Mettre son blog sur son CV : un atout pour trouver du travail ?


Faut-il mettre son blog sur son CV ? Le blog peut-il devenir un atout capable de faire la différence entre vous et un autre candidat ? Comment le présenter pour qu’il soit perçu comme une valeur ajoutée par un recruteur ? Y a-t-il des situations où il est préférable au contraire de passer son blog sous silence ?

La question se pose pour un nombre croissant de blogueurs et dans cet article, je vous propose quelques conseils ! Je suis en effet des deux côtés de la barrière : je blogue… et je reçois aussi de temps en temps en entretien des candidats qui mettent un blog sur leur CV !

5 bonnes raisons de ne pas parler de son blog

Évoquons tout de suite une réalité : on ne peut pas mettre son blog sur son CV dans toutes les situations. Il y a des cas où il est sans doute préférable de ne pas mentionner cette activité.

Par exemple…

  • Vous bloguez en anonyme.
  • Votre blog est trop personnel : un blog où vous partagez votre vie de famille, où vous critiquez le monde du travail, où vous racontez l’ambiance catastrophique qui régnait dans votre dernier open space peut ne pas avoir sa place dans une discussion professionnelle.
  • Vous ne cherchez pas spécialement à soigner votre blog : vous n’êtes pas un control freak de l’orthographe, vous avez laissé le design par défaut de votre plateforme de blogging, vous ne cherchez pas vraiment à faire de jolies photos… Bref, vous gérez votre blog à la cool mais il ne reflète pas la rigueur que vous pouvez avoir dans le travail.

Dites-vous aussi que si le recruteur va voir votre blog avant ou après vous avoir reçu, il le jugera en quelques minutes. Il n’aura pas le temps d’arpenter chaque rubrique, de lire des dizaines d’articles… Il est donc important de réfléchir à l’image que votre blog renvoie pour quelqu’un qui le découvre.

Mettre son blog sur son CV : une question à se poser !
Mettre son blog sur son CV : une question à se poser !

Quand envisager de mettre son blog sur son CV ?

Je vais vous révéler une chose : bien souvent, ce n’est pas votre hobby qui intéresse le recruteur quand vous tenez un blog. Marie-Joséphine, la DRH, se soucie assez peu de ce que vous faites le soir et le week-end tant que ça vous rend heureux ;)

En revanche, le recruteur s’intéresse à ce que votre hobby révèle de vous.

Le blog, un révélateur de talent

A travers vos passions, vos projets, un recruteur peut extraire beaucoup d’informations utiles sur vous.

  • Il peut se faire une idée de votre caractère et de la façon dont vous vous intégrerez (ou pas) dans son entreprise. Il peut évaluer des qualités comme la rigueur, la créativité, l’esprit d’initiative…
  • Il peut repérer des compétences opérationnelles et stratégiques – Certains blogs deviennent vite pour leur auteur de véritables petites entreprises, qui impliquent de gérer non seulement des tâches opérationnelles (rédaction, community management, photo, vidéo, etc) mais aussi de développer une stratégie de communication voire de gérer des aspects commerciaux et de la facturation…
  • Dans certains métiers, votre blog peut permettre d’évaluer vos compétences professionnelles : par exemple, je suis consultante en référencement ; en quelques minutes, un recruteur peut passer mon blog à la moulinette avec ses outils et se faire une idée générale de mes capacités en la matière !

Si vous avez le sentiment que votre blog a une vraie capacité à vous mettre en valeur, il peut être très pertinent de le mettre sur son CV.

Et si le blog est sans lien avec le poste visé ?

Parfois, le thème du blog n’a rien à voir avec l’emploi recherché… mais gardez à l’esprit qu’il peut néanmoins prouver que vous possédez certaines compétences très valorisantes. Le secret réside souvent dans la façon dont vous allez le présenter, c’est pour ça que j’ai des conseils pour vous ;)

Bien sûr, si vous cherchez un emploi dans les métiers du web, de l’image, de la communication ou encore de l’écriture, mettre son blog sur son CV est presque naturel. Mais ce n’est pas la seule situation où c’est pertinent !

Pour les plus jeunes qui sont en tout début de carrière, tenir un blog est une expérience enrichissante, parfois tout autant que les premiers jobs d’été avec lesquels le CV commence à se remplir.

Comment évaluer l’intérêt professionnel de votre blog ?

Avant de mettre son blog sur son CV, il faut se livrer à un petit exercice pour déterminer quels sont les atouts réels de votre blog.

Recueillir des informations objectives

Vous allez d’abord essayer d’identifier quelques chiffres-clés sur votre blog. Pourquoi des chiffres ? Parce que beaucoup d’éléments sur un blog sont très subjectifs : par exemple, le design est une affaire de goûts ; les sujets dont vous parlez peuvent plaire ou non. Le chiffre, lui, est difficile à remettre en question.

Par exemple…

  • Combien d’abonnés a votre blog sur les réseaux sociaux ?
  • Quel trafic (visiteurs uniques) recevez-vous chaque mois ?
  • Combien de pages vues ?
  • Combien d’articles avez-vous publiés en tout ?
  • Combien de commentaires avez-vous reçus ?
  • Quels revenus éventuels génère votre blog ?

Comme vous êtes là pour vous mettre en valeur, l’intérêt est bien sûr de garder les chiffres les plus intéressants. Par exemple, recevoir 10 visites par jour n’est pas bien glorieux mais vous pouvez par contre expliquer que vous respectez un rythme de publication très régulier de 2 articles par semaine et que ce rythme vous a permis de développer de vraies compétences en organisation.

Pensez aussi à identifier d’autres éléments objectifs, par exemple :

  • Vous avez été mis en avant dans une publication connue.
  • Vous avez organisé des événements : rencontre inter-blogueurs, projet collaboratif en ligne, etc.

Identifier les compétences acquises

Votre blog ne se résume évidemment pas à des chiffres. Les chiffres seront là pour appuyer votre discours. Votre blog, c’est aussi du travail et sans doute des compétences que vous avez développées au fil du temps.

  • Des compétences logicielles – Vous avez par exemple appris à utiliser Photoshop, un logiciel de montage vidéo, Google Analytics, Google Adwords ou MailChimp (outil de newsletter).
  • Des compétences graphiques – Vous avez appris à créer un logo, une infographie, à faire de belles photos, à retravailler des images (luminosité, redimensionnement, etc).
  • Des compétences métier – Vous êtes devenu un as du community management, de la rédaction web…
  • Des compétences techniques – Vous maîtrisez le HTML et le CSS, vous avez créé votre propre thème de blog ?

Votre blog, ce sont aussi des qualités :

  • Des qualités relationnelles – Vous répondez aux commentaires que l’on vous laisse, vous êtes pédagogue dans vos articles.
  • Des qualités personnelles – Vous êtes rigoureux, organisé, vous prenez des initiatives, vous êtes curieux et avez la capacité à apprendre de nouvelles choses spontanément, vous êtes débrouillard, etc.

Si vous menez toute cette réflexion, vous aurez déjà de très bons arguments pour valoriser votre blog dans un entretien d’embauche.

Comment parler de son blog ?
Comment parler de son blog ?

Comment parler de son blog en entretien d’embauche ?

Vous connaissez votre blog sur le bout des doigts. Vous savez ce qu’il vous a appris. Maintenant, le grand challenge consiste à faire en sorte que ça “parle” au recruteur, même s’il n’y connaît rien à la blogosphère, même si votre sujet le laisse de marbre et même s’il a plein de préjugés sur votre univers.

Le vocabulaire employé va influencer la manière dont votre blog sera perçu.

Une expérience personnelle déroutante

J’ai géré pendant plusieurs années un site web professionnel sur Michael Jackson. Autant vous dire que ça n’a pas été une mince affaire d’être prise au sérieux quand j’ai voulu revenir dans le monde de l’entreprise !

Objectivement, j’ai été chef d’entreprise. J’ai rédigé des milliers d’articles pour susciter du trafic (ce qu’on appelle aujourd’hui “l’inbound marketing” et dont tous les marketeurs sont fans !), j’ai fait du community management (132 000 messages sur un forum modérés en un an !), j’ai été publiée dans la presse en France et à l’étranger, j’ai traduit plusieurs livres (donc je parle anglais !), j’ai codé un site, je l’ai référencé.

Sur le papier, c’est plutôt sympa, non ? Et je ne vous parle pas du chapeau dédicacé par Michael Jackson avec un merci dessus ;) Bon, je préfère vous dire que j’ai plutôt eu droit à un festival de blagues lourdaudes en entretien d’embauche : “L’avantage de notre sujet à nous, c’est qu’au moins, il est vivant (ha ha ha ha)”.

Beaucoup de sujets n’échappent pas aux préjugés. Vous les connaissez tous, non ? Les blogueuses mode et beauté sont des dindes écervelées, les geeks n’ont aucune compétence sociale, etc. Après l’épisode Michael Jackson, j’ai travaillé pour Martin Solveig et je ne compte pas le nombre de fois où on m’a dit “Ah, vous faisiez tout le temps la fête alors ?”

Grmhgmrlgmrmhlgmrglhrrhmrglh.

Comment lutter contre les préjugés ?

Si je dis à mon recruteur que j’ai eu un site sur Michael Jackson, je vais potentiellement activer dans son cerveau tout un tas de petits circuits : “fan hystérique”, “je n’aime pas ce chanteur il est bizarre”, “c’est quoi le rapport entre Michael Jackson et le job dont on parle”, “elle a fait un Skyblog avec des photos et des cœurs partout”.

Avec quelques astuces verbales, on peut tout de suite désactiver le circuit des préjugés. Par exemple…

Je ne disais pas : “J’ai fait un site sur Michael Jackson”.
Mais : “J’ai créé un site e-commerce dans le secteur culturel”.

Je ne disais pas : “J’ai écrit plein d’articles”.
Mais : “Pour développer la visibilité du site, j’ai opté pour une stratégie de content marketing qui passait par des formats d’articles très variés : brèves, dossiers, interviews, reportages de terrain, plus de 2500 articles au total”.

Je ne disais pas : “Je gagnais de l’argent avec mon site”.
Mais : “J’ai mis en place une monétisation mobilisant plusieurs leviers : de l’affiliation, une boutique en ligne et des prestations de services annexes”.

Ce ne sont que quelques exemples mais vous voyez déjà qu’avec un langage un peu plus pro, on a tout de suite une image un peu plus pro du projet. Cette méthode peut être appliquée à tous les aspects du blogging. Par exemple :

Au lieu de dire : “J’ai fait la Une d’un site de blogueurs qui s’appelle Hellocoton”.
Dites plutôt : “Trois de mes articles ont fait la Une d’un site du groupe Prisma Media, Hellocoton, qui reçoit 3 millions de visiteurs uniques par mois”. Ça claque plus, non ? Pourtant, ce n’est pas un mensonge, j’ai récupéré les stats sur la page A propos d’Hellocoton.

Ce vocabulaire plus professionnel n’est pas juste là pour faire joli. Il montre aussi que vous savez prendre du recul sur votre projet et que vous en avez retiré une véritable expertise transposable dans le poste que vous envisagez. D’ailleurs, pour la petite histoire, l’auteur de la blague lourdaude citée plus haut était allé se promener sur mon site après notre entretien et m’avait laissé un commentaire pour me dire qu’il le trouvait incroyable. Comme quoi ;)

Comment rassurer si votre blog fait peur ?

Un blog de qualité, peut, paradoxalement, effrayer un employeur potentiel. Il peut s’interroger sur votre investissement, avec la peur que votre blog n’empiète sur vos heures de travail. Il est important de le rassurer sur votre organisation. Par exemple, si vous écrivez vos articles le week-end et les planifiez pour le reste de la semaine, n’hésitez pas à le glisser dans la conversation.

De même, un employeur peut craindre le conflit d’intérêt. Par exemple, que vous exploitiez une opportunité liée à votre travail pour en parler sur votre blog. Il me paraît important d’établir des règles éthiques strictes, en faisant toujours passer son travail avant son blog quand il y a risque de conflit.

Vous pouvez enfin vous retrouver face à un employeur qui vous demande de fermer votre blog. Chacun avise bien sûr selon sa situation personnelle mais, l’ayant vécu il y a plusieurs années, j’aurais tendance à conseiller de refuser. Votre blog est une activité relevant de votre temps libre, sur lequel l’employeur n’a pas d’ingérence à avoir… à quelques conditions !

  • Votre blog ne doit pas pénaliser le travail que vous effectuez sur vos heures de bureau.
  • En France, un salarié a une “obligation de loyauté” vis-à-vis de son entreprise. Ça signifie qu’il ne peut pas utiliser les moyens qui sont mis à sa disposition par l’entreprise pour son compte personnel : bloguer sur ses heures de travail peut être un motif de licenciement par exemple.
  • Un salarié a aussi une obligation de discrétion : on ne peut pas, par exemple, divulguer des informations confidentielles apprises dans le cadre de son travail sur son blog. De même, si vous parlez de votre métier sur votre blog, votre employeur ne doit pas être identifiable.

Bref, mettre son blog sur son CV peut vraiment être un atout à condition de bien savoir en parler et de bien établir la frontière entre votre sphère privée et votre sphère professionnelle. Il est tout aussi important de savoir rassurer un employeur qui ne connaît pas forcément bien cet univers et peut avoir des inquiétudes compréhensibles ! Bien géré, votre blog peut devenir une vraie “marque personnelle”, susceptible de vous suivre dans le temps au-delà des postes que vous occupez. C’est aussi tout son intérêt !

Comment réagissent les gens quand vous parlez de votre blog ? Votre employeur sait-il que vous bloguez ?

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

49 commentaires sur “Mettre son blog sur son CV : un atout pour trouver du travail ?

  • Luc

    Bonjour, moi j’ai un blog mais j’ai décidé de pas mettre le site web sur mon cv car c’est perso et le site n’a aucun lien avec le poste auquel je postule mais j’aurai aimé savoir que mettre à la place de “blogueur” sur mon cv car je suis pas fan de cette dénomination . merci

    Répondre à Luc
    • Marlène

      Bonjour Luc, je ne suis pas sûre d’avoir bien compris : si vous ne mettez pas l’adresse sur le CV, pourquoi mentionner l’activité “blogueur” ? C’est un peu comme si on disait “J’ai 10 ans d’expérience” tout en refusant de dire où on a travaillé. A mon sens, il faut mettre sur le CV les expériences/intérêts dont on est prêt à discuter, sur lesquels on est prêt à être questionné.

      On peut, bien sûr, mettre en avant les compétences acquises : par exemple “Intérêts : community management (gestion d’une communauté de XXX personnes) ; rédaction web (compétence développée à travers la gestion d’un blog personnel, XXXX visites mensuelles)”. Mais il faut s’attendre à ce que l’interlocuteur demande l’adresse en entretien.

      Il n’existe pas vraiment de dénomination pour remplacer le terme “blogueur”… car le blogueur pratique plusieurs activités à la fois. Il n’est pas que rédacteur web, il pratique aussi parfois le webdesign, le référencement, le développement web, le community management donc ce serait réducteur de ne mentionner que l’une de ces activités. Le terme “Content manager” apparaît de plus en plus mais il est associé à un métier donc si le blog est un simple loisir, ça paraît décalé de se qualifier de “content manager” pour un blog perso, qui n’a pas les mêmes enjeux.

      Répondre à Marlène
  • Leslie - Tache de Rousseur

    Hello ! Personnellement j’ai mis le lien de mon blog dans mon cv. J’ai fait des études de marketing donc ça me sert de book pour montrer mes compétences en termes d’écritures et de graphisme. D’autant plus que je suis au chômage depuis un moment déjà et parler de mon blog me permet de prouver que je ne reste pa sinactive toute la journée !
    J’ai d’ailleurs un entretien la semaine prochaine et je compte bien en parler en adaptant mon vocabulaire selon tes exemples ;)

    Répondre à Leslie
    • Marlène

      Bon courage pour l’entretien, je croise les doigts pour toi ! Je suis de temps en temps côté recruteur pour des postes qui exigent des compétences rédactionnelles et clairement, un blog m’aide beaucoup à définir si la personne est à l’aise avec la langue française ou pas, si elle a une sensibilité aux réseaux sociaux (sans parler d’être community manager ou d’avoir beaucoup d’abonnés, on se rend compte du type de post qui est fait, etc). Ça renseigne aussi beaucoup sur la personnalité.

      Répondre à Marlène
  • Julie lit au lit

    Merci! Tu me donnes des idées pour parler de mon blogue dans mon CV. Mon CV est de format 1 mandat/1 page et je vise ajouter une page pour mon blogue. Tu m’inspires beaucoup! Merci encore!

    Répondre à Julie
    • Marlène

      Chanceuse de pouvoir mettre une page entière ;) En France, TOUT le CV doit tenir sur une seule page recto. Esprit de synthèse, bonjour :)

      Répondre à Marlène
    • Julie lit au lit

      J’ai transformé quelques CV français en CV québécois. En plus, vous avez une photo sur votre CV! Ici on ne peut pas demander de photo, ni demander la date de naissance, ni demander le statut matrimonial.

      La norme ici c’est 2 ou 3 pages pour les CV. Mon domaine nécessite un CV 1mandat/1page. J’ai même une table des matières haha! J’aimerais un juste milieu entre 2-3 pages et une vingtaine de pages!

      Répondre à Julie
  • Noémie

    Super cet article ! Je me posais justement la question, et tes réponses vont m’être utiles très prochainement puisque je suis en pleine recherche d’un nouveau job :)

    Répondre à Noémie
    • Marlène

      J’espère que tu trouveras un poste à ton goût, avec ou sans l’aide de ton blog !

      Répondre à Marlène
  • Hello Nobo

    Article très inspirant! Effectivement, bloguer permet de développer beaucoup de compétences, qu’elles soient visuelles, rédactionnelles, relationnelles… C’est une bonne idée de s’appuyer sur son blog pour parler de ses qualités. Merci pour tes conseils!

    Répondre à Hello
    • Marlène

      Merci pour ton commentaire ! Je pense qu’au moins, ça donne une justification très objective à des qualités qu’on avance souvent sans argumenter… “Je suis débrouillard”. Ok, mais comment ? “J’ai appris seule à créer mon propre blog, à mettre le nez dans le design web”. C’est tellement mieux quand une qualité est appuyée par une expérience concrète :)

      Répondre à Marlène
    • Hello Nobo

      Tu prouves bien que parler de son blog avec un vocabulaire professionnel en fait un véritable atout pour décrocher un job! A la place de l’employeur, je t’aurai embauchée tout de suite avec des phrases percutantes comme ça! Merci pour le partage, c’est très instructif.

      Répondre à Hello
    • Marlène

      Il m’a proposé le poste… et j’avais trouvé mieux ailleurs entre temps donc j’ai eu ce vrai luxe d’avoir le choix :) Ça prouve quand même qu’un site ou un blog peut devenir un argument qui marche et le plus intéressant, c’est que l’auteur de cette bonne blague lourde me proposait un job dans les ressources humaines donc rien à voir avec le sujet du site ou même avec la communication web en général !

      Répondre à Marlène
  • Yoann

    Pour moi cela dépend du blog et du type de poste que l’on vise mais je pense que un blog, s’il est bien travaillé et qu’il a un certain succès peut vraiment faire pencher la balance car il est également le reflet de nos compétence comme par exemple notre capacité d’écriture, de leader d’opinions, de pédagogie, de maîtrise des outils web ou bien tout simplement de pouvoir se former tout seul et d’être autonome.

    Après comme toi, je pense qu’un blog ne doit pas être la pièce maîtresse qui doit trôner sur un CV mais il donne une idée de la personnalité des capacités de la personne.

    Répondre à Yoann
    • Marlène

      Je trouve qu’on peut presque en faire une “pièce maîtresse” si le blog est de qualité, cohérent avec le poste recherché et qu’il a permis d’occuper une période de chômage. Ça peut être une bonne manière de combler un trou sur un CV en montrant sa détermination à entreprendre ! Je suis entièrement d’accord avec toi sur le fait que ça peut faire pencher la balance.

      Répondre à Marlène
  • Grisélidis

    Hello Lou :)

    Ma boss ou mes boss ne savent pas pour mon/mes blogs. Sauf s’ils sont allés cherché un peu sur le web. Et quand bien même ils sauraient, ça m’est égal dans le sens où je n’y publie rien qui puisse porter préjudice à qui que ce soit ou quoi que ce soit (employeur, collègues…). Mes collègues en revanche savent, pour les plus proches. Leur perception reste très ouverte sur le sujet. Quelques questions de curiosité pure et plus récemment, des questions techniques :) des demandes d’aide. Pourtant, il y a encore un an, j’appréhendais la façon dont mon blogging serait perçu, or il est globalement bien perçu sans que j’ai à sur-vendre la chose.

    Pour le moment je n’ai pas eu l’occasion d’évoquer un de mes blogs lors d’un entretien, mais je ne l’exclus pas du tout car je reste convaincue que cela peut être un + à avancer, si comme tu l’expliques parfaitement dans ce billet génial, il est bien “vendu” et présenté :)

    Répondre à Grisélidis
    • Marlène

      Merci Grisélidis ! Pour ce qui est des demandes d’aide, ça ne m’étonne pas, j’en ai parfois aussi de la part de personnes qui aimeraient lancer leur blog mais n’ont jamais osé franchir le pas. Je trouve ça plutôt agréable parce que ça crée un terrain d’échange où on découvre parfois les gens sous un autre angle, celui de leurs passions.

      Répondre à Marlène
  • Toute Ouïe

    Une très bonne idée d’articles. Je prends note pour plus tard au cas où!

    Répondre à Toute
  • JULE

    C’est vrai que j’ai tendance à décrire mon blogue assez simplement, comme tu le fais dans tes exemples. J’ai souvent peur d’avoir l’air prétentieuse ou de ne pas être naturelle en utilisant des mots/formules de phrases que je n’utilise pas au quotidien. Par contre, je prends bonne note du conseil (merci!) et je vais travailler là-dessus, surtout que mon blogue est maintenant un peu plus connu. :)

    Répondre à JULE
    • Marlène

      Je pense que dans un entretien d’embauche, on est justement dans une situation assez différente du “quotidien” et de la façon dont on peut parler de son blog à ses amis, à sa famille ou à d’autres blogueurs. On est face à quelqu’un qui attend des compétences précises et surtout, qui se demande ce que tu vas pouvoir apporter à son entreprise. Donc ça me paraît finalement assez normal de ne pas employer les mêmes mots. Je travaille pour ma part dans l’univers de la communication/du web donc j’emploie des termes qui sont “compris” dans ces métiers là :)

      Répondre à Marlène
  • Audrey

    Très intéressants, ces articles sur les blogs et les entretiens ! Je n’ai pas mentionné mon blog au cours de mon entretien d’embauche car je n’avais pas le blog à l’époque, mais je l’aurais fait volontiers, en adaptant mon discours, comme toi. Ma co bloggeuse a aussi un métier en rapport à l’écriture, et on conçoit toutes les deux le blog aussi comme une vitrine de nos compétences rédactionnelles.
    Et mon directeur connaît l’existence de mon blog, il y est même abonné et m’envoie régulièrement des petits mails pour me donner son avis sur un article qu’il vient de lire !
    D’ailleurs, faire la publicité de mon blog dans mon réseau professionnel me sert beaucoup, et le directeur d’une structure avec laquelle je travaille souvent m’a promis de m’appeler bientôt car il monte un projet avec des bloggeurs lillois … et ses collaboratrices lui ont vanté les mérites d’Albertine. Affaire à suivre !

    Répondre à Audrey
    • Marlène

      Je trouve ça top d’arriver à “mélanger” les deux aussi harmonieusement. C’est vrai que pour la dimension rédactionnelle, c’est une excellente vitrine. On m’a néanmoins déjà posé une question assez pertinente : “oui, vous arrivez à écrire sur des sujets qui vous passionnent mais seriez-vous capable d’écrire aussi sur un sujet que vous ne maîtrisez pas du tout ?”

      C’est très intéressant parce que c’est vrai qu’il y a une énorme marge entre le fait d’écrire “pour soi”, sur des thèmes que l’on apprécie et le fait de produire des contenus pour un tiers.

      Répondre à Marlène
    • Audrey

      C’est vrai, c’est une vraie question, et ce n’est pas toujours facile. Jusque là, je n’avais pas trop eu à me la poser, et l’an dernier, il a fallu que je rédige un dossier de presse sur le tourisme d’affaires à Lille. J’adore ma ville, mais le tourisme d’affaires, ce n’est pas du tout ma tasse de thé … Cependant, la collègue qui me l’avait demandé en était très contente, et même si j’ai eu un peu de mal à me motiver, j’ai fini par bien rentrer dedans, donc tout n’est pas perdu …
      Le plus important, c’est de comprendre de quoi l’on parle. Quand je dis comprendre, je veux dire en profondeur, pas juste en surface. C’est finalement la phase de travail qui me prend le plus du temps. Une fois que j’ai bien digéré le sujet, ça va mieux pour écrire ensuite !

      Répondre à Audrey
    • Marlène

      Je ne sais pas ce que tu en penses mais je trouve que c’est finalement très lié à notre propre curiosité. Quand on a cette soif de découverte, même si le sujet ne nous attire pas au premier abord on va quand même parvenir à s’immerger dedans moyennant quelques recherches…

      Répondre à Marlène
  • Madagascarian

    j’adore ton article ! c’est vrai que moi je préfère garder mon petit blog pour moi en privée et en anonyme haha :P

    merci pour ce partage ! des bisous Xx

    Répondre à Madagascarian
    • Marlène

      Je peux tout à fait comprendre ce choix, je ferais le même si je parlais de sujets plus “intimes” :)

      Répondre à Marlène
  • La fille de l'encre

    Sujet très intéressant. En tant que CM et lorsque j’étais en cours de reconversion professionnelle, mon blog m’a bien entendu aidé à décrocher des postes, à ouvrir des portes, aussi à justifier mon parcours atypique et aussi, à justifier d’une activité lors de mes périodes de chômage.
    La seule fois où j’ai eu une mauvaise surprise, c’était l’année dernière lorsque un recruteur; devant moi, a ouvert mon blog, sur un billet intitulé “antisociale et blogueuse”, titre choisi parce que je portais un sweat marqué “antisocial”. Et là, ce c** me sort “Olivia, comment peut-on être antisociale et travailler ?”

    La connerie de la question m’a un peu coupée la parole, j’avoue :)
    Mais bon, tout l’entretien s’est mal passé et ce n’était pas la faute de mon blog alors bon … Et puis cela m’a permis d’en faire un billet ;)

    Répondre à La
    • Marlène

      Olé, je comprends que ce soit déconcertant, surtout quand tu ne t’attends pas du tout à ce qu’on te parle de ce sujet ! Le second degré est en option chez certaines personnes :)

      Répondre à Marlène
  • La Minute d'Emy

    Je ne préfère pas en parler, cela reste mon jardin secret.

    Répondre à La
    • Marlène

      Je te comprends, pour ma part j’ai plusieurs collègues qui connaissent l’adresse et bien que le sujet ne soit pas infiniment personnel, c’est assez étrange d’entendre quelqu’un du travail dire “Ah tu vas souvent en Angleterre”, “Oh j’ai bien aimé tes photos de telle destination” :) Alors je comprends tout à fait, pour toi qui abordes des sujets encore plus perso !

      Répondre à Marlène
  • Claire - 30 ans ou presque

    Comme le dit StepHh un peu plus haut, mon blog est aussi “mon bébé”, j’y consacre beaucoup de temps et d’efforts et j’en suis fière au final… Mais j’ai déjà eu cette réflexion de me demander si je pouvais le valoriser sur mon CV. Malheureusement, comme tu l’indiques au début de ton article, les blogs “humeurs” ou “un peu trop perso-j’me-raconte-intimement” sont difficiles à mettre en avant, surtout quand on bosse comme moi dans un milieu assez peu ouvert à la fantaisie… Dommage car mon blog m’a permis de développer de nombreuses compétences. A celles que tu cites dans ton article je rajouterais les compétences rédactionnelles : je blogue parce que j’aime écrire et à force je sens que mon écriture s’est fluidifiée, les mots viennent plus naturellement.

    Répondre à Claire
    • Marlène

      Je trouve, malgré tes réticences, que ton blog ne renvoie pas l’image d’un “journal intime impudique”. Tes articles sont au contraire des thèmes dans lesquels on peut tous se reconnaître à cet âge, il y a de l’humour, le thème est cohérent… Et puis réunir plusieurs milliers d’abonnés sur les réseaux sociaux, tout le monde n’y arrive pas !

      Répondre à Marlène
  • OnlagGirl

    Je n’ai pas mis mon blog sur mes CV tout simplement je le trouve pas assez travaillé et assez négligé. Je ne prends pas le soins de me relire tout le temps (en conséquence, les fautes se glissent un peu partout) et je parle un peu comme si je parlais à des copines, avec un vocabulaire assez famillier. Si je mets en avant mes talents de rédactrice dans mon CV et que mon blog est autant négligé. ça le fait pas.
    Je laisse aussi apparaitre un peu mon coté gaming sur mon blog et je pense que ce coté là est assez mal vu dans le domaine professionnel si on n’est pas dans l’informatique ou le web. Je n’ai pas envie de me faire rétrograder à une simple geek qui passe trop de temps sur son PC à s’abêtir devant des jeux vidéos (le jeu vidéo a une trop mauvaise image qui lui colle à la peau).
    Bref, si un jour, j’accorde plus de “professionnalisme” à mon blog, peut-être qu’il apparaitra sur mon CV mais pas pour le moment au vu de la lecture de cet article, je me contenterai comme centre d’intérêt sur le CV, randonnée et fitness.
    Merci pour cet article et j’attends impatiemment l’article suivant.

    Répondre à OnlagGirl
    • Marlène

      C’est bien que tu aies le recul suffisant pour distinguer un petit espace géré pour le plaisir et sans prise de tête de ta rigueur professionnelle :)

      Répondre à Marlène
  • marie kléber

    Super article!
    J’aime particulièrement le chapitre sur les compétences. Car oui on développe des compétences intéressantes quand on blogue, on se forme sur pas mal de choses, on apprend à persévérer, ce qui peut toujours être utile sur un poste.
    C’est pour ça que j’indique que j’ai un blog, sans en dire plus. SI on me demande, je dis que c’est un blog personnel. Généralement les gens comprennent.

    Répondre à marie
    • Marlène

      Merci Marie ! C’est vrai qu’on apprend beaucoup, sans même s’en apercevoir parfois tant ça s’inscrit dans une évolution naturelle. Je crois par exemple que notre écriture devient plus fluide par le simple fait que le blog soit une habitude :)

      Répondre à Marlène
  • lucie

    J’ai effectivement mis mon blog en avant dans mes recherches de jobs: je bosse dans le webmarketing et honnêtement à chaque fois ça a joué en ma faveur. Mais il faut savoir présenter la chose, expliquer ses démarches, comment on pense à ses articles, expliquer comment le blog a évolué au cours du temps…C’est mon copain qui m’a dit de le mettre sur mon CV et honnêtement j’étais un peu sceptique mais bon après tout ça valait le coup d’essayer. Après, j’ai toujours bossé à Londres et il y a quelques années les blogs étaient plus développés qu’en France donc ça fait peut-être une différence. Mais j’ai l’impression que ces dernières années l’écart se ressert :)
    Enfin bref, oui si le blog est lié plus ou moins directement au job: il ne faut pas hésiter à le mettre en avant.

    Répondre à lucie
    • Marlène

      J’en parle en entretien depuis à peu près 5 ans en France et c’est globalement bien accueilli. Mais comme tu dis, je pense que tout est dans la façon de l’évoquer et de rendre ce qu’on fait intelligible pour quelqu’un qui ne connaît pas toujours cet univers !

      Répondre à Marlène
  • StepHh

    Merci pour cet article qui pose les bonnes questions et donne de très bons axes de réflexion. Parce que comme nous sommes toutes un peu fière de nos bébés, nous aurions tendance à vouloir en parler sans réfléchir plus loin, au risque d’être mal perçue par un éventuel employeur.

    Répondre à StepHh
    • Marlène

      Exactement ! Et au-delà du fait que tous les blogs ne sont pas bons à mettre en avant, je dirais aussi que lorsque l’on choisit d’en parler, il faut être clair avec soi-même. Si l’employeur potentiel s’arrête à un cliché (exemple : la blogueuse nunuche) et n’est pas capable de voir l’intérêt de ce type de projet, a-t-on vraiment envie de travailler pour lui ? Est-ce un signe d’ouverture de sa part ?

      Le recrutement est un échange même si on est dans une position de “demandeur d’emploi”… On doit correspondre au poste mais le poste doit aussi nous correspondre pour que ça se passe bien. C’est un grand sujet de méditation, ça :)

      Répondre à Marlène
  • Cavali'Erre

    Je me suis posée les mêmes questions récemment. Et finalement j’ai mis ou non mon (ou mes) blog (s) sur mon CV selon les postes. Même si pour moi tenir un blog permet de développer de nouvelles compétences, il n’est pas forcément évident de le faire comprendre à un recruteur sur un CV. Peut-être plus en entretien comme tu l’as dis, mais la situation ne s’est pas présentée dans mon cas.
    En tout cas, article très intéressant et utile!

    Répondre à Cavali'Erre
    • Marlène

      Sur le CV, tu pourrais glisser ça dans ta rubrique Centres d’intérêt par exemple (“Équitation à haut niveau, gestion d’un blog personnel sur le sujet”)… ce qui permet ensuite de l’approfondir en entretien !

      Répondre à Marlène
  • JULE

    Les dernières fois que j’ai envoyé mon c.v. quelque part, j’incluais mon blogue sur ce derniers seulement pour les postes avec lesquels je voyais un lien, puisque, comment dire,mon blogue est un peu… anti-capitaliste. Pas évident de trouver un boulot dans une boutique avec ça! ;)

    Répondre à JULE
    • Marlène

      C’est vrai que ça peut faire peur ou sembler tout simplement paradoxal aux yeux de quelqu’un qui porte un regard extérieur et très bref sur tout ça. C’est la difficulté avec un processus de recrutement : ça reste une “photographie” de toi à un instant donné. Tu peux très bien être une personne honnête, qui dissocie ses convictions personnelles de son activité (et qui ne va pas, par exemple, aller disputer une cliente de la boutique parce qu’elle a un sac plastique à la main)… mais comment s’assurer que le recruteur, qui ne te voit qu’une ou deux fois, en prendra conscience ?

      Répondre à Marlène
  • Cécilia Autour de Cia

    Je suis d’accord qu’avoir un blog développe des compétences au-delà du sujet du blog. Pour le mien, ça va au delà de l’application d’un rouge à lèvres. C’est de l’organisation, de la photo, de l’infographie – bon moins de l’orthographe, même si je fais des efforts, je le jure. En fait, il y a beaucoup de compétences annexes que l’on peut être en avant.
    Je n’avais pas pensé au projet collectif, c’est vrai que gérer les RDVBeauté demande beaucoup d’organisation, de contrôle, même si ça a rien à voir avec mon métier ça montre des compétences.

    Par contre, j’ai quand même cette inquiétude par rapport à l’image superficielle que peut avoir la beauté. Tu dis tout les blogs, mais je crains que les gens ne fassent des hiérarchies trop rapide, qu’ils jugent en domaine mieux que l’autre.
    Même si pour moi, je n’aime pas faire de la hiérarchie, je me dis que dans mon milieu de l’art, j’aurais peut-être du mal à faire avaler la pilule. Et sûrement plus chez les hommes que les femmes. J’ai peur qu’on arrive trop vite à cette image trop rapide de fifille sans cerveau. Tu vois même si je n’aime pas faire de catégories entre les hobbies, je me dis que j’aurai plus de facilité à parler de mon blog voyage My travels with Love que d’Autour de Cia.
    Même si j’en suis très fière de ce blog et que c’est celui qui fonctionne le mieux, je crois que j’ai un peu peur quand j’en parle hors sphère blogo.

    C’est grave Docteur?!

    Répondre à Cécilia
    • Cécilia Autour de Cia

      et en recherche d’emploi, j’ai peur de le mettre sur mon CV même si ça comblerait un trou et que ça montrerait plein de nouvelles compétences :(

      Répondre à Cécilia
    • Cavali'Erre

      Cécilia, quand je vois ta capacité à publier tous les jours, je ne doute pas de tes compétences en organisation!
      Tu peux peut-être mettre en avant tes compétences d’organisation et de management de personnes en parlant des RDV beauté dans ton CV sans employer le mot “blog” qui est parfois mal perçu? Ce qui montre que tu es toujours active, et développer la question du blog seulement en entretien si le sujet se présente?

      Répondre à Cavali'Erre
    • Marlène

      J’ai connu le même problème que toi il y a quelques années avec mon site pro sur Michael Jackson… et je me rends compte aujourd’hui que je ne fais pas du tout face aux mêmes réactions quand je parle de No Tuxedo. Donc je te rejoins totalement sur le fait que beaucoup de gens hiérarchisent les sujets.

      Je pense néanmoins que quand on arrive à présenter son projet avec les bons mots, on parvient la plupart du temps à amener le recruteur à dépasser ses préjugés. Je crois par exemple que si on dit “J’ai créé un blog beauté”, ce n’est pas ultra valorisant. Alors que si on dit “Je ne voulais pas rester inactive pendant ma période de chômage, j’ai donc décidé de créer un blog personnel. Ça me permet de garder un rythme sain car je publie X fois par semaine, j’ai développé des compétences rédactionnelles et j’ai beaucoup gagné en autonomie car je me documente énormément pour proposer des sujets pertinents, je m’adapte aux réactions du lectorat, etc”. Là, la curiosité du recruteur est piquée… et il va demander sur quoi porte le blog.

      On peut alors glisser par exemple “J’ai tenu à choisir des sujets assez complets, qui mobilisent des compétences variées : être créatif, faire des photos, apporter des informations. Ce sont aussi des sujets très populaires, qui suscitent beaucoup d’interactions donc j’ai trouvé ça intéressant. J’évoque la cuisine et les cosmétiques”.

      Répondre à Marlène
Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.