La recette du succès (parce que oui, on peut réussir avec une recette !)


Voilà un titre d’article qui risque de vous surprendre : une recette pour avoir un blog à succès ? Non, je ne suis pas devenue un marabout du web qui va vous vendre une formation à 5000 euros pour devenir un blogueur influent (grâce à 209 recettes imparables que les meilleurs blogueurs utilisent).

Mais vous croisez peut-être ce genre de personne sur le web. Peut-être que vous rêvez de devenir un blogueur ou une blogueuse influente. De gagner du trafic. Ou des sous. Ou les deux (pourquoi choisir ?). Et ça tombe bien parce que mon invité du jour, Stéphane Briot, a des choses à vous dire sur la recette du succès dans le blogging. Oh, il est possible qu’un peu d’ironie se soit glissée dans ces lignes…

De nombreux blogueurs nous vendent des recettes réussite clé en main. Ce qui m’intrigue dans tout ça, c’est la chose suivante.

Pourquoi diable les entreprises ne font-elles pas appel à ces génies ? Les mecs ont créé des recettes qui vendent à coup sûr, et pas une seule entreprise ne fait appel à leurs services ??? Bah voilà, cherchez pas, on la tient la raison de la crise en France.

Les génies méconnus du marketing

Nous avons des génies du marketing, mais des vrais de vrais, et personne de sérieux ne fait appel à eux. Nous vivons dans un drôle de pays tout de même. Je comprends que les gars soient tous partis vivre à l’étranger, y’a de quoi être dégoûté. Un tel talent et un tel manque de reconnaissance. Y’a de quoi vous filer le cafard.

Mais, heureusement pour nous, pauvres petits blogueurs à la petite semaine, il nous reste quelques fers de lance. Des blogs avec des bons gars qui ne nous veulent que du bien. Et tellement ils nous aiment d’amour qu’ils ont décidé de nous aider en nous expliquant les bases de la base.

Alors, ils vont nous parler de titres accrocheurs, de contenus de légende (c’est trop légendaire d’avoir des contenus de légende, j’crois que vous ne vous rendez pas compte de la chance que nous avons qu’un débutant vienne nous expliquer comment il a écrit des contenus de légende), d’articles qui scotchent les lecteurs, les rendent accros.

Vous l’avez compris, la technique pour vendre, c’est de droguer vos lecteurs avec des titre de malades, des contenus légendaires, et autres artifices en tout genre. Trop easy !

La forme, le fond, et la poudre de perlimpinpin

Tout ça, c’est bien beau. Mais tout ça, c’est, pour reprendre une expression désormais célèbre, de la poudre de perlimpinpin ! On ne va pas tourner autour du pot pendant trois plombes hein.

C’est du vent, de l’esbroufe, et cela ne poursuit qu’un but : vous en coller plein les yeux pour vous vendre du vide.

Note : si vous avez l’envie d’aller dépenser quelques centaines d’euros ici ou là pour apprendre à créer un blog rentable, pour vivre la vie de vos rêves avec votre blog, ou je ne sais quoi, libre à vous. C’est votre blé, pas le mien, ni celui de Marlène qui m’accueille gentiment sur ses pages.

Tous ces titres, tous ces trucs qui claquent comme un coup de fouet dans l’air, c’est bien joli. C’est une belle forme. Et le fond ? Parce que la forme, c’est bien, mais le fond ? En gros, on vous demande de maquiller vos billets pour les rendre sexy à souhait.

Le maquillage et l’urgence

Je vais vous prendre une image. C’est cette vieille bagnole que vous essayez de vendre depuis des mois. Pour faire illusion, vous mettez un coup de peinture, mais le châssis reste rouillé, le moteur n’a plus rien dans le ventre, la direction part en vrille, et l’intérieur est au-delà du défraîchi. Autant vous dire que votre vieille guimbarde, vous n’êtes pas près de la vendre pour financer votre tour du monde des plages et cocktails.

C’est aussi ces gens qui tentent de se valoriser au moyen d’artifices (maquillage, tenue …) pour attirer l’œil et ne montrer qu’une infime partie d’eux, espérant que le reste passera tout seul. Parfois, ça marche, souvent non.

Renaud disait, dans sa chanson « Pêche à la ligne », que vouloir trop plaire, c’est le plaisir des moches. Bien entendu, il faut plaire, avoir une bonne image, faire bonne impression. Toutefois, il serait bon de trouver la bonne mesure. Ne serait-ce que pour délivrer le bon message à la bonne personne. Ce qui reste la base de la communication, et donc, du marketing.

Maquiller ses articles, un cache-misère ?
Maquiller ses articles, un cache-misère ?

SOS Pigeons blogueurs

C’est vrai, il existe des pigeons, des gens qui pensent que l’on peut créer un blog rentable à coup de titres tapageurs, de tips ultras secrets répandus sur la toile. Des gens à qui l’on peut faire miroiter la fortune, pour cela, la super astuce de la mort, c’est le Facebook Ads. Tadam ! Youhou !

Ça, c’est de la recette magique ! Je suis certain que là, devant votre écran, vous êtes totalement épaté, scotché. Ah, vous savez, moi, quand je balance de la révélation, du secret, je fais dans le vrai, le lourd ! Donc, pour être rentable, faut faire de la pub. Hey, avouez que vous n’y aviez même pas pensé hein ?!

Note : Un vieux proverbe chinois plein de bon sens explique que pour nourrir un tiers, il ne faut pas lui donner de poisson, mais lui apprendre à pêcher.

La plupart des sites vous donnent du poisson (et pas frais en plus). Le but pour eux est que vous soyez accros à leurs poissons et que vous en achetiez un maximum. Il n’est aucunement question de vous apprendre à pêcher par vous-même.

Il est pas frais mon poisson, et il coûte un bras !

Quand on vous donne, dans des “formations”, des textes à recopier, des formules toutes prêtes à l’emploi, qu’apprenez-vous ? À faire du copier/coller. Payer ne serait-ce que 27 euros pour faire du copier-coller et entendre que le référencement ne sert à rien, que le pixel Facebook n’est pas important, et autres stupidités du même genre, j’sais pas, mais j’aimerais que l’on m’explique la définition de « formation ».

Vous pourrez acheter des kilos, des tonnes de poissons, vous ne serez jamais un pêcheur. Et malheureusement pour vous, un blog qui cartonne, un blog “rentable”, c’est un blog qui sait pêcher. Un blog qui sait pêcher pour ensuite mieux vendre le fruit de sa pêche. C’est ça un blogueur.

Les textes qui vous sont généralement proposés dans la sphère “créer un blog rentable” sont dépouillés de pédagogie, dépouillés de sens, dépouillés de fond. Ils claquent ? Oui. Et une fois passé cela ? Nourrissent-ils une réflexion en vous ? Vous donnent-ils des clés sur le long terme ? Vous aident-ils dans votre démarche de passionné ou d’entrepreneur ? Je crois que vous avez déjà la réponse à la question.

Acheter du poisson ou apprendre à pêcher ?
Acheter du poisson ou apprendre à pêcher ?

Hé merde… Faut (encore) bosser !

Je sais que vous êtes honnêtes avec vous-même, et je sais aussi que cette poudre aux yeux vous impressionne. Prenez un moment de recul. Et vous verrez, en votre âme et conscience, sans pour autant dénigrer qui que ce soit, que ces lectures sont vaines et ne vous apportent rien.

D’ailleurs, la fidélité que vous portez au blog de Marlène dit exactement ce que je viens de vous démontrer.

À ce titre, étrangement, quand on y regarde bien, celles et ceux qui réussissent leur blog, qui en tirent un profit (financier ou non, on s’en fout, le profit peut prendre diverses formes, là n’est pas la question) sont ceux qui s’impliquent, ceux qui aident les autres à devenir des pêcheurs.

Mais pour cela, il faut avoir foi en soi, il faut cultiver la confiance en soi, se donner le temps de grandir, de bâtir quelque chose de durable, de stable, de fiable.

À votre avis, pourquoi certains monuments ont traversé les âges ? Parce qu’ils furent construits pour durer.

Et que vous soyez passionnés ou pros, ou les deux à la fois, car ce pas n’est interdit, bien au contraire, prenez le temps de construire. Rien ne se fait en un claquement de doigts.

Pour la vie ou pour un coup ?

Pour reprendre l’image du début d’article, cette personne qui veut à tout prix rencontrer quelqu’un et qui mise tout sur son apparence, cela dit quoi d’elle ? Un manque criant de confiance, un besoin absolu d’être aimé et reconnu. Ce besoin est une urgence. Et personne n’est attiré durablement par l’urgence.

L’urgence fait vendre. Mais elle ne comble pas le besoin sur le long terme. C’est une rustine posée sur un gouffre. Vous voyez le truc ? Efficace à votre avis ?

Je peux te reproposer mon poisson pas frais ?

Les blogs qui vendent du poisson, c’est cela. Un besoin urgent de se montrer comme étant LA référence, le blog qui veut montrer comment gagner de l’argent, comment créer des trucs de dingue qui vont vous propulser tout en haut. En haut de quoi ? En haut du néant.

Et être en haut du néant, cela ne sert à rien. Je peux me tromper. Mais je préfère une audience fidèle, des gens qui me lisent et partagent avec le temps parce qu’ils adhèrent à ma philosophie, que d’être Prince du Néant.

Plus de plus

Tout est question de choix. Cependant, nous le voyons dans la presse et ailleurs, le sensationnalisme a ses adeptes, et des sociétés vivent confortablement de cela. J’avoue que ce n’est pas ma tasse de café (oui, je préfère le café au thé).

Il n’est nullement question de dénigrer. Cependant, mon client idéal a un peu plus de cervelle que celui qui se rue comme une bête sur les gros titres de la presse à scandales ou les articles de blogs qui promettent 124 titres qui claquent à recopier.

Toujours plus de plus

Faire son business sur le malheur des “stars”, ce n’est pas très glorieux, car aussi “stars” soient ces personnes, cela n’en demeure pas moins des êtres humains. Faire son business en promettant des titres, des astuces et des méthodes à recopier, ce n’est pas très beau non plus, car vous n’apprenez rien aux gens. Ce n’est donc pas une formation ou même une ressource dite utile. Si ce n’est pour le vendeur.

S’il est intéressant de connaitre ces “techniques”, il est une chose certaine : ce n’est pas avec cela que vous construirez votre recette.

Ou alors, il vous faudra toujours plus de sensationnel, plus de gros titres, plus d’images clinquantes, toujours plus de plus, comme on construit aujourd’hui des produits à l’obsolescence programmée.

La course des poulets sans têtes

Je crois que, tout comme moi, vous en avez assez de cette mort programmée des choses, je crois que vous en avez assez de devoir toujours être dans le speed, dans un monde qui court partout, comme un poulet sans tête. Je crois que tout comme moi, vous aimeriez pouvoir vous poser sur quelque chose de stable, de fiable, quelque chose fait pour durer.

Je crois que c’est pour cette raison que j’aime la nature, que voir la mer depuis ma fenêtre me fait un bien fou. Cela me rappelle que la Terre aura eu besoin de millénaires pour créer ces merveilles, ces havres de paix où l’humain aime à se ressourcer.

C’est un “travail” à long terme. Et quand on y regarde bien, celles et ceux qui se sont impliqués dans une démarche dans le temps sont encore là. Le “King” du blogging ? Certains sont encore là, mais très peu. Et ceux qui sont encore sur le marché occupent un lopin de terre, loin du vrai business, sans reconnaissance du marché, de leurs clients ou de leurs pairs. Mais ils sont “riches”. Seuls, mais riches.

Le succès, le vôtre, et quel qu’il soit – des fans, de l’argent, une publication dans la presse, peu importe – votre succès, c’est à vous de l’écrire. Je peux vous donner les ingrédients d’une recette, je peux vous livrer la recette. Toutefois, avoir du succès avec ma recette vous laissera un arrière-goût un peu amer.

Vous souhaitez réussir. Prenez ma recette, et faites-en ce que bon vous semble, ajoutez des ingrédients, enlevez-en d’autres, soyez curieux, prenez confiance. Inventez-vous ! Vous allez vous tromper, faire des erreurs. Mais vous n’allez pas échouer. Car tant que vous recommencerez, il ne sera nullement question d’échec, mais d’apprentissage de la réussite.

Est-ce que vous êtes parfois sensibles aux discours marketing qui promettent tant de réussite ? Avez-vous déjà vécu un décalage entre des conseils lus sur le web et votre réalité ?

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

14 commentaires sur “La recette du succès (parce que oui, on peut réussir avec une recette !)

  • Olivier de epargnersanssepriver.com

    Bonjour et merci pour cet article qui donne envie de travailler encore plus dur! La seule chose qui me déprime c’est que ces vendeurs de formation ont du succès car les gens préfèrent la facilité au travail! Ce ne sont pas les blogs qui font gagner de l’argent mais les formations vendues à coté!

    Répondre à Olivier
    • Marlène

      Hello Olivier, je pense que certains préfèrent effectivement une vision ultra “optimiste” ne mentionnant pas les difficultés. Et je crois pour ma part qu’un entrepreneur se construit au contraire à travers les difficultés qu’il rencontre. Ceux qui rêvent de succès facile seront sans doute les premiers à déchanter et abandonner leur projet, parce qu’ils ne se seront pas préparés à la difficulté.

      Répondre à Marlène
  • Danilo

    Salut!
    Merci pour cet article ! Je vois tout de suite de qui tu parles. J’ai été attiré par le blogging en écoutant ces vendeurs de rêve sur YouTube. Au début, je n’y connaissais rien mais ils ont moins eu le mérite de m’avoir donné goût au blogging et au marketing digital.

    Maintenant, je suis allergique à ces gens et à leurs expressions phares “webmarketing”, “vivre la vie de vos rêves”, “échapper au salariat”. Je suis d’accord avec toi quand tu affirmes que s’ils étaient aussi experts qu’ils le prétendent alors des entreprises feraient appel à eux. Mais bon, il semble que les promesses qu’ils répètent sans cesse ont tendance à aveugler les gens sur leur incompétence.

    Enfin soit, il y a quand même des blogueurs/marketeurs français qui font du très bon travail et vendent des formations utiles. En tout cas, c’est mon ressenti. Après, je pense qu’avec un minimum de bon sens, on peut repérer facilement qui est bienveillant et qui ne l’est pas. A ce titre, le design du site web du marketeur en dit déjà long sur son sérieux !

    Aux USA aussi, en regardant bien, il y a beaucoup de marketeurs vraiment experts sur leur sujet et qui vendent des formations (eux utilisent le terme “cours en ligne” plus approprié selon moi). Je peux te dire que ça vaut le coup. La grande spécificité de leurs formations est qu’il y a un réel plan d’action contrairement aux formations françaises. Je pense notamment à Neil Patel, Amy Porterfield ou Marie Forleo.

    Tout n’est donc pas à jeter à la poubelle car le marché de la “formation” est en plein boom. C’est une opportunité à prendre selon moi.

    Répondre à Danilo
    • Marlène

      Je suis d’accord sur le fait qu’il existe des gens et des sites sérieux… et heureusement :) En revanche, je n’associe pas du tout pour ma part le design d’un site et son sérieux. Il y a des sites qui ont un design assez old school, pas forcément très attirant et derrière lesquels se cachent pourtant des gens réputés (Abondance pour le référencement par exemple !). Et il y a des sites où justement, les gens misent tout sur “la poudre aux yeux” parce qu’ils sont conscients que les apparences jouent un rôle mais où, derrière, l’expertise est très limitée.

      Répondre à Marlène
  • prettylittletruth

    Super article! Je suis completement d’accord et j’en ai marre de voir partout des articles “10 cles pour transformer votre blog en entreprise a succes” surtout que ces articles ne valent rien :)

    Répondre à prettylittletruth
    • Marlène

      Ça dépend :) Un titre comme ça peut aussi cacher de vrais bons conseils. Il y a des méthodes qui marchent, clairement. Par exemple, si parmi ces 10 clés de succès on dit aux gens “1. Réalisez une étude de marché”, c’est un vrai bon conseil. Ça leur apprend à ne pas se lancer dans le vide mais à vérifier avant que leur idée peut être convertie en business.

      Répondre à Marlène
  • Vivyane Veka

    Tellement vrai et plein de bon sens, ton article fait du bien ! Je commençais à me sentir un peu seule parmi les blogueuses que je connais et me demandais si j’étais une des seules à penser comme ça… Je partage :)

    Répondre à Vivyane
    • Marlène

      Je crois que dans l’absolu, c’est plus agréable d’entendre “Vous pouvez réussir facilement, vous en êtes capable, il y a des stratégies infaillibles qui marchent à tous les coups”… et que de lire que “ce sera difficile, il faudra du travail, il y a peut-être des phases où vous serez démotivé et parfois, on a beau travailler, ça ne décolle pas parce qu’on est parti dans la mauvaise direction”.

      La difficulté n’empêche pas de réussir au final mais je crois que certains préfèrent se reposer sur des discours à l’optimisme sans faille que sur une approche un peu plus réaliste et nécessairement moins rose bonbon. C’est dommage car la déception n’en est que plus grande à l’arrivée !

      Répondre à Marlène
  • Pascal

    Ah Stéphane ! Je suis bien d’accord avec toi… je vais régulièrement lire la “littérature” de ces marchands de rêves, et je m’en amuse.Mais l’Homo Internetus cherche encore ses marques et est souvent la victime consentante d’arnaques qu’il repérerait à des kilomètres si elles avaient un autre support. Contrairement au requin qui lui n’évolue plus depuis des millions d’années mais qui a une capacité d’adaptation au milieu pour le moins déconcertante ;)

    Répondre à Pascal
    • Marlène

      Ça m’arrive aussi de lire car finalement, on apprend aussi des tas de choses sur le comportement humain en lisant… et à défaut de trouver de bons conseils, ils ont parfois un talent certain pour motiver les troupes :)

      Répondre à Marlène
  • Lycia

    Merci Stéphane ! Maintenant j’ai la chanson dans la tête : “moi je sors une truite d’au moins 120 kg, j’ai pitié trop petite, je la rejette à l’eau…” ;-)

    Répondre à Lycia
    • Marlène

      Relativisons, il y a pire comme chanson à avoir dans la tête ;)

      Répondre à Marlène
  • Alexandrine

    Bonjour et merci pour cette article plein de bon sens !
    J’ai toujours eu l’impression que ces discours marketings bourrés de promesses et d’urgence ne marchent qu’un certain temps. Au bout d’un moment les gens ont fait le tour, parfois ils ont même pris plusieurs formations très honereuses chez les uns et les autres mais finalement ils sont très peu nombreux à réellement percer. La faute à qui, la faute à quoi ? Difficile à dire, peut-être un manque de persévérance et de remises en questions, une méconnaissance du marché ?
    Je n’ai pas suivi énormément de formations mais j’ai toujours été déçue par ces contenus qui jouent sur les émotions et poussent à agir dans l’urgence. Le problème des promesses qui font rêver c’est qu’on a du mal à s’y projeter et finalement on se dit que c’est pas pour nous parce que ça semble trop inaccessible.
    A l’heure actuelle les seuls marketeurs que je suis sont sur le web depuis très longtemps et proposent une façon de vendre sans vendre qui privilégie la qualité de la relation avec le prospect. J’ai finalement viré tout le monde sauf ces deux là de ma boite mail donc je me dis que leurs techniques marchent bien sur moi c’est qu’elles me correspondent.

    Répondre à Alexandrine
    • Marlène

      Ces méthodes de vente axées sur le rêve sont sans lendemain car au fond, les gens en sortent souvent désabusés : soit ils se remettent en question en se disant qu’ils sont vraiment nuls puisqu’ils n’arrivent pas à émerger même avec une méthode garantie infaillible ; soit ils se rendent compte qu’ils ont été trompés et deviennent méfiants envers tout… Le problème, c’est qu’il y a sans cesse de nouveaux rêveurs, qui espèrent un succès garanti et refusent d’écouter les mises en garde.

      Une personne m’a demandé conseil il y a deux ans pour se lancer sur le web en suivant les conseils d’un gourou du web qui affirmait avoir créé “des entreprises à succès”. Sauf qu’une simple recherche Google ne renvoyait AUCUNE info sur le type, il ne donnait pas le nom de ses entreprises à succès (pourquoi s’en cacher ?). La personne me dit “Oui, mais il l’affirme sur son site web, c’est toi qui te méfies pour rien”. Il n’a pas voulu écouter, il a sauté à pieds joints dans l’arnaque…

      Répondre à Marlène
Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.