.*)
https://www.votreblog.com/category/nouveau-slug/$1

Vous devez remplacer « category » par le préfixe de catégorie que vous utilisez (« category » est le préfixe par défaut sur WordPress mais vous l’avez peut-être modifié, regardez l’URL de vos catégories pour le savoir). Indiquez l’ancien slug et le nouveau.

Exemple de redirection
Exemple de redirection

Le (.*) et le « $1 » permettent de conserver à l’identique la fin de l’URL. Par exemple, si on renomme la catégorie « blublu » en « blabla », cela permettra aussi de rediriger /blublu/article1/ vers /blabla/article1/, sans avoir à faire une redirection pour chacun des articles.

Une fois vos redirections effectuées, je vous conseille de les tester en entrant l’adresse de vos anciennes catégories et en vérifiant que vous êtes bien redirigé vers les nouvelles.

9. Modifiez les menus

Vous pouvez maintenant modifier les menus… ou plus exactement effectuer un contrôle des menus ! En effet, sur WordPress, lorsque vous modifiez l’URL et le nom d’une catégorie et que celle-ci figure dans un menu, le menu se met automatiquement à jour, hormis si vous avez utilisé des liens personnalisés.

Pensez à vérifier l’ensemble des menus afin de s’assurer qu’ils utilisent les nouveaux noms et les nouvelles URL.


10. Modifiez les liens internes et autres éléments clés du site

Il y a peut-être d’autres endroits de votre site, en-dehors des menus, qui comportaient des liens vers vos catégories : je pense en particulier aux articles eux-mêmes, à la page d’accueil, à votre plan de site si vous en avez un, etc.

Plutôt que de laisser d’anciens liens traîner sur votre site, il est préférable de les remplacer par les bons liens. J’utilise pour ce faire le plugin WordPress Better Search Replace, qui est gratuit et permet de remplacer une chaîne de caractères par une autre directement dans la base de données du site sans avoir à effectuer des requêtes « à la main » dans la base.

Attention à bien vérifier l’exactitude de vos modifications avant de les mettre en oeuvre. Tout changement est définitif.

On entre la chaîne à remplacer (l’ancienne URL de la catégorie) et le texte de remplacement (la nouvelle URL), on sélectionne ensuite les tables de la base de données qui nous intéressent (par exemple, wp_posts et wp_comments pour que le remplacement ait lieu dans l’ensemble des articles et des commentaires). On peut effectuer un premier test sans « réel remplacement » en laissant la case « Juste faire un test » cochée, ou la décocher pour lancer le remplacement.

Better Search Replace pour changer les URL
Better Search Replace pour changer les URL

Si vous avez à disposition un crawler, comme Screaming Frog ou SEOlyzer, je vous conseille de relancer un crawl du site. L’outil va explorer tout le site en suivant les liens, ce qui vous permettra de détecter facilement s’il reste des erreurs qui traînent ou des redirections mal faites.

Sur SEOlyzer, vous les trouverez via le menu « Crawler > HTTP codes » en sélectionnant soit le code « 404 » pour les erreurs, soit le code « 301 » pour visualiser les redirections.

Notez que ce travail de remplacement via Better Search Replace est complémentaire aux redirections :

  • Les redirections serviront sur les liens extérieurs à votre site : par exemple, si une catégorie est référencée, a été citée sur un autre site ou sur un réseau social, vous ne pouvez pas aller modifier tous ces liens à la main donc la redirection permettra de réorienter malgré tout le trafic vers les bonnes adresses.
  • Sur votre propre site en revanche, vous avez la main sur les liens et il serait donc dommage que les gens soient redirigés alors qu’ils pourraient accéder directement à la bonne page. En termes de performance, il est donc préférable d’effectuer un remplacement des anciens liens par les nouveaux.

11. Finalisez la refonte de l’arborescence du site web

Pour bien finaliser la refonte de l’arborescence du site, il vous restera sûrement un peu de travail de nettoyage ! Les anciennes catégories à supprimer dans la rubrique Articles > Catégories, les descriptions des nouvelles étiquettes à rédiger via le menu Articles > Etiquettes si elles s’affichent sur votre site…

De même, il y aura peut-être certains éléments à réécrire. Par exemple, sur mon blog, la refonte de l’arborescence m’a poussée à réécrire certains éléments de la page d’accueil.

Refaire la catégorisation, un travail utile

Refaire l’arborescence d’un site web présente de nombreux avantages : au-delà du fait de mettre en valeur vos contenus avec plus de pertinence pour les lecteurs, cela peut permettre de renforcer la pertinence thématique des sujets que vous traitez sur le site, un bénéfice potentiel en matière de référencement naturel.

C’est aussi l’occasion de vous remettre en tête toute l’étendue de ce que vous avez publié, de quoi identifier des atouts et des points faibles : articles ayant besoin d’être retravaillés, thématiques un peu « maigres » qui mériteraient d’être enrichies…

Cela peut donner un nouveau souffle à votre stratégie de contenu en vous inspirant de nouveaux articles.

Notez enfin que sur ce type de « chantier », mieux vaut effectuer toutes ces modifications sur un staging dans un premier temps, c’est-à-dire une « copie » de votre site spécifiquement destinée aux tests (utilisez par exemple WP Staging pour ce faire). Cela peut permettre d’éviter des erreurs regrettables !


Poster un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lorsque vous postez un commentaire sur le blog, le nom indiqué dans la case "Prénom" ainsi que votre message apparaîtront publiquement. Votre adresse e-mail restera confidentielle.


Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.