Articles sponsorisés : les consignes très claires de Google


Je ne pouvais pas voir cette brève sans vous en parler ! Ce 11 mars, Google a clarifié de manière très explicite les bonnes pratiques à adopter en matière d’articles sponsorisés et de tests de produits. Un sujet qui concerne de nombreux blogueurs, amenés à recevoir des produits gratuitement (vêtements, produits de beauté, livres, etc) ou à rédiger des articles contre rémunération.

Logo Google

Quel rapport entre Google et les articles sponsorisés ?

Lorsqu’une marque envoie à un blogueur un produit à tester ou lui demande d’écrire un article en échange d’un paiement, elle demande souvent au blogueur de faire un lien vers son site Internet. Les liens jouent un rôle capital dans le référencement. C’est un peu l’équivalent en ligne du “bouche-à-oreille” de la vraie vie. Plus on parle de vous, plus il y a des chances que vous soyez digne d’intérêt. Et comme dans la vraie vie, plus ce sont des gens influents qui parlent de vous en bien, plus vous construisez votre renommée.

En matière de référencement, il est donc important qu’un site reçoive des liens de qualité : des liens qui proviennent de domaines variés (= il ne sert à rien d’avoir 80 liens en provenance du même site !), de sites réputés (qui font autorité dans leur domaine), sur des thématiques cohérentes avec la sienne (une marque de beauté aura tout intérêt à se tourner vers des blogs beauté !) et avec des ancres variées (l’ancre est le texte sur lequel vous cliquez pour aller sur le site).

Une marque qui mène des opérations avec des blogueurs peut donc, au-delà de la visibilité et des ventes, chercher à développer son “linking”, c’est-à-dire à élargir le portefeuille de liens de qualité que reçoit son site. Et dès lors que ça impacte le référencement… Google se sent (légitimement) concerné !

Les conseils de Google

Google donne 3 conseils aux blogueurs qui pratiquent les posts sponsorisés ou les tests de produits.

Mettez un attribut “nofollow” sur les liens

Par défaut, un moteur de recherche utilise les liens pour se promener d’une page web à l’autre et d’un site web à l’autre. On dit alors que les liens sont en “dofollow” : le moteur de recherche les suit (“follow” veut dire “suivre” en anglais). C’est le comportement normal et naturel vis-à-vis d’un lien.

Un lien sponsorisé est un lien non naturel, obtenu uniquement parce que la marque vous a payé ou envoyé un produit en échange d’un article. Au nom de la transparence, vous devez donc signaler à Google que vous n’avez pas fait ce lien spontanément. Pour ce faire, vous devez ajouter un bout de code dans votre lien, la partie en rouge ci-dessous :

<a href="http://www.example.com" rel="nofollow">Ancre du lien</a>

Ce bout de code indique à Google qu’il ne doit pas suivre ce lien, on parle alors d’un lien “nofollow”. Google conseille de le faire aussi bien sur les liens qui pointent vers le site officiel de la marque que sur ceux qui pointent vers ses réseaux sociaux ou autres plateformes officielles (applications, etc). Le moteur ne tiendra a priori pas compte de ce lien dans le référencement du site de la marque.

Si vous ne souhaitez pas toucher au code de votre blog, sachez qu’il existe des plugins WordPress qui vous permettent d’ajouter l’attribut nofollow en un clic lorsque vous créez un lien (il suffit de cocher une case), comme Rel Nofollow Checkbox.

Signalez les articles sponsorisés et les produits offerts

Je vous en ai déjà parlé… mais en France en tout cas, la loi vous oblige à signaler ces pratiques par une mention explicite (“Article sponsorisé” par exemple). Google vous invite à le faire quoi qu’il arrive, loi ou pas loi, dans un souci d’honnêteté envers vos lecteurs.

Certaines marques vous demanderont parfois de passer outre cette obligation. Etes-vous prêt à prendre le risque ?

Créez un contenu de qualité

Google rappelle aussi l’importance de proposer un contenu unique, qui donne aux lecteurs “une véritable raison de revenir” et témoigne de votre pertinence sur un sujet donné. Autrement dit, ce n’est pas parce qu’un post est sponsorisé que vous devez mettre de côté la qualité !

Conclusion : se souvenir de Buzzea

Ces règles ne surprendront pas les blogueurs aguerris ayant des bases en matière de référencement… mais seront utiles aux jeunes blogueurs !

Il y a quelques années, la plateforme Buzzea mettait en relation des marques et des blogueurs en leur proposant de publier des articles sponsorisés contenant uniquement des liens “dofollow”. Autrement dit, les blogueurs étaient payés mais on leur demandait de “mentir” à Google en ne signalant pas que les liens étaient sponsorisés. Résultat : Buzzea s’est fait pénaliser par Google pour spam… et a dû fermer ses portes, car le moteur de recherche estimait avoir été floué. Certains blogueurs s’étaient également fait pénaliser dans la bataille, ne sachant pas pour la plupart qu’ils avaient pris des risques en ne signalant pas les liens sponsorisés.

Alors, gardez ces règles en tête… et si ce n’est déjà fait, pensez à mettre les liens sponsorisés en nofollow !


Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

37 commentaires sur “Articles sponsorisés : les consignes très claires de Google

  • Maxime

    Bonjour,
    J’ai beaucoup de liens affiliés Amazon sur mon blog. Je voulais donc simplement savoir si je devais les passer en “nofollow” et si cela avait un intérêt ou non dans ce cas précis.
    Merci pour tous ces super conseils :)

    Répondre à Maxime
  • SXO

    Hello ! Merci Marlène pour ton article.
    Je suis justement en train de travailler sur un projet d’event où des blogueurs sont invités. L’idée est qu’il parle de cette soirée, et de mes produits, sur le blog.
    Aurais-tu un exemple de “consignes” envoyées par une marque ? Ancre des liens ? Longueur ? Est-ce que cela ce fait où vaut-il mieux laisser libre-court au blogueur ? Merci !

    Répondre à SXO
    • Marlène

      Hello, j’ai des exemples mais confidentiels :) Plus sérieusement, quand j’envoie un brief au nom d’une marque (puisque je suis des deux côtés de la barrière), je propose en général un sujet, des axes pour le traiter, un mot-clé primaire, des mots-clés secondaires, une ancre et le lien à insérer. Ensuite, les blogueurs ont une marge de manœuvre sur la façon dont ils traitent le sujet et sur le titre (sous réserve que le mot-clé principal y figure). Et j’impose un minimum de 500 mots en règle générale.

      Concernant l’ancre, quand ce sont des blogueurs ils acceptent toujours que l’ancre soit imposée. A l’inverse, quand je fais du sponso avec un média pro, ils gardent la main sur les ancres car ils ont souvent des politiques “globales” à l’échelle d’un site pour éviter les ancres suroptimisées. A ce titre, ils refusent les ancres trop riches en mots clés.

      Répondre à Marlène
  • Pérégrine

    Merci beaucoup pour cet article ! J’ignorais tout de cette règle.
    Non que j’ai des dizaines de partenaires mais j’aime respecter les règles.
    Bon, on va aller mettre quelques no follow, alors ! (La mention du partenariat étant elle déjà présente pour les lecteurs.)
    Bonne soirée à toi !

    Répondre à Pérégrine
    • Marlène

      Je trouve que c’est aussi la responsabilité des marques d’informer les blogueuse de cette règle :)

      Répondre à Marlène
  • Pingback : La sélection du mardi #41 - Le Blog Expedia

  • Myrtilla

    Ah super ! Merci d’avoir cherché ! :D Comme ça je sais aussi où ça en est pour la loi suisse ! :)

    Répondre à Myrtilla
    • Caro Bleue Violette

      Je te remercie également de ta réponse à ma question, Lou :-) Je ne change rien alors et je note simplement de penser à mettre mes liens en nofollow quand une situation qui l’exige se présentera.

      Répondre à Caro
  • Comechou

    Pour le coup c’est plus clair, j’ai eu un peu de mal avec les explications de google!
    Par contre, je me demande du coup si Google saura faire la différence entre des liens sponsorisés ou non dans un article de test/présentation que le blogueur fait spontanément, sans sponsor ou échange de liens?
    On peut vouloir présenter un produit ou une marque qu’on a aimé, dans ce cas par précaution vaut-il mieux mettre un no-follow quand même?

    Répondre à Comechou
    • Marlène

      Ce que Google semble rappeler dans son article, c’est que le nofollow n’a rien à voir, au fond, avec la “qualité” de ce qu’on rédige : on peut faire un contenu très qualitatif mais néanmoins issu d’une collaboration avec la marque qui l’apparente à du public-rédactionnel. Donc comme tu le dis, extérieurement il peut n’y avoir aucune différence entre un article spontané & un article commercial en termes de qualité… sauf que l’article commercial, lui, doit comporter la mention “Article sponsorisé” ou “Produit offert par la marque” (ou similaire)…

      > Si la mention est absente alors que le lien est sponsorisé, c’est contraire à la loi.
      > Si la mention est présente mais que le lien est en dofollow, il y a de la transparence envers les lecteurs mais un manque de transparence envers Google (ce qu’ils condamnent à travers cet article du 11 mars en incitant les blogueurs à utiliser le nofollow).

      Je ne sais pas si ça clarifie tes interrogations :)

      Répondre à Marlène
    • Comechou

      Oui c’est plus clair, mais je me disais que pour les gens qui ne font vraiment pas d’article partenaire, par précautions vaut-il mieux quand même mettre les liens en no-follow?
      Parce que je pense avec le temps que google va peut-être mettre des pénalités sur les articles qui ne respectent pas la transparence à tout les niveaux?

      Répondre à Comechou
    • Marlène

      Soit un lien est naturel, soit il ne l’est pas :) Partant de là, il n’y a aucune raison de mettre en “nofollow” un lien non sponsorisé. Un moteur de recherche se sert des liens pour se promener d’une page à l’autre. Si on met tous les liens en no follow, on l’oblige à ne pas suivre ces liens, c’est se mettre une épine dans le pied sans raison :)

      Répondre à Marlène
  • J'ai écrit

    Alors moi, j’ai une question par rapport à toutes ces appellations, je me demandais quand un blogueur se voit offrir un voyage/une nuit dans un hôtel/une activité et en parle sur son blog (et donc en fait de la pub, positivement – la plupart du temps- ou négativement), parle t-on d’article sponsorisé sachant qu’il a surement pas été payé mais que cela lui a été offert ? (ce qui pour moi revient un peu au même) Je te remercie pour cet article très complet en tout cas, c’est important d’avoir des blogs comme le tien qui donne des conseils et recadre par moment.

    Répondre à J'ai
    • Marlène

      Merci de ton commentaire ! Google inclut dans son article les blogueurs qui reçoivent des “produits gratuits à tester”, soumis aux mêmes règles que ceux qui publient des posts sponsorisés classiques (= contre rémunération).

      Répondre à Marlène
  • prettylittletruth

    Tres interessant cet article, comme toujours :)

    Répondre à prettylittletruth
  • Caro Bleue Violette

    Merci pour l’astuce du nofollow, ça devrait justement me servir bientôt. J’ai une question un peu similaire à celle de Bernie : qu’en est-il lorsqu’on cite une marque (ou une boutique web) dont a acheté un produit ? Doit-on là aussi mettre les liens en nofollow ?

    Répondre à Caro
    • Marlène

      Bon, je ne travaille pas pour Google donc je ne peux qu’interpréter les choses :) Mais à mon sens, la question à se poser concerne le caractère naturel ou non du lien : ai-je fait ce lien parce que la marque m’a payée ou m’a envoyé un produit gratuit ? Ou ai-je fait ce lien spontanément parce que j’ai découvert cette marque par moi-même ?

      Si le lien est lié à une initiative de la marque ou à un échange “commercial” (produit ou service offert, rémunération, etc), nofollow. Dans le cas contraire, lien classique :)

      Répondre à Marlène
  • Myrtilla

    Coucou ! Super article, très intéressant ! :D Mais je viens de Suisse et je suis blogueuse. Je me demandais où je peux trouver des informations par rapport à ça pour la Suisse ? Sur Internet ou dans des codes des obligations etc ? Merci pour ta réponse ! :)

    Répondre à Myrtilla
    • Marlène

      Hello ! J’ai fait quelques recherches et je suis tombée sur le site de la Commission Suisse pour la Loyauté qui a édicté des règles sur le sujet fondées apparemment sur la législation suisse. La règle n° 3.12 est intéressante, elle précise : “La communication commerciale, quelle que soit la forme qu’elle prend ou quel que soit le support publicitaire qu’elle utilise, doit être clairement distinguée et clairement séparée du reste du contenu“.

      Répondre à Marlène
  • Cécilia Autour de Cia

    Voilà quelque chose qui va peut-être enfin faire bouger les choses, car trop de blogueurs se cache derrière des pratiques pas claires ou pas légales selon les pays. Plus personne ne pourra dire que ce n’est pas “écrit” quelque part.
    J’avoue que pour le coup, moi je suis partisane de plus de réglementation pour les blogs, plus de contrôle, pour plus de transparence et moins d’abus; car c’est saoulant à la longue de devoir tout expliquer ou justifier de tout. Il y a des choses autorisée et d’autres non, point barre, on respecte et on fait pas sa loi sur internet tout seul.

    Répondre à Cécilia
    • Marlène

      Je suis d’accord avec toi et ça nous ramène à la très large et épineuse question de l’application de la loi sur le web. Regarde ce qui se passe avec le plagiat… Il y a 2 semaines je conseillais l’un de mes clients sur les endroits où il pouvait trouver des images pour illustrer ses articles, il m’a répondu qu’il se servait sur Google Images et qu’il aviserait si quelqu’un venait lui dire quelque chose… Pourtant, là aussi, la loi existe…

      Répondre à Marlène
    • Cécilia Autour de Cia

      Oui, sur le web j’ai l’impression que les gens préfèrent la politique du pas vu, pas pris, au lieu de respecter la loi. Quand je vois source: google ou pinterest, ça me fait râler car une image appartient à quelqu’un. Moi ça me chagrine quand je trouve pas la source exacte, j’essaie d’utiliser ton astuce avec le site dont je me souviens plus du nom, pour remonter les sources.
      Mais le jour où il y aura des sanctions, cela fera mal. D’ailleurs il y a eut des procès contre des blogueurs ou des sanctions et très souvent ce sont eux qui trinquent. Il faut mieux faire attention dès le départ.
      même si c’est sur internet, la loi s’applique.

      Répondre à Cécilia
    • Marlène

      Ah, c’est TinEye le site :) Pour ma part, soit je prends les photos moi-même (la quasi-totalité de la rubrique Voyage), soit je passe par des sites où c’est explicitement autorisé (Pixabay, Unsplash mais aussi les photos dispo en Creative Commons sur Flickr, il y a pas mal de choix). Je trouve qu’aujourd’hui, on a vraiment de nombreuses possibilités à disposition en légal ET gratuit… C’est d’autant plus dommage de prendre des risques !

      Répondre à Marlène
  • bernieshoot

    Bonjour,
    La qualité du contenu doit toujours être au rendez-vous c’est vraiment à encadrer avant d’écrire.
    Une question me tracasse, je bloque par plaisir et je parle de ce que j’aime notamment au niveau des livres. En service de presse je ne chronique que les livres appréciés sinon je ne publie rien. Mais quand je publie alors je mets un lien vers la maison d’éditions et vers l’auteur ou traducteur en do follow par respect et volonté, Google a -t-il cette subtilité?

    Répondre à bernieshoot
    • Marlène

      Hello, si l’on suit à la lettre ce que dit Google on serait censés mettre du nofollow sur ce type de lien car si la maison d’éditions n’avait pas envoyé le livre, tu ne l’aurais potentiellement pas lu et chroniqué… D’une certaine manière le “Service presse” est un envoi gracieux d’un livre dans l’espoir que tu en parles, même si c’est un “produit culturel” et pas un produit de beauté ou un vêtement.

      Reste à savoir si Google a une interprétation si stricte de la question !

      Répondre à Marlène
    • Bernieshoot

      hello, j’ai aussi un doute sur l’interprétation de Google, surtout que je chronique également les livres que j’ai acheté et de la même manière je mets des liens vers l’éditeur, l’auteur et même le traducteur.
      Comment détecter une pénalisation par Google ?

      Répondre à Bernieshoot
    • Marlène

      Je te conseille l’article de Conseils Webmarketing sur le sujet (Comment savoir si mon site a été pénalisé ou blacklisté par Google ?), il liste pas mal de façons de repérer une pénalité. A mon sens, la seule façon dont Google pourrait différencier tes deux types de contenus, c’est par le biais de la mention “Service presse” qui figurerait sur les uns et pas sur les autres…

      Répondre à Marlène
    • Bernieshoot

      merci pour le lien vers l’article ça va me permettre de pouvoir affiner un peu. J’ai vu qu’un abus de balise H1 pouvait nuire. J’utilise une seule balise H1 par article est-ce correct ?
      Effectivement la mention “Service presse” peut faire la différence, je retiens l’idée.

      En fait je n’ai pas de baisse de trafic mais plutôt un trafic qui ne décolle pas et très peu de visite suite à une recherche google.

      Répondre à Bernieshoot
    • Marlène

      Encore aujourd’hui, il est plus simple de n’avoir qu’une seule balise h1 (= titre de l’article). Pour être rigoureuse dans ma réponse, on a le droit d’en avoir plusieurs si le site est fait en HTML5 : on peut avoir une balise h1 par section de la page (ex : un h1 pour le header, un autre pour le footer, etc). Mais dans les faits et dans la pratique, ça peut créer une confusion auprès de Google donc on conseille presque toujours de se limiter à une seule.

      Répondre à Marlène
    • Bernieshoot

      Merci pour cette réponse et la subtilité si le site est en HTML5.
      Il me semble que garder un seul titre par article a plus de sens.
      Pour en revenir aux liens nofollow, pour ceux qui utilisent overblog si vous ne voulez pas entrer à chaque fois le code vous pouvez dans l’édition de votre article faire “éditer le lien” -> propriétés avancées-> relation : nofollow.
      C’est une astuce que je n’aurais pas cherchée sans cet article.

      Répondre à Bernieshoot
  • Etteilla

    Ouf, avec Blogger, trop facile de mettre le lien en Nofollow! Il va y avoir des dents qui grincent entre marque et blogueurs!

    Répondre à Etteilla
    • Marlène

      En réalité Google ne fait que rappeler les pratiques que tout le monde est censé appliquer depuis belle lurette :) Mais si ça peut contribuer à les rappeler, tant mieux !

      Répondre à Marlène
  • Mounia

    Hello ! Comme d’habitude, ton article est hyper intéressant, je dirai même indispensable. Je ne savais absolument pas qu’il était conseillé de proposer des liens nofollow sur les articles test produits. Je les utilisais pour mes liens zanox seulement. Je vais consacrer une partie de mon dimanche à corriger mes liens.. Je n’en ai pas énormément de toutes façons :) (mon blog est encore peu connu :)).
    Merciiii ! Bises.

    Répondre à Mounia
Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.