5 ans de blogging : les évolutions majeures que j’ai constatées


Il y a 5 ans déjà, je publiais, fébrile, le premier article de No Tuxedo, naïvement persuadée que la foule anonyme allait se ruer dessus. Un mois (et seulement 78 visiteurs) plus tard, je découvrais les joies de lancer son blog dans l’indifférence générale.

5 ans plus tard, No Tuxedo s’est scindé en 3 blogs distincts. Avec, le mois dernier, près de 400 000 visiteurs uniques cumulés. Un chiffre abstrait et complètement terrifiant à la fois !

Mais surtout, en 5 ans, la blogosphère a évolué… et plutôt que de revenir sur les quelques centaines d’articles que j’ai écrits, j’ai décidé de vous parler de ces changements constatés depuis 2014. Peut-être que vous ne partagerez pas du tout mon ressenti, peut-être qu’il y a d’autres éléments qui vous ont marqué si vous êtes un « blogueur de longue date »… alors n’hésitez pas à réagir dans les commentaires !

Si ça vous intéresse, vous pouvez répondre à ce petit sondage (une seule question obligatoire) sur le blogging, cela m’inspirera sûrement de futurs articles !

5 ans... et quelques tendances à observer
5 ans… et quelques tendances à observer

« Blogging » ne veut plus dire la même chose pour tout le monde

Aujourd’hui, quand on dit « blogging »

  • On peut parler d’un amateur qui a ouvert un blog sans prise de tête pour parler de ses passions ou des sujets qui lui tiennent à coeur.
  • On peut faire référence à un amateur qui s’implique à fond pour se faire connaître parce qu’il pense que ce sera un bel atout sur son CV, surtout en début de carrière ou dans les métiers de la communication et du marketing !
  • On peut parler d’un amateur, qui aimerait bien avoir un petit revenu complémentaire en plus de son salaire/indemnité chômage/congé parental.
  • Ou d’un amateur qui envisage dès le départ de professionnaliser son blog car il a une idée, un concept… et qu’il y croit !
  • Ou d’un professionnel qui a ouvert un blog pour donner de la visibilité à son entreprise.
  • Ou d’une entreprise bien établie qui décide de lancer un blog sur le tard parce qu’elle est convaincue que ça répondra à un manque auprès de ses clients (potentiels).

Je m’arrête là… mais c’est une réalité : le mot « blogging » ne se résume plus au simple partage de contenus dans un cadre amateur. Il réunit aujourd’hui des professionnels, des « semi-professionnels », des amateurs, chacun ayant des ambitions plus ou moins étendues, une expertise plus ou moins développée, des motivations plus ou moins mercantiles ou désintéressées…

En tant que blogueuse, je constate au quotidien que je ne peux plus, à travers un seul article, parler à « tous les blogueurs ».

Quand j’ai commencé et que je publiais de temps en temps un article sur la monétisation, je recevais régulièrement une volée de bois vert, avec des internautes qui trouvaient ça « honteux que l’on parle d’argent alors que le blogging, c’est du partage avant tout ». Récemment, un internaute m’a au contraire reproché de « ne pas assez parler de l’aspect business » dans un contenu.

Et c’est un fait : chacun construit sa vision du blogging… ce qui ouvre de vraies perspectives, quelles que soient les ambitions (ou l’absence d’ambition !) que l’on a au départ.

Un regard aujourd'hui très multiple sur le blogging
Un regard aujourd’hui très multiple sur le blogging

Une recherche de qualité assumée dans le blogging

Il y a 5 ans, on pouvait encore ouvrir un blog sans trop se poser de questions… même si déjà, on sentait depuis quelques années le frémissement d’une recherche de qualité généralisée.

Aujourd’hui, la plupart des blogueurs ne se lancent plus « à la légère ». Il y a, même chez les amateurs, une réflexion sur des sujets parfois pointus : le choix d’un thème de blog, d’une plateforme, la ligne éditoriale, les réseaux sociaux les plus pertinents pour promouvoir ses contenus, le référencement

Il y a dans cette quête de qualité une dimension très positive : des blogs soignés, avec des articles approfondis, de belles photos, des « personnalités » qui émergent, des blogs qui s’imposent comme de véritables sources d’information avec, en plus, la petite note personnelle qui fait leur valeur ajoutée.

Sans oublier le fait que cela pousse beaucoup de blogueurs à se former, par la pratique et/ou en suivant des MOOC pour acquérir des connaissances dans une foule de disciplines.

Et puis, il y a bien sûr une facette moins plaisante : le blogueur amateur qui envisage de se lancer « pour le plaisir » sans aucune pression peut vite avoir le sentiment d’être noyé dans cette recherche d’optimisation générale et de ne pas trouver sa place.

J’avais d’ailleurs évoqué dans un article la pression que certains blogueurs amateurs se mettent avec le référencement

Une manière d’écrire qui change

J’ai aussi beaucoup vu, ces dernières années, l’écriture elle-même se modifier… ce qui pose une vraie question : Google a-t-il à lui seul le pouvoir d’imposer un style d’écriture ?

Avec de plus en plus de blogueurs conscients des enjeux du référencement, on voit certains blogs évoluer peu à peu d’une écriture très spontanée, très « journal de bord », à une écriture plus stratégique qui prend en compte le SEO.

Une tendance d’autant plus accentuée par le recours à des plugins SEO sur WordPress, qui guident le néophyte dans l’ajout des bons mots-clés au bon endroit.

Cette tendance peut être vue sous un prisme négatif, en considérant que cela tend à gommer les spécificités de chacun et à tirer le style vers le bas… car on écrit désormais « pour le plus grand nombre » bien plus qu’en fonction de sa plume.

Mais on peut aussi considérer que cela pousse les blogueurs à prendre conscience que pour partager ses écrits avec un maximum de gens, il faut se fondre dans leurs mots et leurs maux, faire preuve d’empathie par rapport à leurs besoins et leurs problèmes… et est-ce vraiment une mauvaise chose ?

Un style d'écriture tourné vers l'autre
Un style d’écriture tourné vers l’autre

Le « permis de critiquer illimité »

J’évoquais récemment dans un article l’importance de la bienveillance… et c’est lié à un changement que j’observe depuis quelques années sur le web, qui est d’ailleurs loin de se limiter à la blogosphère : tout contenu posté sur Internet semble donner aux gens un permis de critiquer illimité… souvent sans aucun filtre, aucun respect, aucune tentative d’être constructif.

C’est juger le mode de vie des autres, leur physique, l’éducation qu’ils donnent à leurs enfants, la façon dont ils dépensent leur argent, leur niveau de vie, leurs choix vestimentaires ou culinaires… De la même manière que tout se consomme, tout se juge.

Les blogueurs, particulièrement enclins au partage (n’est-ce pas la base de l’activité ?!), sont donc aussi très exposés à ce phénomène… et je ne compte plus les stories Instagram ou les posts que j’ai vu passer à ce sujet.

L’éducation à la bienveillance est une vaste tâche… Question d’éducation tout court, de regard sur le monde, de législation, de technologie aussi car cela fait partie selon moi des missions des géants du web de proposer des outils pour réguler de manière plus efficace les comportements haineux.

Les blogueurs ont désormais (souvent) conscience de leur poids

Aujourd’hui, beaucoup de blogueurs ont conscience de leur valeur et n’acceptent plus tout et n’importe quoi avec le sentiment qu’on leur fait une faveur immense en les contactant :)

Il y a quelques années encore, un blogueur démarché par une marque se réjouissait très largement de l’être… et n’avait pas forcément conscience qu’il devenait partie intégrante d’une stratégie de communication. Beaucoup acceptaient des deals déséquilibrés sans se poser de questions (je me souviens d’une blogueuse qui était ravie de publier un post très complet avec photos contre un collier à 10€).

A présent, on communique davantage sur ces aspects, la notion « d’influence » s’est professionnalisée (avec des experts, des consultants, des agences, des outils, des blogueurs « visibles » qui évoquent leurs expériences et leurs déboires) si bien que de nombreux blogueurs sont eux-mêmes sensibilisés à ces sujets.

Il y a de moins en moins de gens qui sont prêts à brader leur visibilité pour un petit cadeau… ce qui est plutôt une bonne nouvelle, dans la perspective d’un meilleur équilibre des forces entre marques et créateurs de contenu.

Évidemment, il y a là aussi un versant plus noir : ce sont notamment les dérives de la fausse influence, avec les achats de fans et de likes… ou encore une surévaluation par certains de leur « pouvoir » sur le marché. Car même s’il est légitime de rémunérer quelqu’un pour une collaboration, il va de soi que le blogueur doit apporter quelque chose dans l’échange, comme je le rappelais dans cet article sur les partenariats.

Vers un meilleur équilibre dans les relations au sein de la blogosphère ?
Vers un meilleur équilibre dans les relations au sein de la blogosphère ?

Le débat s’est déplacé sur les réseaux sociaux

Les réseaux sociaux ont pris encore plus de poids, que ce soit aux yeux des marques ou en matière d’échanges. Je ne fais pas partie de ceux qui croient à la « mort des blogs » si souvent prophétisée… car c’est un support qui a encore beaucoup d’atouts (à commencer par le fait qu’il vous appartient !), j’en parlais dans cet article.

En revanche, je suis d’avis que le débat s’est souvent déplacé sur les réseaux sociaux, bien plus que dans les commentaires des blogs comme c’était encore le cas il y a 5 ans. L’échange est sans doute plus facile, rapide, mobile, avec des outils conçus spécialement pour ça…

Une tendance intéressante car elle crée aussi, pour les blogueurs qui se prêtent au jeu, une opportunité d’établir un lien de proximité avec leur communauté. Il y a des blogueurs que je lisais ponctuellement par le passé, et dont je regarde aujourd’hui les stories Instagram tous les jours, comme un rendez-vous familier.

A côté de ces éléments qui changent, il y a aussi beaucoup de choses dans le blogging qui conservent la même saveur. Le plaisir de se challenger pour continuer à trouver l’inspiration, le plaisir de partager, d’écrire, de contribuer. Merci à vous d’être encore là, nombreux !


Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lorsque vous postez un commentaire sur le blog, le nom indiqué dans la case "Prénom" ainsi que votre message apparaîtront publiquement. Votre adresse e-mail restera confidentielle.

21 commentaires sur “5 ans de blogging : les évolutions majeures que j’ai constatées

  • Suny ☼

    Alors en 5 ans de blogging, qu’est-ce que j’ai constaté pour ma part concernant les évolutions ? Je dirais :

    * Google algorithme, SEO, langage, tout ça qui ont beaucoup évolué.
    * phénomène des réseaux sociaux qui a explosé

    en négatif, je dirais :

    * il y a une baisse nette des commentaires sur les blogs, j’en ai beaucoup moins qu’avant, c’est assez frappant, alors que j’ai considérablement amélioré les blogs.
    * je dirais que les mobiles/téléphone ont complètement modifié le comportement des internautes, on est de plus en plus à utiliser plutôt que l’ordi de bureau

    ainsi, je crois que le prob numéro 1 du blogueur maintenant, c’est d’avoir beaucoup d’internautes qui viennent sur ton blog, lisent/scannent l’article et repartent aussitôt/à jamais, ne voient même pas tes menus, ce problème a toujours existé bien sûr, mais ça s’est accru avec les téléphones/smartphone.

    Entre blog et youtube et réseaux sociaux, je préférerais toujours plus le blogging car ça apporte plus de profondeur en informations. Mais c’est bcp plus difficile today de fidéliser des lecteurs car les internautes préfèrent des textes courts/vidéos plutôt que de lire des pavés (en fonction des thématiques). Ça, je le ressens aussi.

    Le blogging n’est pas mort, et vive les amateurs et les écrivains, les passionnés, on a besoin de ça.
    Par contre, le blogging business à la Olivier Roland est mort, ça oui. Tu ne peux plus monétiser aussi facilement qu’à l’époque. J’ai plusieurs amis qui ont dépensé 1000 à 2000 euros pour ces formations blogging et ont cru que ça allait changer leur de vie, ils y croyaient vraiment, ont dépensé une énergie folle pendant un an ou deux à blogueur, avant de s’apercevoir que ça ne marchait pas.
    Même si tu appliquais la plupart des techniques webmarketing, je pense que ça ne marche plus comme avant.
    Moi ce qui m’irrite, ce sont ces vendeurs de rêve qui continuent de faire croire que le blogging est génial et qu’on peut en vivre, etc… alors que c’est faux. Même avec beaucoup de persévérance, de techniques, ce n’est plus aussi possible qu’avant, et c’est pour ça qu’à mes amis, je préfère être franc qu’avec eux plutôt que de leur donner l’espoir. Tout, c’est hyper difficile de vivre du blog, énormément de connaissance et de marketing à maîtriser, donc attention.
    Ces marchands de rêve font énormément de dégâts, je le vois autour de moi, et on voit de plus en plus un cimetière de blogs morts, de gens qui ont abandonné, etc… car ils n’ont pas réussi à monétiser.

    Enfin, je dis « vendeur de rêve », mais il y a aussi des gens plus sérieux et bienveillants comme André Dubois ou d’autres. Ce qui me pose problème, c’est qu’ils continuent de promouvoir l’idée qu’on peut se faire bcp d’argent avec le blogging, en appliquant les techniques, alors que je pense que le blogging « business » est mort. Pour moi, ce n’est plus possible (ou alors faut énormément de boulot monstrueux, connaissances, chance, partenaires), etc.. donc autant être honnête et ne pas faire rêver les gens pour leur donner de faux espoirs.

    PS : cette critique émane de quelqu’un qui vit actuellement de ses blogs, qui a bcp cravaché durant 5 ans mais qui reste objectif. Je ne critique pas pour critiquer, je fais juste un constat lucide et objectif. Ça me met toujours mal à l’aise quand je vois des amis qui veulent créer un blog car ils rêvent de voyager et d’en vivre, non ça n’existe pas. Il faut le faire déjà pour soi, comme une passion et partage!

    Répondre à Suny
    • Marlène

      Je pense qu’on peut en vivre… mais que c’est un raccourci souvent rapide : « vivre de son blog » décemment implique souvent d’avoir créé un produit ou un service, qui dépend directement de son propre travail (par opposition avec des sources de rémunération plus sujettes aux fluctuations, à la saisonnalité, etc). Et du coup, ça implique d’avoir perçu son blog comme partie intégrante d’une vraie entreprise, avec un marché derrière, etc.

      Or, trop souvent, les gens croient qu’un blog est un moyen rapide et facile de gagner de l’argent. Clairement, je te rejoins sur le fait que c’est une illusion : si on veut gagner de l’argent rapidement, mieux vaut trouver un petit job que d’ouvrir un blog car ça demande du temps et du travail avant d’en tirer des revenus ; ensuite, ce n’est ni facile ni évident. Gagner quelques dizaines ou centaines d’euros par mois n’est pas la même chose que d’assurer un revenu régulier équivalent à un salaire. Et souvent, ça implique de mettre en œuvre une vraie réflexion stratégique et d’avoir des compétences concrètes (tech, rédaction, business).

      Répondre à Marlène
  • Bernie

    Bonjour Marlène,
    Pour moi les évolutions majeures est l’influence des réseaux sociaux, et les dictas des algorithmes de ceux-ci et de Google, naturellement. Difficile d’exister vraiment sur les réseaux lorsque l’on refuse de faire appel à des posts « publicitaires » dont l’impact est tout de même très superficiel.
    J’ai du mal avec le terme « amateur » que tu opposes à « professionnel » , car finalement un amateur qui se déclare auto-entrepreneur devient de facto « pro » mais est-il plus expert que lorsqu’il était amateur.
    Pour moi il y a le trade blogger, blogueur commercial et le blogueur, la différence se situant sur l’aspect financier.

    Répondre à Bernie
    • Marlène

      Je ne pense pas que la distinction amateur/pro soit fondée sur l’expertise. On peut être très expert et choisir de rester amateur… et l’on peut être un mauvais professionnel aussi ^^

      Et quand je réfléchis, mon blog me rapporte de l’argent mais concrètement, ce n’est pas du tout mon métier, je le gère sur mon temps libre et si je n’ai pas le temps de répondre aux mails ou de donner suite à des propositions, je ne m’en formalise pas car c’est une activité « amateur » dans l’esprit.

      Je trouve que là aussi, les pistes sont assez brouillées car on peut gagner de l’argent sans pour autant que ce soit un job… et même dans la rentabilité, entre la personne qui vend un produit/service (et doit assurer le service après-vente, le suivi commercial, etc) et la personne qui gagne de l’argent passivement via l’affiliation/la pub, il n’y a pas du tout les mêmes mécaniques :)

      Répondre à Marlène
    • Bernie

      Je te rejoins totalement sur le fait que ce n’est pas l’expertise qui va permettre de différencier ce que tu appelles amateur-pro. D’ailleurs s’il existait une possibilité de valider une expertise blogueur ça serait bien.
      D’un point de vue vocabulaire, je pense qu’il y a le blogueur loisir (qui ne perçoit rien financièrement parlant) et le blogueur commercial qui va percevoir peu ou prou des revenus passivement ou pas.

      Répondre à Bernie
    • Marlène

      Ça peut être un loisir et être rémunérateur :) C’est mon cas d’ailleurs. L’avantage c’est qu’il n’y a pas la pression d’une activité commerciale, d’une quête de rentabilité… car le but n’est pas d’en vivre.

      Répondre à Marlène
  • Elise

    Hello, wow 5 ans déjà! Blogiversaire oui ça doit bien exister comme terme.
    J’ai ouvert mon blog il y a 2 ans environ je l’ai un peu laissé tomber quelques mois parce que je ne me sentais pas tellement à la hauteur, j’avais le syndrôme de l’imposteur quand je voyais les autres blogs autour de moi.
    Et j’avais aussi peu de temps pour bien m’y consacrer, je n’arrivais pas à publier régulièrement et j’ai baissé les bras. J’ai repris mon blog en janvier cette année et j’ai (re)découvert un monde parfois un peu borderline et parfois très chouette. Je pense que tu as bien résumé le propos il faut savoir pourquoi on écrit. Que se soit juste pour son propre plaisir ou pour se professionnaliser, pas de soucis mais il faut savoir garder ces valeurs et ne pas se laisser influencer par la course aux vues.
    Personnellement je suis toujours super contente quand je vois arrivé un commentaire, je trouve ça chouette qu’une personne ai eu envie de me parler suite à un article.

    Répondre à Elise
    • Marlène

      Je crois que le syndrome de l’imposteur est commun à beaucoup de monde… mais pas irréversible ! C’est normal de se sentir parfois déstabilisé, en particulier face à une activité aussi « multifacette » que le blogging : on ne peut jamais en maîtriser toutes les dimensions à 100%, de la même manière que l’on n’atteint jamais 100% d’expertise dans un sujet, il y a toujours une marge de progression.

      Ça peut vite créer le sentiment de ne pas mériter sa place (dont j’avais parlé dans cet article) alors qu’au final, chaque voix est différente et peut trouver un écho chez certains lecteurs.

      Répondre à Marlène
  • Chibi

    Bonjour Marlène et merci pour cette petite « rétrospective » des changements! Je blogue depuis fin 2010 et toujours de façon amateure. Ça fait plaisir de lire que tu penses que les blogs ont encore de beaux jours devant eux. Depuis que je suis sur les réseaux sociaux (surtout Instagram), j’ai beaucoup moins d’interactivité avec les gens sur le blog, dans les commentaires justement… Je suis lue mais les gens ne prennent pas forcément le temps d’écrire un petit message et c’est parfois décourageant ^^

    Bon blog-anniversaire en tout cas! et merci pour tes articles toujours au top!!

    Répondre à Chibi
    • Marlène

      Merci Chibi, je pense que cette décroissance des commentaires est un phénomène assez naturel car notre temps est déjà bien mobilisé par les différents réseaux sociaux et comme les journées ne sont pas extensibles, les gens « réorientent » leurs activités. Le commentaire demande plus « d’énergie » de la part des gens donc je pense qu’il a tendance à passer à la trappe.

      Je me dis parfois que c’est aussi à nous, en tant que blogueurs, de continuer à échanger avec d’autres par le biais des commentaires.

      Répondre à Marlène
  • Musardise

    Ah, depuis le temps qu’on prophétise la mort des blogs…
    Il y a aussi les petits blogs sans autre prétention que tourner les pages d’un album… J’allais dire de famille, mais non, pas tout à fait.
    J’aime bien les petits blogs persos de ceux qui ouvrent une fenêtre sur leur environnement immédiat. Les amateurs d’art roman dans le périmètre de leur village, l’aquarelliste qui photographie les paysages qui l’inspirent ,le vétérinaire qui raconte ses (més)aventures, le paysan qui dit presque la même chose, mais pas tout à fait, à chaque saison… Ce type de blog n’a pas de vocation commerciale, il raconte juste ses petits bouts de vie et le temps qui passe, comme ces boites de photos et de lettres accumulées qu’on découvre encore dans les greniers, photos jaunies et correspondances modestes.

    Répondre à Musardise
    • Marlène

      J’aime beaucoup aussi… et ça ne m’étonne pas que certains finissent par être publiés car ces écrits ont une vraie valeur de témoignage ! Merci pour ton commentaire.

      Répondre à Marlène
  • Aline

    Happy 5 et merci pour tous ces contenus !
    J’ai lu à travers articles que tu avais scindé ton contenu en plusieurs blogs, vraiment bénéfique selon toi? Du coup tu as scindé les réseaux sociaux aussi?
    C’est mon questionnement récurrent, puisque mon blog possède maintenant deux sujets bien distincts : Food et Outdoor et ne s’adressent donc pas forcément à la même cible. Mais mon blog sert à la base de support pour mon travail pro, dont l’indécision!

    Répondre à Aline
    • Marlène

      Hello Aline, c’est tout simplement la meilleure décision que j’aie prise. Quand tout était mélangé, je ne fidélisais personne, je devais avoir 50000 visiteurs par mois tout compris. Aujourd’hui, chaque blog a son univers et son lectorat… un lectorat qui ne cesse de croître. Je suis peu présente sur les réseaux sociaux, j’ai gardé mon Twitter pour No Tuxedo, j’ai un compte Instagram et j’ai ouvert une page Facebook pour mon blog voyage… et c’est tout.

      Répondre à Marlène
    • Aline

      Merci beaucoup pour ta réponse !

      Répondre à Aline
  • Ornella

    Je trouve ton analyse hyper intéressante et pertinente ! Merci pour ce partage.

    Répondre à Ornella
    • Marlène

      Merci Ornella… qui sait ce que je pourrai écrire si j’ai encore un blog dans 5 ans !

      Répondre à Marlène
  • Picou

    Je ne blogue que depuis 2 ans 1/2, mais je constate déjà à mon échelle certains des éléments que tu cites. Si le poids des réseaux sociaux et de l’influence, n’est, à cette échelle, pas nouveau, je trouve que la « professionnalisation » des blogs et surtout la grosse pression qui va avec, prend de plus en plus d’ampleur, culpabilisant parfois les amateurs et favorisant une grosse uniformisation des contenus (que ce soit en termes de rédaction ou de design). C’est dommage, car je pense qu’il y a un public pour tout le monde, tant qu’on ne se met pas une pression inutile et qu’on reste authentique… mais du coup beaucoup raccrochent les wagons au passage. Heureusement, il reste toujours des blogs de qualité, originaux et personnels, il faut juste savoir creuser un peu!

    Répondre à Picou
    • Marlène

      Je suis totalement d’accord avec toi et ça m’agace toujours un peu quand certains blogueurs prennent un ton très condescendant vis-à-vis de ceux qui choisissent de bloguer en amateur sans pression. Je lis parfois des phrases du style « Laisse tomber, sans référencement PERSONNE ne va savoir que tu existes »… alors que la personne n’a pas forcément envie d’être lue par des milliers de gens, de faire la course aux stats… et qu’elle a peut-être des talents qui lui permettront de se faire connaître autrement.

      D’où l’intérêt de se rappeler de temps en temps qu’il n’y a pas une manière unique de bloguer, chacun peut avoir une vision très différente de la place que ça prend dans son quotidien, de ses ambitions, etc. Et tant mieux !

      Répondre à Marlène
  • Grisélidis

    Happy 5 pour ton Blog ! Beaucoup de choses changent dans l’univers des blogs, mais je trouve chouette qu’un petit noyau de propriétaires de blogs restent fidèles à ce qu’ils étaient au début. Et même si je constate aussi avec regrets une certaine malveillance, heureusement, en parallèle, il y a également encore des échanges en toute courtoisie et bienveillance #pourvuqueçadureencoreunpeu !

    Répondre à Grisélidis
    • Marlène

      Merci Miss ! Je crois qu’il y aura toujours des gens aux dents longues sur les territoires qui « présentent du potentiel »… et la blogosphère en fait partie. Comme tu dis, heureusement que l’on croise aussi des personnes plus saines !

      Répondre à Marlène
Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.