6 causes d’une photo ratée… et les solutions pour corriger vos erreurs !


Êtes-vous un spécialiste de la photo ratée ? Trop floue, trop foncée, trop claire, avec des couleurs peu fidèles à la réalité, photo qui penche ou photo mal cadrée… il y a mille méthodes pour rater ses photos à la perfection !

Dans cet article, je vais vous présenter quelques problèmes très courants qui aboutissent à une photo ratée et vous proposer des pistes de solution pour progresser et corriger ces erreurs ! N’étant pas photographe pro, ce sont des astuces issues de ma propre expérience.

1. Une photo ratée parce qu’elle est trop floue

Il est difficile voire impossible de corriger une photo trop floue à l’aide d’un logiciel de retouche photo comme Lightroom. Vous pouvez sauver les meubles en exploitant la photo en petit format : le fait de redimensionner l’image permet de dissimuler certains défauts. On peut parfois obtenir une légère amélioration de l’image en jouant sur sa netteté (je vais vous en parler juste après) mais ça reste une retouche que je trouve peu satisfaisante.

De loin, ça va…

Photo floue exploitée en petit format
Photo floue exploitée en petit format

De près, bonjour les dégâts !

Si on voulait exploiter cette photo floue en grand...
Si on voulait exploiter cette photo floue en grand…

Comment éviter d’avoir une photo trop floue ? En photo, il n’existe pas un flou mais des flous, qui ont chacun des causes différentes.

Le flou de bougé

Il est généralement causé par un mouvement de l’appareil au moment où vous prenez la photo. Parfois, c’est un mouvement vraiment imperceptible : vous avez l’impression de ne pas avoir bougé… et pourtant !

Le risque de flou est particulièrement grand quand vous faites des photos la nuit : pour bien capter le peu de lumière présent, le temps de pose augmente (l’appareil met plus longtemps à prendre la photo) et pendant tout ce temps, l’appareil est censé rester immobile… sinon un flou de bougé apparaît à cause de vos micro-mouvements.

Le flou est également fréquent quand vous utilisez un zoom très prononcé. La règle utilisée par pas mal de photographes est de s’appuyer sur l’objectif pour évaluer le seuil à partir duquel il y un risque élevé de flou : si vous utilisez un objectif 50mm, le risque de flou devient plus important en dessous de 1/50e… Si votre appareil photo est très basique, évitez d’utiliser le zoom au maximum (surtout si la lumière est mauvaise), mieux vaut recadrer la photo a posteriori).

La solution pour éviter la photo ratée peut être…

  • D’utiliser un trépied – Si vous n’assumez pas le côté « photographe expert » du trépied, optez pour un Gorillapod ! Ce petit accessoire de génie a révolutionné mon quotidien quand je voyage car il est très léger et ultra pratique pour stabiliser son appareil. Il existe un modèle adapté aux reflex, un modèle un peu moins cher pour les compacts numériques et même un Gorillapod pour les smartphones.
  • De stabiliser l’appareil à l’aide d’un support naturel (muret, mobilier urbain).
  • D’augmenter l’ouverture : optez pour un nombre f plus petit. Pas surprenant qu’un objectif avec une focale f/1.2 soit généralement plus cher qu’un objectif avec une focale f/1.8 : il gère mieux les basses luminosités.
  • D’augmenter la vitesse d’obturation : l’appareil va déclencher plus vite mais la photo sera plus sombre… donc à vous de voir jusqu’où vous pouvez aller en fonction de la luminosité ambiante. Parfois, mieux vaut faire une photo un peu plus sombre mais nette qu’une photo lumineuse et floue car on peut « éclaircir » une photo lors de la retouche.
  • D’augmenter les ISO : à utiliser en dernier recours car ça fait apparaître du bruit sur la photo.

Le flou de mise au point

Il peut survenir quand vous avez voulu faire une mise au point manuelle et que celle-ci manque de précision (il suffit alors de passer votre appareil en mode « autofocus automatique »).

Il peut également survenir quand vous êtes en mode automatique et que la mise au point ne se fait pas sur le bon « sujet » : par exemple, vous voulez insister sur l’arrière-plan mais la mise au point s’effectue sur la branche d’arbre qui passe au premier plan dans le cadre de la photo.

Dans ce cas, il faut soit choisir une mise au point manuelle, soit changer le mode de collimateur si votre appareil le permet : par exemple, au lieu du mode One Shot (chez Canon) ou AF-S (chez Nikon), optez pour le mode AI Servo (chez Canon) ou AF-C (chez Nikon) car il permet un autofocus continu, parfait pour les photos de sujets en mouvement ou pour gérer les basses luminosités.

Le bokeh, un flou artistique

En photo, le flou n’est pas toujours une mauvaise chose et le bokeh en est sans doute la meilleure preuve. C’est ainsi que l’on appelle le flou d’arrière-plan, quand le sujet au premier plan est bien net et que l’arrière-plan est flou.

Le bokeh est lié à la profondeur de champ.

Ce type d’effet peut être obtenu volontairement…

  • En faisant la mise au point sur le premier plan et en se plaçant à proximité du sujet à photographier.
  • En ayant un arrière-plan assez éloigné derrière le sujet.
  • En privilégiant un objectif à focale fixe (= un objectif sans zoom !) et à grande ouverture (avec un petit f, par exemple f/1.8).
Bokeh avec une rose
Bokeh avec une rose

2. Une photo ratée à cause d’un problème de netteté

Je ne parle pas vraiment d’un flou mais plutôt d’une impression générale d’un manque de netteté, comme si votre objectif ne captait pas tous les détails de la scène que vous photographiez. Cette problématique est souvent liée à un objectif de mauvaise qualité.

J’ai commis cette erreur en débutant : j’avais voulu acheter le plus gros zoom possible pour le prix le plus bas possible en pensant ainsi avoir un objectif polyvalent sans dépenser trop cher. Résultat : toutes les photos me décevaient par leur manque de précision.

On peut corriger ce problème dans une certaine mesure. D’abord, dans les réglages de l’appareil lui-même si celui-ci le permet. Sur un reflex Canon par exemple, il est possible via le menu de l’appareil photo de modifier le degré de netteté des clichés. J’ai mis longtemps avant de découvrir cette fonction alors qu’elle permet de corriger ce défaut dès la prise d’une photo.

Le manque de netteté peut aussi se corriger en post-production avec un logiciel comme Lightroom, en jouant sur le curseur « Clarté » dans la colonne de droite. Il existe aussi sur Lightroom un menu « Netteté » (cliquez sur « Détails » dans la colonne de droite pour y accéder) mais il est moins facile à utiliser quand on débute.

Petit exemple avec cette photo des toits de Paris et de la tour Eiffel, qui manquait un peu de netteté (car prise avec un téléphone + pollution !). L’utilisation du réglage « Clarté » permet de mieux faire ressortir les textures.

Correction de la netteté sur Lightroom
Correction de la netteté sur Lightroom

Avant…

Avant retouche de la netteté de l'image
Avant retouche de la netteté de l’image

Après retouche de la netteté…

Après retouche de la netteté de l'image
Après retouche de la netteté de l’image

On distingue mieux la texture du toit et des petits balcons notamment.

3. Une photo ratée à cause d’un problème de bruit

Le bruit photo, ce sont de petits parasites qui apparaissent sur les photos, formant une multitude de petits points.

Ça arrive souvent sur les photos que l’on prend dans les ambiances sombres, par exemple lors d’une soirée ou d’une balade nocturne. Comme on ne voit rien dans son objectif parce que l’environnement est sombre, on a tendance à augmenter les ISO pour compenser (ou l’appareil le fait lui-même si vous êtes en mode automatique !) et ça crée du bruit sur les photos. Ça peut être très joli sur le plan artistique mais si vous n’aimez pas ce grain ou que le rendu final ne vous satisfait pas, vous pouvez apprendre à le corriger.

Si votre appareil photo le permet, il faut d’abord penser à garder une valeur ISO la plus basse possible. Clairement, plus vous aurez un objectif de qualité, plus il arrivera à gérer des valeurs ISO élevées sans qu’il y ait trop de bruit sur les photos. Souvent c’est lorsque la valeur ISO dépasse 1600 ISO qu’il faut commencer à prêter attention au bruit mais avec certains objectifs très qualitatifs, vous pouvez aller bien au-delà.

Si le mal est fait et que vous trouvez votre photo ratée, vous pouvez corriger dans une certaine mesure votre problème de bruit photo en post-production. Dans la colonne de droite de Lightroom, dans la partie intitulée « Détail », vous disposez de plusieurs options de réduction du bruit.

Réduire le bruit sur une photo
Réduire le bruit sur une photo

On peut aussi tout simplement créer un léger flou sur la photo (menu Filtres > Atténuation puis Flou gaussien par exemple) pour atténuer l’impression de bruit.

Le bruit n’est pas forcément le signe d’une photo ratée. En l’occurrence, la photo de Phantom Manor ci-dessus, que j’ai prise à Disneyland Paris, a été retenue par le site Mashable dans une sélection des meilleures photos pour Halloween… preuve s’il en est que ce style peut plaire !

4. Votre photo est trop sombre

Ça arrive très fréquemment… et c’est beaucoup moins grave qu’une photo trop claire ! Une photo sous-exposée, qui manque de lumière, peut souvent se corriger très facilement en post-production. Les causes d’une photo trop sombre peuvent être multiples :

  • La vitesse d’obturation est trop rapide : l’appareil n’a pas eu le temps de capter assez de lumière. Sur votre appareil, elle s’exprime en fraction de seconde (par exemple, une vitesse de 1/125e est plus rapide qu’une vitesse de 1/20).
  • L’ouverture est trop basse : pareil, il n’y a pas assez de lumière qui peut entrer dans l’appareil. Il faut donc augmenter l’ouverture (en choisissant une focale plus petite : un objectif à f/1.8 sera plus lumineux qu’un objectif à f/5.6).
  • La sensibilité ISO est trop basse : en dernier recours, on peut l’augmenter pour rendre la photo plus lumineuse (avec le risque de créer du bruit dessus si vous avez bien suivi ce que j’ai dit plus tôt dans l’article !).

Si vous avez un logiciel comme Lightroom, vous pouvez soit essayer une correction automatique de la photo en cliquant sur le bouton « Auto » dans la colonne de droite, soit jouer avec plusieurs réglages :

  • L’exposition : en augmentant la valeur, vous donnez de la luminosité à la photo dans son ensemble (il faut souvent augmenter également le contraste car comme l’ensemble de la photo est plus lumineux, les éléments importants se détachent moins bien).
  • Les hautes lumières et les ombres : ces deux curseurs permettent de contrôler plus finement l’exposition. Le curseur Hautes Lumières permet d’augmenter la luminosité des zones les plus lumineuses de la photo uniquement, sans toucher au reste. Le curseur Ombres joue sur les zones les moins lumineuses.
  • Les blancs et les noirs : le point blanc définit le seuil au-delà duquel les zones lumineuses seront blanches et unies. Le point noir définit quant à lui le seuil en-deça duquel les zones les moins lumineuses seront toutes noires.

Options sur Lightroom

Si je prends par exemple cette photo de la patrouille de France prise un jour où la météo était maussade, je peux facilement l’éclaircir en post-production en quelques clics.

Avant :

La Patrouille de France sous-exposée
La Patrouille de France sous-exposée

Après :

La Patrouille de France plus lumineuse
La Patrouille de France plus lumineuse

5. Une photo ratée parce qu’elle est trop claire

Un jour, un photographe m’a dit qu’il fallait mieux faire une photo trop sombre qu’une photo trop claire. En effet, sur une photo trop sombre, il est fréquent que certains éléments cachés par le manque de lumière puissent être récupérés en post-production en augmentant la luminosité de la photo. À l’inverse, une photo surexposée (ou « cramée » comme on dit souvent) ne contient tout simplement pas les éléments qui vous intéressent, c’est donc très dur à rattraper par la suite.

Il faut donc soit recadrer la photo pour faire disparaître les zones trop blanches, soit être capable de reconstruire la zone surexposée… mais on entre dans le domaine de la pure retouche puisqu’il faut par exemple être capable de créer un ciel sur une photo dont le ciel est uniformément blanc.

Pour limiter ce genre de problème quand vous devez faire des photos avec un ciel très laiteux, vous pouvez…

  • Investir dans un filtre gris dégradé (le haut du filtre laisse passer moins de lumière que le bas, ce qui peut vous aider à photographier un paysage sans avoir un ciel trop blanc).
  • Faire attention à votre position – Essayez de prendre vos photos en ayant le soleil dans le dos.
  • Afficher un histogramme sur l’écran de votre appareil photo si votre modèle le permet – La partie de droite de cet histogramme correspond aux blancs. Si vous voyez que les barres montent tellement qu’elles sortent de l’écran, c’est le signe que la photo est surexposée.
  • Prenez des photos au format RAW plutôt que JPEG si votre appareil le permet, car elles offrent plus de latitude lors de la retouche.

On peut aussi prendre deux photos identiques de la même scène avec des réglages d’exposition différents puis réassembler les deux photos en post-production… mais ça suppose avoir un trépied pour que les deux photos soient prises exactement sous le même angle !

6. Un problème de couleur sur vos photos

Dernier problème que j’aborderai dans cet article : les photos dont la couleur ne vous convient pas. C’est quelque chose qui peut souvent se corriger à la perfection avec un logiciel de post-production comme Lightroom ou Photoshop.

Vous pouvez jouer sur des réglages généraux comme la saturation (qui rend les couleurs plus ou moins vives), la vibrance (qui donne à l’ensemble de la photo une atmosphère plus ou moins chaude) ou même le contraste qui permet parfois de faire ressortir les couleurs.

Si vous ouvrez le menu « TSL/Couleur/NB » dans la colonne de droite de Lightroom et que vous cliquez sur « Saturation », vous pouvez avoir un réglage beaucoup plus fin en contrôlant l’intensité de chaque couleur qui compose la photo.

Options de saturation sur Lightroom
Options de saturation sur Lightroom

Regardez par exemple ce cliché que j’ai pris en atterrissant à l’aéroport de Faro au Portugal. À cause des hublots de l’avion, il manque un peu de personnalité.

Un Faro aux couleurs fades
Un Faro aux couleurs fades

Un petit tour sur Lightroom plus tard, en jouant avec les couleurs et les contrastes et la photo change tout de suite d’atmosphère !

Un Faro aux couleurs plus vives
Un Faro aux couleurs plus vives

J’espère que cet article vous aidera à progresser en photo. Je ne suis pas photographe du tout donc ce sont les petits trucs et astuces qui m’aident à titre personnel à obtenir de meilleurs résultats !

Thèmes : Photo 

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

10 commentaires sur “6 causes d’une photo ratée… et les solutions pour corriger vos erreurs !

  • Thomas

    Bonjour, très bon article !
    J’ai une question, comment tu fais pour mettre des puces comme les tiennes dans tes articles et pas le rond noir?

    Répondre à Thomas
  • Aipaminomdas

    Bonsoir Marlène,
    Clair, concret et complet … Merci pour cet excellent article , aide précieuse à tous photographe amateur.

    Répondre à Aipaminomdas
    • Marlène

      Merci à toi, j’essaie de m’améliorer au fil du temps mais la route est longue ^^

      Répondre à Marlène
  • Ornella

    C’est bien, ton article remet les bases en tête.

    Répondre à Ornella
  • Bernieshoot

    Bonjour Marlène,
    le monde du numérique nous a ouvert un immense univers tant dans la prise de vue, que dans la post-production. La post production, je l’utilise de manière à peu près similaire à la tienne pour faire des corrections de lumière et de couleurs, mais j’essaye toujours de bien cadrer dès le départ. Aujourd’hui les appareils photos sont hyper pointus et pour le « photographe » qui ne veut pas entrer dans la technique le mode automatique est souvent performant.
    Ceci étant, je me rends compte qu’en conférence de presse, je suis très souvent le seul à prendre des photos avec un appareil photo, les smartphones sont devenus l’outil préféré pour prendre des photos.

    Répondre à Bernieshoot
    • Marlène

      Je constate aussi que beaucoup de gens se contentent d’un smartphone, c’est étonnant chez les pros à l’heure où il existe des solutions de meilleure qualité avec un encombrement réduit (appareils hybrides).

      Répondre à Marlène
  • Astrid (Rhapsody in Green)

    Bonjour Marlène !
    Ton article tombe à pic, car je m’arrache justement les cheveux avec un petit souci de netteté avec mes photos. Pour faire simple, je shoote en RAW, je retouche légèrement ma photo sur Lightroom ou sur Photoshop, puis je l’exporte en jpg, avec une qualité à 100% et environ 800 px de longueur.

    Déjà, je remarque que la photo, bien nette dans photoshop, perd un poil de son piqué une fois exportée. Bon, soit, ça reste acceptable… Mais quand je l’importe dans wordpress, c’est le drame. Les détails deviennent un peu flous. C’est particulièrement gênant pour les objets contenant du texte (ex : un produit de beauté avec le nom de la marque exemple). Je me suis penchée sur le problème de compression de wordpress, qui diminue la qualité à 90% automatiquement. J’ai inséré un petit script dans le fichier functions pour rétablir la valeur à 100%, mais rien n’y fait.

    As-tu des pistes de réflexion ? Merci beaucoup ! Et bravo pour ton travail :)

    Répondre à Astrid
    • Marlène

      Hello, il peut y avoir plusieurs causes : redimensionnement de l’image dans le navigateur, plugin d’optimisation des images… Mais à vrai dire, j’ai souvent le même problème. Pour le texte, ça dépend aussi du format (mieux vaut utiliser le png au jpg pour le texte et vérifier qu’on utilise bien des couleurs web car certaines couleurs deviennent totalement floues).

      Répondre à Marlène
Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.