5 précieux conseils pour réussir un projet professionnel


Si vous rêvez de vous lancer dans un projet professionnel, un projet d’entrepreneuriat, il existe une règle d’or : ne pas s’isoler ! Rencontrez des entrepreneurs, des chefs d’entreprise, des gens qui ont réussi et des gens qui ont échoué (et souvent, des gens qui ont fait les deux à la fois !)… car c’est une source d’enrichissement énorme, qui fait beaucoup réfléchir. Et justement, j’ai envie de partager avec vous dans cet article quelques conseils pour réussir un projet professionnel.

Je les ai reçus d’un chef d’entreprise qui a réussi une levée de fonds record de plusieurs dizaines de millions d’euros ces dernières années, dont la société ne cesse de se développer… et ces conseils me guident régulièrement quand je souhaite entreprendre quelque chose… ou que j’ai plein de projets à la seconde, qu’il faut tant bien que mal canaliser !

Conseils pour réussir un projet professionnel

1. Définir ses priorités absolues

Alors que nous venions de nous retrouver, mon mentor m’a posé une question déconcertante : quelles sont tes cinq priorités absolues dans la vie, vie privée et travail inclus ?

Très vite, j’ai pris conscience de la complexité et de la richesse de cette question.

Peut-on se limiter à cinq choses, en considérant qu’elles déterminent toute notre existence ? Est-ce que ce sont plutôt des valeurs, des passions, des choses matérielles ? Par exemple, la sécurité financière fait-elle partie du top 5… ou suis-je prête à la sacrifier si un projet me permet de satisfaire un autre besoin plus profond ?

Il m’a expliqué le fondement de ce raisonnement : même si certaines personnes on tout en apparence, en réalité on ne peut jamais tout avoir. On peut être riche, réussir professionnellement, avoir un couple stable… mais sacrifier une passion pour mener cette vie. On peut être très épanoui dans son activité et dans sa vie de famille mais souffrir terriblement d’un manque de stabilité financière. On peut avoir un job incroyable, une famille merveilleuse, de l’argent… mais ne pas arriver à surmonter un traumatisme vécu dans l’enfance.

Certaines personnes ont une vision un peu idéaliste du bonheur où ce dernier consiste à tout avoir. En apportant un peu de réalisme à tout ça, le bonheur consisterait plutôt à définir ce qui nous est indispensable pour être heureux. 5 choses, par exemple, sans lesquelles le bonheur nous paraît inatteignable.

Elles peuvent être matérielles (être propriétaire de sa maison, gagner plus de X euros par mois), immatérielles (aider les autres, utiliser sa créativité, etc) ou plus concrètes (être au contact de la nature au quotidien, travailler dans le secteur de l’informatique, avoir des enfants, ne pas avoir d’horaires, vivre à Sydney).

Face à soi-même : réfléchir à ses besoins profonds
Face à soi-même : réfléchir à ses besoins profonds

L’idée est de mener cette réflexion intime sur ce qui a de l’importance pour vous, sans jugement. En effet, on sait très bien que certains objectifs de vie sont plus valorisés socialement que d’autres. Si vous dites « Ma première ambition dans la vie est d’aider les autres », ce sera beaucoup mieux perçu que de dire « Ma première ambition dans la vie est de gagner beaucoup d’argent pour ne plus m’inquiéter du lendemain ».

Ici, on ne parle pas de « se faire bien voir » en société mais de faire le point, face à vous-même, sur ce qui vous anime au plus profond de vous… car pour réussir un projet professionnel, il faudra impérativement qu’il respecte vos 5 priorités.

Si vous placez la vie de famille au cœur de vos priorités, et que votre projet vous oblige à la reléguer à l’arrière-plan, vous ne vous épanouirez pas… même si le projet lui-même a du succès.

2. Accepter de sacrifier des choses

« Je suis un exalté », m’a confié mon mentor. « J’ai mille idées qui jaillissent à la seconde, j’ai parfois envie d’aller vivre à l’étranger, de me lancer dans d’autres projets… mais je choisis de ne pas y penser pour m’investir dans ce que je fais ».

Quand on a l’âme d’un entrepreneur ou que l’on est créatif, on peut vite se laisser submerger par une foule d’idées, d’envies, plus ou moins importantes et prioritaires, mélange décousu de lubies et de vrais désirs… Un exemple ?

Cette année, j’avais envie, en vrac, d’apprendre l’espagnol, d’apprendre l’hébreu, de me lancer dans un master de droit parallèlement à mon métier, de créer une formation en ligne sur No Tuxedo, d’acheter un appartement, de faire des travaux dedans, de suivre une masterclass sur les réseaux sociaux, d’écrire un livre, de passer mon permis de conduire, de passer certaines certifications professionnelles, de recommencer à travailler sur un site que j’ai laissé de côté…

Je m’arrête là, ce n’est qu’une infime partie des dizaines d’idées qui me viennent… Si vous vivez ce genre de choses, c’est normal mais pour réussir un projet professionnel… ou même personnel, il faut apprendre à canaliser toute cette énergie. Sinon, on finit très vite par se disperser, par commencer mille choses sans en finir aucune.

Accepter de sacrifier certaines choses ne signifie pas qu’on les sacrifie à vie.

C’est sans doute la chose la plus importante à retenir pour éviter la frustration ! Il faut prioriser… en considérant que ce que l’on fait passer au second plan n’est pas abandonné mais simplement reporté.

Organiser et prioriser ses projets
Organiser et prioriser ses projets

3. Accepter de ne pas réussir tout de suite

Les exemples sont, à vrai dire, innombrables. Ce sont toutes ces histoires de multinationales qui ont débuté dans un garage ;) Toutes ces histoires de chefs d’entreprise qui ont ramé pendant des années, échoué plusieurs fois, avant que quelque chose ne se débloque, les emmenant vers le succès.

Parmi tous les conseils pour réussir un projet professionnel que l’on peut lire çà-et-là, il en est un qui reste incontournable : il faut parfois connaître des revers avant de rencontrer la réussite.

On doit parfois faire des choix difficiles ou des renoncements douloureux pour atteindre ses objectifs. Certains vont par exemple sacrifier une partie de leur salaire et travailler à mi-temps pour dégager de précieuses heures et monter leur projet. D’autres vont décider d’investir leurs économies dans leur projet, de renoncer à certains loisirs pendant quelques temps, de moins voir leur famille, de réduire leur niveau de vie, etc.

Parfois, l’environnement semble défavorable pour qui souhaite réussir un projet professionnel… et pourtant, c’est ce même environnement hostile qui va donner naissance à une belle réussite.

Prenons un exemple. 1995. Deux étudiants en doctorat à l’université de Stanford aux Etats-Unis imaginent un programme informatique, un algorithme qui permet de classer des pages web par pertinence. Larry Page et Sergueï Brin, très motivés, tentent de démarcher des entreprises de la Silicon Valley pour leur vendre leur invention. Sans succès.

A l’époque, il y a plein de jeunes comme eux, avec des idées plein la tête, qui rêvent de tirer profit d’Internet. Alors on ne s’intéresse que très peu à ce qu’ils ont imaginé. Ils décident donc de créer leur propre entreprise. Oh, une toute petite entreprise, pas connue du tout ;) Son nom ? Google.

Les exemples de ce type sont nombreux. Alors si l’on vous promet un succès instantané, une « méthode miracle que les plus grands entrepreneurs utilisent », prenez ces discours avec BEAUCOUP de pincettes. La normalité consiste souvent à ne pas réussir tout de suite !

4. Avoir une vision sur 5 ans

« Choisis une ligne directrice et fais en sorte de devenir la meilleure dans ce que tu fais. Si on pose la question « qui est le meilleur dans le domaine X », fais en sorte que ton nom soit cité ».

Voilà un autre conseil pour réussir que j’ai reçu. Avoir une vision à long terme n’est pas toujours évident, en particulier quand on lance un projet professionnel dont on ne sait même pas s’il aboutira ! Comment se projeter dans une réussite qui paraît encore si abstraite ?

Pourtant, ce travail est indispensable car au-delà de vous aider à savoir où vous allez, il va vous permettre de mieux circonscrire un certain nombre d’aspects de votre projet, par exemple :

  • Trouver les bons soutiens, les meilleures personnes pour vous aider.
  • Identifier ce qui vous manque en termes de ressources (humaines, financières).
  • Savoir sur quels aspects vous devez vous former, vous spécialiser.
  • Identifier les relais qui peuvent donner de la visibilité à votre projet.

Et surtout, cela va vous faire réfléchir à la manière de présenter votre idée. Comment avez-vous envie d’être connu et reconnu ? Quel message avez-vous envie de faire passer ? Quels sont vos atouts, sur quoi pourrait-on vous attaquer et quelle serait votre réponse ? Y a-t-il des faiblesses que vous devez/pouvez corriger dans votre projet ?

Une vision d’entreprise se construit à travers une solide réflexion, des rencontres et souvent des projections (étudier les besoins du marché, la rentabilité de son projet, etc). Et comme toute construction, on essaie de faire en sorte qu’elle dure au minimum quelques années ;)

Construire sur le long terme
Construire sur le long terme

5. Ne pas se focaliser sur ses faiblesses

Quand on a l’ambition de réussir un projet professionnel, on est le plus souvent son propre meilleur ennemi ! Oui, les autres peuvent chercher à vous mettre des bâtons dans les roues… mais l’ennemi le plus dur et le plus cruel, c’est vous-même.

C’est souvent votre petite voix intérieure qui va décider de prêter un peu trop de crédit aux critiques, de sous-estimer vos capacités ou d’avoir peur d’échouer… alors que vous pouvez en réalité réussir et surmonter vos craintes.

C’est un autre conseil pour réussir que m’a donné mon mentor : nous avons tous des faiblesses ou, plus simplement, des choses qui nous ennuient, que l’on n’a pas envie de gérer. Et ce n’est pas une fatalité, loin de là.

A titre d’exemple, je n’ai pas un sens commercial très développé, même si j’ai beaucoup progressé sur ce point depuis quelques années ;) C’est un gros obstacle en freelance… car on ne se vend pas assez cher, on en fait trop gratuitement, on tient trop compte de la situation de la personne en face, au détriment parfois de la rentabilité.

Par exemple, si on me demandait de créer un site web pour une jeune entreprise il y a quelques années, je me disais : « Oh, le pauvre, il débute son activité, il n’a pas beaucoup d’argent, je vais lui faire son site pour un tout petit prix ». Résultat : dans 95% des cas, je me faisais avoir… car la personne – même si elle débutait son activité – avait ses exigences et me faisait faire une quantité innombrable de modifications pour un budget ridicule !

La leçon à retenir n’est pas que je suis une mauvaise commerciale ;) C’est que si je monte un projet, je dois m’associer à quelqu’un qui va contrebalancer cet aspect… ou du moins m’entourer de personnes qui vont le faire.

Aujourd’hui, je suis salariée mais j’accepte occasionnellement des missions freelance… et j’ai autour de moi des gens avec qui j’en parle, et qui me disent très ouvertement « demande plus d’argent » ou « tu devrais retirer telle prestation de ton devis car tu en proposes déjà bien assez ».

Chacun a un « profil dominant » : on peut avoir le sens du commerce, le sens des finances bien tenues, la rigueur d’un juriste, la créativité et les idées qui fusent dans tous les sens… Le tout est de savoir qui l’on est, ce qui nous manque ou ce qui nous fait obstacle pour réussir le projet professionnel de nos rêves.

Acceptation de soi : apprendre à être réaliste sur ses atouts et ses faiblesses
Acceptation de soi : apprendre à être réaliste sur ses atouts et ses faiblesses

A l’inverse, je connais quelqu’un qui est très créatif, qui « part dans tous les sens » et a parfois tendance à se lancer dans des initiatives un peu trop ambitieuses ou à faire des promesses un peu dingues au risque d’être incapable de les tenir ensuite (ce qui lui est déjà arrivé… et n’est pas vu d’un très bon œil dans un cadre professionnel !).

Il a fait le choix de s’associer à une personne un peu moins « funky » en termes de caractère… mais qui a une rigueur exemplaire, un esprit très analytique. Ce qui forme à l’arrivée un tandem parfait, parfois un peu explosif mais toujours constructif !

Il y a sans doute beaucoup de conseils pour réussir… mais ces cinq-là sont les plus précieux que j’aie reçus. Ils sont bienveillants et réalistes à la fois, et j’espère qu’ils vous guideront aussi si vous rêvez d’entreprendre quelque chose.

Avez-vous des conseils à transmettre aux « jeunes entrepreneurs » ? Avez-vous vous-même reçu des conseils qui vous ont vraiment servi ?

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lorsque vous postez un commentaire sur le blog, le nom indiqué dans la case "Prénom" ainsi que votre message apparaîtront publiquement. Votre adresse e-mail restera confidentielle.

10 commentaires sur “5 précieux conseils pour réussir un projet professionnel

  • Stéphane

    Merci pour cet article.
    Très inspirant et profondément réaliste.
    Ça remet les choses à leur place et je trouve même que c’est très motivant.

    Répondre à Stéphane
    • Marlène

      Je suis contente que ça puisse motiver d’autres personnes car à titre personnel, ça m’aide encore aujourd’hui à relativiser certaines choses, à « calmer » mes multiples envies créatives.

      Répondre à Marlène
    • Stéphane

      Avez vous entendu parler des personnes multipotentiels ?
      Un entrepreneur est il un multipotentiel ?

      Répondre à Stéphane
    • Marlène

      Hello Stéphane, je connais effectivement cette notion. Je ne pense pas qu’un entrepreneur soit forcément un multipotentiel, à mon sens être multipotentiel correspond avant tout au fait d’avoir plusieurs domaines d’intérêt et de compétence, par opposition à un « spécialiste » qui se focalise sur un seul domaine. On peut être un entrepreneur spécialiste tout comme entreprendre dans des domaines différents (même si c’est parfois chose complexe !).

      Répondre à Marlène
  • Woody beauty

    Ton blog est un des rares dont je lis tous les articles, via la newsletter que j’attends avec impatience. Tes articles sont toujours plein de conseils, de découvertes et enrichissants. Bref merci! :)

    Répondre à Woody
    • Marlène

      Merci beaucoup pour ton message, que je lis un peu tard à mon retour de vacances ;)

      Répondre à Marlène
  • Nalouette

    Bonjour et…

    Merci infiniment pour cet article et votre bienveillance, essentielle. J’apprécie beaucoup vos lettres d’infos, vos articles, vos conseils et vos explications, surtout. Quand je dis bienveillance, c’est là un mot vraiment important pour définir ce que vous transmettez. L’esprit de partage est évidemment ce qui émane de votre blog. Pour tous ces apprentissages, ces découvertes, ces recherches et ces vécus… Qu’il s’agisse d’une thématique sociale ou technique… Merci à vous. Votre aide est précieuse et rassurante en bien des moments !

    Répondre à Nalouette
    • Marlène

      Merci beaucoup pour votre commentaire, la bienveillance est une valeur qui me tient très à cœur et je suis contente que ça se ressente sur le blog !

      Répondre à Marlène
  • Axelle

    Bonsoir Marlène !

    Je ne peux dire à quel point ces conseils tombent à point nommé alors que je suis en plein questionnement sur mon futur et mon activité professionnelle. Cet article est une véritable bouffée de motivation et d’inspiration, je t’en remercie de tout cœur !

    Très bonne soirée à toi,

    Axelle

    Répondre à Axelle
    • Marlène

      Merci Axelle, la conversation qui a inspiré cet article continue à me donner du « grain à moudre » alors je suis ravie de partager ça avec d’autres !

      Répondre à Marlène
Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.