Comment apprendre des choses à ses lecteurs quand on est un mauvais professeur ?


L’un des grands secrets de la réussite d’un blog est d’adopter une vision tournée vers le lecteur… et souvent, le blogueur est amené à jouer un rôle de professeur. C’est vrai aussi bien pour les blogueurs amateurs que pour les professionnels… et quel que soit le secteur concerné.

C’est souvent par la transmission d’une expérience ou d’un savoir que l’on éveille l’intérêt des lecteurs pour une thématique donnée.

Des exemples ?

  • C’est la blogueuse beauté qui va initier ses lectrices aux subtilités d’un maquillage de soirée ;
  • C’est l’entreprise du bâtiment qui va expliquer sur son blog tout l’intérêt qu’il y a à construire un préfabriqué plutôt qu’un bâtiment en dur ;
  • C’est l’éditeur de logiciels qui va présenter sur son blog la nouvelle réglementation qui affectera toutes les entreprises prochainement ;
  • C’est le blogueur voyage qui va donner des informations pratiques sur une destination.

Mais comment jouer ce rôle de pédagogue et apprendre des choses à ses lecteurs quand on n’est pas un bon professeur ?

Être un bon professeur pour ses lecteurs, à la portée de tous ?
Être un bon professeur pour ses lecteurs, à la portée de tous ?

Connaître son lecteur

Être un bon professeur, c’est d’abord connaître son public. Même avec toute la bonne volonté du monde, on ne peut pas prétendre s’adresser à tout le monde dans chaque article. Ça ne vous viendrait pas à l’esprit qu’un prof de maths fasse le même cours à des élèves qui suivent un master de mathématiques… et à des collégiens de sixième.

En revanche, le professeur qui fait cours aux élèves de master a sans doute toutes les connaissances nécessaires pour assurer également un cours auprès d’élèves moins experts ! Il peut être passionnant pour deux publics… à condition de bien savoir à qui il s’adresse lorsqu’il commence son cours.

Sur un blog, c’est un peu la même chose. Si vous voulez être un bon professeur, il faut apprendre à connaître votre lectorat : quel est son niveau d’expertise ?

Etre un bon professeur, c’est être là pour accompagner

Un blog est ouvert à tous… ce qui rend l’exercice de rédaction délicat ! En effet, n’importe qui peut tomber sur n’importe quel article… sans forcément avoir l’expertise pour le comprendre.

J’ai eu le cas sur No Tuxedo, avec un lecteur qui m’a adressé un message incendiaire, me demandant de “couper la langue du rédacteur parce qu’il ne sait pas se mettre au niveau de ses lecteurs”.

La personne est visiblement tombée sur des articles auxquels elle n’a rien compris, manquant sans doute de l’expertise nécessaire sur certains sujets. C’est là qu’il est intéressant de permettre aux lecteurs de réagir dans les commentaires… enfin, quand le lecteur a l’intelligence d’expliquer ce qu’il n’a pas compris au lieu d’un simple “Vous parlez chinois, je ne comprends rien” ;)

Un bon professeur est celui qui va essayer de clarifier la complexité pour le novice sans le lâcher dans la nature. Oui, il faut aimer la pédagogie… car ça prend du temps et comme les professeurs le savent bien, on ne récolte pas toujours les fruits de son investissement :) Ca fait partie des apprentissages du professeur, tout comme l’élève a les siens !

Il faut aussi savoir poser des limites. Le professeur n’est pas celui qui fait à la place de l’élève !

Une histoire de vocabulaire

“Je sors d’une réu avec la team new biz. En fait, dans le brief ils disent qu’ils veulent une propale avec des quick wins donc ils s’attendent à les voir dans la prez. Bon, je prends le lead, je mets ça sur ma to-do et au pire on prévoit un conf call avant pour avoir des inputs de la part de l’équipe de Julien”.

Hum… voilà le genre de conversation qu’on peut entendre quand on travaille en agence.

Si vous n’avez rien compris, que ça vous a fait sourire ou froncer les sourcils, vous verrez exactement où je veux en venir : chaque univers a son jargon… et il peut sembler totalement obscur ou insolite pour quelqu’un qui n’évolue pas dans le même univers.

Pour apprendre des choses à vos lecteurs, il ne faut pas hésiter à expliquer ce jargon. Pas systématiquement, car ça deviendrait ennuyeux de toujours tout reprendre à zéro… mais de temps en temps, si vous pouvez privilégier un terme transparent plutôt qu’un mot de jargon, votre propos n’en sera que plus clair. Vous pouvez aussi ajouter des “tooltips” grâce à une extension WordPress comme CM Tooltip Glossary, c’est-à-dire une explication qui s’affiche quand le lecteur survole un mot.

Si je parle de la CTR Curve SEO, par exemple, beaucoup de gens ne vont rien comprendre. A l’inverse, ce sera sûrement bien plus clair si je vous explique que chaque position sur Google correspond à un certain taux de clics, le premier résultat recevant bien plus de clics que le second et ainsi de suite… et que tout ceci forme ce qu’on appelle la “CTR Curve SEO”, la courbe du taux de clics en fonction de la position sur Google.

Être un bon professeur, c’est être logique

Quand on a une bonne maîtrise d’un sujet, il y a beaucoup de choses que l’on considère comme évidentes… Je parlais de maths au début de cet article alors on va rester dans le même univers ! Aujourd’hui, si je vous demande combien il faut ajouter au chiffre 3 pour arriver au chiffre 9, j’imagine que vous pouvez répondre du tac au tac. À l’inverse, un enfant qui apprend à compter va souvent égrener sur ses doigts tous les chiffres les uns après les autres.

Quand on aborde un sujet sur son blog, c’est la même chose : une personne qui a une certaine expertise va souvent voir immédiatement les tenants et les aboutissants de votre explication alors qu’un débutant aura besoin de passer du point A au point B avant d’en arriver au point C.

C’est pour ça qu’il est important de bien structurer vos articles : une introduction, des paragraphes qui s’enchaînent de manière logique, des exemples et des visuels si nécessaire, etc.

Usez et abusez des anecdotes et des métaphores

Beaucoup de concepts abstraits et/ou compliqués peuvent être comparés à une situation plus simple à la portée de tous. Souvenez-vous de la fameuse question “comment on fait les bébés” et de l’histoire si populaire de la petite graine du papa qui rencontre l’oeuf/la petite graine de la maman… c’est une jolie simplification de la course folle des spermatozoïdes, de ce moment où l’ovule est expulsé du follicule et de toutes les étapes de division cellulaire qui débouchent sur la création d’un nouvel être humain !

Si on est capable d’expliquer un processus aussi riche et complexe que la fabrication d’un être vivant avec une belle métaphore, il y a sûrement bien des domaines où l’on peut le faire aussi ! Ça permet de donner une dimension concrète à des concepts abstraits ou encore de comparer des notions qui sont totalement inconnues de votre lecteur à des choses familières. Utile pour se faire comprendre !

De quoi parlent vos lecteurs ?

Sur un blog, il n’est pas toujours évident de cerner ses lecteurs, en particulier au début lorsque les interactions sont peu nombreuses. Pourtant, c’est un exercice très intéressant et très important si vous voulez être compris et trouver un écho favorable auprès des visiteurs.

Intéressez-vous à la façon dont parlent les gens que vous voulez toucher : quels mots emploient-ils ? Quels problèmes rencontrent-ils ? Soyez à l’écoute de ce qu’ils expriment en lisant d’autres blogs, en regardant les commentaires et pas seulement les articles.

Un jour, dans mon travail, on m’a demandé de gérer un client qui avait une boutique en ligne. Premier réflexe : je me rends sur le site pour découvrir son univers, ses produits, son ton ; je fais un tour sur sa page Facebook pour avoir une idée de sa visibilité et de sa façon d’interagir avec ses clients… et je fais un constat très intéressant. Il ne maîtrise absolument pas l’écriture web et je dirais même qu’il ne maîtrise pas l’écriture tout court. La syntaxe est souvent hasardeuse, l’orthographe aussi et la logique de certaines phrases donnerait du fil à retordre au plus brillant des esprits !

Et pourtant, j’ai rarement vu une clientèle aussi fidèle, passionnée et active ! Tout simplement parce que ce monsieur avait tout compris de sa clientèle à lui.

Face à un discours marketing haut de gamme, un vocabulaire ciselé et pensé pour “vendre du rêve”, ces gens auraient sans doute été plus décontenancés qu’autre chose. Là, ils avaient face à eux un vendeur qui parlait leur langage : “Regardé ce que (XXX) a fait pour sont enfant : sa fait plaisir de le voir s’amusé comme un fout”… est parfois plus parlant qu’un grand discours sur les mérites du dernier joujou high-tech et son ergonomie révolutionnaire.

Encore une fois, la clé est de savoir qui vous voulez toucher et avec quels mots ces personnes seront les plus réceptives !

Se documenter en permanence

On peut avoir plein de connaissances et être un très mauvais professeur. Cependant, il est difficile d’être un bon prof sans connaissances ! Pour bien expliquer un sujet, mieux vaut commencer par être soi-même à l’aise avec ce sujet : il est alors plus facile de trouver les mots et si on se documente régulièrement, on pourra aussi suggérer des ressources utiles pour aider le lecteur si l’explication donnée ne suffit pas.

Souvenez-vous de vos débuts

Et si vous deviez raconter une anecdote issue de l’époque où vous étiez débutant dans votre domaine ? C’est un exercice difficile mais amusant car on réalise souvent à quel point on a oublié le débutant que l’on était ! Je me souviens par exemple que lorsque j’ai fait mon premier site Internet, j’avais passé une après-midi entière à essayer de comprendre comment aligner une image sur le côté d’un texte. Aïe !

Plongez dans vos souvenirs et qui sait, ça vous inspirera peut-être même des sujets d’articles ?

Thèmes : Content marketing 

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 commentaires sur “Comment apprendre des choses à ses lecteurs quand on est un mauvais professeur ?

  • Bernieshoot

    Bonjour Marlène,
    Pour avoir travailler dans le domaine de la formation en France et à l’étranger, il est clair que la pédagogie est un métier à part entière. Il est également important de s’enlever de la tête qu’un expert dans un domaine est le pédagogue idéal.
    Une chose est de maitriser un sujet, une autre de l’enseigner.
    Une des questions fondamentales est également de savoir quels sont les pré-requis pour suivre (lire) une formation ou des explications.
    Si l’objectif est un public de novice, c’est à la fois plus simple et plus complexe. Plus simple parce que le niveau d’expertise du pédagogue n’a pas besoin d’être élevé, plus complexe car le vocabulaire devra permettre une compréhension parfaite.
    un petit quizz à la fin peut être un plus pour que le lecteur auto-évalue sa formation…
    Une formation sans évaluation, c’est comme un banana split sans crème chantilly.

    Répondre à Bernieshoot
    • Marlène

      Oh comme tu as raison de souligner la différence entre expertise et pédagogie :) La question de l’évaluation est, je trouve, difficile sur le web car on apprend sur le tas, sans ordre particulier, souvent par essai-erreur. C’est très fréquemment moins structuré qu’une formation “officielle”… et pour autant, je suis persuadée que ça pousse beaucoup de gens à se tourner vers des disciplines qu’ils n’auraient pas abordées dans le cadre d’une formation traditionnelle.

      Répondre à Marlène
    • Bernieshoot

      Même sur le web, l’évaluation peut prendre une forme ludique simple du type une ou deux questions sous forme de QCM (Question Choix multiples) pointant sur “ce qu’il faut retenir et avoir compris”. D’ailleurs lorsque l’on construit une formation, il n’est pas rare de commencer par l’évaluation pour savoir où l’on veut amener “l’élève”

      Répondre à Bernieshoot
  • Ornella

    Ca va, en relisant ton article, je m’aperçois que j’avais déjà globalement tout intégré dans ma façon de faire.

    Répondre à Ornella
    • Marlène

      Je suis convaincue que c’est plus ou moins naturel selon les gens :) Il y a des personnes qui sont spontanément de très bonnes pédagogues et d’autres qui ont besoin de travailler un peu plus !

      Répondre à Marlène
Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.