Avoir un blog rentable : comment créer des contenus qui rapportent ?


Avoir un blog rentable est une vraie préoccupation pour un professionnel ou pour quelqu’un qui aspire à vivre de son blog. Et autant dire que ça ne va pas de soi !

On peut bloguer pendant des années sans en tirer des revenus suffisants, on peut s’épuiser à la tâche sans pour autant gagner de l’argent. Certaines entreprises dépensent beaucoup pour créer un blog et l’alimenter, tout en ayant l’impression que ça ne « paie » pas à la hauteur de leurs attentes.

Alors, comment créer des contenus qui rapportent ? Je vais partager avec vous dans cet article quelques conseils qui ont fonctionné dans ma propre expérience.

1. Parlez-vous vraiment à tous vos visiteurs ?

On arrive rarement sur un site web par hasard ! En général, on y arrive parce qu’on a suivi un lien sur un sujet qui nous intéressait, parce qu’on a effectué une recherche Google ou entendu parler d’un article sur un réseau social…

Selon cette intention de départ avec laquelle on arrive, on va être réceptif à des contenus différents.

3 stades de cheminement

Si votre objectif est d’avoir un blog rentable, il faut surtout garder en tête que l’internaute peut se trouver à différents stades de sa réflexion par rapport à ce que vous proposez.

En marketing (et plus précisément dans le domaine de l’inbound marketing), on considère qu’il existe 3 stades :

  • Le stade de la prise de conscience – C’est celui où l’internaute réalise qu’il a un problème, un besoin particulier à combler. Il va chercher à le définir, à s’informer pour mieux comprendre et mettre un nom sur ce dont il a besoin.
  • Le stade de la considération – L’internaute va chercher à étudier les solutions qui sont à sa disposition pour répondre à son problème ou satisfaire son besoin : quels sont leurs avantages, leurs inconvénients ? Comment décider quelle solution est la meilleure ?
  • Le stade de la décision – L’internaute a en tête les différentes options qui s’offrent à lui, il va maintenant éliminer celles qui ne lui conviennent pas et faire son choix en trouvant une justification à sa décision.

Ces stades peuvent guider votre réflexion, que vous vendiez votre propre produit/service ou que vous cherchiez à gagner de l’argent à travers une affiliation par exemple.

Affiner son besoin en 3 étapes
Affiner son besoin en 3 étapes

L’erreur de nombreux professionnels

Très souvent, les professionnels commettent l’erreur se focaliser sur un seul de ces trois stades… et passent, de fait, à côté de ceux qui pourraient s’intéresser à leur offre sous un angle « business ».

Prenons un exemple concret. Imaginons un site qui vend des prises connectées. Ce sont des prises que l’on peut commander depuis un smartphone par exemple, ou avec la voix, en définissant des programmes personnalisés pour les activer ou les désactiver.

Au stade de la prise de conscience, l’internaute ne sait même pas que ce genre de prise existe… mais il va réaliser qu’il a un besoin :

  • Il aimerait pouvoir allumer la télé sans télécommande ;
  • Il voudrait débrancher tous ses appareils électriques facilement quand il part de chez lui ;
  • Il aimerait allumer le chauffage à distance ;
  • Il aimerait programmer certains appareils pour limiter sa consommation d’énergie.

Au stade de la considération, l’internaute va chercher les solutions qui s’offrent à lui. Il va par exemple découvrir que l’on peut acheter des appareils équipés d’un programmateur, qu’il existe un domaine intitulé la « domotique » pour concevoir justement des « habitats intelligents », ou encore que l’on peut brancher ses appareils sur une prise connectée. Il va découvrir les avantages, les inconvénients de chaque solution, les fonctionnalités, la facilité d’installation et de configuration, la réputation des marques…

Au stade de la décision, l’internaute sait quelle prise connectée il veut… et va plutôt chercher à légitimer son choix, par exemple à travers des contenus qui lui expliquent comme tirer profit au mieux de sa prise connectée, comment enrichir son installation par la suite…

Si le blog se limite à proposer des articles sur la gestion à distance de ses appareils, il va complètement passer à côté des internautes qui sont à un stade plus avancé de leur réflexion et qui cherchent des renseignements beaucoup plus concrets (comparaison entre modèles, entre marques, etc).

Inbound marketing : des besoins variés
Inbound marketing : des besoins variés

La solution : créez des contenus pour chaque étape

Pour ceux qui en sont au stade de la prise de conscience, parlez de leurs problèmes, de leurs besoins, aidez les gens à comprendre ce qu’ils vivent, ce qui les anime. Pour ceux qui en sont au stade de la considération, parlez des solutions, des options disponibles, de votre propre offre si vous en avez une (prix, fonctionnalités, démo, témoignages). Pour ceux qui en sont au stade de la prise de décision, rassurez quant au fait que les gens font/ont fait le bon choix et montrez-leur comment tirer profit de ce choix.

Alors que je travaille dans le digital, que je suis formée à ces sujets… j’ai été complètement aveugle en ce qui concerne mon propre blog voyage quand j’ai commencé à le monétiser ! Avec, à la clé, des résultats plus que décevants : moins de 1% de conversion !

Jusqu’au jour où j’ai eu une brutale réalisation : je publiais plein de contenus sur des idées de visites à faire dans telle ou telle ville… mais au final, l’internaute qui cherche « que faire à (Londres/Cracovie/Lisbonne) » sait déjà qu’il veut partir à Londres/Cracovie/Lisbonne. Il a même potentiellement déjà réservé son séjour. Ce n’est donc pas quelqu’un qui va, par exemple, être intéressé par une réservation d’hôtel.

En me limitant à ce type de contenu, non seulement je passais à côté d’une foule de lecteurs potentiels à qui donner un coup de main… mais en plus, mon blog n’était pas du tout rentable car personne n’avait envie d’acheter quoi que ce soit.

Alors j’ai décidé de proposer une approche un peu plus « complète » :

  • Des idées de destinations, en présentant différentes villes que je trouve sympa. Ça répond tout simplement au besoin d’une personne qui se dit « Tiens, j’ai envie de partir… mais je ne sais ni où, ni comment ».
  • Des conseils concrets pour anticiper son séjour (choisir un hôtel, décider dans quel quartier se loger, organiser son voyage). Ça répond ainsi aux besoins d’une personne qui sait où elle veut partir et a besoin de renseignements plus concrets pour sauter le pas et réserver pour de bon.
  • Des informations sur une ville précise… ou des articles qui évoquent les atouts de telle ou telle ville, ce que l’on peut faire sur place… car ça permet à l’internaute ayant déjà réservé de conforter son choix et de construire son propre itinéraire de visite.

Évidemment, comme ça reste un blog « plaisir » et non un job, je ne réfléchis pas à ces aspects de manière très structurée comme je pourrais le faire si c’était un métier… mais malgré tout, cette simple prise de conscience a produit des résultats flagrants : le taux de conversion a été multiplié par 4 entre 2017 et 2018.

Hausse du taux de conversion
Hausse du taux de conversion

Alors pour avoir un blog rentable, commencez par vous poser la question : parlez-vous bien à tous ces internautes, quel que soit leur stade de réflexion par rapport à votre sujet ?

2. Dépensez-vous votre énergie de manière logique ?

Le web est un terrain de jeu incroyable. On peut vite passer beaucoup de temps, à se former, à communiquer, à s’impliquer dans une foule de projets, de plateformes (réseaux sociaux, etc)… avec le sentiment, parfois, de dépenser beaucoup d’énergie pour un retour décevant.

J’ai déjà croisé quelques blogueurs « au bout du rouleau »… parce qu’ils avaient pris l’habitude de s’investir à fond, de tout donner à leur communauté, de tout faire pour « faire plaisir » à leurs visiteurs… avec, à la clé, aucun revenu et peu de reconnaissance.

Alors il me paraît important de rappeler plusieurs choses.

Le respect ne naît pas du sacrifice

Ce n’est pas parce que vous sacrifiez vos nuits, votre énergie, votre temps ou votre argent à votre blog que les internautes vont vous respecter et vous faire gagner de l’argent. Je dirais même « au contraire ». S’ils sentent que vous êtes prêt à tout donner, gratuitement, pourquoi vous paieraient-ils ?

Se faire respecter, c’est poser des limites. C’est, par exemple, refuser de faire un travail qui n’est pas payé ou pas assez payé. C’est éviter de consacrer trop de temps à donner des conseils gratuits au détriment de ce qui peut vous rapporter davantage.

Sachez vous respecter, d’abord, pour vous faire respecter, ensuite. Vos conseils ont une valeur, votre temps a une valeur. C’est bien de créer un blog, d’aider les autres… mais ce travail gratuit a des limites. Sachez les imposer.

Mettre des limites pour mieux se protéger
Mettre des limites pour mieux se protéger

Avoir un blog rentable impose des choix

Si vous voulez avoir un blog rentable, il y a tôt ou tard un moment où il faut adopter un raisonnement en termes d’investissement et de bénéfices.

C’est un peu comme la gestion d’un budget dans votre vie privée : vous devez avoir conscience de vos rentrées d’argent et de vos dépenses. Si vous ignorez l’aspect « dépenses », vous allez finir le mois à découvert. Et si vous ignorez l’aspect « rentrées d’argent », vous n’allez pas savoir tirer profit de votre argent pour épargner ou pour investir intelligemment.

Sur un blog professionnel, même combat ! Si vous passez des heures et des heures à faire une tâche qui ne vous rapporte rien… il y a sans doute un problème dans la manière dont vous organisez votre temps (un amateur ne se posera pas ce genre de question existentielle !).

Bien entendu, on peut se ménager un temps pour des tâches sur lesquelles on ne se soucie pas de la rentabilité… mais quand j’entends des blogueurs pro me dire qu’ils passent 14h par semaine sur une tâche qui ne leur apporte rien du tout financièrement, je trouve ça énorme pour un pro, et disproportionné !

Acceptez l’idée d’être un professionnel, si votre but est d’avoir un blog rentable. En prenant l’habitude de prioriser vos tâches les plus « rentables » et de garder les autres « s’il vous reste du temps », vous aurez une gestion beaucoup plus saine et épanouissante de votre blog. Vous aurez le sentiment de dépenser moins d’énergie dans le vide et vous en aurez davantage pour explorer de nouveaux horizons.

3. Analysez-vous vos performances ?

Êtes-vous capable, par exemple, de dire quelles pages de votre site ont généré des ventes ? Quels contenus fonctionnent le mieux si vous faites de l’affiliation ? Si la réponse est non… renseignez-vous d’urgence sur le tracking !

On peut avoir des intuitions sur « ce qui marche ». On peut même tomber juste, surtout quand on connaît bien ses lecteurs. Mais rien ne vaut un bon suivi des performances, qui mettra des données concrètes sur vos ressentis !

Mettez en place un suivi des conversions grâce à Google Analytics. Utilisez les options de tracking offertes par vos partenaires d’affiliation.

J’ai là aussi utilisé mon blog voyage comme laboratoire pour évaluer l’intérêt de cette méthode.

Le tracking, indispensable pour analyser ses performances
Le tracking, indispensable pour analyser ses performances

J’ai tout simplement inclus dans chaque lien d’affiliation un « label » qui correspond à l’article où le lien est posté. Imaginons que je recommande mon hôtel préféré à Londres. Je peux être amenée à en parler dans un article général sur la ville, à le mentionner dans un article concernant un quartier, ou dans un article visant une cible spécifique. Si quelqu’un réserve dans cet hôtel, comment savoir ce qui l’a motivé ?

Grâce au label, je sais exactement par quel article est passée la personne qui a réservé. Un bon moyen de mieux cerner ce qui guide les internautes dans leur choix. Et en quelques mois, je pourrais même, si je le souhaitais, calculer au centime près les revenus qui découlent de chaque article.

Encore une fois, c’est un blog « plaisir » donc je n’ai pas ce besoin, rien ne m’empêche d’écrire un article ayant zéro rentabilité juste parce qu’un sujet me plaît… mais je pense que vous pouvez voir facilement l’intérêt de la méthode si vous avez un blog pro.

4. Ciblez-vous des sujets qui intéressent les internautes ?

Quand on écrit juste pour le plaisir, on peut se permettre de choisir n’importe quel sujet, pour peu qu’il nous plaise. En revanche, quand il s’agit d’écrire dans un cadre professionnel, il est important d’avoir une réflexion sur « quoi écrire ».

Je vous le disais : il faut prendre en compte le stade de cheminement où se trouve l’internaute… mais beaucoup plus simplement, il faut prendre en compte des sujets qui intéressent les gens et leur façon de s’exprimer.

Parfois, un professionnel est persuadé que les internautes se préoccupent de tel ou tel sujet alors que ce n’est pas le cas… et passe à côté d’une thématique qui au contraire les intéresse vraiment.

J’ai par exemple un client dans le secteur médical, qui s’adressait à des personnes atteintes d’une maladie. Ce client était persuadé que les malades faisaient des recherches sur la « dépression » après avoir appris qu’ils étaient malades. Sauf qu’en étudiant le sujet à l’aide d’outils de recherche de mots-clés, j’ai découvert qu’en fait, les malades se demandaient surtout « comment continuer à mener une vie normale » et s’insérer dans la société malgré la maladie.

Alors mettez de côté vos idées reçues, challengez-les pour découvrir les vrais problèmes de vos lecteurs ! Un bon moyen de délaisser votre jargon et vos préjugés, au profit du langage et des centres d’intérêt de l’internaute… avec, à la clé, un meilleur référencement naturel.

L'intérêt et l'empathie pour les autres, un incontournable
L’intérêt et l’empathie pour les autres, un incontournable

5. Prenez-vous en compte les évolutions ?

On ne communique pas de la même manière quand on est tout seul à évoquer un problème et quand il y a plein de gens qui le font. On ne communique pas de la même manière aujourd’hui qu’on le faisait en l’an 2000. On ne communique pas de la même manière quand on a un seul produit et quand on en a plein.

Avoir un blog rentable, c’est aussi rester ouvert aux évolutions et à l’idée de changer. Les préoccupations des gens peuvent se modifier, votre secteur peut lui-même connaître des mutations. On peut être amené à traiter d’autres sujets ou à adopter d’autres formats pour mieux trouver sa place face à la concurrence…

La capacité à évoluer est une dimension primordiale pour un professionnel. C’est parfois un équilibre délicat à trouver quand on constate qu’un site ne fonctionne pas : faut-il lui laisser le temps de se développer au cas où ce serait simplement une question de patience… ou est-ce le signe d’un problème plus profond, exigeant d’apporter des changements ?

C’est d’ailleurs la conclusion que j’aimerais donner à cet article : posez-vous toujours des questions… même lorsque vous n’avez pas la réponse ! C’est une démarche saine, qui permet d’aller de l’avant et de toujours mieux répondre aux attentes de ses lecteurs sans vendre son âme au diable.

Il peut être tentant de se rassurer sur l’idée qu’il existe une « méthode miracle infaillible » pour avoir un blog rentable, ce que promettent beaucoup de charlatans du web… mais en réalité, c’est souvent par le travail et par une bonne réflexion stratégique que les miracles ont lieu ;)

Votre blog vous rapporte-t-il de l’argent ? Avez-vous rencontré des difficultés pour le monétiser ?

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lorsque vous postez un commentaire sur le blog, le nom indiqué dans la case "Prénom" ainsi que votre message apparaîtront publiquement. Votre adresse e-mail restera confidentielle.

6 commentaires sur “Avoir un blog rentable : comment créer des contenus qui rapportent ?

  • nathalie

    Bonjour Marlène,
    Merci pour cette article, je ne sais justement pas comment faire pour tenter de rendre ‘ rentable’ mon blog voyage. je vais étudier ton article de près.

    Répondre à nathalie
    • Marlène

      Dans le secteur du voyage, l’affiliation fonctionne souvent assez bien : recommander des services/produits et toucher une commission si quelqu’un les achète. Ça peut se faire de manière très saine et naturelle. Ensuite, ça reste une méthode tributaire de ton trafic, de la saisonnalité du voyage, de ta cible (une cible CSP+ va acheter des choses plus chères que des gens qui voyagent avec un tout petit budget)… donc si le but est de vivre de ton blog par exemple, je miserais sur une « vraie activité » de services à côté.

      Répondre à Marlène
  • Benjamin

    Super article :)

    Pour la partie 4/ Je rajouterai de ne pas être amoureux de son idée. Certe aimer ce que l’on fait est une chose plus qu’importante, mais d’un point de vue business, pour produire une solution rentable il faut selon moi penser à ce qu’aime notre audience avant tout.

    Il n’y à pas de secret, un business rentable tournera quoi qu’il arrive autour de la qualité de la confiance et du besoin.

    Répondre à Benjamin
    • Marlène

      Hello Benjamin, merci pour le message. Je pense que ça rejoint ce que j’explique sur le parcours de l’utilisateur… si on n’est pas capable de se projeter dans ses attentes, son stade de « réflexion » et de maturité par rapport à un sujet, sa manière de l’appréhender, on ne va pas très loin.

      C’est d’ailleurs une forme d’empathie qui ne va pas de soi pour tout le monde, certains se disent « mon blog, c’est ma voix, point barre »… et avec cette approche, on doit se dire « mon blog, c’est ma voix en réponse à celle des autres » :)

      Répondre à Marlène
  • Suny ☼

    « J’ai déjà croisé quelques blogueurs au bout du rouleau … parce qu’ils avaient de s’investir à fond, de tout donner à leur communauté, »

    >> je crois qu’il y a une coquille dans cette phrase, oubli, car on ne la comprend pas bien.

    Sinon pour commenter, pour avoir un blog rentable, je dirais qu’il faut bien choisir sa niche, viser une niche rentable (est-ce que les gens sont susceptibles de dépenser dans cette niche), faire un travail sur les mots-clés rentables, etc…
    On voit qu’il y a plein de blogs lifestyle, tout ça, mais qui ne monétisent pas. Logique. L’affiliation voyage s’y prête bien (les gens sont prêts à dépenser pour voyager) mais l’affiliation formation dev perso se prête moins à un achat naturel.
    Donc oui, comme tu dis, ce n’est pas parce qu’on se sacrifie et fournit un boulot énorme, que ça marche.
    Vaut mieux investir son énergie aussi sur une vraie stratégie, avoir une vision entreprenariale et marketing. Je pense que beaucoup de blogueurs échouent car ils réfléchissent en  » blogueurs/artistes  » et pas assez en  » entrepreneurs/commercial ».

    Répondre à Suny
    • Marlène

      J’ai fait la correction. Je partage cette idée, que les gens ont une vision peut-être « seulement éditoriale » (je produis du contenu) mais pas assez business (comment rendre mon entreprise rentable : quels sont mes frais, mes opportunités de revenus, quel marché il y a derrière, y a-t-il un marché derrière)… et ça crée beaucoup de déception.

      Concevoir un site comme une entreprise est en plus une aventure à part entière, très loin d’être dénuée d’intérêt !

      Répondre à Marlène
Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.