Comment résister à la tentation de mettre la barre trop haut sur son blog ?


Pour beaucoup d’amateurs, bloguer est un loisir parmi d’autres. C’est une source d’épanouissement, qui demande parfois du temps mais que l’on associe malgré tout à la détente et à des émotions positives.

Mais pour d’autres, le blogging peut devenir une source d’angoisse et de frustration : trop de sollicitations, l’impression de devoir en faire toujours plus pour rester dans la course, la difficulté à faire face à toutes les exigences de cette activité si riche… Beaucoup de situations peuvent conduire un blogueur à mettre la barre trop haut.

Pourquoi en arrive-t-on à se mettre la pression à ce point ? Comment faire pour reprendre le contrôle et revenir à une approche plus saine du blogging ? Je vous propose d’approfondir ces questions et de découvrir quelques conseils pratiques pour réagir si vous sentez planer la menace du burn-out.

Mettre la barre trop haut, une fatalité ?

Le burn-out du blogueur, un mythe ?

L’idée qu’il puisse exister un burn-out chez les blogueurs fait parfois froncer les sourcils voire déclenche des moqueries. Pourtant, à de nombreux égards, le blogging s’apparente à un travail (c’en est même un pour certaines personnes) et peut donc faire l’objet des mêmes risques qu’une activité professionnelle classique.

Fort heureusement, le véritable burn-out reste rare mais beaucoup de blogueurs en connaissent certains symptômes qui viennent gâcher de manière parfois durable le plaisir de bloguer.

Le burn-out, c’est quoi au juste ?

Dans le monde professionnel, le burnout résulte souvent de la conjugaison de plusieurs facteurs, notamment :

  • Une charge de travail trop importante.
  • Une pression psychologique intense, liée à l’environnement et/ou à des facteurs internes (perfectionnisme, difficulté à dire non).
  • Le sentiment de ne pas retirer des bénéfices à la hauteur de son investissement (par exemple, travailler beaucoup sans recevoir la reconnaissance qui va avec).
  • Un certain isolement social : ne pas se sentir soutenu et écouté.
  • Le fait de recevoir des demandes qui entrent en conflit avec vos valeurs.
  • Un manque de contrôle sur votre travail.

Pourquoi les blogueurs peuvent souffrir aussi ?

Ce sont pour la plupart des situations que l’on peut ressentir sur un blog : beaucoup de blogueurs s’investissent énormément, se sentent obligés de fournir un contenu de qualité professionnelle même s’ils sont amateurs, se retrouvent prisonniers d’une course à l’excellence où ils entendent partout qu’il faut se former au référencement, publier souvent et investir dans un design professionnel.

J’ai justement écrit un article qui a pas mal fait réagir, sur les risques et les limites de cette « quête de visibilité » qui conduit beaucoup de blogueurs à se mettre la pression.

Beaucoup se sentent seuls face à ces problématiques car la blogosphère valorise une certaine « perfection » et l’entourage peut avoir du mal à comprendre pourquoi on s’investit autant. Sans oublier que de nombreux blogueurs ont l’impression d’être perdus face à la complexité de l’activité (le code, le community management, le référencement et j’en passe !) et doivent faire face à des résultats décevants sans savoir comment inverser la vapeur : le trafic n’est pas au rendez-vous, les lecteurs ne commentent pas assez les articles, etc.

Il arrive à tout un chacun de ressentir ces sentiments à un moment de son parcours mais certaines personnes y sont plus vulnérables que d’autres. Ce sont souvent des des gens qui n’ont pas confiance en eux et se sentent obligés d’en faire plus que les autres pour mériter leur place, des personnes qui se réalisent à travers leur travail ou qui ont un très fort désir de « bien faire » quitte à ne pas savoir poser des limites ou s’arrêter…

Quelles conséquences ?

  • Vous vous sentez démotivé et vous avez l’impression d’être nul.
  • Vous ressentez du stress.
  • Vous avez tendance à vous isoler.
  • Vous éprouvez de l’agressivité que vous dirigez parfois vers les autres.
  • Votre jugement est déformé : par exemple, face à un avis différent du vôtre, vous allez le vivre comme une attaque personnelle et être très affecté ; vous allez exagérer les conséquences d’une petite erreur (ex : un lecteur qui vous signale une faute d’orthographe).
  • Vous avez du mal à vous concentrer.

Si ça prend des proportions vraiment extrêmes, mieux vaut demander de l’aide car les causes sont sans doute plus profondes, votre blog agit juste comme un « révélateur » qui les met en lumière.

Comment lutter quand on a tendance à mettre la barre haut ?

Oubliez ces autres qui vous angoissent

A lire sur le sujet – 10 raisons de ne pas avoir peur de la concurrence sur son blog

Quand on ouvre un blog, on est très vite happé dans un monde où on lit beaucoup d’articles, où on fréquente beaucoup d’autres blogs… Parmi eux, il y a toujours des gens qui ont des compétences que vous n’avez pas. Le fait qu’ils trouvent leur place dans la blogosphère ne vous empêchera pas de trouver la vôtre.

Si vous ressentez une pointe de jalousie ou du stress en lisant certains blogs parce qu’ils vous paraissent tellement meilleurs que le vôtre, arrêtez de les lire.

Réduisez le volume de sollicitations

Quand on a un blog, les sollicitations sont quotidiennes ce qui peut créer un sentiment de « trop plein ». On peut en venir à bout…

  • En décidant de ne plus répondre aux commentaires plusieurs fois par jour mais seulement 3 fois par semaine.
  • En désactivant les notifications des nouveaux commentaires pour choisir soi-même à quel moment on va les lire.
  • En se désabonnant de nombreuses newsletters.
  • En acceptant l’idée de ne pas répondre à certains mails.
  • En réduisant le nombre de réseaux sociaux sur lesquels on est actif.

A lire sur le sujet – 8 conseils pour survivre quand on reçoit trop de mails

Fixez-vous des limites

Si vous avez tendance à mettre la barre trop haut, il faut réapprendre à vous fixer des objectifs plus réalistes et ça peut passer par des limites chiffrées.

  • Déterminer un nombre d’articles maximum à publier chaque mois.
  • Limiter le temps passé sur les réseaux sociaux à X heures/minutes par jour… quitte à installer une extension de navigateur comme BlockSite ou LeechBlock pour bloquer l’accès à certains sites une fois ce temps écoulé.
  • Aborder vos statistiques autrement : par exemple, au lieu de viser un trafic de X visiteurs par mois, intéressez-vous à l’évolution du trafic d’un mois à l’autre. Ce sera moins démoralisant de constater que votre blog a +10% de trafic que de constater que vous n’avez pas atteint votre objectif de 10000 visiteurs par mois.

Essayez le timetracking

C’est une méthode que les psychologues utilisent parfois avec les gens qui souffrent d’une addiction au travail. On vous demande de tenir un journal où vous consignez le temps passé sur votre travail mais aussi le temps dévolu à vos loisirs. Je me suis essayée à l’exercice avec le blogging pendant 6 mois et ça a été très riche en enseignements sur mon propre fonctionnement ! Vous pouvez par exemple :

  • Déterminer les types d’activités que vous réalisez : rédaction, réseaux sociaux, etc.
  • Quand vous commencez une nouvelle activité, vous notez l’heure. Quand l’activité est finie, vous calculez combien de temps elle a nécessité en déduisant les éventuelles pauses que vous avez faites.
  • Vous consignez tout ça dans un journal et à la fin de chaque journée, vous faites le total du temps passé et vous ajoutez des observations.
  • Chaque semaine puis chaque mois, vous faites un bilan pour trouver des axes d’amélioration.

J’utilisais pour ma part un outil de timetracking en ligne, Toggl. Il suffit déjà de quelques semaines pour tirer des conclusions intéressantes.

  • Vous allez réaliser sur quelles activités vous perdez du temps. Par exemple, j’ai pris conscience que mes relectures (bien trop perfectionnistes) d’un article me demandaient deux à trois fois plus de temps que l’écriture !
  • Vous allez savoir dire si vous vous fixez un planning ou des objectifs irréalisables. Par exemple, le timetracking vous permettra de savoir combien de temps vous mettez à écrire un article en moyenne et c’est une base objective à partir de laquelle il sera plus facile de définir un programme réaliste.
  • Vous allez repérer les situations qui vous poussent à « trop travailler » alors que vous aviez prévu de vous arrêter plus tôt.
  • Sur une note plus positive, si vous prenez l’habitude de mettre des observations sur votre carnet de bord, vous allez aussi remarquer quelles journées sont associées à un sentiment de satisfaction. C’est un très bon moyen d’identifier ce qui vous fait du bien !

Ayant une tendance naturelle à ne pas savoir m’arrêter, je teste toutes sortes de méthodes pour « garder la situation sous contrôle » car j’ai malheureusement vécu le cas de figure où ça devient incontrôlable… J’espère que ces quelques conseils vous aideront si vous êtes dans le même cas !


Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

27 commentaires sur “Comment résister à la tentation de mettre la barre trop haut sur son blog ?

  • Ludo

    Personnelement, c’est plus parce que le blog est un peu mon petit bébé que je veux à chaque fois rajouter un petit truc… Du genre ça serait pas mal ça ! Oh et ça, il faut le faire ! Tiens tant que j’y suis, etc ! Mais c’est plus pour moi que pour les autres…
    Par contre, si j’essaye un truc et que je n’y arrive pas ! Aaaaaaargh, je suis capable d’y passer la journée! Je suis incapable d’arrêter tant que je n’ai pas trouvé. Et à la fin de la journée je râle parce que je n’ai fais d’autre que ce pu**** de problème à la c** :p

    Répondre à Ludo
    • Marlène

      Je comprends, surtout quand tu t’es mis quelque chose en tête et que tu imagines le résultat !

      Répondre à Marlène
  • Les Gros Sacs

    Intéressant comme d’habitude :) Notamment la partie sur l’évolution du trafic qui permet de se rassurer ;)

    Répondre à Les
    • Marlène

      Justement, concernant l’évolution du trafic il faut là aussi prendre les choses avec distance. Je vois passer des messages de blogueurs qui paniquent un peu en ce moment parce que leur trafic baisse… c’est Noël et sur certains blogs, ça rime avec une période de calme :) Ce n’est pas vrai pour tout le monde car ça dépend des thèmes abordés dans le blog mais ça prouve qu’il faut prendre les chiffres avecc un peu de recul !

      Répondre à Marlène
    • Les Gros Sacs

      Oui en effet c’est à prendre en compte en cette période :)

      Répondre à Les
  • Marie

    Comme c’est intéressant et vrai !!! Pas facile de garder le cap quand au bout de 6 mois le trafic stagne !!! Bravo pour cet article original!

    Répondre à Marie
    • Marlène

      6 mois, c’est encore jeune pour un blog même si ça paraît déjà beaucoup. Le blogging est une grande histoire de patience et la première année est une mise à l’épreuve de ce point de vue :)

      Répondre à Marlène
  • Bérénice

    Intéressant ton article, c’est vrai que c’est un sujet dont on ne parle par assez je pense. J’ai toujours le problème de vouloir mettre la barre trop haute, je veux réaliser 3000 choses en 24h seulement et résultat, à la fin de la journée, je suis fatiguée et pas satisfaite de mon travail.
    Depuis environs une semaine, j’ai pris la décision de n’inscrire que 2 ou 3 tâches importantes à réaliser dans la journée. Grâce à ça je suis contente de moi quand la soirée commence et ça me fait du bien :)

    Répondre à Bérénice
    • Marlène

      Je te comprends, c’est en ça que je trouve le time-tracking intéressant. J’avais le même problème que toi à une époque. Je me fixais un planning à la semaine, en me disant par exemple « je veux écrire X articles, faire telle et telle chose »… tout en n’ayant pas la moindre idée du temps réel lié à ces tâches.

      Si, par exemple, la rédaction d’un article me demande 1h30, ce n’est pas réaliste de me dire « ce soir, j’écris 3 articles » après une journée de travail. D’une part, il y a comme tu le décris un sentiment d’insatisfaction même quand on a fait plein de choses (car « faire plein de choses » et « finir ce qu’on prévoyait » n’apporte pas le même plaisir !). D’autre part, on peut en arriver à sacrifier des choses importantes pour « tenir son planning » alors que la vie, ce sont aussi des imprévus, des opportunités à saisir qui exigent parfois de lâcher du lest sur le planning.

      Répondre à Marlène
    • Bérénice

      Tout à fait ! Dans ce que tu écris ici il y a la notion de réalisme qui est importante. Quand on se dit que l’on met 1h30 à rédiger un article, est-ce que cela nous prend vraiment 1h30 ? Des fois je me suis « Ah cet article je suis capable de te faire en 1h », donc je note un créneau de 1h dans mon agenda mais j’oublie qu’il faut aussi compter le temps passé à trouver des images pour l’illustrer, à la mise en ligne et à sa promotion sur les réseaux sociaux. Du coup j’y suis pas du tout haha ! Mais bon, j’apprends avec le temps :)

      Répondre à Bérénice
  • lemondedejustine

    Très bon article ! je n’essaye pas de mettre la barre trop haute, enfin je pense pas mais parfois je me sens crispée parce que j’y passe trop de temps et ça m’arrive souvent de me sentir oppressée par le temps, j’ai l’impression que je vais pas pouvoir tout faire, alors que j’ai plus d’un mois d’avance sur le blog :s
    Du coup je me suis imposée des horaires et le week-end, j’éteins l’ordinateur.

    Répondre à lemondedejustine
    • Marlène

      Je vois souvent le blogging comme quelque chose d’infini et d’inépuisable. On a toujours quelque chose qu’on peut améliorer, faire en plus, faire mieux… et du coup il faut une vraie réflexion sur soi-même pour s’extraire à cette course perpétuelle. En octobre par exemple, j’ai lancé mon blog voyage, j’étais contente d’avoir réglé cette histoire… jusqu’au moment où j’ai commencé à avoir un gros fourmillement d’idées, de projets, d’envies ^^ Et c’est reparti !

      Répondre à Marlène
  • prettylittletruth

    Avec un boulot a temps plein et le blog, j’avoue que je ressens la pression aussi. Pas jusqu’au burn out mais un peu le stress de bien faire quand meme :)

    Répondre à prettylittletruth
    • Marlène

      En soi, je trouve ça positif d’avoir une certaine volonté de bien faire. Tant qu’elle ne devient pas envahissante en gros !

      Répondre à Marlène
  • Océane

    Merci pour cet article Marlène ! :)
    Je fais partie des gens impatients, perfectionnistes et qui n’ont pas vraiment confiance en eux. Et même si j’aborde mon blog avec plaisir, il reste toujours des questions et des comparaisons avec d’autres. J’en avais même fait un article il y a peu, qui avait été bien reçu et qui m’a permis de voir que je ne suis pas la seule comme ça.
    Enfin, j’essaie de moins me laisser absorber par tout cette « énergie négative » pour mieux avancer… Le défi de 2017 ! ;)

    Bonne journée !

    Répondre à Océane
    • Marlène

      C’est l’article que j’ai commenté, non ? :) Celui sur « la déprime de la blogueuse » ? Je pense que beaucoup de gens se reconnaissent là-dedans parce que tout le monde se compare, même quand « ça marche ». Je suis tombée hier sur la vidéo d’une YouTubeuse avec plusieurs centaines de milliers d’abonnés, qui disait qu’elle aussi croisait beaucoup d’autres YouTubeurs « influents » qui tentaient d’obtenir des astuces de sa part, de savoir comment elle faisait ceci ou cela… et je pense que tout le monde « cherche les meilleures recettes », quel que soit le domaine et le niveau de succès existant.

      Après, c’est plus ou moins sain : vouloir progresser, c’est bien. Se fixer des objectifs inatteignables, c’est frustrant.

      Répondre à Marlène
  • Daphné @ Be Frenchie

    Très pertinent encore une fois !

    Je pense que le problème vient en partie du fait qu’en créant un blog, on regarde forcément ce que font les autres blogueurs dans son domaine. Mais la spécificité d’internet est qu’on a accès à tout ce qui se fait dans le monde; il ne s’agit plus de comparer son travail à celui de son voisin mais bien à l’échelle de la planète entière.

    Si cette émulation tire vers le haut, la barre devient aussi de plus en plus haute et ça peut devenir décourageant. On n’a pas tous le même temps, matériel, ou savoir-faire.

    Je garde toujours en tête ce conseil lu dans un de tes articles; mieux vaut ne pas publier que de publier un article pas fini. Alors tant pis si je ne publie pas régulièrement, je préfère prendre le temps de relire et peaufiner les petits détails avant de cliquer sur publier.

    Et j’éprouve aussi de la satisfaction a relire d’anciens articles et voir l’évolution du blog. Après tout, ne se compare-t-on pas toujours à soi-même ?

    Répondre à Daphné
    • Marlène

      Je pense en tout cas qu’il faut être fier de ce qu’on accomplit, même quand on pense à tout ce qu’on pourrait faire de plus. On parcourt quoi qu’il arrive un chemin intéressant et enrichissant, qui nous emmène plus loin. Et même si ce n’est pas assez loin à notre goût, c’est bien de s’arrêter parfois et de se retourner sur ce qu’on a déjà fait :)

      Répondre à Marlène
  • Pause Vagabonde

    Bien que je ne sois pas vraiment concernée étant donnée que j’ai commencé mon blog il y a quelques mois seulement et que c’est un hobbie auquel je m’adonne lorsque j’en ai le temps, en dehors des études, j’ai trouvé cet article très intéressant ! D’ailleurs le timetracking peut être utile pour bien d’autres usages !
    Bonne continuation :)

    Répondre à Pause
    • Marlène

      Je pense que c’est plus un « état d’esprit » qu’une histoire d’ancienneté dans le blogging, en fait. On peut se mettre la barre haut dès le premier jour de son blog voire avant même son ouverture (cf le commentaire de Cécile qui n’a pas encore ouvert son blog parce qu’elle veut être au top du top le jour J). Tant mieux si tu n’as pas cette tendance ;)

      Répondre à Marlène
  • tania

    j ai choisi de ne pas être sur tous les réseaux sociaux
    on ne peut être partout je pense
    je suis consciente de mes lacunes mais je sais aussi qu on a pas tous les mêmes compétences
    je ne l oublie pas
    j aime bien l idée de noter la progression concernant ses stats plutôt que un certains nombres de visiteurs par mois

    Répondre à tania
    • Marlène

      Je suis d’accord avec toi et les réseaux sociaux sont un bel exemple d’activité qui demande du temps :)

      Répondre à Marlène
  • Bernard Birsinger

    Bonsoir chère Marlène ……… et toujours un bel article.

    Cette course au  »hit-parade du blogging » me fait penser à ces jeunes élèves chinois qui suivent un cours au tableau tout en ayant sur leurs genoux un livre d’un autre cours. Au résultat, un grand nombre de burn-out, voir de suicides.

    Il y a aussi des moyens physiologiques pour contrecarrer ce burn-out :

    – travailler dans le silence.
    – travailler face à la lumière du jour ou à 5600° Kelvin.
    – abandonner des excitants comme le café …….. mais verser dans les antioxydants et les vitamines à travers des fruits à haute valeur nutritionnelle.
    – s’oxygéner en ouvrant sa fenêtre ou aller courir 30 minutes.

    Chère Marlène, je vous vois en pleine maîtrise technique de votre  »passion »….mais aussi peut-être proche de votre limite avec 3 blogs à assumer……. mais vous êtes jeune et on a confiance en vous.

    On n’oubliera point que le mot  »passion » vient du latin  »patere » qui veut dire  »souffrir ».

    Bernard Birsinger Photographe.

    Répondre à Bernard
    • Marlène

      Le cas des élèves chinois, je l’ai vécu de mon plein gré pendant toute ma scolarité mais sous un angle plus plaisant : un roman sur les genoux et le cours au tableau !

      3 blogs à assumer, ça peut paraître beaucoup de l’extérieur mais en réalité, ce n’est pas énorme quand la rédaction web fait partie de notre expertise professionnelle. Il y a pas mal d’astuces pour que la gestion soit simplifiée. Des choix techniques, par exemple (mes 3 blogs utilisent une variante du même thème WordPress), de l’automatisation, ne pas répondre à toutes les demandes… Je suis donc très loin de ma limite :) Et ce sont 3 blogs perso donc si je n’ai pas envie d’écrire, je n’écris pas. Mon avance en rédaction me permet d’ailleurs de faire régulièrement de longs breaks.

      Si j’ai failli tomber dans l’excès, plus jeune, c’est surtout parce que je ne savais pas poser des limites avec les internautes envahissants et leurs demandes. Je n’ai plus ce problème aujourd’hui.

      Répondre à Marlène
  • Cécile

    Merci pour ces pistes. Je suis du genre perfectionniste et passionnée (donc avec du mal à m’arrêter aussi), j’ai déjà quelques bonnes pratiques que tu cites (notamment se fixer un nombre d’articles max / semaine, ne pas répondre de suite aux commentaires et je commence à ne pas répondre à certains mails… ça m’est difficile mais je n’ai plus le temps de toute façon). Je me fixe aussi des périodes off (de blogging et de boulot), ce qui n’était pas le cas avant.
    Je pense que je vais tester le timetracking parce que je perds beaucoup de temps sur certaines tâches (pour preuve mon 2ème blog toujours pas ouvert parce que je veux des articles top et un design rien qu’à moi…).

    Répondre à Cécile
    • Marlène

      Hello, je l’ai mentionné dans un autre article je crois mais Toggl est vraiment pratique pour le timetracking « non contraignant ». Il y a juste à entrer le nom de la tâche, à lancer/arrêter le chrono, il calcule tout seul le temps passé, le total de la journée puis le total de la semaine. C’est bien pratique !

      Les mails se transforment vite en gouffre temporel… et c’est parfois une dépense d’énergie phénoménale. J’ai posé des limites sur mon blog voyage parce que c’est le paradis des gens qui te prennent pour une agence de voyage ^^ Beaucoup de blogueurs sur cette thématique le vivent, d’ailleurs. On a des dizaines de mails avec des questions du style « quel trajet je dois faire pour aller là », « quelles activités puis-je faire sur place », « comment je dois m’habiller en décembre dans tel pays » :) 90% du temps les gens n’ont même pas fait une élémentaire recherche Google.

      Répondre à Marlène
    • Cécile

      J’ai la même chose sur mon blog d’activités avec les enfants… Sur les articles qui marchent bien, j’ai des mails ou des commentaires de gens très sympathiques mais qui auraient leur réponse s’ils lisaient l’article en fait… Je fais des tutos plutôt détaillés et plein de photos, du coup les gens regardent surtout les images je crois !
      Bref, je vois tout ça fait ^^

      Répondre à Cécile
Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.