Qu’est-ce que le SEO ? Comprendre le référencement naturel


Qu’est-ce que le SEO et à quoi fait-on référence exactement quand on parle de référencement naturel ? C’est la grande question à laquelle je vais tenter de répondre dans cet article !

« SEO » est un mot que l’on emploie beaucoup aujourd’hui. De nombreux blogueurs – dans toutes les thématiques – se fendent tôt ou tard d’un article sur le sujet, de quelques conseils sur ce qu’ils ont appris ou compris de la discipline… mais quelle est la signification du SEO ? Sur quels piliers repose-t-il ? Comment évolue-t-il au fil du temps ? C’est parti pour des explications…

Une définition très simple du SEO

Le SEO, ou « Search Engine Optimization » (Optimisation pour les moteurs de recherche) est la discipline qui permet d’amener du trafic qualifié et gratuit sur un site depuis les moteurs de recherche, afin que le site accomplisse ses objectifs.

Du trafic = des gens.
Du trafic qualifié = des gens vraiment intéressés par ce que vous racontez. Comme le répète souvent mon boss, « mieux vaut toucher les gens qui comptent, que compter les gens qu’on touche ».

Pourquoi a-t-on besoin du SEO ?

Il existe aujourd’hui une foule de sources de trafic : les réseaux sociaux, les sites référents qui parlent de vous, les accès directs via des gens qui connaissent déjà votre nom, la publicité parfois… et les moteurs de recherche.

Ils ont l’avantage de représenter un énorme potentiel de trafic, une opportunité de toucher des gens qui ne savent même pas que vous existez et qui ne savent même pas qu’ils ont besoin de vous.

Le trafic organique (issu des moteurs de recherche) est aussi une source de visibilité à long terme, qui peut perdurer même pendant les périodes où vous ne publiez pas.

Blogging

Gagner en visibilité : un véritable défi

La difficulté, évidemment… c’est que pour que ces gens vous découvrent, il faut apparaître dans les premières places du moteur de recherche. Et ce pour une raison très simple : les internautes se limitent bien souvent aux premiers résultats.

Certaines sociétés réalisent des études pour évaluer le taux de clics en fonction de la position que vous occupez dans les résultats de recherche. Celle d’Advanced Web Ranking par exemple montre qu’environ un tiers des internautes clique sur le premier résultat, 15-16% sur le second, 10% sur le troisième, 7% sur le quatrième, 5% sur le cinquième…

En résumé, après la 5e position de Google, vous avez déjà perdu les trois quarts des visiteurs qui étaient susceptibles de vous découvrir. Et au-delà de la première page, pas loin de 90% des gens ne vous verront jamais.

Le taux de clics (CTR) en fonction de la position sur Google – Advanced Web Ranking
Le taux de clics (CTR) en fonction de la position sur Google – Advanced Web Ranking

Alors qu’est-ce que le SEO ? C’est le défi de vous faire apparaître sur cette fameuse première page… et si possible au début, pour un maximum de sujets pertinents pour vous.

Qu’est-ce que le SEO ? Au carrefour de plusieurs disciplines

Le SEO implique de comprendre plusieurs dimensions :

Comment fonctionne un moteur de recherche ?

Concrètement, les moteurs de recherche ne communiquent pas dans le détail sur leur fonctionnement. Ce sont des programmes informatiques gigantesques, qui se perfectionnent sans cesse depuis parfois plusieurs décennies. Au départ, ils analysaient quelques éléments plutôt simples sur une page mais aujourd’hui, ils prennent en compte plusieurs centaines de critères.

Plus on comprend quels critères sont importants, plus il est facile d’identifier les problèmes d’un site et de proposer des corrections. Et plus on a une vision précise de ces critères, plus on arrive à prioriser les actions à effectuer quand on constate qu’un site n’est pas bien optimisé et référencé.

Vous allez donc me dire : comment se faire une idée de ces critères si les moteurs de recherche ne fournissent pas de liste ?

Voici quelques pistes :

  • Gérer des sites : un débutant a parfois l’impression qu’on commence par apprendre le SEO… avant de se lancer dans la gestion d’un site. En réalité, c’est en gérant des sites que l’on acquiert de l’expérience et des intuitions sur « ce qui marche » pour être mieux référencé. Chaque site a son propre univers, ses concurrents, ses thématiques, ses points forts et ses points faibles… et chaque site vous apprend donc des choses. Un site e-commerce pose des défis différents de ceux d’un blog perso. Un petit site de quelques dizaines de pages ne pose pas les mêmes challenges qu’un site de 100000 pages. Et l’expérience vous apprend beaucoup, tout le temps.
  • S’appuyer sur des études : de nombreuses agences spécialisées en référencement naturel réalisent des études à partir des sites qu’elles gèrent ou de sites créés spécifiquement pour effectuer des tests… et en tirent des conclusions sur les critères qui permettent de gagner en visibilité et ce qui a peu ou pas d’impact.
  • Suivre l’actualité du SEO : fréquenter assidûment des sites spécialisés (AxeNet, SEOMix, Webrankinfo, Search Engine Journal, Search Engine Watch, Search Engine Land, Abondance, Moz, Search Engine Roundtable, des groupes comme la discussion Tech SEO sur Reddit) permet de se tenir au courant des évolutions des moteurs de recherche, des déclarations que font parfois les employés de Google sur le fonctionnement du moteur. Ces actualités sont toujours à lire avec un peu de recul. Comme le disait le grand philosophe Michael Jackson, « Ce n’est pas parce que vous lisez quelque chose dans un magazine ou le voyez sur un écran de télé que c’est factuel et véridique ». Certaines déclarations de Google ont tendance à enfoncer des portes ouvertes… ou sont parfois en contradiction avec des réalités que l’on constate sur le terrain.

Le consultant SEO est donc en veille en permanence. En France, on a tendance à tout miser sur Google car c’est le moteur de recherche dominant du marché à plus de 90%. On considère souvent que « si un site est optimisé pour Google, il le sera pour les autres moteurs de recherche ».

Mais bien sûr, si vous vous penchez sur un autre marché dans le monde, les choses peuvent changer du tout au tout ; des moteurs comme Baidu, Yandex, Naver peuvent devenir stratégiques…

Blogging

Comment le monde digital évolue

Le SEO n’est pas une discipline indépendante. Elle s’intègre au contraire à tout un écosystème. Quelques exemples ?

  • Le contenu qui permet de gagner en visibilité sur les moteurs de recherche peut aussi nourrir les réseaux sociaux.
  • La façon dont une marque communique auprès des médias permet d’obtenir des liens depuis des sites tiers, qui boostent le référencement.
  • Une campagne télé ou radio peut provoquer un pic de trafic sur un site.
  • La vision stratégique, les valeurs que l’on veut transmettre, les ressources dont on dispose influencent la manière dont on optimise un site.
  • La manière dont une page web est conçue va influer sur l’efficacité d’une campagne de publicité sur AdWords.

Et si l’on sort de votre propre univers, le monde digital lui-même évolue. Il y a 20 ans, tout le monde naviguait sur un ordinateur. Aujourd’hui, on consulte les sites depuis son ordinateur, sa tablette, son mobile et parfois même sa télé ; on utilise des applications.

Il n’y a plus seulement des moteurs de recherche « classiques », il y a aussi des sites qui sont devenus de vraies alternatives aux moteurs de recherche sur certains sujets : par exemple, Amazon est un moteur de recherche à part entière, YouTube également…

Aujourd’hui, on cherche aussi à appréhender chaque problématique de manière beaucoup plus précise : on ne se demande plus seulement « qu’est-ce que le SEO » par exemple… mais on pense au référencement local, au référencement multilingue, à la rédaction web, à des approches très techniques comme l’analyse de logs qui permet d’étudier le comportement des moteurs de recherche sur un site…

Tout ça pour vous montrer qu’il est important de garder l’esprit ouvert et d’avancer avec l’idée qu’on ne peut pas séparer le SEO du reste. Je dirais même qu’au contraire, il est préférable de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier et de ne pas tout miser sur la même source de trafic.

Qui sont vos visiteurs ?

Il y a bien longtemps, dans une galaxie lointaine, le SEO consistait à raisonner pour les moteurs de recherche. Comment faire en sorte que ces programmes informatiques un peu stupides comprennent mes pages web ?

Aujourd’hui, on n’a plus du tout de raisonnement binaire séparant, d’un côté, les visiteurs et, de l’autre, les moteurs de recherche. Au contraire, pour bien référencer un site, il est primordial de comprendre ses visiteurs : qui sont-ils, comment s’expriment-ils, à quoi s’intéressent-ils, comment consomment-ils le contenu (sur quel appareil, sous quel format) ?

Ces réflexions nourrissent ensuite les sujets que l’on choisit de traiter, la manière dont on les traite…

Le mobile, un incontournable
Le mobile, un incontournable

Qu’est-ce que le SEO ? 3 piliers fondamentaux (+1)

Dans le métier, on s’accorde généralement sur l’idée que le SEO repose sur trois piliers. Des fondamentaux sur lesquels il faut travailler pour optimiser un site et faire en sorte qu’il soit bien référencé.

La technique

On va s’intéresser à la manière dont le site est conçu sur le plan technique : se charge-t-il rapidement, est-il compatible avec les mobiles, possède-t-il un bon balisage, les title et meta descriptions sont-ils renseignés, les erreurs 404 sont-elles absentes, y a-t-il un bon menu, peut-on accéder facilement à tous les contenus ou sont-ils au contraire enfouis dans les profondeurs du site ?

On se pose littéralement mille questions : y a-t-il des problèmes de duplication sur le site, des pages que les moteurs de recherche indexent alors qu’ils ne devraient pas s’en occuper… ou vice versa, le code est-il bien écrit ou non, etc.

A quoi sert ce travail ? A vérifier que votre site peut être consulté dans de bonnes conditions par le visiteur, comme par le moteur de recherche ; qu’il n’y a pas de point bloquant (lenteur, erreurs) et que l’on peut comprendre facilement, grâce à des éléments du code, quelle est la hiérarchie de l’information sur le site.

La sémantique

Le second pilier du SEO est la « sémantique »… que l’on résume souvent de manière un peu sommaire au « contenu » du site.

Il s’agit d’évaluer si les contenus du site obtiennent les performances attendues : génèrent-ils du trafic via les moteurs de recherche ou pas, s’appuient-ils sur les bons mots-clés, sont-ils suffisamment étoffés et à jour, comment sont-ils organisés les uns par rapport aux autres, comment sont-ils structurés ? Emploient-ils un langage clair et compréhensible pour l’internaute ?

On détermine souvent une liste de plusieurs centaines ou milliers de termes sur lesquels il paraîtrait pertinent qu’un site apparaisse sur Google. On regarde ensuite comment votre site se positionne sur tous ces termes : sur quoi êtes-vous déjà dans le top 3 de Google ? Sur quoi vous situez-vous aux portes du Top 3 ou en 2e page, ce qui représente un potentiel à exploiter ? Quels contenus créer pour essayer de se positionner sur des mots-clés sur lesquels votre site n’est pas du tout présent à l’heure actuelle ?

On s’intéresse aussi à la concurrence : qui sont vos concurrents sur tous ces mots-clés ? Comment s’en sortent-ils ? Que font-ils de plus ou de mieux que vous ?

Cette dimension du travail permet de vérifier que votre manière de vous exprimer est en phase avec celle des personnes que vous cherchez à toucher… et que vos préoccupations sont les leurs. Ça permet de voir sur quels thèmes vous êtes déjà légitime grâce à vos contenus, sur quels sujets vous avez besoin de vous faire connaître… et dans quelle mesure il est réaliste de se positionner dessus (vouloir être n°1 sur « voyage » quand on débute n’est pas forcément un objectif réaliste, par exemple !).

Blogging

Le netlinking

Le troisième pilier du SEO s’intéresse aux liens, car les liens que reçoit votre site envoient un message fort sur le degré de confiance qu’on peut lui accorder. Êtes-vous cité par des sources renommées ? Dans quel contexte, avec quels termes ? Ces liens ont-ils été acquis naturellement ou y a-t-il des schémas un peu « douteux » (par exemple, une explosion subite du nombre de liens, un trop grand nombre de sites peu pertinents) ?

L’objectif ? Faire en sorte que votre site soit cité par des sources dignes de confiance, sur des sujets pertinents par rapport aux thématiques que vous abordez, et ce de manière aussi naturelle que possible.

Le quatrième pilier : la stratégie

J’ajoute toujours la « quatrième dimension » à ces trois piliers : la stratégie.

Aujourd’hui, il existe une foule d’outils SEO qui peuvent fournir un milliard d’informations sur un site… mais toutes ces données ne servent à rien si l’on ne sait pas les prioriser : quel problème résoudre en premier ? Quelles actions auront le maximum d’impact ?

De même, il est impossible selon moi d’améliorer le référencement naturel d’un site sans savoir pourquoi on le fait… et comment on peut y parvenir.

Le SEO n’existe pas sans « pourquoi » et sans « comment »

Derrière toute démarche d’optimisation d’un site, il y a des questions en toile de fond.

Pourquoi vouloir du trafic ?

Pourquoi voulez-vous avoir plus de trafic ? En soi, le trafic est évidemment une dimension positive, qui booste la motivation et l’ego… mais il y a un stade où que l’on soit lu par 50000 ou 60000 personnes ne change pas beaucoup la donne. C’est gratifiant dans un cas comme dans l’autre.

Le SEO, c’est se poser la question de ce que vous attendez de votre trafic : que les gens effectuent une action (faire appel à vos services, demander un devis, acheter via un lien affilié), que ça mette en valeur votre expertise pour trouver un emploi ou lancer votre activité, que ça vous apporte un soutien psychologique ? Chacun, à son échelle, peut avoir des motivations variées, professionnelles ou non.

Pour prendre l’exemple de mon blog voyage, que je tiens en « amateur » sur mon temps libre… j’ai BEAUCOUP de trafic, de l’ordre de 100 000 visiteurs uniques par mois… et l’un des avantages de ce trafic, c’est qu’il me permet de gagner un peu d’argent par la publicité et l’affiliation, notamment pour financer mes voyages et contribuer à des projets personnels significatifs comme l’achat d’un appartement.

Trouver votre propre « pourquoi » va influencer les choix que vous faites en référencement naturel : quels sujets vous traitez, comment vous essayez de faire connaître votre blog, à quel degré vous allez chercher à optimiser votre site…

Par exemple, mon blog voyage est simplement « un plus » mais j’ai déjà un emploi salarié à temps plein, en CDI… donc je ne cherche pas à y consacrer des week-ends entiers ou à sauter sur la moindre opportunité. A l’inverse, si c’était un enjeu pour pouvoir payer mes charges, j’aurais sans doute une démarche différente.

Comment pouvez-vous agir en SEO ?

La deuxième question que je vous conseille de vous poser est le « comment ». C’est bien d’identifier les problèmes d’un site et les actions à effectuer pour les corriger… mais ensuite, comment allez-vous mettre tout ça en place ? Avez-vous la capacité à le faire vous-même ou avez-vous besoin d’être accompagné ? Quel budget pouvez-vous y consacrer ?

Ça m’est arrivé de travailler avec des personnes qui n’avaient personne pour mettre en place des recommandations SEO… Ou avec des gens qui voulaient suivre leur référencement mais n’avaient aucun budget pour mettre en place les actions nécessaires pour l’améliorer. Ou qui étaient limités par des contraintes techniques, budgétaires ou humaines… voire tout ça en même temps !

Alors quand on se demande qu’est-ce que le SEO, c’est un aspect à garder en tête : ce sont des actions pour gagner en visibilité mais elles sont avant tout guidées par un objectif précis, en tenant compte des contraintes existantes pour « faire le maximum » dans un périmètre parfois très limité.

On ne peut pas attendre des miracles sans investir du temps, des compétences et parfois de l’argent.

Le SEO, au coeur d’un web qui change

Il existe sans doute mille façons de donner une définition du SEO… et j’espère que la vision que je partage dans cet article vous aidera à mieux appréhender la discipline.

Si elle repose sur des fondamentaux qui font – relativement – consensus, elle évolue aussi vers une approche de plus en plus pointue, où l’on s’intéresse à des sujets très spécifiques : les nouveaux formats qui permettent de réduire au maximum la vitesse de chargement (format AMP, Progressive Web Apps), les modifications comportementales (développement de la recherche vocale et des assistants vocaux), la dimension locale ou internationale, le référencement vidéo, le référencement sur Google Actualités, le référencement sur les sites e-retail comme Amazon, le référencement des applications mobiles…

On cherche aussi, de plus en plus, à créer des ponts avec d’autres disciplines : la data, pour analyser finement les données, suivre les actions des visiteurs avec précision ; le marketing et l’UX, pour améliorer la conversion sur un site ; le SEA (publicité sur les moteurs de recherche), pour avoir une vision plus globale de la visibilité en ligne prenant en compte à la fois le référencement naturel ET la publicité, qui se partagent les pages de résultats Google/Bing…

C’est une discipline riche, complexe, parfois bourrée de jargon… mais que l’on peut toujours essayer d’expliquer ;)

Si la signification du SEO reste obscure pour vous après la lecture de cet article, n’hésitez pas à poser vos questions dans les commentaires et à raconter ce que vous ne comprenez pas !

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lorsque vous postez un commentaire sur le blog, le nom indiqué dans la case "Prénom" ainsi que votre message apparaîtront publiquement. Votre adresse e-mail restera confidentielle.

8 commentaires sur “Qu’est-ce que le SEO ? Comprendre le référencement naturel

  • Ro

    Bonjour Marlène!
    Je crois que j’ai une hantise de SEO. Une s-e-o-phobie.
    Je te lis depuis longtemps déjà et j’ai toujours évité de lire les articles sur le sujet!
    Je blogue depuis 3 ans maintenant parce que j’adore écrire et je dois franchement avouer que mon trafic ne décolle pas. C’en est gênant…mais je continue d’écrire parce que c’est ce que j’aime et je voudrais un jour pouvoir tirer un revenu de mon écriture.
    Je sais que je fais quelque chose tout croche et je ne sais pas par ou commencer avec le référencement. Ni même si c’est ça mon problème!
    As-tu un remède miracle pour la s-e-o-phobie?!!!
    Un gros merci!

    Répondre à Ro
    • Marlène

      Hello, je pense déjà qu’il faut garder en tête que le SEO, on le fait pour ses visiteurs avant de le faire pour Google. Le SEO, c’est comprendre ses lecteurs et essayer de s’immerger dans ce qu’ils ont envie de lire, dans leurs questions :) Je te conseille d’ailleurs mon article qui donne de bonnes raisons de s’intéresser au SEO même quand on n’aime pas ça !

      Le plus simple est souvent de commencer par s’initier à la rédaction web… Tu peux aussi jeter un œil à cet article sur des actions SEO qui produisent généralement de bons résultats :)

      Répondre à Marlène
  • Amandine / Drawingsandthings

    Voilà un petit moment que je n’etai Pas venue ici ! Merci pour cet article très clair sur le SEO faut il encore que je m’y attele. Un blog c’est telllement de boulot en backoffice…

    Répondre à Amandine
    • Marlène

      Ah ça, je ne peux pas dire le contraire ;) Dans un monde parfait, on pourrait déléguer toutes les tâches dont on n’a pas le temps de s’occuper soi-même… mais ce n’est pas gratuit hélas !

      Répondre à Marlène
  • Angelilie

    Merci Marlène pour cet article très complet et instructif sur le SEO. Je n’y connaissais pas grand chose au SEO et avec ton article j’y vois plus clair et ça devient moins obscur pour moi ;)

    Répondre à Angelilie
    • Marlène

      Tant mieux, je me rends compte qu’à force d’en parler, on oublie que beaucoup de gens ignorent totalement ce que ça « couvre » comme dimensions…

      Répondre à Marlène
  • Adeline

    Merci Marlène pour cette explication très claire du SEO !

    Répondre à Adeline
    • Marlène

      Merci à toi, pas si facile d’expliquer la discipline au final :)

      Répondre à Marlène
Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.